• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 octobre 2012

Y’en a marre du ministère de la culture

Posté par ippolito le 5 octobre 2012

Combien coûte le ministère de la Culture ?

Le budget du ministère de la Culture s’élève à 15 milliards d’euros si l’on additionne les fonds européens, ceux de l’ Etat et ceux des collectivités locales, soit près de 1% du PIB.

Récemment épinglée par la Cour des comptes, le ministère de la Culture a vu son budget progresser de 1% en 2011 pour atteindre 7,4 milliards d’euros, tandis que le budget du ministère de l’ Emploi diminuait de 11%, à 10 milliards d’euros. Cela n’empêche pas Aurélie Filippetti, nouvelle ministre de la Culture, de regretter dans une récente interview au Monde la baisse de ses crédits. Des crédits qui, depuis 1959 et la création du ministère de la Culture ont pourtant été décuplés.

Le copinage et le saupoudrage arbitraire des subventions sont monnaie courante au ministère de la Culture. Exemple avec les abus des théâtres subventionnés: un théâtre public perçoit 120 euros par spectateur quand une scène privée n’en touche que 2.

Autre exemple des dérives de la Culture: en 2009, le Centre Pompidou organisait une exposition sur le vide, ouvrant aux visiteurs 9 salles entièrement vides. L’exposition était présentée dans un catalogue de 540 pages et, pour l’occasion, le centre Georges Pompidou éditait un perfect magazine, vendu au prix de 10 euros. Vide, évidemment…

source: Valeurs Actuelles et Les dossiers du Contribuable

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/combien-coute-le-ministere-de-la-culture/

Publié dans Y'en a marre de la culture | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des hausses des impôts

Posté par ippolito le 5 octobre 2012

L’impôt sur le revenu va bondir de près de 25 %

Les recettes de l’impôt sur le revenu sont attendues à 72,6 milliards d’euros l’an prochain, contre 59 milliards cette année. La soumission des revenus du capital au barème de l’impôt y est pour beaucoup. L’impôt sur les sociétés rapporterait 52 milliards.

Le redressement de l’impôt sur le revenu est spectaculaire, dans le projet de loi de Finances présenté ce vendredi. L’an prochain, son rendement devrait s’accroître de 23 %. Il s’élèvera à 73 milliards d’euros en 2013, contre 59 milliards cette année. La création d’une tranche à 45 % pour les revenus supérieurs à 150.000 euros par part apporte 320 millions d’euros à l’Etat. L’abaissement du quotient familial de 2.300 à 2.000 euros lui en procure 490 millions de plus.

Mais c’est la soumission des revenus du capital au barème de l’impôt sur le revenu qui représente la plus forte hausse d’impôt. Les prélèvements sur les intérêts et les dividendes s’accroissent de 2 milliards l’an prochain. Ceux sur les plus-values mobilières augmentent de 1 milliard.

Changement de périmètre

La hausse du rendement de l’impôt sur le revenu ne doit toutefois pas tromper  : le rendement des prélèvements forfaitaires libératoires (19 % sur les plus-values, 21 % sur les dividendes et 24 % sur les intérêts), qui était jusqu’alors compté à part de l’impôt sur le revenu, est désormais intégré à celui-ci. Plusieurs milliards d’euros, jusqu’alors décomptés comme d’ « autres recettes fiscales » sont donc ajoutés aux recettes d’IR. Il ne s’agit donc pas d’une hausse d’impôt à proprement parler, mais d’un changement de périmètre.

Le produit de l’impôt sur les sociétés est quant à lui prévu aussi en très forte hausse (+29,7 %), à 52,3 milliards d’euros en 2013, en raison principalement des nombreuses mesures fiscales affectant les grandes entreprises, au premier rang desquelles le rabotage de la défiscalisation des intérêts d’emprunt.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202295574217-l-impot-sur-le-revenu-va-bondir-de-pres-de-25-366988.php

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des prix des médicaments

Posté par ippolito le 5 octobre 2012

Pourquoi les médicaments sont-ils plus chers en France ?

Les médicaments sont bien plus chers en France qu’ailleurs en Europe. Une situation qualifiée d’ « inacceptable » notamment par Serge Rader, pharmacien qui dénonce dans la presse le lobbying des laboratoires pharmaceutiques.

Les médicaments sont plus chers en France qu’ailleurs en Europe.
es Français paient leurs médicaments bien plus chers que leurs voisins européens. Des prix bien trop élevés selon la députée européenne EELV Michèle Rivasi, la philosophe Elena Pasca et le pharmacien Serge Rader.

Ils dénoncent ce matin devant la presse le lobbying des laboratoires pharmaceutiques et affirment qu’il est possible d’économiser 10 milliards d’euros par an sur le prix des médicaments.
« Cette gabegie est inacceptable »

Serge Rader juge la situation « inacceptable » : « Des médicaments chers, inutiles, copies d’anciens qui aujourd’hui nous coûtent deux fois plus cher par rapport à ce qui se passe en Europe au niveau des prix puisque les différences de prix peuvent aller jusqu’à 6 fois, s’insurge-t-il. 

Les médicaments contre le cancer du sein par exemple, le générique coûte 68,80 euros en France il coute 39,78 euros en Italie et il coute 4,22 euros hors honoraires de distribution en Angleterre. Pourquoi cette différence au sein même de l’Europe ? C’est inacceptable, cette gabegie généralisée est inacceptable. »

Faites-vous confiance aux médicaments ?
Entrez dans le débat !

Une piste : payer des honoraires aux pharmaciens

Des accusations qui tombent 10 jours après la sortie du livre de Philippe Evin et Bernard Debré dénonçant l’existence de plus de 4 000 substances inutiles ou dangereuses qui entretiennent la suspicion envers les laboratoires.

En Italie et en Angleterre, les nouvelles substances sont soumises à un appel d’offre. Les pouvoirs publics fixent un plafond maximum de remboursement et c’est aux laboratoires pharmaceutiques d’adapter leur prix à cette limite. Ils peuvent toujours produire des substances plus chères, mais c’est le consommateur qui doit payer alors la différence. Un système qui a l’avantage de faire jouer la concurrence et de pousser les patients à consommer plus de médicaments génériques. 

Autre piste : payer des honoraires aux pharmaciens. En France, ils font leur bénéfice uniquement sur la vente des médicaments. Chez nos voisins, c’est le service qui est rémunéré. Pour chaque client pris en charge, l’officine reçoit une somme fixe. Cette mesure permettrait aux pharmacies de ne plus dépendre exclusivement de la vente et donc de baisser leur marge sur les prix des médicaments.

Les Français sont les champions d’Europe de la consommation de médicament. Au total, le marché hexagonal représente 37 milliards d’euros par an contre 5 milliards en 1980.

http://www.rmc.fr/editorial/302842/pourquoi-les-medicaments-sont-ils-plus-chers-en-france/

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des hausses des impôts et des mensonges

Posté par ippolito le 5 octobre 2012

Hausse d’impôts : plus d’un Français sur dix concerné

Depuis la présentation du budget 2013, c’est l’élément de langage que répète à l’envi le gouvernement : « A revenu constant, neuf Français sur dix ne seront pas concernés par les augmentations de fiscalité », a d’abord affirmé le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, jeudi 27 septembre sur France 2 lors de l’émission « Des paroles et des actes ».

Le lendemain, ses ministres martelaient le message : « Neuf Français sur dix verront leur impôt sur le revenu soit baisser, soit rester stable », assurait Pierre Moscovici, ministre de l’économie et des finances, sur Europe 1. « Neuf Français sur dix ne vont pas être concernés par une augmentation d’impôts », répétait Dominique Bertinotti sur Radio classique et Public Sénat.

Les augmentations ne toucheraient que les riches…
Comment le gouvernement arrive-t-il à un tel chiffre ? Il met en avant les mesures ciblant les foyers les plus aisés. Il en est ainsi de la nouvelle tranche d’imposition à 45 % pour les revenus au-delà de 150 000 euros par an, de la fameuse taxe à 75 % pour les revenus au-delà d’un million d’euros, du plafonnement des déductions fiscales à 10 000 euros chaque année ou encore l’abaissement du plafond du quotient familial (de 2 336 euros actuellement, par an et par demi-part, à 2 000 euros).

Lire : Impôts : ce qui attend les ménages

Lire : Comment augmente l’impôt sur le revenu : cinq cas à la loupe

Lire : Tranche d’imposition à 75 % : pourquoi ça se complique

Au total, ces mesures concerneront environ 10 % des foyers fiscaux, d’où ce chiffre que le gouvernement ne cesse de rappeler.

… mais 16 millions de foyers sont concernés par le gel du barème de l’impôt sur le revenu
Mais l’exécutif prend soin d’écarter de son raisonnement le gel du barème de l’impôt sur le revenu. Cette décision a été prise par le gouvernement Fillon, il y a un an, pour les années 2012 et 2013. Devant les contraintes budgétaires, les socialistes ont renoncé à tenir la promesse de campagne de François Hollande, qui avait prévu d’annuler la mesure.

Les différents seuils de l’impôt sur le revenu augmentent normalement chaque année pour prendre en compte l’inflation. Le gel du barème augmente donc mécaniquement le montant de l’impôt sur le revenu pour les nombreux foyers dont les revenus ont augmenté. 

Selon l’Insee, les salaires des Français ont crû de 2,2 % en 2009, de 1,8 % en 2010 et  de 2,2 % en 2011. Une augmentation parfois inférieure à l’inflation (+2,3 % en 2011) mais qui aura un impact sur l’impôt sur le revenu dans un contexte de gel du barème. 

Lire : Impôt sur le revenu : la note s’annonce salée

Lire : Le gel du barème, une hausse masquée de l’impôt sur le revenu

Pour limiter les effets de la mesure, les deux premières tranches du barème (celle à 0 % pour les revenus entre zéro et 5 963 euros par an, ainsi que celle à 5,5 % pour les revenus entre 5 963 et 11 896 euros annuels) ne seront pas concernées par le gel. « L’an prochain, 7,5 millions de foyers seront directement gagnants grâce à cette mesure, a affirmé Pierre Moscovici dans un entretien au Parisien publié mercredi 3 octobre. Ils resteront non imposables ou ne passeront pas de la première à la deuxième tranche. »

Au total, quelque 20 millions de foyers fiscaux ne devraient pas être concernés par le gel du barème, selon une estimation du syndicat Solidaires finances publiques, début septembre. Au contraire de quelque 16 millions d’autres, qui gagnant plus de 11 896 euros (par part) seront soumis à une hausse de l’impôt sur le revenu de près de 2 % en moyenne.

Sur France 2, Jean-Marc Ayrault avait pris ses précautions en ajoutant que « neuf Français sur dix ne seraient pas concernés par les augmentations de fiscalité à revenus constants ». Une précaution que n’a pas prise Pierre Moscovici quand il a affirmé sur Europe 1 que « neuf Français sur dix verront leur impôt sur le revenu soit baisser, soit rester stable ».

L’augmentation des taxes sur le tabac, la bière…
Si Pierre Moscovici n’a évoqué, vendredi 28 septembre, que l’impôt sur le revenu, Jean-Marc Ayrault, lui, parle des « augmentations de fiscalité », qui ne concerneraient qu’un Français sur dix « à revenus constants ».

Or les augmentations de fiscalité englobent non seulement l’impôt sur le revenu, mais également les diverses hausses de taxes, qui, elles, s’appliquent à tous les consommateurs. Par exemple, le prix du tabac a été augmenté de 6 % le 1er octobre, soit une hausse de 40 centimes d’euros par paquet de cigarettes, en moyenne. Une nouvelle hausse de 6 % du prix du tabac est prévue le 1er juillet 2013.

Lire : Tabac : une hausse pour rien ?

Les taxes sur les bières vont elles aussi être augmentées, de 480 millions d’euros, soit environ 5 centimes le demi. Les indemnités de rupture conventionnelle seront taxées à 20 % au-delà de 72 000 euros et les retraités imposables devront payer une nouvelle contribution de 0,15 % sur leur pension. Toutes ces augmentations concernent bien plus qu’un Français sur dix, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement. Le gouvernement a cependant écarté la piste d’une augmentation généralisée de la TVA.

Lire : Le gouvernement opte pour un cocktail de taxes pour réduire le trou de la « Sécu »

Les augmentations réparties dans deux textes de lois distincts
La subtilité du message gouvernemental du « neuf Français sur dix seront épargnés » réside dans le fait que le budget 2013 est divisé en deux textes :

le projet de loi de finances, présenté vendredi, qui contient notamment les dispositions concernant l’impôt sur le revenu ;
le projet de loi de financement de la sécurité sociale, présenté lundi, qui contient les diverses augmentations de taxes évoquées ci-dessus.
Dès mardi 2 octobre, le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, a reconnu sur RTL que le message martelé par le gouvernement ne s’appliquait qu’au PLF :

« Le projet de loi de finances concerne moins d’un Français sur dix. En revanche, il est vrai que le projet de financement de la sécurité sociale va concerner tous les Français. (…) Il serait choquant de réserver une politique de santé publique à une minorité. »

Dans Le Parisien, Pierre Moscovici dénonce mercredi « un faux procès ». « On mélange tout, la suppression des exonérations sur les heures supplémentaires votée cet été, les nouvelles taxes comportementales prévues dans le budget de la Sécurité sociale, affirme le ministre de l’économie et des finances. Si on regarde les mesures du seul projet de loi de finances pour 2013, ce sont bien neuf Français sur dix qui ne paieront pas plus d’impôt sur leurs revenus qu’en 2013. »

En plus des augmentations d’impôts et de taxes, les salariés français pourraient bientôt voir leurs salaires diminuer. D’après les informations recueillies par Le Monde, l’Elysée envisagerait d’alléger les cotisations patronales sur certains salaires en les basculant sur la contribution sociale généralisée (CSG), déduite chaque mois sur toutes les paies des salariés. Une mesure qui n’épargnera pas neuf Français sur dix.

Lire : Coût du travail : ce que prépare l’Elysée

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/03/hausse-d-impots-plus-d-un-francais-sur-dix-concerne_1769161_823448.html

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN