• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 16 juin 2012

Y’en a marre des députes

Posté par ippolito le 16 juin 2012

Ce que coûtent les députés

L’État versera cette année 533,9 millions à l’Assemblée nationale pour ses frais de fonctionnement et la rémunération de ses parlementaires. Un chiffre stable depuis cinq ans

Combien coûtent les députés ? Alors que le déficit public est actuellement, en France, sur une pente de 100 milliards d’euros (5% du PIB), selon les dernières évaluations de Bercy, communiquées par Pierre Moscovici, des coupes dans les dépenses de l’Assemblée nationale pourraient-elles être une source d’économies ?

Le total des indemnités parlementaires versées aux députés représentera, au total, 49,55 millions d’euros en 2012. Les charges sociales, elles, atteignent 66,7 millions d’euros. Explication : cette enveloppe comprend les pensions versées aux anciens députés. 

Chaque député reçoit 5189,27 euros nets par mois au titre de l’indemnité parlementaire. A cette somme, il faut ajouter la fameuse indemnité représentative de frais de mandat, soit 6.412 euros bruts : 

elle couvre des frais que les élus n’ont pas à justifier. En outre, pour rémunérer leurs collaborateurs, les élus du palais Bourbon disposent d’une enveloppe de 9138 euros par mois. S’ils n’en dépensent pas l’intégralité, ils doivent reverser le reliquat aux services de l’Assemblée. Mais cela n’est pas toujours été le cas…

187 millions pour le « secrétariat parlementaire »

Le secrétariat parlementaire, qui correspond notamment aux rémunérations des collaborateurs des députés, représente une enveloppe globale de 187 millions d’euros. 

Une enveloppe en forte hausse, cette année, en raison d’une indemnité de fin de mandat qui sera versée aux collaborateurs des députés non réélus.  Par ailleurs, l’Assemblée nationale dépensera cette année 167 millions d’euros au titre des charges de personnel. 

Il s’agit de la rémunération des personnels de l’Assemblée nationale, des jardiniers aux appariteurs. Quant aux dépenses d’investissement, elles sont de 22 millions d’euros.

Au total, l’Assemblée a prévu de dépenser 564 millions cette année, une dépense en hausse de 3,17%. Mais une partie de ces crédits seront financés par les réserves du palais Bourbon. L’Etat ne lui versera, en effet, que 533,9 millions, soit le même montant depuis cinq ans. Cette stabilité du montant alloué à l’Assemblée nationale se traduit au final par une baisse en euros constants (-7%).

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120608trib000702843/ce-que-coutent-les-deputes.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’immunité de Sarkozy

Posté par ippolito le 16 juin 2012

Sarkozy perd son immunité, la justice en embuscade

Bettencourt, Karachi, Kadhafi… Ce soir à minuit, l’ancien président redevient un justiciable comme les autres. Il pourrait avoir très vite rendez-vous chez les juges.

Nicolas Sarkozy redeviendra un justiciable comme les autres à partir du 16 juin. 

Pendant cinq ans, il a bénéficié de l’immunité présidentielle. Ce samedi 16 juin, Nicolas Sarkozy redevient un justiciable ordinaire. Privé, comme c’est l’usage, du statut pénal particulier accordé au chef de l’Etat par l’article 67 de la Constitution un mois après la fin de son mandat, l’ex-président sera désormais à la disposition des juges. 

Des magistrats qu’il a affrontés plus souvent qu’à son tour pendant son quinquennat, et dont il a même projeté de supprimer la fonction pour certains d’entre eux. Et des magistrats qui ont montré leur détermination face à son prédécesseur Jacques Chirac, condamné à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris en décembre dernier.

L’ex-chef de l’Etat aura d’abord à coup sûr affaire à la justice pour des dossiers « secondaires », mais dans lesquels des plaintes ont été déposées nommément contre lui. Mediapart l’a ainsi attaqué fin avril pour dénonciation calomnieuse, après que lui-même a poursuivi le site d’information pour faux suite à la publication d’un document portant sur un éventuel financement de sa campagne de 2007 par le colonel Kadhafi.

Le père d’Abel Chennouf, tué à Montauban par Mohammed Merah, l’a également attaqué pour non-assistance à personne en danger, considérant que le meurtre de son fils aurait pu être évité.

Nicolas Sarkozy est visé aussi par deux plaintes pour violation de la présomption d’innocence par les avocats d’Yvan Colonna, qu’il a qualifié à plusieurs reprises d’ « assassin du préfet Erignac » alors que sa condamnation n’est pas définitive à ce jour, l’ancien berger corse s’étant pourvu en cassation. Ces plaintes étaient bloquées pendant la durée de son mandat, avait décidé le tribunal de grande instance de Paris en juillet 2009 : elles pourront désormais suivre leur cours.

La menace Bettencourt

Mais le nom de Nicolas Sarkozy apparaît aussi et surtout dans plusieurs affaires politico-financières, ce qui faisait dire à Ségolène Royal en mars dernier : « Il a peur parce qu’il va perdre son immunité présidentielle, et on connaît tous les problèmes de corruption qui ont émaillé ces cinq années. »

En cause : un éventuel financement de sa campagne de 2007 par le couple Bettencourt et le colonel Kadhafi, et celui de la campagne de 1995 d’Edouard Balladur – dont il était ministre du Budget et porte-parole de campagne – par le biais de possibles rétrocommissions versées dans le cadre de contrats de vente d’armes avec le Pakistan et l’Arabie saoudite.

Le dossier le plus immédiatement menaçant pour Nicolas Sarkozy est sans conteste l’affaire Bettencourt. L’enquête, visant au départ des faits d’abus de faiblesse sur la milliardaire, a rapidement pris un tournant politique avec les accusations de Claire Thibout. L’ex-comptable a affirmé aux juges que Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, lui avait demandé de retirer 150.000 euros en liquide à destination de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Des accusations confirmées par d’autres témoignages, recoupées par les agendas des protagonistes, et coïncidant avec de très importants retraits en liquide sur les comptes en Suisse de la milliardaire. Un faisceau d’indices suffisant pour le juge Jean-Michel Gentil pour justifier une mise en examen de Patrice de Maistre et d’Eric Woerth, trésorier de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Il ne fait guère de doute que c’est ce dernier qui est visé à travers eux, et que la justice demandera des comptes à l’ancien président. Le juge Gentil a déjà souligné que les « visites du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy au domicile des Bettencourt pendant la campagne électorale de 2007″ rendent « des investigations » « nécessaires », et saisi ses comptes de campagne. Une convocation en vue d’une éventuelle mise en examen paraît inévitable pour l’ex-président.

Le spectre de Kadhafi 

Autre source potentielle de financement gênant de la campagne 2007 de l’ex-président : Mouammar Kadhafi. Les interrogations datent de l’interpellation directe de Nicolas Sarkozy par Saif al islam Kadhafi, le fils du Guide suprême.

C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen. […] Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement », lançait-il au chef de l’Etat de l’époque en mars 2011, au début de l’intervention occidentale en Libye.

Si les révélations du clan Kadhafi se sont fait attendre, Mediapart a pris le relais. D’abord en publiant le témoignage d’un ancien proche de l’intermédiaire Ziad Takieddine, affirmant que ce dernier avait mis en place les « modalités de financement » de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy par le colonel Kadhafi – ce qu’a démenti l’homme d’affaires libanais. 

Puis en dévoilant un document prouvant selon le site d’information que Mouammar Kadhafi avait donné son accord pour financer la campagne à hauteur de 50 millions d’euros. L’authenticité de la note fait débat, et Nicolas Sarkozy a attaqué pour faux le site d’information, qui a répliqué en le poursuivant pour dénonciation calomnieuse comme vu plus haut. La justice enquête simplement sur cet aspect du dossier. Du moins pour le moment.

L’ombre Karachi 

Troisième dossier de financement politique embarrassant pour Nicolas Sarkozy : l’affaire Karachi. Elle concerne cette fois la campagne d’Edouard Balladur en 1995. La justice s’interroge sur la provenance de 10 millions de francs versés en espèces sur le compte de campagne du candidat malheureux à la présidentielle.

L’ancien Premier ministre les a justifiés par la vente de tee shirts et gadgets à son effigie ; les juges van Ruymbeke et Le Loire soupçonnent plutôt un financement illicite par le biais de rétrocommissions liées à des contrats d’armement avec le Pakistan et l’Arabie saoudite.

Le nom de Nicolas Sarkozy apparaît dans le dossier à deux titres : en tant que ministre du Budget du gouvernement Balladur, et en tant que porte-parole et tête pensante de la campagne du candidat en 1995. Ainsi, c’est lui qui a approuvé le volet financement des contrats, et qui a notamment validé la création des sociétés Heine et Eurolux, par lesquelles auraient transité les commissions.

Plusieurs de ses proches ont été mis en examen dans le dossier : Thierry Gaubert, Nicolas Bazire, ainsi que Ziad Takieddine. Une audition de Nicolas Sarkozy par les juges dans ce dossier paraît une suite probable.

Face à ces affaires, Nicolas Sarkozy a crié à la « manipulation politique » et aux « boules puantes ». Dès demain, la justice aura les mains libres pour en juger.

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20120504.OBS4645/sarkozy-perd-son-immunite-la-justice-en-embuscade.html

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des subventions de Delanoë

Posté par ippolito le 16 juin 2012

Des associations entièrement financées par Delanoë

Des associations parisiennes ne vivent qu’avec les subventions généreusement attribuées par Delanoë, sans aucune cotisation !

L’association “Un sourire de toi et je quitte ma mère” bénéficie d’importantes subventions attribuées par Delanoë. Le budget 2012 de cette association prévoit 196 092 euros de subventions de la mairie de Paris, et 0 euros de cotisation ! Hallucinant.

A quoi sert cet argent public ? A des opérations d’animation festive et de réflexions avec des jeunes au sujet du réaménagement possible d’une place. La place n’a jamais été réaménagée, et pourtant, l’association continue à recevoir ses subventions.

L’ association “Alliance” réclame de son côté 2750 euros subvention au conseil du 10ème arrondissement de Paris pour l’organisation de “speed dating citoyen”… à Bobigny, en Seine-Saint-Denis!  

Voici donc comment est dépensé l’argent public avec Delanoë: “ça consiste (sic) à répartir le public en plusieurs pôle (sic) différents de la salle. La discussion s’engage entre le candidat et la quinzaine de personnes présentes … Cette façon de faire permet d’abaisser la barrière psychologique que constitue la différentiation entre l’estrade des candidats et le public.” Tout un programme…

Enfin, l’association “Ateliers Varan” réclame 22 000 euros de subvention au conseil du 10ème arrondissement de Paris pour “un projet (qui) vise à créer un atelier de cinéma documentaire dans des territoires qui sont aujourd’hui impactés par plusieurs chantiers urbains.

 Un groupe d’habitants issus d’horizons différents est accompagné dans l’écriture, la réalisation et la diffusion d’une série de films sur leur quartier, qui seront ensuite diffusés lors de projections et mis en ligne sur une plateforme Internet.” Encore un beau gaspillage d’argent public en perspective avec Delanoë, jamais avare dès qu’il est question de clientélisme ( voir aussi La mairie de Paris a distribué 203 millions d’ euros de subventions en 2011).

source: delanopolis.fr

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/des-associations-entierement-financees-par-delanoe/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des parachutages

Posté par ippolito le 16 juin 2012

Sarkozy : le président des copains

Si Brassens a chanté « les copains d’abord », Sarkozy l’a fait ! Celui qui se présentait comme l’homme de la nation n’est en fait par ses actes que l’homme de son clan, celui qu’il s’est lui-même créé.

Rappelez-vous, il disait : « Je veux une République irréprochable », «  Le prédisent n’est pas l’homme d’un parti, ce n’est pas l’homme d’un clan. Je veux des nominations irréprochables  ».

Dès son élection en mai 2007 il s’est empressé de parachuter Laurent Solly, son ex-chef de cabinet alors qu’il était au ministère de l’Intérieur ainsi que son ex adjoint de campagne présidentielle au poste de directeur adjoint à TF1 ! Très important pour Sarkozy d’avoir ses amis à des postes de commandements de l’information…

Afin de conserver une bonne entente avec les chiraquiens UMP, il n’a pas hésité à nommer en juin 2007 Philippe Douste-Blazy au poste de chargé de mission auprès du président de la République. Dominique Paillé lui est nommé conseiller auprès du président de la République et également promu secrétaire général adjoint de l’UMP puis nommé porte-parole de l’UMP.

Il nomme un autre chiraquien, Patrick Stefanini, l’ex directeur de campagne de Chirac en 1995, au poste de secrétaire général de l’immigration, de l’intégration, de l’Identité nationale et du développement solidaire auprès de Brice Hortefeux. Patrick Stefanini, rappelons-le, a été condamné à 10 mois de prison dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris !

En février 2008, pour une raison inconnue, Douste-Blazy quitte le gouvernement sarkozyste et se voit envoyer en tant que conseiller spécial chargé des sources novatrices de financement du développement, auprès du Secrétaire Général des Nations Unies. Depuis Douste-Blazy appelle à voter Bayrou !

Dominique Richard, député UMP est nommé Commissaire à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).
Puis vint le tour de Patrick Ollier, compagnon de Michèle Aliot-Marie, qui lui est nommé au Conseil d’administration de la SNCF en raison dit-on de ses compétences… Jamais Patrick Ollier n’a travaillé dans le monde du transport.

Jean-Paul Emorine, un sénateur UMP, est lui aussi nommé au Conseil d’administration de la SNCF toujours « en raison de ses compétences ».

Et la liste est longue de nominations de copinage !

Ainsi au cours de son mandat présidentiel Sarkozy aura placé Jacques Barrot, David Martinon, Pierre Mariani (qui prend la tête de la banque franco-belge Dexia), François Pérol (qui prend la tête du groupe Banque Populaire/Caisses d’Epargne), Stefanini qu’il transforme en préfèt du Puy de Dome (nommé un condamné à la prison comme préfèt, la République irréprochable de Sarkozy prend du plomb dans l’aile), Boris Boillon, Roger Karoutchi qu’il envoie comme représentant permanent de la France près de l’OCDE, Jean-Pierre Raffarin, Christine Boutin, Hubert Haenel, Jacques Barrot envoyé au Conseil Constitutionnel, Bruno Beschizza, Raymond Soubie, Jean-Paul Delevoye, Hugues Martin, Pierre Charon, Yves Urieta, Jean-Marie Geveaux, Christian Corne, Guillaume de Russe, Ange Santini, Hugues Martin, Claire Gibault, Hervé Marseille, Annick de Roscoat, Jean_Claude Etienne, Raymond-François Le Bris, Alain Lambert,Arno Klarsfeld, Rama yade, Dominique Richard (nommé médiateur du CSA), Patrice Gélinet (nommé membre du CSA), Nicolas About (lui aussi au CSA), Jean-Michel Drevet, Alain Perret, Dominique Baudis, Renaud Muselier, François Loos, Jean-Luc Tavernier, Philippe Gustin, Frédéric Péchenard, Bernard Squarcini, Philippe Courroye.

Ces trois derniers garnements ont la particularité d’être tous mis en examen dans l’affaire Woerth-Bettencourt.

Ne parlons pas ici de la tentative de Jean Sarkozy de prendre la tête de l’Epad, sans aucun diplôme ni compétence, à l’age de 23 ans !
La République irréprochable de Sarkozy est un immense gag qui au final ne fait rire personne.

http://www.nationspresse.info/?p=163174

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN