• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 3 juin 2012

Y’en a marre des syndicats

Posté par ippolito le 3 juin 2012

5 405 postes pour les syndicats à la fonction publique d’Etat
    
Fonction publique d’Etat : la nouvelle clé de répartition des décharges syndicales par ministère a été transmise aux syndicats, lundi 19 décembre, par le ministère de la Fonction publique.

5 405 postes de fonctionnaires  équivalent temps plein sont mis à disposition par les ministères (un délégué pour 230 agents ; un pour 640 agents au-delà d’un seuil de 140 000 agents).

Soit un coût d’environ 162 millions d’euros par an selon www.acteurspublics.com

Le ministère de l’Education nationale est le mieux pourvu avec 1 789 postes de délégués syndicaux.

Désormais, les bilans sociaux devront présenterle détail du calcul des moyens alloués aux syndicats et la part du temps des décharges consacré aux instances de concertation. Les premiers chiffres seront connus au printemps 2013.

http://www.lecri.fr/2011/12/21/5-405-postes-pour-les-syndicats-a-la-fonction-publique-d’etat/28441

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires, Y'en a marre des syndicats | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des députes

Posté par ippolito le 3 juin 2012

Economies : peut-on réduire le nombre de députés ?

Sauvons l’État sur RMC : avec vos idées pour sauver l’économie de notre pays, la chasse au gaspillage est ouverte. Ce vendredi RMC s’est intéressée au nombre de députés en France. Est-il possible de réduire le nombre de nos députés ?

Les économies sont possibles pour sortir la France du gaspillage financier. Ce vendredi, Pierre de Cavalaire, dans le Var propose de réduire notre nombre de députés. Ils sont actuellement 577 à l’Assemblée nationale contre 487 en 1895. C’est l’année suivante, en 1986, que ce chiffre est passé à 577, avec un redécoupage des circonscriptions.

« L’Assemblée fonctionnait très bien avec 487 députés »
Est-il réellement possible de réduire le nombre de nos députés ? La réponse est oui. 

Selon des spécialistes, la France pourrait se passer de quelque uns de ces parlementaire Agnès Verdier-Molinié, est directrice de l’IFRAP, institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, selon elle, « on pourrait réduire d’une centaine le nombre de députés comme c’était la cas en 1985 quand on avait 487 députés. Et l’Assemblée nationale fonctionnait très bien ».

Bougeons-nous : sauvons l’Etat !
Entrez dans le débat !

« Il faudrait redécouper toutes les circonscriptions »
Depuis 2008, le nombre maximum de 577 députés est inscrit dans la constitution mais on peut réduire ce chiffre comme l’indique Didier Maus, professeur de droit constitutionnel : « la première étape c’est d’adopter une loi qui fixerait un nouveau nombre de députés. Après, il faudrait redécouper complètement les circonscriptions ».

Réduire le nombre de députés est donc une réforme envisageable mais très longue à mettre en place. Aujourd’hui, un député coûte environ 300.000 euros par an. Donc, si comme le suggère Agnès Verdier-Molinié on supprimait une centaine de députés, l’économie pour la France serait de 30 millions d’euros environ.

http://www.rmc.fr/editorial/259470/economies-peut-on-reduire-le-nombre-de-deputes/

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles du PS

Posté par ippolito le 3 juin 2012

Sylvie Andrieux : une nouvelle casserole marseillaise pour le PS

Renvoyée en correctionnelle, la députée PS, en lice aux législatives à Marseille, aurait détourné des subventions destinées à des associations fictives à des fins électoralistes.

Le PS n’a pas fait le travail en amont ? La justice le fait à sa place, à dix jours des législatives. Alors que la députée socialiste Sylvie Andrieux (50 ans) se présente dans la 3e circonscription de Marseille, le juge d’instruction Franck Landou a signé mardi une ordonnance qui la renvoie devant le tribunal correctionnel pour détournement de fonds publics, dans une affaire qui remonte aux années 2000.

Alors vice-présidente chargée de la politique de la ville au conseil régional Paca (Provence-Alpes-Côte d’Azur) géré par le PS, Sylvie Andrieux aurait fait attribuer plus de 700 000 euros de subventions entre 2005 et 2007 à des associations fictives, dont les responsables étaient à son service (électoral) dans les quartiers où elle est élue.

Caïds. Le principe était simple : ils montaient des associations bidon, récupéraient des devis pour obtenir des subventions, justifiées a posteriori par de fausses factures, des chèques jamais débités. Le 24 janvier 2005, par exemple, un homme de paille dépose en préfecture les statuts de Sport image, association domiciliée dans le XIe arrondissement de Marseille.

 Le trésorier, la secrétaire, les membres du bureau sont fictifs. Il n’y a pas de locaux. De toute façon, l’association fermera quelques mois plus tard, pour laisser la place à une autre. En attendant, le président aura ouvert un compte bancaire grâce à un salarié peu regardant d’une agence du Crédit lyonnais dans les quartiers Nord, l’association aura monté des dossiers bidons, et récupéré des subventions. Un des responsables associatifs de la combine a monté de nombreuses structures. «Aucune n’a jamais effectué la moindre action conforme à son objet», a-t-il reconnu lors de l’instruction.

Les gérants de ces associations avaient un interlocuteur privilégié au conseil régional : Roland Balalas (dont le père, militant socialiste, est passé par l’OAS et le Front national). Il était attaché parlementaire de Sylvie Andrieux et fonctionnaire territorial, détaché comme secrétaire général auprès du groupe socialiste. 

Il supervisait les dossiers puis le service compétent au conseil régional, recevait du secrétariat de Sylvie Andrieux les instructions concernant «les associations retenues et les montants octroyés». Devant le juge, la chef du «service politique» de la ville a expliqué qu’elle n’avait «aucune latitude» pour les modifier. Selon un responsable associatif renvoyé devant le tribunal, «le taux de réussite dans les demandes de subventions était de 100% après le passage devant Balalas».

Les subventions finançaient le train de vie de quelques caïds des cités. L’un d’eux se dégageait 5 500 euros par mois, tout en louant des voitures au nom de ces associations fictives, qui payaient aussi l’essence. En échange, ces responsables associatifs étaient au service de la députée.

 Ils servaient de «relais d’opinion» dans leurs quartiers, se chargeaient de ramener dans le droit chemin les «brebis égarées» qui se plaignaient de la députée. Boumédiene Benamar, l’un de ces responsables, a aussi expliqué qu’il devait, lorsqu’il y avait des débats ou des visites de journalistes, dire qu’il était «sorti du quartier de la Busserine», qu’il était «content de l’action socialiste».

L’élue savait-elle cela ? Elle assure que non. Des fonctionnaires témoignent pourtant qu’elle avait été alertée plusieurs fois du caractère fictif de certaines associations, de l’existence de fausses factures. Bien avant le signalement de flux anormaux sur les comptes d’associations par la cellule antiblanchiment Tracfin, en juin 2007. Des collaborateurs du groupe socialiste ajoutent qu’ils étaient «écœurés» de l’utilisation des fonds publics à des fins «essentiellement électorales».

Sylvie Andrieux conteste, répète qu’elle n’avait ni la signature, ni le contrôle des associations et des votes. Mais quand Libération lui pose des questions plus précises, elle élude : «Vous n’êtes pas procureur ? Ni juge ? Je m’exprimerai devant la justice. Ici, les gens connaissent ma famille depuis longtemps [son père était un fidèle de Gaston Defferre], ils ne sont pas dupes.»

Visite. Président de la fédération UMP des Bouches-du-Rhône, Renaud Muselier estime, lui, que «la justice est bien obligée de s’occuper des élections, puisque les responsables du PS ont donné l’investiture à Madame Andrieux alors qu’ils connaissaient le dossier, transmis dans le cadre de la demande de levée d’immunité parlementaire».

 En visite hier à Marseille, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a esquivé le sujet. Il a évité, aussi, de citer Sylvie Andrieux parmi les candidats qu’il venait soutenir. De son côté, la députée ne décolère pas. «La date de l’annonce de mon renvoi ne trompe personne, répète-t-elle. Ils feraient mieux de s’occuper des trafics et des règlements de compte.» C’est vrai qu’ils prospèrent à Marseille. Sur la misère, l’argent facile. Et aussi le désert associatif laissé par des années de clientélisme électoral.

http://www.liberation.fr/societe/2012/05/30/sylvie-andrieux-une-nouvelle-casserole-marseillaise-pour-le-ps_822590

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des traders

Posté par ippolito le 3 juin 2012

Les pertes causées par la « baleine de Londres » se seraient creusées

Il faudra ajouter 1 milliard de dollars aux 2 milliards déjà perdu par la banque JP Morgan Chase après des opérations de trading menée par l’une de ses unités, selon le New York Times.

Jusqu’à combien se montera la facture de la « baleine de Londres »? JP Morgan aurait perdu au moins 1 milliard de dollars en plus de des 2 milliards déjà annoncé la semaine dernière. 

C’est du moins ce qu’affirme le « New York Times ». Des fonds spéculatifs et d’autres investisseurs auraient profité des difficultés de JPMorgan, pour détériorer encore plus rapidement les positions sous-jacentes du marché du crédit détenues par la banque.

Suite aux spéculations hasardeuse d’un trader de la banque travaillant à Londres et surnommé la « baleine » en référence aux sommes astronomiques qu’il est soupçonné d’avoir englouti, le débat s’est intensifié sur la régulation des institutions financières outre-Atlantique.

 Le président Barack Obama, qui détient des comptes auprès de JP Morgan Chase s’est saisi du dossier pour défendre la « réforme » de Wall Street et en faire un enjeu majeur, à quelque mois du prochain scrutin présidentiel.

En attendant, le FBI a ouvert une enquête préliminaire sur le dossier, afin de déterminer « ce qui aurait pu se passer ». La SEC, autorité de marché américaine, ainsi que la Banque centrale américaine, investiguent également, tandis que des actionnaires ont porté plainte contre la banque. 

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120517trib000698982/les-pertes-causees-par-la-baleine-de-londres-se-seraient-creusees.html

Publié dans Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN