• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 1 août 2012

Y’ en a marre de l’aide aux pays étrangers

Posté par ippolito le 1 août 2012

Pierre Moscovici annule 3,74 milliards € de dette à la Côte d’Ivoire

Pierre Moscovici, ministre de l’économie, a signé, mardi 24 juillet, un accord bilatéral d’annulation de la dette ivoirienne de 3,74 milliards €. La dette ivoirienne passe donc avant le remboursement de la dette française de 1 800 milliards €.

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/pierre-moscovici-annule-374-milliards-e-de-dette-a-la-cote-divoire/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la fraude fiscale

Posté par ippolito le 1 août 2012

Evasion fiscale : 36 milliards d’euros échappent au fisc

36 milliards d’euros c’est la somme de l’évasion fiscale qui échappe au fisc chaque année en France, selon la commission d’enquête du Sénat sur l’évasion des capitaux. Si certains riches en profitent, « des banques les encouragent », dénoncent des spécialistes.

Fraude à la TVA, exil fiscal des riches particuliers et des grandes entreprises, chaque année l’argent qui échappe au fisc représenterait 36 milliards d’euros, selon un rapport d’une commission sénatoriale. Les Sénateurs ont eu le plus grand mal à chiffrer l’évasion fiscale. 

Le sénateur communiste Eric Bocquet, rapporteur de la commission annonce donc 36 milliards pour le coût de l’évasion fiscale alors que le sénateur PS Yannick Vaugrenard, membre de cette commission d’enquête, l’évalue entre 50 et 60 milliards d’euros chaque année en France.

20 milliards à l’étranger pour les entreprises

En partant de ce chiffre de 36 milliards d’euros, Eric Bocquet estime néanmoins que 8 milliards d’euros concerneraient des fraudes à la TVA, 8 milliards d’euros de riches exilés et environ 20 milliards d’euros des entreprises. Le rapport sénatorial préconise donc 59 mesures pour lutter contre la fraude fiscale dont la création d’un Haut-Commissariat pour lutter efficacement et durablement contre l’exil fiscal.

« Des banques encouragent à l’évasion fiscale »

Antoine Peillon est journaliste au quotidien La Croix et auteur d’une enquête sur l’évasion fiscale « Ces 600 milliards qui manquent à la France ». Pour lui, il y a deux fautifs à cette évasion : « A titre privé, les personnes qui ont une fortune importante et qui estiment qu’une partie de le revenus doit échapper au Fisc. La deuxième responsabilité est celle des établissements financiers, des banques, qui aident ces personnes, vont même parfois les chercher, pour leur permettre et les encourager à l’évasion fiscale ».
« 50 à 60 milliards c’est 3 points de PIB »

Gabriel Zucman, chercheur à l’école d’Economie de Paris, spécialiste de l’évasion fiscale. Les 50 et 60 milliards d’euros évoqués le sénateur PS Yannick Vaugrenard, membre de la commission d’enquête, représentent « quasiment 3 points de produit intérieur brut (PIB). Et donc c’est quasiment l’ampleur du déficit public de la France. Autrement dit, si on arrivait à récupérer 50 à 60 milliards d’euros chaque année, le déficit de l’Etat français serait quasiment ramené à zéro à partir de 2013/2014 »

La Suisse, le pays chouchou de nos exilés fiscaux
La Commission d’enquête sénatoriale sur l’évasion des capitaux et des actifs hors de France a auditionné d’avril à juillet 130 personnes, dont 90 au Sénat, et 40 lors de déplacements en Suisse, en Belgique, à Londres et à Jersey. 

Parmi les personnes entendues : les services de Bercy, la Société générale et BNP Paribas, les groupes LVMH, Total, des ONG, des syndicalistes, des journalistes d’investigation, des avocats fiscalistes, mais également Laurence Parisot, la patronne du Medef, et les tennismen Yannick Noah et Guy Forget. Et parmi les pays préférés des exilés francais fiscaux : la Suisse d’abord puis le Luxembourg, l’Autriche, Monaco et la Grande Bretagne.

http://www.rmc.fr/editorial/281570/evasion-fiscale-36-milliards-d-euros-echappent-au-fisc/

Publié dans Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des déficits

Posté par ippolito le 1 août 2012

Un trou de plus de 400 millions dans le budget du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a constaté à son arrivée au ministère des dépenses non budgétisées à plus de 400 millions d’euros. Elle regrette ces « impasses budgétaires » laissées par ses deux prédécesseurs… « sans volonté polémique ».

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, s’est dit « très surprise » à son arrivée au ministère par les « impasses budgétaires » laissées par ses deux prédécesseurs. « Au total, le montant des dépenses non budgétisées s’élève à plus de 400 millions d’euros », a-t-elle précisé devant les députés de la commission de Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale. Et d’enfoncer le clou : « dans un contexte où les dépenses publiques doivent être maîtrisées, c’est loin d’être négligeable ».

 Du coup, la ministre doit procéder « par redéploiement » alors qu’elle souhaitait « utiliser les marges de manoeuvre pour financer des actions nouvelles correspondant à des besoins réels, plutôt que pour colmater des brèches ».

Une liste des dépenses non budgétisées longue

La liste des dépenses non budgétisées, que la ministre a dressé « de manière factuelle, sans volonté polémique » est « longue ». Ainsi, c’est le cas du dixième mois de bourses « annoncé à grand renfort de publicité par mes deux prédécesseur »s pour 150 millions d’euros en 2012 et 70 millions en 2011. « Ces chiffres ont été cités à deux reprises par la Cour des comptes », a rappelé Geneviève Fioraso. C’est aussi le cas du glissement vieillesse technicité (GVT)  pour 37 millions d’euros, soit 100 millions d’euros cumulés sur la période 2010-2012, le décalage entre charges réelles de personnel et crédits transférés aux universités au moment de leur passage aux responsabilités et compétences élargies (RCE) pour 50 millions d’euros.

Enfin, s’agissant des projets structurants dans le domaine de la recherche, elle a trouvé « une dette de 45 millions d’euros à l’égard de l’Agence spatiale européenne (ESA) en 2012 et un sursaut de 66 millions d’euros pour le financement du projet ITER à partir de 2013″.

Langage de la vérité

En matière budgétaire, « il convient de tenir un langage de vérité », a-t-elle expliqué. « En tous les cas », la ministre a décidé de construire « un budget sincère et il le sera ». S’agissant des grands projets dont le financement a été sous-évalué, le ministère est « en train de lisser les dépenses dans le temps, sans porter atteinte aux contrats passés avec les entreprises, qui servent la croissance et l’emploi ».

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120730trib000711729/un-trou-de-plus-de-400-millions-dans-le-budget-du-ministere-de-l-enseignement-superieur-et-de-la-recherche-.html

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du chômage

Posté par ippolito le 1 août 2012

Chômage : les demandeurs d’emploi augmentent de 0,8 % en juin

Pour le quatorzième mois consécutif, le chômage poursuit sa hausse en France métropolitaine et touche 2,945 millions de personnes.

Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité en France métropolitaine a poursuivi sa hausse en juin pour atteindre 2,945 millions de personnes, soit 23 700 de plus qu’en mai (+ 0,8 %), marquant un 14e mois consécutif de hausse, a annoncé mercredi le ministère du Travail. En incluant les personnes exerçant une activité réduite, ce sont 4,395 millions de personnes qui étaient à la recherche d’un travail. Un record depuis la mise en place de ces statistiques en 1991. Le mois de juin est marqué par une hausse de 48 400 demandeurs d’emploi (+ 1,1 %) en un mois, selon les chiffres de la Dares.

La « mobilisation du gouvernement est entière » « tant pour répondre à l’urgence sociale » que pour mettre en oeuvre « la feuille de route sociale » tracée lors de la grande conférence sociale, a réagi le ministère du Travail dans un communiqué. En mai, 33 300 personnes étaient déjà venues grossir les rangs des demandeurs d’emploi sans activité, la plus forte hausse (+ 1,2 %) depuis mai 2011, date à laquelle le nombre d’inscrits à Pôle emploi a recommencé à augmenter, sans fléchir depuis.

Sur un an, la hausse en juin est de 7,8 %.

Outre-mer compris, 4,670 millions de demandeurs d’emploi étaient recensés fin juin, avec ou sans activité, soit une hausse de 1,1 % en un mois (+ 6,8 % en un an). La hausse est particulièrement marquée chez les demandeurs d’emploi de longue durée (plus d’un an). Ils étaient 1,684 million en juin, un record depuis qu’ils sont ainsi comptabilisés par le ministère du Travail (1996).

Parmi eux, les chiffres explosent pour ceux qui sont à la recherche d’un emploi depuis plus de trois ans, avec une hausse de 21,6 % sur un an, « phénomène le plus inquiétant », selon l’économiste Mathieu Plane, qui évoque « une crise durable » avec des risques de « basculement vers la pauvreté ». Les 50 ans et plus sont toujours les plus touchés. Leur nombre a augmenté de 1,4 % en juin (+ 15,9 % sur un an) pour les demandeurs d’emploi sans aucune activité

http://www.lepoint.fr/economie/chomage-les-demandeurs-d-emploi-augmentent-de-0-8-en-juin-25-07-2012-1489225_28.php

Publié dans Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN