• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 27 juin 2012

Y’en a marre du chômage

Posté par ippolito le 27 juin 2012

Un jeune actif sur deux a connu le chômage

Un jeune sur deux a été au moins une fois au chômage au cours de ses trois premières années de vie active et un tiers l’a été six mois ou plus. En outre, la majorité (70%) des premiers emplois sont des CDD.

Un jeune sur deux (52%) a été au moins une fois au chômage au cours de ses trois premières années de vie active et un tiers l’a été six mois ou plus, selon une enquête du Centre d’étude et de recherche sur les qualifications (Cereq) publiée cette semaine. 

Pour cette enquête « Génération » trisannuelle, le Cereq a interrogé au printemps 2010 un échantillon représentatif de 25.000 jeunes sortis du système éducatif en 2007. Après de premiers résultats divulgués en 2011, il approfondit une série de thématiques.

Parmi les 739.000 jeunes sortis de formation initiale en 2007, une majorité (62%) a commencé sa vie active par une période de chômage. Au bout de trois ans, la trajectoire dominante parmi huit « trajectoires types » identifiées est celle d’un accès rapide et durable à l’emploi (58%).

Au bout de six mois, 80% des jeunes ont au moins une fois décroché un emploi (même très temporaire). L’analyse des trajectoires montre cependant que 12% ont connu un accès « différé », 10% sont en « décrochage » et 9% connaissent un chômage persistant ou récurrent.

Ainsi, parmi ceux ayant connu un chômage précoce, 20% n’ont jamais réussi à décrocher un poste dans les trois ans. La durée de l’épisode de chômage dépend du niveau de diplôme: pour 56% des non-diplômés (18% de la génération), elle a été de plus d’un an, pour 27% des diplômés du secondaire et 9% des diplômés du supérieur (42% de l’échantillon).

Les non-diplômés ont de plus de plus de mal à trouver une place sur le marché du travail. Quand 72% des jeunes en général travaillent au bout de trois ans, ils ne sont que 48% en emploi en 2010 contre 59% en 2001 et leur taux de chômage atteint 41% (30% en 2001).

« L’emploi précaire est devenu la norme pour les premiers emplois occupés », souligne également le Cereq, avec 31% des premières embauches réalisées sur des emplois à durée indéterminée.

Depuis 1992, ce centre d’études, qui dépend des ministères de l’Emploi et de l’Education, réalise tous les trois ans ce type d’enquête, en interrogeant une même tranche d’âge après trois, cinq, sept, puis dix ans de vie active.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/un-jeune-actif-sur-deux-au-chomage-a-connu-le-chomage_292525.html

Publié dans Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du montant des subventions au sport

Posté par ippolito le 27 juin 2012

Le Conseil général de l’ Oise accorde plus de 3,6 millions d’ euros de subventions au sport

Le Conseil général de l’ Oise a accordé plus de 3,6 millions d’ euros de subventions à 61 clubs et 61 comités départementaux.

Crise ou pas, le montant des subventions au sport allouées par le Conseil général de l’ Oise n’a pas été revu à la baisse pour 2012. En 2011, le conseil général de l’ Oise avait distribué 2,05 millions d’euros de subventions au sport et en distribuera 2,3 millions en 2012.

4 clubs ont reçu plus de 100 000 euros de subvention: le BOUC, l’ASBO,  l’AFC Compiègne, et le CC Nogent.

Montant des subventions aux clubs sportifs de l’ Oise: 2 999 700 euros

Montant des subventions aux comités: 1 282 460 euros

source: courrier-picard.fr

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/le-conseil-general-de-l-oise-accorde-plus-de-36-millions-d-euros-de-subventions-au-sport/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’éclairage public

Posté par ippolito le 27 juin 2012

Economies : limiter l’éclairage public

Sauvons l’État sur RMC ! Avec vos idées pour sauver l’économie de notre pays, la chasse au gaspillage est ouverte. Ce jeudi, RMC s’est penché sur la question de l’éclairage public. Des économies en la matière sont-elles possibles ?

Les économies sont possibles pour sortir la France du gaspillage financier. Depuis lundi, vous avez été nombreux à nous signaler sur RMCTalk.fr des abus en matière d’éclairage public : lampadaires trop nombreux, éclairage en plein jour, nuée de projecteurs sur les monuments. A l’heure où l’on nous demande de changer nos ampoules et d’éteindre nos appareils en veille, ça fait désordre.

9 millions de lampadaires

Il y a en France 9 millions de lampadaires pour éclairer nos rues, nos routes et nos bâtiments publics. En une année, ils dévorent plus de 5 milliards de kWh, l’équivalent de la production d’électricité d’une centrale nucléaire. L’éclairage public, c’est 40% de la facture électrique d’une commune. 

Certaines villes ont décidé de réagir avec des lampadaires photovoltaïques ou même des trottoirs intelligents qui utilisent l’énergie produite par les piétons pour éclairer la rue. 

Mais ces technologies coûtent cher et les économies ne seront réalisables que sur le long terme. En revanche, en réduisant simplement l’éclairage la nuit ou en optant pour des ampoules à faible consommation, l’effet est immédiat : -10% en moyenne sur la facture. Pour une ville comme Issy les Moulineaux, cela représente tout de même quelques 400.000 euros d’économies par an.

Bougeons-nous : sauvons l’Etat !
Entrez dans le débat !

Des lampadaires à détecteurs de présence

Certaines villes donnent l’exemple tout de même, à commencer par Toulouse qui est pionnière sur la question. Alexandre Marciel est adjoint au maire, chargé de l’éclairage public, de la voirie et de la propreté. Son service a développé les lampadaires à détecteur de présence.

Sur RMC, il explique l’intérêt de ce système : « L’intérêt de la détection de présence est de s’adapter au plus près de la qualité de l’usage de l’espace public. En clair, on intensifie la lumière au passage du piéton. 

Côté route on a introduit une stratégie un peu nouvelle qui est celle de baliser lumineusement nos routes avec des plots solaires lumineux. L’objectif global est de réduire de moitié la consommation liée à l’éclairage public toulousain mais financièrement, face à l’augmentation de la facture énergétique, on n’est pas sûr que ça baissera le coût ».

Éclairage à LED : 400 000 euros d’économies

Certaines villes ont très vite compris qu’elles pouvaient réaliser des économies substantielles. C’est le cas d’Issy les Moulineaux, en région parisienne. Olivier Haumant est le directeur des services techniques de la Ville. Ce qu’il a mis en place dans sa ville a permis de faire des économies : 

« L’avantage de passer à des lampes à LED nous amène tout de suite une économie sur la facture EDF. On a déjà constaté une baisse de 10 % sur la facture. Cela peut représenter à terme quand toutes les rues seront équipées près de 400.000 euros d’économies pour la ville. 

En revanche il faut compter un coût d’investissement lorsqu’on est en en technologie de télégestion qui permet de baisser la lumière au milieu de la nuit et l’amortissement se fait sur les 10 à 15 années suivantes qui correspondent à la dure de vie du matériel ».

http://www.rmc.fr/editorial/259176/economies-limiter-l-eclairage-public/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des faux médicaments

Posté par ippolito le 27 juin 2012

La contrefaçon de médicaments explose

Plus de 65.000 boîtes ont été saisies par les douanes en 2011.
Derrière les vêtements, les produits de soin corporel, les téléphones, etc., les médicaments deviennent un secteur clé pour les douanes françaises. 

Plus de 65.000 boîtes de médicaments contrefaits ont été collectées en 2011, sur 8,9 millions de produits saisis, tous secteurs confondus. «Cela représente un bond, en comparaison des années précédentes où les saisies de médicaments contrefaits étaient quasi nulles», explique Delphine Sarfati, porte-parole de l’Unifab, le syndicat des fabricants.

La France se démarquait alors du reste de l’Europe, où les faux médicaments ont représenté 3 % des 103 millions de produits saisis en 2010. Dans l’Hexagone, l’un des rares pays à imposer un monopole pharmaceutique réservant la distribution de médicaments aux officines, la chaîne du médicament est très encadrée et aucun produit contrefait n’a été détecté jusqu’ici en pharmacie, affirme
l’Unifab

En revanche, les consommateurs français sont exposés, comme dans les autres pays, au trafic de faux sur Internet, un vecteur essentiel du trafic de produits de santé. Plus de 50 % des médicaments achetés sur des sites en ligne qui dissimulent leur véritable adresse sont des contrefaçons, estime l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

10 % de faux médicaments

De façon inquiétante, «la contrefaçon concerne de plus en plus de traitements des pathologies graves», souligne Caroline Atlani, directrice de la coordination anticontrefaçon de Sanofi, un groupe actif dans cette bataille avec un laboratoire d’analyse des faux basé à Tours et des équipes dédiées à la recherche de solutions pour assurer la protection et la traçabilité de ses produits.

 Après les produits de confort (Viagra, antiobésité, antitabac…), de plus en plus de traitements pour des pathologies lourdes apparaissent sur Internet, des anti-infectieux aux médicaments pour les maladies cardio-vasculaires et aux traitements contre le cancer.

Les faux médicaments, qui sont, dans le meilleur des cas, inefficaces et, le plus souvent, dangereux, représentent près de 10 % du marché pharmaceutique mondial, estime l’OMS, soit un marché de plus 75 milliards de dollars en 2010. 

Dans les pays industrialisés, en Europe de l’Ouest notamment, un médicament sur cent est contrefait. Le taux atteint 30 % en Afrique et en Asie. Avec des profits supérieurs à ceux du trafic de drogue et très peu de sanctions, la contrefaçon progresse dans beaucoup de secteurs. Elle explose dans la santé, car les fraudeurs arrivent à produire des médicaments contrefaits «à l’échelle industrielle», souligne l’Unifab.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/06/07/18329-contrefacon-medicaments-explose

Publié dans Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN