Y’en a marre des magouilles

Posté par ippolito le 29 mars 2012

Bettencourt : enquête sur 30 ans d’arrangements fiscaux

Liliane Bettencourt possédait des biens largement sous-évalués, comme une villa aux Baléares déclarée trente fois moins que sa valeur réelle. Comment a-t-elle échappé au fisc ? 
  
Liliane Bettencourt appartient à cette catégorie de Français qui peut discuter de son taux d’imposition avec l’Etat. En 1981, déjà, elle avait envoyé son mari se plaindre auprès de François Mitterrand qui s’apprêtait à instaurer l’impôt sur les grandes fortunes. « Franchement, Liliane et toi vous avez quand même de quoi manger… », avait grogné le président, qui accepta d’exonérer l’outil de travail de l’IGF, comme le réclamait André, son vieil ami des années de guerre.

Aujourd’hui, encore, les choses se sont faites en douceur. De juillet à décembre 2010, l’avocat Pascal Wilhelm a fait des allers-retours entre l’hôtel particulier de Neuilly et l’administration fiscale. Désormais, à Bercy, on assure que « tout est sous contrôle ». Comme s’il fallait se faire pardonner.

« Pendant quinze ans, jamais un inspecteur des Impôts n’a mis un pied chez Liliane », dit Claire Thibout. L’ex-comptable des Bettencourt a longtemps guetté : les patrimoines supérieurs à 3 millions d’euros ne sont-ils pas théoriquement soumis à un examen approfondi tous les trois ans ? Mais rien n’est jamais venu, excepté des « contrôles sur pièces », exercés depuis leur bureau par les agents du fisc.

Ainsi, il aura fallu attendre 2010 pour que l’administration des Impôts réalise que la villégiature de campagne de Liliane Bettencourt à l’Arcouest, en Bretagne, ne valait pas 1,07 million d’euros, comme l’indiquait sa déclaration d’ISF, mais 3,2 millions. La propriété (25 pièces, maison de maître et dépendances, piscine, tennis) a fait l’objet de maints reportages et n’importe quel agent immobilier des Côtes-d’Armor pouvait en indiquer le prix.

Idem pour la villa de Formentor aux Baléares (275m2 habitables, 2.000m2 de terrain) réévaluée à 9,9 millions, alors qu’elle avait été jusqu’alors déclarée pour… 310.500 euros. Anecdotiques, ces petits arrangements, au regard des millions évaporés hors frontières ? Ou révélateurs de la mansuétude dont a bénéficié la famille Bettencourt ?

Bien avant la divulgation des enregistrements clandestins réalisés par le majordome de Liliane Bettencourt, le procureur de Nanterre Philippe Courroye, qui enquêtait sur les mirifiques dons de la milliardaire à François-Marie Banier, avait averti Bercy d’une éventuelle fraude. Eric Woerth en est alors informé. Banier subit un contrôle, mais sa généreuse bienfaitrice ne suscite pas la moindre curiosité du ministre [...] Un an et demi plus tard, au plus fort du scandale, Eric Woerth est soupçonné d’avoir voulu protéger celle qui employait son épouse et qui n’a jamais caché son soutien à Nicolas Sarkozy…

Marie-France Etchegoin – Le Nouvel Observateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20111130.OBS5696/bettencourt-enquete-sur-30-ans-d-arrangements-fiscaux.html

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN