• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 7 avril 2012

Y’en a marre du musée de l’histoire de France

Posté par ippolito le 7 avril 2012

La création du Musée de l’ Histoire de France coûtera 320 millions d’euros aux contribuables.

Pour transformer l’ex “Musée des archives impériales” (ouvert en juillet 1867), situé dans l’Hôtel de Rohan-Soubise, l’un des plus beaux et des plus grands du quartier du Marais à Paris, en un “Musée de l’Histoire de France“, il faudra non seulement réaménager le site, ce qui devrait coûter dans les 80 millions d’euros, mais aussi construire un nouveau bâtiment pour un montant de 240 millions d’euros. Soit une ardoise totale de 320 millions d’euros pour le Musée de l’ Histoire de France.

La finalité de ce projet ne fait même pas consensus au sein des historiens et chercheurs. Le rapport de la Cour des comptes du 30 mars 2011 présente 10 ans de gestion de 37 musées nationaux. Le résultat est désespérant ! Dépenses en hausse, coûts trop élevés,
concentration excessive dans la capitale. Les crédits de l’état alloués aux musées ont augmenté de 58% en 10 ans…

source: le numéro des Dossiers du Contribuable
             

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/320-millions-pour-le-musee-de-l’-histoire-de-france/

Publié dans Y'en a marre de la culture | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’inflation

Posté par ippolito le 7 avril 2012

Les prix alimentaires ont augmenté de 5,1 % en 2011

L’association de consommateurs CLCV a testé 28 produits de grandes marques.

Les prix alimentaires de produits de marques nationales ont augmenté de 5,1 % entre janvier 2011 et janvier 2012, indique mardi dans un communiqué l’association de consommateurs CLCV, qui a procédé à des relevés de prix de 28 produits dans toute la France.

L’association relève aussi que « Le panier des essentiels » – opération lancée en avril 2011 afin de permettre aux consommateurs de repérer facilement les produits les moins chers – « a pratiquement été abandonné par la grande distribution ».

  »Dans 59 % des 214 magasins enquêtés, aucune signalétique ne permettait aux consommateurs d’identifier ces produits », indique l’association. L’enquête, qui porte sur des supermarchés, hypermarchés et supérettes, montre que, sur l’année, les supermarchés ont connu une inflation plus marquée que les hypermarchés (+ 6,7 % contre + 4,7 %).

Le café très touché

Par type de produit, les principales augmentations ont touché le café (+ 20 % à 22 % selon les références), les céréales du petit déjeuner (+ 6 à + 10 %) et le chocolat (+ 3 à + 8 %). Selon les professionnels, ces augmentations de prix s’expliquent par les hausses des matières premières agricoles enregistrées en 2010 et 2011 et « un recul des cours mondiaux reste peu probable dans les mois à venir », note la CLCV.

L’association rappelle que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime, dans son dernier bulletin, que du côté des céréales les prix devraient « se tasser légèrement tout en demeurant à des niveaux historiquement élevés ». En conséquence, la CLCV demande « une plus grande transparence sur la formation des prix » et que l’Observatoire des prix et des marges « s’intéresse aux marges nettes afin d’analyser le partage de la valeur ajoutée au long des filières ».

28 produits testés seulement

Elle appelle également les pouvoirs publics à stimuler la concurrence dans la grande distribution et à maintenir une TVA réduite sur les produits alimentaires. Répondant à cette enquête, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État chargé de la Consommation, « nuance les résultats », dans un communiqué.

Pour lui, « l’augmentation de 5,1 % relevée dans cette étude reflète de manière insuffisante la réalité de l’augmentation des prix », car « à la différence de la méthodologie utilisée par l’Insee, le panier des consommateurs de la CLCV n’est pas suffisamment représentatif de la consommation des ménages français ». Les relevés de prix effectués portent en effet sur 28 produits contre 160 000 pour l’Insee dont les derniers chiffres font état d’une hausse de 3,8 % entre février 2011 et février 2012, rappelle-t-il.

Pour autant, Frédéric Lefebvre a souligné que « le gouvernement partageait totalement l’objectif de renforcement de la transparence et de la concurrence souhaité par la CLCV ». Et, concernant l’appel de la CLCV pour maintenir la TVA réduite sur les produits alimentaires, il « a rappelé que c’est bien le choix qui a été fait par le président de la République et qu’il n’était aucunement question de revenir dessus ».

http://www.lepoint.fr/economie/les-prix-alimentaires-ont-augmente-de-5-1-en-2011-03-04-2012-1448103_28.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la pauvreté

Posté par ippolito le 7 avril 2012

Depuis 2004, le nombre de pauvres ne cesse de croître

Avec 13,5 % de sa population qui vit en dessous du seuil de pauvreté monétaire (c’est-à-dire moins de 950 euros par mois pour une personne seule), la France reste l’un des pays d’Europe qui compte le moins de pauvres. 

Maigre consolation, car ce chiffre, qui représentait 8,2 millions de personnes en 2009 (dernières statistiques disponibles), n’a fait que se détériorer depuis 2004 (12,6 % à l’époque). Plus inquiétant, la très grande pauvreté est elle aussi en augmentation : 

depuis 2004, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de 40 % du niveau de vie médian (640 euros pour une personne seule) est passé de 2,5 à 3,3 % de la population totale, soit 2 millions de personnes. Or, à ce niveau d’exclusion, les chances de sortir de la pauvreté deviennent très minces.

6,7 % de travailleurs pauvres

Avec la crise qui s’est déclenchée en 2008, l’augmentation de la pauvreté aurait pu être bien plus importante si la France ne disposait d’une politique sociale étoffée et généreuse. « La qualité du système de protection sociale est indéniable en France, mais il a tendance à s’éroder », s’inquiétait hier Jérôme Vignon, président de l’Observation nationale de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes) qui présentait hier son rapport annuel, pour la septième année consécutive.

 « Les minima sociaux protègent aujourd’hui moins bien de la pauvreté, du fait de leur ajustement insuffisant au reste des revenus », poursuit-il. La mise en place du revenu de solidarité active (RSA) a certes permis de réduire de 150.000 le nombre de personnes pauvres (- 2 %). 

Mais l’Onpes s’inquiète des « transitions fragiles » entre RSA socle, RSA activité et situation d’emploi autonome qui ne garantit pas pour autant une sortie de la pauvreté. « Il vaut mieux avoir un emploi pour éviter la pauvreté, mais il n’en prémunit plus autant qu’avant », souligne l’Onpes. 

En 2009, 6,7 % de la population en emploi est pauvre, un phénomène très marqué chez les femmes seules chargées de famille (15,5 %).
En 2007, Nicolas Sarkozy avait promis de baisser d’un tiers la pauvreté pendant son quinquennat. En raison de la crise, la tendance de 2007 à 2009 en est loin, mais on ne connaîtra qu’en 2014 le taux de pauvreté de 2012.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201980459651-depuis-2004-le-nombre-de-pauvres-ne-cesse-de-croitre-307555.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN