• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 26 avril 2012

Y’en a marre des rémunérations des députes

Posté par ippolito le 26 avril 2012

Un député peut-il gagner plus que le plafond maximal autorisé fixé à 9700 euros brut par mois ?

Le revenu des députés est connu : de 7 064 euros brut par mois à 9 700 euros (plafond maximal pour les députés qui cumulent les mandats). Sauf que de nombreux députés gagnent plus. 

Il existe en effet une zone grise de la rémunération, une part qui est détournée de son but initial : le « crédit affecté à la rémunération de collaborateur ». Une enveloppe de 9 066 euros par mois. 

Dans son livre Chers élus, le journaliste Vincent Quivy raconte comment les députés arrondissent leurs fins de mois en piochant dans cette cagnotte mensuelle.

Episode 10 : Le vrai revenu d’un député.

Comme nous l’avons déjà vu, le revenu d’un député est composé de trois indemnités : une indemnité de base, une indemnité de résidence et une indemnité de fonction (7 064 euros). 

Il perçoit également une indemnité représentative de frais de mandat pour ses dépenses (6 209 euros). Mais ce n’est pas tout : en plus de toutes ces indemnités, il dispose d’un crédit pour rémunérer ses collaborateurs de 9 066 euros par mois. 

Cette enveloppe permet d’en rémunérer plusieurs. Mais un député est-il obligé d’utiliser l’intégralité de cette enveloppe mensuelle ? Eh bien non ! « Fin 2007, 261 des 577 députés n’auraient pas reversé à leurs assistants ou secrétaires le reliquat non consommé des crédits collaborateurs », révèle Quivy. 

Une situation dénoncée par des syndicalistes parlementaires qui y voient un détournement de fond. Les députés peuvent récupérer d’autant plus facilement le reliquat des fonds destinés aux collaborateurs que ce crédit est reversé sur le même compte que celui de l’indemnité de frais de mandat.

Par définition, il est très difficile de connaître l’ampleur des fonds détournés de l’objectif initial. Vincent Quivy cite tout de même quelques exemples : quand Benoît Apparu était député UMP de la Marne, il reconnaissait qu’une partie du crédit collaborateurs servait à autre chose : « Je transfère chaque mois 250 euros de mon crédit collaborateurs sur mon indemnité pour frais de mandat. Cet argent m’a servi à refaire ma permanence parlementaire », avait-il reconnu. 

Même utilisation des fonds pour une autre députée UMP, Isabelle Vasseur, selon Quivy. Et on peut légitimement penser que ceux qui piochent allègrement dans cette enveloppe ne cherchent pas forcément à ce que cela se sache.

Malgré cette opacité, l’auteur du livre Chers élus avance un chiffre : « ces transferts seraient autorisés dans la limite de 5 985 euros par an et par député, ils auraient représenté en 2007, 1,55 million d’euros, soit 2 684 euros par député ». Un montant qui montre que le plafond de rémunération des députés de 9 700 euros brut par mois est bien virtuel.

*** Source
- Vincent Quivy, Chers élus, ce qu’ils gagnent vraiment, Seuil, 2010

http://www.politique.net/2012021901-revenu-d-un-depute-depasse-9700-euros.htm

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

y’en a marre du train de vie de nos élus

Posté par ippolito le 26 avril 2012

Combien coûtent les week-ends de Fillon ?

Chaque week-end de François Fillon dans son château de Solesmes ( Sarthe) coûte 30 000 euros aux contribuables.

Au lieu de descendre du TGV à la gare de Sablé-sur-Sarthe, près de chez lui, Fillon utilise un Falcon 7X gouvernemental pour parcourir les 230 kilomètres qui séparent Matignon de son domicile.

Compte-tenu du prix de l’heure de vol à bord du triréacteur préféré des milliardaires ( 7877 euros), du cortège de voitures officielles venu l’attendre à l’ aéroport d’ Angers, les week-ends de Fillon dans la Sarthe coûtent 1,3 million d’euros par an.

Le comble, c’est que Fillon irait plus vite en train…

source: Capital

http://www.impots-economie.com/combien-coutent-les-week-ends-de-fillon/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la dette et du déficit public

Posté par ippolito le 26 avril 2012

Déficit : la France sera loin du compte en 2013, selon le FMI

Le déficit public de la France devrait s’établir en 2013 à 3,9% du produit intérieur brut (PIB), loin de l’objectif de 3% fixé par le gouvernement, selon des prévisions semestrielles du FMI.

Le déficit public de la France devrait s’établir en 2013 à 3,9% du produit intérieur brut (PIB), loin de l’objectif de 3% fixé par le gouvernement, selon des prévisions semestrielles du Fonds monétaire international (FMI) publiées aujourd’hui.

Cette année, le déficit atteindrait 4,6%, ajoute le FMI, contre 4,4% dans les engagements officiels de la France auprès de ses partenaires européens.

Dans son «Moniteur des finances publiques», le FMI prévoit que la France n’approchera du seuil symbolique des 3% qu’en 2014, avec un an de retard sur le calendrier officiel. 

Ces prévisions signifient que le futur président, quel qu’il soit, devra rapidement adopter un nouveau tour de vis budgétaire après l’élection du 6 mai. En effet, le président-candidat Nicolas Sarkozy et son rival socialiste François Hollande, favori du scrutin, se sont tous deux engagés à ramener le déficit à 3% en 2013.

De son côté, la dette publique de la France devrait passer l’an prochain le cap symbolique des 90% du PIB, à 90,8%, alors que tous les candidats espèrent la contenir en-deçà de ce seuil. Elle entamerait par la suite un lent reflux.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/04/17/20002-20120417ARTFIG00519-deficit-la-france-sera-loin-du-compte-en-2013-selon-le-fmi.php

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN