• Accueil
  • > Archives pour septembre 2012

Y’en a marre de Claude Bartolone

Posté par ippolito le 29 septembre 2012

Claude Bartolone emploie son épouse aux frais des contribuables
  
Plus c’est gros, plus ça passe. Madame Bartolone, l’épouse de Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale, vient d’être nommée chargée de mission « interventions et droit des femmes » au sein du cabinet de son mari.

Cette information a été publiée ce matin au Bulletin quotidien, le jour même où  le président de l’Assemblée a choisi d’annoncer, dans une interview à «Acteurs publics» une série de mesures d’économies et d’efforts de gestion de l’Assemblée nationale.

Presque 15 ans que ça dure !

Le président nouvellement élu déclare ainsi : «j’entends les exigences de nos concitoyens en matière d’exemplarité et de sobriété».
Or, depuis 1998, Claude Bartolone emploie son épouse aux frais des contribuables : titulaire d’une licence de mathématiques et d’une maîtrise de psychologie clinique, Mme Bartolone a d’abord été chargée de mission au sein du cabinet de son époux alors ministre de la Ville (de 1998 à 2002), puis collaboratrice parlementaire du député Claude Bartolone de 2002 à 2008, puis chargée de mission à la présidence du Conseil général de Seine Saint-Denis, dont Claude Bartolone était président jusqu’à son accession à la présidence de l’Assemblée nationale.

http://www.lecri.fr/2012/09/25/claude-bartolone-emploie-son-epouse-aux-frais-des-contribuables/36110

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des ethylotests

Posté par ippolito le 29 septembre 2012

La vérité sur le jackpot des éthylotests

En réussissant à imposer les détecteurs d’alcoolémie dans tous les véhicules, les fabricants se sont mis à dos beaucoup de monde mais ils ont gagné le gros lot. Retour sur une redoutable opération de lobbying.

Les fabricants d’éthylotest français vont pouvoir se hisser au premier rang mondial grâce à l’obligation faite aux conducteurs d’avoir à bord de leur véhicule ce type de détecteur d’alcoolémie. 

Dans les ateliers de la société Contralco, à Gignac (Hérault), près de Montpellier, la lumière ne s’éteint jamais. Les salariés s’y relaient sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre depuis le début de l’été. « Dès que j’ai dix minutes devant moi, j’enlève la cravate et je cours aider sur la ligne de production, explique Guillaume Neau, le directeur du marketing. Nous croulons sous les demandes, tous les bras sont les bienvenus, de la standardiste au directeur général! »

L’entreprise, leader mondial des éthylotests à usage unique, est submergée par les commandes depuis que les pouvoirs publics ont décidé, l’an dernier, de rendre les Alcootest obligatoires en France à bord des véhicules à moteur de plus de 50 centimètres cubes (autos, motos, tracteurs…).

Une vraie course contre la montre

En quelques mois, cette petite société de 64 salariés qui jusqu’alors ne fournissait que les forces de l’ordre, les stations-service et les discothèques a vu son carnet de commandes s’emballer. Elle est passée d’un marché de niche, pour les seuls professionnels, à un marché de masse, concernant tous les Français détenteurs du permis de conduire: près de 40 millions de clients, sans compter les étrangers de passage. La PME a dû recruter 173 personnes en CDI et investir 3 millions d’euros dans de nouvelles machines. Malgré cela, elle ne pourra pas tenir les délais. Pour une commande passée le 17 septembre, Contralco ne peut livrer qu’en avril 2013!

Or dès le 1er novembre, les automobilistes incapables de présenter un Alcootest aux gendarmes seront verbalisés. C’est une course contre la montre pour l’entreprise héraultaise, qui représente 80 % des ventes d’éthylotests à usage unique en France. « Début septembre, nous avons prévenu les responsables de la Sécurité routière que nous ne pourrions pas satisfaire la demande, indique Guillaume Neau. Un délai serait bienvenu dans l’application de la loi. »

Un lobbying très efficace

La situation est d’autant plus tendue qu’il existe peu de fabricants d’Alcootest dans le monde. La France est le premier pays à les rendre obligatoires. Le seul autre industriel répondant à la norme NF, Red Line, est sud-africain. Son importateur exclusif, la société alsacienne Pelimex, qui devrait multiplier ses ventes par quatre cette année, peine elle aussi à répondre aux commandes.

La sécurité routière est un sujet qui passionne les Français et inspire les hommes politiques. Du coup, les décisions sont nombreuses et toujours très contestées. « Encore une mesure prise à la va-vite, s’enflamme Chantal Perrichon, la présidente de la Ligue contre la violence routière. Le gouvernement a été instrumentalisé par les fabricants, alors que la première mesure de bon sens consisterait déjà à respecter vraiment la loi Evin. »

Il est vrai que les dirigeants de Contralco et de Pelimex ont su déployer un efficace lobbying. Avec une demi-douzaine d’autres acteurs de ce secteur en devenir (revendeurs et spécialistes d’appareils électroniques), ils ont créé, en juin 2011, une association baptisée I-Tests, pour promouvoir l’autodépistage de l’alcoolémie afin de réduire le nombre d’accidents de la route. Noble dessein et joli business, puisque la mesure crée un marché captif de plus de 100 millions d’euros.

« Nous avons fait valoir qu’une loi exigeant la possession d’un éthylotest existait déjà depuis 1970, votée par la droite et par la gauche, et qu’il suffisait de l’appliquer », reconnaît Guillaume Neau. Trop heureux de pouvoir prendre une mesure d’apparence efficace et indolore pour les caisses de l’Etat -au moment où justement les chiffres de la mortalité routière repartaient à la hausse-, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, s’est empressé de signer fin 2011. A l’époque, le candidat François Hollande, interrogé par Chantal Perrichon et ses amis, se montre réservé. De là à annuler la mesure…

Une fiabilité largement remise en cause

« C’est un jackpot pour les fabricants, mais cela ne change rien au problème de l’alcool au volant, estime Christiane Bayard, secrétaire générale de la Ligue de défense des conducteurs. Le gouvernement s’est enfermé dans une dynamique répressive qui donne l’illusion de protéger les gens. »

Ce « décret Alcootest » réussit la prouesse de mettre d’accord deux ennemis irréductibles: les associations de victimes de la route et les défenseurs des automobilistes. Les deux camps pointent les mêmes effets pervers: les éthylotests ne sont pas fiables à 100 %. Ils peuvent être périmés, mal conservés, mal utilisés… et faire apparaître des « faux négatifs » si on les utilise avant que l’alcool absorbé soit passé dans le sang. « Encore une façon de ponctionner les conducteurs devenus des vaches à lait bien dociles », s’indigne Christiane Bayard. « Et que va-t-on faire des tests usagés emplis de substances chimiques nocives? », s’inquiète Chantal Perrichon.

Des arrnaques en série

Pendant ce temps, certains surfent sur la pénurie pour s’enrichir. Plusieurs sites Internet voyous promettent des Alcootest pas chers, voire gratuits. A éviter. Les clients ne sont pas toujours livrés ou achètent des gadgets électroniques non homologués. « Nous mettons de l’ordre dans nos offres », promet Alexander Motte, le patron du site Ethylotest-Gratuit.org, l’un des acteurs les plus vilipendés de ce business, qui propose l’envoi d’un « lot de deux éthylotests d’essai gratuits », suivi d’un abonnement d’office.

Dans la distribution traditionnelle, l’engouement pour les Alcootest rappelle l’ambiance qui régnait il y a deux ans lors de l’épidémie de grippe A, quand tout le monde voulait acheter masques et gel antibactérien. En moins de six mois, les prix publics des Alcootest ont flambé: + 50 % relevés par Challenges dans un magasin spécialisé Feu Vert. Le même produit valait 1 euro en décembre, 1,50 euro aujourd’hui. Les prix de gros ont subi la même courbe, de 0,50 à 0,75 euro. Les magazines Que Choisir et 60 Millions de consommateurs crient au vol, alertés par des centaines de témoignages. Mais ces indignés de la route ne sont pas majoritaires. Leur exaspération diffuse ne couvre pas le silence assourdissant des millions d’usagers sages et disciplinés qui sont en train de hisser l’industrie française des éthylotests au premier rang mondial. 

http://www.challenges.fr/entreprise/20120926.CHA1236/la-verite-sur-le-jackpot-des-ethylotests.html

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Julien Dray

Posté par ippolito le 29 septembre 2012

Julien Dray finance ses amis avec l’ argent public

Julien Dray a aidé son ami Georges-Marc Benamou a bénéficier d’un soutien financier de 400 000 euros du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France.

En effet, Julien Dray a sollicité des financements auprès du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France pour un projet de son ami Georges-Marc Benamou. L’ ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’ Elysée Georges-Marc Benamou est un ami de Julien Dray depuis qu’ils se sont rencontrés à SOS Racisme.

Georges-Marc Benamou travaille actuellement sur une adaptation télévisuelle des mémoires de Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, et est donc à la recherche des financements. France 3 a déjà participé à son projet à hauteur de 4,4 millions d’euros, et Arte à hauteur de 400 000 euros. Mais ce n’est pas suffisant.

Georges-Marc Benamou pouvait donc compter sur son ami de longue date Julien Dray pour solliciter des financements auprès du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France.

Les 7 membres du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France se sont réunis le 18 septembre en compagnie de Julien Dray, qui leur a expliqué : ” Je tiens à porter à votre connaissance un projet qui me tient à cœur. Sachez que la Région souhaite que ce projet se fasse.”

Les membres se sont d’ailleurs étonnés de cet interventionnisme, dont Julien Dray ne se cache pas: ” Effectivement, je ne me suis pas caché. Je n’ai pas fait de petite campagne d’influence. J’ai joué la transparence.”

Mais l’ interventionnisme de Julien Dray a porté ses fruits, puisque 4 des 7 membres de la commission ont finalement approuvé un financement de 400 000 euros pour le projet de Georges-Marc Benamou, aux frais des contribuables. Merci Julien !

source: le canard enchainé

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/julien-dray-finance-ses-amis-a-l-argent-public/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Hollande

Posté par ippolito le 28 septembre 2012

François Hollande à New York: une facture de 900.000 euros pour deux jours

 Etait-ce savamment calculé à l’avance? Toujours est-il que le déplacement de François Hollande et de toute son équipe à New York aura coûté en tout 900.000 euros révèle Le Parisien, soit 100.000 euros de moins que Nicolas Sarkozy l’année dernière.

Durant ce voyage officiel de deux jours, lors duquel le président s’est exprimé à l’ONU pour la première fois, les 61 personnes de la délégation auront notamment dépensé 116.000 euros pour la réception des 1500 Français de New York dans la prestigieuse salle de Broadway, le Roseland Ballroom. Avec du vin au menu, mais pas de champagne.

Rabais pour la chambre d’hôtel de Hollande: -67%

Pour le précédent locataire de l’Elysée, la facture de la traditionnelle réception s’était élevée à 400.000 euros, rien que pour les repas. Quatre mille Français avaient certes été conviés, au Manhattan Center Studio.

A noter que le clan Hollande, qui s’attelle depuis le 6 mai à réduire au maximum les dépenses liées au train de vie de l’Etat, s’est encore illustré en la matière. Même si François Hollande a occupé pendant deux jours la plus luxueuse suite de l’hôtel Setai sur la Cinquième avenue, il a pu en négocier le prix: 1000 dollars la nuitée, contre 3000 dollars pratiqué ordinairement…

Malgré tout, cette facture de 900.000 euros laisse un goût amer chez certains internautes, pour qui le président s’est montré moins « normal » que d’habitude lors de cette escapade outre-Atlantique.

http://www.huffingtonpost.fr/2012/09/27/francois-hollande-new-york-facture_n_1918258.html?utm_hp_ref=france

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Sanofi

Posté par ippolito le 28 septembre 2012

Sanofi : « Avec 6 milliards et demi de bénéfices, ça paraît inacceptable »

Sanofi supprimera 900 postes en France, et le site de Toulouse est menacé. Le groupe faisant « 6 milliards et demi d’euros de bénéfices », la décision vient relancer le débat sur les licenciements boursiers : faut-il oui, ou non, les interdire. Sur RMC, syndicats, patronat et élus réagissent.

Les organisations syndicales le craignaient depuis début juillet, elles voient leurs doutes se confirmer. Sanofi va supprimer 900 emplois en France d’ici 2015, a annoncé mardi sa direction, « essentiellement au travers de mesures de volontariat ». C’est moins que les 1 200 à 2 500 suppressions de postes d’abord craintes par les représentants du personnel, même si le gouvernement affirme avoir réussi à limiter la casse.

« On ne peut pas laisser passer des choses outrancières »

Pierre Cohen, le maire socialiste de Toulouse, où le laboratoire pharmaceutique devrait fermer un site, en appelle maintenant à François Hollande et ses promesses. « Pendant la campagne, nous avions une promesse, parmi les propositions de François Hollande, de se poser la question et d’être contraignant vis-à-vis des licenciements dans un environnement boursier, c’est-à-dire qui permet de faire monter le niveau de la bourse ». Et il suffit de regarder les chiffres pour se rendre compte que c’est exactement la situation actuelle : « Et là, on a 6 milliards et demi de bénéfices, ça paraît inacceptable. La crise est dure, mais on ne peut pas laisser passer des choses outrancières ».

http://www.rmc.fr/editorial/303442/sanofi-avec-6-milliards-et-demi-de-benefices-ca-parait-inacceptable/

Publié dans Y'en a marre du CAC 40, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des cumulards

Posté par ippolito le 28 septembre 2012

Un sénateur cumulard qui coute cher

Et si le débat autour du cumul des mandats, particulièrement brûlant au PS, n’était que l’arbre qui cache cette forêt: le cumul des fonctions ? Avec leur cohorte de réunion, colloques et conseils d’administration.

Représentatif, le cas – extrême, il est vrai – du sénateur socialiste Yves Rome, élu depuis septembre 2011 au Palais du Luxembourg:

- Sénateur de l’ Oise.

- Membre du groupe socialiste et apparentés du Sénat.

- Membre de la commission de l’ Economie, du Développement durable et de l’ Aménagement du territoire au Sénat.

- Membre de la Commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des devis.

- Membre du groupe d’études Communications électroniques et Poste.

- Membre du groupe d’études Médias et Nouvelles Technologies.

- Président du Groupe d’amitiés France-République tchèque.

Hormis ces 7 fonctions occupées au titre de la Haute Assemblée, Rome a tenu à rester un élu local. Voici la liste des fonctions remplies dans son département:

- Président du conseil général de l’ Oise.

- Premier adjoint au maire de Bailleul-sur-Thérain.

- Président de la communauté des communes rurales du Beauvaisis.

- Président du syndicat mixte de l’ aéroport de Beauvais-Tillé.

- Président de l’ Union départementale des élus socialistes et républicains.

- Président du conseil d’administration du Service départemental d’incendie et de secours de l’ Oise.

- Président de l’ Etablissement public foncier de l’ Oise.

-Le sénateur Rome, qui doit disposer encore de temps libre, siège également dans des instances nationales comme:

- Membre du bureau de l’ Association des départements de France.

- Président de la conférence nationale des services d’incendie et de secours.

- Président de l’ Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel.

Soit 17 fonctions à lui seul. Certes, la rémunération d’ Yves Rome ne peut dépasser la somme de 8 272 euros, fixée par la loi. En revanche, ce plafonnement ne tient pas compte des avantages matériels liés à ces fonctions. Mais un tel esprit de sacrifice au services des intérêts nationaux mérite bien d’être récompensé.

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/un-senateur-cumulard-qui-coute-cher/

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | 1 Commentaire »

12345...15
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN