• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 21 août 2012

Y’en a marre des taxes

Posté par ippolito le 21 août 2012

Quel que soit l’heureux gagnant du pactole de 190 millions ce vendredi soir, il y aura un autre vainqueur: l’État. Il est sûr d’empocher, via La Française des jeux (FDJ), au moins 16 millions d’euros, de quoi payer 260 policiers pendant un an. Ce chiffre est calculé à partir des données du dernier événement comparable, le jackpot du 8 juillet 2011.

La règle de répartition des gains est simple: 39% des sommes misées par les participants français à la loterie européenne sont reversées à l’État, via la TVA, la CSG et les allocations au Centre national pour le développement du sport (CNDS). À ce jeu-là, le budget y gagne à chaque fois, mais moins que la communauté des joueurs dans leur ensemble, rappelle Matthieu Escande, spécialiste du droit des jeux à l’université de Toulouse: «La Française des jeux encaisse les mises et en reverse la moitié aux participants.»

Si, ce vendredi, la cagnotte s’élève à la somme astronomique de 190 millions d’euros, c’est parce que personne n’a remporté le jackpot depuis le 22 juin dernier. Dans le jargon de la FDJ, on dit qu’il n’y a pas eu de gagnant de rang 1. En clair, personne n’a trouvé depuis cette date tous les bons chiffres, même si certains en ont trouvé une partie, emportant des prix de moindre importance.

L’État, lui, a engrangé les millions à chaque fois. Un exemple: ce mardi, 20 millions de grilles à 2 euros ont été achetées, soit un chiffre d’affaires total de 40 millions d’euros. Sur cette seule journée, l’État a donc empoché près de 15,6 millions d’euros. Encore quelques chiffres: depuis le début de l’année, Bercy a accumulé quelque 344 millions grâce à la loterie européenne. L’équivalent de ce que le fisc récolte en une journée avec la TVA.

Mais quand un joueur gagne, l’État, lui, ne touche pas un centime sur ses gains. La France, comme la majorité des pays européens, ne taxe pas les vainqueurs de loteries. Parmi les rares exceptions, la Suisse impose les heureux gagnants. Elle a la main lourde: le joueur doit actuellement reverser 35% de ses gains à l’État à partir de 50 francs. En France, les vainqueurs devront, une fois riche, s’acquitter de l’impôt sur la fortune.

Les Britanniques dominent l’Euro Millions
Parmi les 9 pays qui participent à l’Euro Millions, le Royaume-Uni concentre le plus de gagnants. Ont-ils trouvé une martingale? Non: ils jouent simplement plus que les autres. «Il y a autant de chances de gagner dans un pays ou dans un autre, mais certains jouent plus, donc gagnent plus», explique Frédéric Vergne, responsable du site spécialisé LoteriePlus.com.

La loterie britannique remporte plus de succès parce qu’elle a ajouté un jeu additionnel à l’Euro Millions. La grille peut faire gagner 1 million de livres supplémentaire à un Britannique à chaque tirage. Pour l’ouverture des Jeux olympiques, 100 fois un million ont été mis en jeu, drainant moitié plus de joueurs que d’habitude.

Logiquement, «alors que le Royaume-Uni représente habituellement environ 25% à 30% des gagnants d’un tirage, le pays a monopolisé plus de la moitié des gagnants, avec 4,1 millions de tickets gagnants (sur les 7,3 millions pour toute l’Europe)», observe Frédéric Vergne. Mais aucun n’a touché le gros lot, remis en jeu ce vendredi.

http://www.lefigaro.fr/argent/2012/08/10/05010-20120810ARTFIG00251-l-etat-remportera-plus-de-16-millions-a-l-euro-millions.php

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du prix du tabac

Posté par ippolito le 21 août 2012

Ces 10 pays de l’UE où les cigarettes valent 2 fois moins cher qu’en France

Alors que le prix du tabac vient à nouveau d’augmenter en France, le différentiel avec nos voisins s’accroît… comme la tentation de s’approvisionner librement là où les prix sont les moins élevés.

La nouvelle hausse du prix du tabac de 6%, effective depuis lundi 17 octobre, pose la question des tarifs pratiqués dans les pays voisins. C’est en tout cas l’argument mis sur la table par les buralistes et les fabricants qui s’alarment devant cette concurrence accrue. Selon eux, une forte augmentation du prix favorise la contrebande et les achats transfrontaliers sans pour autant diminuer la consommation de tabac.

Selon un récent projet de rapport d’information parlementaire, « la France exerce une des plus fortes pressions fiscales sur les produits du tabac en Europe », ce qui a permis aux ventes de cigarettes de décliner en vingt ans, de 97,1 milliards d’unités en 1991, à 54,8 milliards d’unités en 2010. « Cette baisse est principalement imputable aux fortes augmentations de prix de janvier et d’octobre 2003 et de janvier 2004″ qui ont fait passer le prix du paquet de cigarettes à 5 euros.

Concernant la contrebande et les achats frontaliers, une étude des Douanes permet de replacer ces deux phénomènes à leur niveau réel. 80% des cigarettes consommées en France sont achetées dans le réseau officiel. 15% sont achetés légalement dans les pays limitrophes et 5% via la fraude.

Jusqu’à 39 euros de différence pour une cartouche…

Depuis lundi, les paquets de cigarettes coûtent en moyenne 30 centimes de plus en France. Si l’on prend le prix d’un paquet de Marlboro, il atteint désormais 6,20 euros. Mais le consommateur peut se le procurer à 4,40 euros au Luxembourg, 4,80 euros en Belgique, 4,25 euros en Espagne. Il le trouve à 2,70 euros en principauté d’Andorre ou à 2,30 euros sur les Iles Canaries. Ce qui fait une différence avec la France de 39 euros pour une cartouche…

Des tarifs très compétitifs que l’on retrouve également dans les pays de l’Est de l’Union européenne, selon des chiffres fournis par Philip Morris qui produit les Marlboro: 2,42 euros en Hongrie, 2,56 euros en Bulgarie 2,58 euros en Lituanie, 2,79 euros en Roumanie, 2,96 euros en Lettonie, 3 euros en Pologne et en Estonie, 3,20 euros en Slovénie, 3,37 euros en Slovaquie. Des tarifs qui pourraient pousser à une transhumance occasionnelle ou à multiplier les week-ends de charme à Riga, Sofia, Cracovie ou Budapest.

… et jusqu’à 10 cartouches par voyageur

Selon le site des douanes françaises, les achats personnels au sein de l’UE permettent de transporter jusqu’à 5 cartouches sans aucune formalité et de 6 à 10 avec un document simplifié d’accompagnement (DSA). Un document de simple circulation intra-communautaire, sans incidence tarifaire bien sûr…

En se livrant à un simple petit calcul, l’achat de 10 cartouches dans une destination où le tabac est low cost permet de faire une économie de 390 euros maximum. Le prix d’un week-end à Budapest (avion + hôtel) par exemple. De quoi se payer un aller-retour, il n’y a qu’un pas à franchir…

Ces écarts de prix ont poussé les parlementaires à l’origine du projet de rapport à réclamer non seulement une harmonisation des taxes mais aussi des prix des tabacs entre la France et les Etats de l’Union.

La hausse programmée de 6% au premier semestre 2012 ne va en tout cas pas faciliter la tâche. Pas de quoi rassurer les buralistes qui voient leurs ventes et leur nombre diminuer comme peau de chagrin dans les régions frontalières. 

Mais n’est-ce pas le prix à payer pour le bien de la santé publique? Ceux qui luttent pour une diminution rapide du tabagisme en France, à l’origine de 60.000 décès annuels, militent pour une hausse drastique du prix du tabac, une démarche que les politiques ont encore du mal à adopter.

http://www.challenges.fr/economie/20111019.CHA5940/ces-10-pays-de-l-ue-ou-les-cigarettes-coutent-2-fois-moins-cher-qu-en-france.html

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN