• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 18 septembre 2012

Y’en a marre des gâchis de l’administration

Posté par ippolito le 18 septembre 2012

Le rapport qui dénonce les gâchis de l’administration

L’inspection des finances dénonce le coût et les effectifs pléthoriques d’une myriade d’agences de l’Etat à l’efficacité douteuse.

      EPA, Epic, GIP, AAI… Ces sigles ne vous disent rien? Normal, ils désignent les innombrables statuts — établissements publics, groupement d’intérêt public, haute autorité — des centaines d’agences de l’Etat. Combien sont-elles et à quoi servent-elles? Dans un rapport, resté jusqu’ici confidentiel, l’inspection générale des finances (IGF) s’est penchée sur la question, et sa réponse est accablante. 

« Il n’existe pas de recensement exhaustif » de cette myriade d’agences nationales « créées de façon ponctuelle sans cohérence d’ensemble », dénonce d’emblée le rapport. Une galaxie administrative opaque dans laquelle on trouve certes Pôle emploi, l’Autorité des marchés financiers (AMF), la Haute autorité de santé ou Météo France, mais aussi une foule d’organismes aux compétences floues, aux missions mal définies.

Deuxième surprise : alors que l’Etat s’efforce de réduire son train de vie et de diminuer ses effectifs, les budgets et le nombre de fonctionnaires attachés à ces agences ont explosé. Au final, elles coûtent chaque année 50 Mds€ et emploient près de 450000 personnes. Un comble lorsque l’on pourrait supprimer la moitié des 1244 agences et économiser 60000 postes, soit l’équivalent de ce que veut créer François Hollande dans l’Education nationale.

Le rapport propose de faire le ménage sans plus attendre. « De nouvelles contraintes pourraient s’avérer indispensables dans un contexte difficile pour les finances publiques », écrit sobrement l’IGF. Et elle suggère de piocher 2 Mds€ dans les trésoreries excédentaires des agences pour alléger la dette de l’Etat.

Reste à savoir si les pouvoirs publics oseront s’attaquer à ce mal français qu’est la prolifération administrative. Commandée en août 2011 par Matignon, l’enquête de l’IGF a été achevée en mars 2012, mais Fillon avait renoncé à la rendre publique à quelques semaines de la présidentielle. Le rapport aurait pu tomber aux oubliettes. En quête de 10 Mds€ d’économies, le gouvernement Ayrault devrait, au contraire, s’appuyer dessus pour préparer son budget.

http://www.leparisien.fr/economie/le-rapport-qui-denonce-les-gachis-de-l-administration-17-09-2012-2168523.php

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Sarkozy

Posté par ippolito le 18 septembre 2012

Un témoignage impliquerait Sarkozy dans l’affaire Karachi

Nicolas Sarkozy a donné son accord écrit en 1994, comme ministre du Budget, au versement de commissions en marge d’un contrat…

- Nicolas Sarkozy a donné son accord écrit en 1994, comme ministre du Budget, au versement de commissions en marge d’un contrat d’armement qui est au centre d’une affaire de corruption politique présumée, selon la déposition d’un haut fonctionnaire publiée jeudi par Mediapart

Sollicité par Reuters, le cabinet de Nicolas Sarkozy a indiqué ne faire aucun commentaire sur des procédures judiciaires. Nicolas Sarkozy a nié dans les médias depuis plusieurs années toute malversation dans ce dossier.

L’hypothèse des juges est un détournement partiel, à des fins de financement de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995, de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (contrat « Agosta », 84 millions d’euros) et de frégates à l’Arabie saoudite (contrat « Mouette », 200 millions d’euros) dans les années 1990.

Un lien est soupçonné entre l’imbroglio sur les paiements de commissions au Pakistan et un attentat à Karachi qui a tué onze Français travaillant sur les sous-marins, en 2002. Nicolas Sarkozy était porte-parole de la campagne Balladur.

Patricia Laplaud, haut fonctionnaire à l’époque au budget, a déclaré à la police le 3 juillet que le « balourd », en jargon une surcharge de commissions alors légales versées en marge des gros contrats, avait suscité de sa part une sollicitation du ministre.
« En raison du balourd et de l’importance du contrat, il nous fallait un accord écrit de notre ministre (Nicolas Sarkozy – NDLR), que nous avons obtenu. Le contrat Mouette était un contrat important. Une note avait été envoyée au cabinet du ministère afin d’obtenir cet accord », a-t-elle ajouté.

Les investigations ont montré que l’argent ainsi versé a bénéficié à un intermédiaire, Ziad Takieddine, mis en examen aujourd’hui plusieurs fois. Des retraits en espèces ensuite en Suisse semblent correspondre. Le lien avec les très importantes sommes en espèces versées aux comptes de la campagne Balladur ne semble pas cependant établi.
Le nom de Nicolas Sarkozy figurait déjà au dossier car il aurait, selon un rapport de la police luxembourgeoise, approuvé la création de structures off-shore au Grand-Duché, supposées avoir servi à des malversations, ce qu’il nie.

Cette procédure se développe alors que l’hypothèse d’un retour de Nicolas Sarkozy au premier plan n’est pas écartée.
Une audition comme témoin est juridiquement possible mais toute mise en cause relèverait de la Cour de justice de la République.
Diverses autres enquêtes sont susceptibles de l’inquiéter, notamment celle visant la fortune de l’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt.
Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

http://www.rmc.fr/editorial/297116/un-temoignage-impliquerait-sarkozy-dans-laffaire-karachi/

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Carrefour

Posté par ippolito le 18 septembre 2012

Carrefour condamné à une lourde amende pour non-respect du smic

Carrefour devra verser 316 500 euros d’amende pour avoir payé en-dessous du smic 211 salariés de l’hypermarché de Quimper selon un jugement de la cour d’appel de Rennes datant de mardi 28 août. Le groupe Carrefour a été condamné à payer 211 amendes de 1 500 euros (soit 316 500 euros) et l’ancien directeur de l’établissement, Guy Le Goec, à 211 amendes de 50 euros.

Carrefour devra également s’acquitter de dommages et intérêts à l’égard des 23 salariés qui se sont portés partie civile et de la CFDT. En première instance, en septembre 2011, le groupe Carrefour et le directeur de l’établissement avaient été condamnés à 400 000 euros d’amende par le tribunal de police de Quimper.

TEMPS DE PAUSE PAS INCLUS

« C’est un soulagement pour nous car on se bat depuis 2008″, a déclaré à l’AFP Patrick Mayeur, délégué syndical CFDT de Carrefour Quimper. Le syndicat faisait valoir que le temps de pause ne devait pas être inclus dans le calcul de la rémunération mensuelle. En soustrayant le forfait pause, les salariés étaient rémunérés en dessous du salaire minimum. « Aujourd’hui, la situation a été rétablie », indique le syndicaliste.

Le groupe Carrefour n’avait pas fait part de son intention de faire appel mercredi à la mi-journée. Une vingtaine de salariés de l’hypermarché attendent par ailleurs la décision du tribunal des prud’hommes. Ils exigent le versement de cinq années d’arriérés de salaire. La Cour de cassation avait confirmé en mars la condamnation de Carrefour pour non-respect du smic dans un établissement de l’Allier.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/29/carrefour-condamne-a-une-lourde-amende-pour-non-respect-du-smic_1752834_3234.html

Publié dans Y'en a marre de la pauvreté | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN