• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 7 septembre 2012

Y’en a marre des fonctionnaires

Posté par ippolito le 7 septembre 2012

« Les privilèges des fonctionnaires devront être remis en cause » pour équilibrer les comptes publics, écrit Alain Mathieu, président de Contribuables Associés, dans l’hebdomadaire La Tribune du 13 juillet (page 31).

La fonction publique française doit être remise en ordre ! La masse salariale représente son premier poste de dépense. A titre de comparaison, elle représente 13,5% du PIB français contre 7,5% outre Rhin. Au total, chaque année, l’Allemagne dépense 120 milliards € de moins que nous pour ses fonctionnaires.

Ils sont premièrement plus nombreux en France, 5,27 millions contre 4,5 millions en Allemagne. Ils sont mieux payés, 49 100 € par an contre 40 400 € par an.

Les fonctionnaires allemands travaillent plus longtemps, sont moins absents au travail et disposent de moins d’avantages sur leur retraites que leurs homologues français.

http://www.lecri.fr/2012/07/13/la-tribune-alain-mathieu-signe-une-tribune-sur-le-cout-des-fonctionnaires/34492

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du cumul des mandats

Posté par ippolito le 7 septembre 2012

Cumul des mandats : pourquoi ça coince ?

Après la demande de François Rebsamen sur RMC de pouvoir conserver ses mandats locaux et nationaux, Martine Aubry a écrit aux parlementaires pour leur demander d’appliquer la règle du non-cumul des mandats. « Ce n’est pas une demande citoyenne », affirment certains d’entre eux.

C’était une promesse de campagne de François Hollande, c’est devenu un point de discorde au sein du Parti socialiste : le non-cumul des mandats fait réagir dans les rangs du Sénat. Tout a commencé sur RMC mardi quand François Rebsamen, le président du groupe socialiste au Sénat, affirmait dans Les Grandes Gueules qu’il compte bien garder son fauteuil de maire en plus de celui de sénateur.

Une prise de position qui a obligé Martine Aubry à sortir sa plume. La première secrétaire du PS a envoyé dans la soirée un courrier à tous les parlementaires socialistes pour leur demander d’abandonner dès ce mercredi, et au plus tard en septembre, leur mandat exécutif local. 

La règle avait été adoptée par le parti en 2010, en attendant qu’elle ne s’applique à tous les parlementaires, quelle que soit leur couleur politique, avec une loi prévue pour 2014.

« La loi n’aura pas de majorité »

Cette loi, pourtant, est loin d’être acquise. François Patriat, sénateur PS et président de la région Bourgogne, pense qu’elle ne pourra pas être votée. « Nous verrons le texte qui sera proposé, mais je crois que la loi qui viserait le mandat unique immédiatement a peu de chance de passer au Sénat. Elle n’aurait pas de majorité », affirme-t-il.

 Et pour enfoncer le clou, il affirme que si c’est « une demande qui fait recette dans les congrès », il n’a, lui qui est fier de ses mandats à la fois locaux et nationaux, « jamais entendu cette demande citoyenne sur le territoire. Beaucoup d’électeurs sont parfois fiers d’avoir un élu qui puisse agir localement mais aussi nationalement ».
« Il faut avoir le courage de le faire »

Sénateur lui aussi, David Assouline n’a pas de mandat local et il attend cette loi où « tout le monde sera logé à la même enseigne ». Mais en attendant, c’est au Parti socialiste de montrer l’exemple. « Il faut avoir le courage de le faire, il faut montrer qu’on est précurseurs. On a souvent fait de grandes avancées qui ont parfois été contestées et qui se sont finalement installées dans la vie politique. Je sais que, à chaque fois, les décisions prises collectivement ont permis de dépasser toutes les réticences ».

http://www.rmc.fr/editorial/294500/cumul-des-mandats-pourquoi-ca-coince/

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles de nos élus

Posté par ippolito le 7 septembre 2012

Le député PS Jean-Pierre Kucheida rattrapé par une affaire

Des auditions ont été effectuées, jeudi 10 mai, au siège de la Soginorpa, une société qui gère soixante-trois mille anciens logements miniers, dans le cadre d’une enquête sur l’utilisation de la carte bancaire de cet organisme par le député et maire PS de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, a-t-on appris de source judiciaire.

Un « responsable du service de la comptabilité » et un « responsable du service trésorerie » ont été entendus par les enquêteurs de la division économique et financière de la police judiciaire de Lille, a précisé le parquet de Douai, confirmant une information du site Internet du quotidien gratuit 20 Minutes. 

Ces deux auditions ont été effectuées dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte en mars par le parquet de Douai à la suite d’une dénonciation des commissaires aux comptes de la Soginorpa le mois précédent, a ajouté le procureur de Douai, Eric Vaillant.

Cette enquête pour « abus de biens sociaux » porte sur l’utilisation présumée de la carte bancaire de la Soginorpa par Jean-Pierre Kucheida, président de la SAS Soginorpa et président de l’Epinorpa, actionnaire public de la Soginorpa, à des fins personnelles, selon le procureur de Douai. Les dépenses litigieuses s’élèvent à 47 000 euros, dépensés entre 2004 et 2011, somme que le député et maire de Liévin, depuis 1981, a commencé à rembourser, selon le magistrat. M. Kucheida n’a pas été entendu à ce jour.

Par ailleurs, quatre enquêtes préliminaires ont été ouvertes par le parquet de Lille à la suite de rapports de la chambre régionale des comptes (CRC) et de lettres de l’ancien maire d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville, mis en examen et révoqué dans une affaire de fausses factures, au sujet d’accusations de financement occulte de la fédération PS du Pas-de-Calais. Le PS a gelé l’investiture de M. Kucheida pour les législatives dans l’attente des résultats d’une commission d’enquête interne, dont les conclusions devraient être connues à la mi-mai.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/05/10/le-depute-ps-jean-pierre-kucheida-rattrape-par-une-affaire_1699659_823448.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la dette

Posté par ippolito le 7 septembre 2012

La machine infernale de la dette ou comment écraser les peuples

On nous parle de chiffres, de comptes d’apothicaire, on exige de s’en tenir à des accords signés sous la menace et le chantage. Au point d’arriver à des situations absurdes : hier la troïka (FMI, BCE, EU) constatait que la baisse des salaires et des retraites en Grèce qu’elle avait exigé aura comme effet une rentrée moindre d’impôts. 

Qu’à cela ne tienne : la Grèce (qui est par ailleurs en « cessation de payement technique ») devra trouver de toute urgence (donc, une fois de plus chez les salariés et les retraités) treize milliards au lieu de onze. Puis, le compte n’y étant toujours pas, puisqu’il y aura encore moins de rentrées fiscales, on exigera quinze, puis dix-sept… 

Cette dynamique de l’absurde personne ne la conteste. Cette barbarie qui réduit les pensions et les salaires faméliques, on lui donne toujours le nom de reforme structurelle. Cette récession organisée qui amène le chômage pour plus de quarante pour cent de la population active est toujours considérée comme la « bonne voie à suivre » et, selon Mme Merkel et son ministre des finances, il ne faut pas en dévier d’un millimètre. 

La France et son président ne sont pas en reste : entre les banques françaises et le peuple grec, le choix est vite fait. Quant aux Etats-Unis, ils trouvent que la « rigueur budgétaire » imposée à Athènes sera en fin de compte « salutaire ». Mais pas chez eux : pour atteindre un équilibre budgétaire comme celui que l’on exige de la Grèce, il faudrait augmenter les impôts de 64%. 

Aucun exécutif américain n’ayant des tendances suicidaires, le « vide budgétaire » des USA atteindra globalement cette année plus de 220 mille milliards selon L. Kotlikoff et S. Burns (Bloomberg views, 11/8/2012). Rien qu’en 2012, la dette américaine a augmenté de onze mille milliards. 

Entre temps, les « investisseurs », s’appuyant sur des rumeurs concernant l’hypothétique lancement d’un nouveau produit ont fait de Apple l’entreprise la plus « capitalisée » du monde avec plus de cinq cent milliards. 

Entre temps, la justice, la police et l’éducation grecques s’effilochent dangereusement tandis que le citoyen grec est sommé de ne pas dépenser plus de 1.500 euros annuels pour sa santé, sinon il ne sera plus remboursé. De toute façon, il aurait du mal à le faire puisque toute une série de médicaments touchant à l’essentiel de sa santé (maladies cardio-vasculaires, cancers, infections pulmonaires, etc.) ne sont plus remboursés. 

Rien à voir direz-vous ? 

Pour les citoyens grecs, espagnols ou italiens, mais aussi chypriotes ou roumains (et tant d’autres) la question est justement là. Comment accepter que les banques continuent à frauder impunément (Deutsche Bank, Standard Chartered, Royal Bank of Scotland soupçonnées de blanchir de l’argent iranien et, avec bien d’autres, de manipuler leur Libor paient des simples amendes pour arrêter les enquêtes) ; que les « investisseurs » jouent sur des rumeurs d’une part (surévaluant en se « fixant sur des entreprises qui n’ont pas besoin d’eux) et, d’autre part, misent sur la faillite des Etats en faisant en sorte que celles-ci aient bien lieu. 

Que les états n’ont plus d’autre politique que celle qui consiste à « sauver les banques » tout en se faisant bien voir par le marché (ces mêmes banques et leurs actionnaires et clients) pour pouvoir emprunter à des taux très bas, ce qui fait peut-être leur affaire mais en aucun cas celui de l’économie réelle et des citoyens.

 Continuer à emprunter à des banques tricheuses et à un marché désormais incontrôlable ne peut plus se faire qu’en affamant les peuples, en tuant le commerce et l’industrie et en n’investissant que sur des entreprises déjà hyper rentables (et ce au jour le jour).

 Les pays qui considèrent que ce système n’est plus viable devront être démantelés, écrasés, soumis. Les économistes qui le critiquent réduits au silence. Les partis politiques et les syndicats qui le contestent seront (et de la manière la plus grossière, comme se fut le cas en Grèce) combattus comme des martiens belliqueux ou des extrémistes dangereux et irresponsables. 

Le monde rationnel est mort, vive celui du chantage. L’Etat de droit se meurt, vive celui d’un désordre injuste qui ne cherche même plus à se justifier…

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-machine-infernale-de-la-dette-121552

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN