• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 octobre 2012

Y’en a marre du cumul des mandats

Posté par ippolito le 6 octobre 2012

Cumul des mandats : ces socialistes qui résistent

Martine Aubry avait fixé la règle : les parlementaires socialistes devaient « démissionner au plus tard en septembre » de leur mandat exécutif local au nom du non-cumul des mandats, promesse de campagne de François Hollande. Nous sommes le 1er octobre et beaucoup d’entre eux n’ont pas respecté la consigne.  

Ils ne devraient plus avoir le choix mais prennent quand même leur liberté. Des élus socialistes continuent de cumuler plusieurs mandats, contrairement à ce que leur avait demandé Martine Aubry. 

Celle qui a quitté ses fonctions à la tête du PS mi-septembre avait envoyé fin août une lettre aux parlementaires socialistes dans laquelle elle leur demandait de « démissionner au plus tard en septembre de [leur] mandat exécutif local ». Une demande conforme à son engagement pris en 2009 avant d’être adopté par le parti en 2010 et de devenir une promesse de campagne de François Hollande.  

Nous sommes le 1er octobre et certains n’ont toujours pas appliqué la consigne. Premiers récalcitrants, les maires de Lyon et Dijon, Gérard Collomb et François Rebsamen, tous deux sénateurs cumulards. Le second, chef de file du groupe socialiste au Sénat, assure au JDD.fr ne « pas être concerné » par la règle dictée par Martine Aubry.  La promesse vise en effet les sénateurs et députés élus en 2011 et 2012. Et puis, selon le maire de Dijon, « il est difficile d’appliquer cette règle rétroactivement. J’ai un engagement vis-à-vis de mes électeurs. » François Rebsamen plaide pour un régime d’exception pour les sénateurs : « Difficile de représenter les collectivités locales sans être soi-même élu local », argue-t-il. Pas question donc pour l’heure de renoncer à sa fonction de maire de Dijon.  » Pourquoi je démissionnerai puisque la loi ne m’y oblige pas et que je ne suis pas concerné? » Aussi, François Rebsamen redoute un désarmement unilatéral » du PS face à l’UMP et attend que la « loi s’applique à tout le monde », à droite comme à gauche.

« Aubry, je m’en fous totalement! »

Autre cas plus particulier, celui du député Jérôme Guedj, qui plaide pour une exception pour les suppléants de ministre. Il s’agit selon lui d’un « cumul particulier puisque potentiellement temporaire : à tout moment, le ministre peut redevenir député ». Le socialiste déplore que « cette réversibilité n’existe pas pour son suppléant (…) : rien ne garantit juridiquement qu’il retrouve cette fonction en pareilles circonstances ». En tant que suppléant depuis 1997 de François Lamy  - aujourd’hui ministre de la Ville – il sait qu’il n’aura peut-être plus rien s’il démissionne de la présidence du conseil général de l’Essonne. Alors, finalement, à défaut de s’appliquer la règle édictée par la rue de Solférino, Jérôme Guedj a renoncé à ses indemnités de président sans quitter sa fonction.

D’autres encore s’embarrassent de beaucoup de moins de précaution. « Ce que pense Martine Aubry, je m’en fous totalement! », a ainsi lancé vendredi à Montpellier le président socialiste du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin. Pour le sénateur des Pyrénées-Orientales, le fait de conserver ses deux mandats ne le « met pas hors du PS ». « Cette règle de non-cumul des mandats est de Martine Aubry, pas du Parti socialiste », pense-t-il.

Le texte sur le non-cumul des mandats des parlementaires sera présenté après les conclusions, début novembre, de la commission Jospin sur la rénovation de la vie politique. Il devrait ensuite passer par le Conseil des ministres avant d’être examiné au Parlement au premier trimestre de 2013. Reste donc à connaître les arbitrages définitifs sachant que François Hollande n’a jamais, jusqu’à présent, parlé d’une quelconque exception.

Caroline Vigoureux – leJDD.fr

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Cumul-des-mandats-ces-socialistes-qui-n-appliquent-pas-la-regle-d-Aubry-563088

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’augmentation du gaz

Posté par ippolito le 6 octobre 2012

Le prix du gaz augmentera de 2% le 1er octobre

Le prix du gaz pour les particuliers augmentera de 2% dès le 1er octobre, alors que GDF Suez avait réclamé une augmentation de 7%, d’après le ministère de l’Ecologie et de l’Energie. 

«Cette décision vise à protéger le pouvoir d’achat des Français», ont indiqué dans un communiqué commun le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, et sa collègue Delphine Batho (Ecologie et Energie). 

Cette décision n’est pas une surprise. Mme Batho avait affirmé la semaine dernière que les tarifs du gaz n’augmenteraient pas de 7%, comme le réclamait l’opérateur historique, et précisé que le montant de l’augmentation qui serait accordée au groupe serait annoncée ce lundi ou le lendemain.

La deuxième hausse en trois mois

Les prix du gaz vont ainsi augmenter de 2% pour la deuxième fois en trois mois, après une hausse de même ampleur entrée en vigueur le 20 juillet.

Même si cette hausse est inférieure au montant exigé par GDF Suez, elle dépasse nettement la règle qu’avait fixée le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, début juillet, lorsqu’il avait dit vouloir limiter la hausse du gaz et de l’électricité au niveau de l’inflation, laquelle tourne autour de 2% sur un an.

GDF Suez avait réclamé ce mois-ci aux pouvoirs publics une hausse de 7% de ses tarifs au 1er octobre, pour compenser ses coûts d’approvisionnement, relançant son conflit avec le gouvernement, qui avait déjà limité leur progression à 2% cet été, soit moins que ce que le groupe demandait.

La Commission de régulation de l’énergie avait estimé cet été que la hausse de 2% intervenue en juillet ne permettait pas de couvrir intégralement les coûts de GDF Suez. La formule censée s’appliquer lors des révisions des tarifs du gaz aurait du conduire à une hausse de 7,3%, d’après les calculs du régulateur, qui risque d’aboutir aux mêmes conclusions pour la hausse d’octobre.

http://www.leparisien.fr/economie/le-prix-du-gaz-augmentera-de-2-le-1er-octobre-17-09-2012-2168850.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des agences publiques

Posté par ippolito le 6 octobre 2012

Scandale des agences publiques : 50 milliards d’euros
 
Le gouvernement vient de rendre public un rapport de l’IGF (inspection générale des finances) commandé par l’ancien Premier ministre, mais caché sous le tapis pendant la campagne présidentielle.

Et pour cause, il dénonce les gâchis de la multitude d’agences publiques à l’utilité incertaine dont les coûts de fonctionnement ont continué à augmenter depuis 2007.

Ces agences seraient au nombre de 1.244 et emploieraient 442.830 personnes, pour un budget de près de 50 milliards d’euros en 2012.

Depuis 1986, les effectifs des agences ont été multipliés par 2,5 !  

Depuis 2007, l’essentiel de la diminution des postes de fonctionnaires au niveau de l’Etat a été annulé par des embauches dans ces agences, véritables gouffres financiers à l’utilité ou l’efficacité douteuse.

Le Cri du Contribuable dénonce depuis de nombreuses années ces scandales (Anap, CNC, centre Pompidou,… la liste est longue).

http://www.lecri.fr/2012/09/17/scandale-des-agences-publiques-50-milliards-d’euros-depenses/35854

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des bas salaires

Posté par ippolito le 6 octobre 2012

Bas salaires : une personne sur six gagne moins de 1055 euros

Le nombre de salariés payés un peu plus de 1000 euros par mois est en hausse et touche désormais 16 % de la population active. Il s’agit, dans trois cas sur quatre, de femmes.

Un salarié sur six! D’après les toutes dernières statistiques du ministère du Travail, 3,6 millions de salariés occupent un emploi «à bas salaire», c’est-à-dire un emploi dont le salaire mensuel net est inférieur au deux tiers du salaire mensuel net médian. 

Autrement dit, un emploi payé au maximum un peu plus de 1000 euros par mois (1055 euros nets en 2011), niveau assez proche du smic à temps plein (1074 euros).

Plus des trois quarts des personnes concernées travaillent à temps partiel et près de la moitié sont en contrat à durée limitée ou travaillent chez un particulier. Dans 75 % des cas, il s’agit de femmes.

De 19 % en 1995, le taux de salariés à bas salaires est progressivement redescendu jusqu’en 2007, où il a atteint son plus bas historique à 14,9 %, notamment grâce aux nombreux et importants coups de pouce accordés au smic au début des années 2000 pour compenser le passage aux 35 heures. 

Sous l’impulsion de la crise et le développement des contrats courts et à temps partiel, il est ensuite reparti fortement à la hausse pour dépasser aujourd’hui 16 %. Seule constante: «les catégories de salariés sur lesquelles se concentrent la population à bas et très bas salaire ont peu évolué», note le ministère du Travail.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/10/05/20002-20121005ARTFIG00449-bas-salaires-une-personne-sur-six-gagne-moins-de-1055-euros.php

Publié dans Y'en a marre de la pauvreté | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN