• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 18 décembre 2012

Y’en a marre de subventionner les partis politiques avec notre argent

Posté par ippolito le 18 décembre 2012

Le R-UMP de Fillon va recevoir une dotation mensuelle de Fillon va recevoir une dotation mensuelle de 125.000 euros

Outre une dotation forfaitaire, le groupe parlementaire créé par François Fillon va recevoir un peu plus de 1.000 euros par député. De l’argent perdu par le groupe UMP du fait de la scission.

Après l’installation officielle et le temps de parole, les finances. Le bureau de l’Assemblée nationale a décidé ce mercredi qu’il sera versé au Rassemblement-UMP, nouveau groupe filloniste, une dotation mensuelle pour son fonctionnement de près de 125.000 euros (exactement 124.491 euros). 

Le R-UMP recevra la somme forfaitaire mensuelle de 45.724 euros versée à chaque groupe, auquel s’ajouteront 78.767 euros (1.079 euros pour chacun de ses 73 députés), correspondant à l’argent perdu par le groupe UMP du fait de la scission.

Le R-UMP, troisième groupe de l’Assemblée, bénéficiera ainsi du même avantage que les deux premiers groupes, le PS et l’UMP, qui, outre la dotation forfaitaire, reçoivent un peu plus de 1.000 euros par député. 

Tout compris, le groupe socialiste, fort de ses 296 membres et apparentés, reçoit ainsi un peu plus de 350.000 euros par mois (4,2 millions par an) et le groupe UMP, réduit à 121 députés après la scission, près de 180.000 euros (2,1 millions annuels).

De nouvelles économies budgétaires nécessaires

Les quatre autres groupes de l’Assemblée, nettement moins nombreux, n’ont droit qu’à la dotation forfaitaire, de 56.000 euros par mois pour l’UDI, quatrième groupe, et de 47.000 euros pour les trois autres (écologistes, radicaux de gauche, Front de Gauche).

Si le transfert de l’UMP au R-UMP des 1.079 euros par député ne coûtera rien à l’Assemblée, la dotation forfaitaire de 45.724 euros du R-UMP représentera, si le groupe perdure, une facture annuelle de 564.000 euros pour l’Assemblée. 

« Dans une période où l’argent public est rare », cette charge supplémentaire « sera gagée par de nouvelles économies budgétaires d’un montant strictement équivalent », a indiqué Claude Bartolone.

Au total, l’Assemblée alloue une enveloppe annuelle d’un peu de plus de 9 millions d’euros aux groupes parlementaires, selon des règles arrêtées lors de l’entrée en fonction de la nouvelle chambre, après les élections législatives de juin.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202445735733-le-r-ump-de-fillon-va-recevoir-une-dotation-mensuelle-de-125-000-euros-519909.php

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des reformes et des incertitudes sur les retraites

Posté par ippolito le 18 décembre 2012

Retraites : malgré la réforme, un déficit d’au moins 20 milliards en 2020

La France n’est toujours pas en mesure d’équilibrer son régime de retraites. Malgré la réforme de 2010, le besoin de financement du système à l’horizon 2020 varierait dans une fourchette de 20,1 à 24,9 milliards d’euros, en fonction des hypothèses économiques retenues.

Selon un document du Conseil d’orientation des retraites (COR), ce besoin passerait de 14 milliards en 2011 à 18,8 milliards en 2017.

Ce document, qui détaille des projections jusqu’en 2060, n’est pas le rapport définitif du COR. Il doit faire l’objet, mercredi, d’une délibération de ses membres (partenaires sociaux, parlementaires, représentants de l’Etat, experts). 

La réforme des retraites de 2010 prévoyait un retour à l’équilibre sur la période 2018-2020. Toutefois, «par rapport aux projections réalisées en 2010 (avant la réforme), ces perspectives financières apparaissent moins dégradées, sans qu’il ait été possible de quantifier toutes les sources d’écart», souligne le texte.

Prévisions à très long terme

Pour les décennies à venir, cinq  scénarios ont été envisagés à «législation inchangée». Le plus optimiste est basé sur un taux de chômage à 4,5% et une productivité du travail à 1,8% à partir de 2020 puis 2% à partir de 2030. 

Le scénario le plus pessimiste prévoit un taux de chômage inchangé à 7% jusqu’en 2060 et une productivité du travail à seulement 1% de 2020 à 2060. 

Au final, en 2060, selon ces différentes hypothèses, le solde financier du système de retraite pourrait être radicalement différent : la fourchette va d’un déficit de 105 milliards d’euros à 92,6 milliards d’euros d’excédent. 

Le scénario médiant prévoit un déficit qui continuera de se creuser jusqu’en 2030 avant de s’améliorer à partir de 2040 en raison de la «disparition de la génération du Baby boom.»

Dans toutes les hypothèses, le besoin de financement à l’horizon 2020 va continuer de se creuser dans une fourchette de 20,1 à 24,9 milliards d’euros, en fonction des hypothèses économiques retenues. Dans ces conditions, le gouvernement va devoir s’atteler à une nouvelle réforme dès l’an prochain. 

Les pistes possibles de la réforme

Le COR a identifié trois leviers pour rétablir l’équilibre d’ici 2020:  augmenter les prélèvements qui financent les régimes en faisant passer le taux moyen de 29,3% à 31,2%.

 L’autre piste est de baisser de 5% le rapport entre les pensions et les revenus des actifs. Enfin, même si cela risque d’être mal accepté par l’opinion publique de retarder l’âge de départ moyen de six mois supplémentaires. 

Jean-François Copé, président de l’UMP, a préconisé, mardi, de poursuivre le recul de l’âge des retraites engagé en 2010 sous Nicolas Sarkozy. «Quand nous avons monté l’âge des retraites de 60 à 62 ans, sous les huées du Parti socialiste à l’époque, nous faisions acte de courage politique», a-t-il plaidé sur BFMTV-RMC avant d’ajouter: «La réforme de 2010 était indispensable, sinon la situation serait pire.»

En attendant et pour limiter les pertes, le gouvernement envisage de geler au moins partiellement les pensions. 

http://www.leparisien.fr/economie/retraites-un-deficit-d-au-moins-20-milliards-en-2020-17-12-2012-2415079.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du scandale de la Caisse des congés spectacles

Posté par ippolito le 18 décembre 2012

Le scandale de la Caisse des congés spectacles

La Cour des comptes pointe du doigt les dysfonctionnements de la Caisse des congés spectacles, qui gère les indemnités de congés payés des intermittents.

Dans un prérapport, la Cour des comptes dénonce la forte hausse des salaires à la Caisse des congés des intermittents, ainsi que des retards de versements. La Caisse des congés spectacles récupère les cotisations des entreprises du spectacle et reverse aux intermittents leurs indemnités de congés payés.

En juin 2011, 242 779 intermittents n’avaient toujours reçu leurs droits, après 2 ans d’attente. Certaines indemnités finissent même par ne jamais être versées aux ayants droit: 6,49% de non-paiements des indemnités aux ayants droits en mars 2012, contre 8,4% 6 ans auparavant.

En accumulant ainsi les non-paiements, la Caisse des congés spectacles a récupéré un pactole indu de 102 millions d’euros entre 2006 et 2012. Ce qui n’a pas empêché la Caisse des congés spectacles d’être déficitaire de 2007 à 2010. Pour permettre à la Caisse de remettre ses comptes à flot, les cotisations employeurs sont régulièrement revues à la hausse, et sont ainsi passées de 14,25% en 2008, à 15,2% en 2012.

Les frais de personnels de la Caisse des congés spectacles ont augmenté de 11,4 % de 2007 à 2011, alors que les effectifs baissaient de 12,8 %. Le coût d’un agent de la Caisse des congés spectacles a augmenté de 27,7% entre 2007 et 2011, soit une hausse de 6,3% par an. Un agent de la Caisse des congés spectacles coûtait 68 977 euros par an en moyenne en 2011.

A son arrivée, le directeur général de la Caisse des congés spectacles a vu son salaire augmenter de 12% par rapport à celui de son prédécesseur, soit 9990 euros brut. Le directeur général a ensuite bénéficié de nombreuses hausses de revenus, pour désormais toucher un confortable salaire de 14 875 euros bruts par mois.

La Cour des comptes dénonce également le fait que la Caisse des congés spectacles ne paye pas certaines charges sociales ou fiscales ( versement transport par exemple).

La Cour des comptes, qui avait déjà dénoncé le scandale de la Caisse des congés spectacles en 2008, préconise la suppression pure et simple de la Caisse des congés spectacles, afin de confier la gestion des congés payés des intermittents à un autre organisme, moins coûteux.

source: le Figaro

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/le-scandale-de-la-caisse-des-conges-spectacles/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du grand racket des parkings

Posté par ippolito le 18 décembre 2012

Le grand racket des parkings

C’est bien connu, les amendes de stationnement permettent de renflouer les caisses de l’Etat. Mais en sous-sols, les groupes privés empochent le pactole, comme le révèle une enquête à lire cette semaine dans « Marianne ». 

En France, difficile pour les automobilistes de ne pas se retrouver pris dans un piège infernal. Poussés vers des parkings hors de prix par la menace d’une contredanse corsée – elle est passée depuis un an de 11 à 17 €, après quinze ans de stabilité – et distribuée avec toujours plus de célérité, ils sont invités à se réfugier en sous-sol, dans les parcs de stationnements souterrains. 
  
Dans un cas comme dans l’autre, deux grands gagnants : l’Etat et les opérateurs privés du stationnement, comme Vinci, Q-Park ou Eiffage, qui empochent des sommes gigantesques sans qu’il vienne à aucun député ni à aucun lobby de la voiture l’idée de protester, comme le révèle Marianne dans le numéro 817, en kiosque ce samedi. 

Il aura fallu fouiller et fouiller encore pour que Marianne parvienne à mettre la main sur ce que représente cette manne financière qu’est le stationnement automobile. C’est un rapport du Comité des finances locales qui nous l’indique. 

Résultat : sur les 1,5 milliards d’euros d’amendes dressées aux conducteurs, pas moins de 640 millions d’euros, issus d’une vingtaine de millions de PV, majorations comprises, l’ont été au titre du stationnement. Grâce à ces PV distribués à tour de bras, c’est presque 1,5 milliard d’euros qui ont été récoltés en 2011, dont seulement 575 millions dus aux radars. 
  
En 2009, ce sont très précisément 25 924 719 procès-verbaux qui ont été dressés par l’ensemble des forces de police, en hausse de 3,46 % sur un an. Le document entre dans un niveau de détail rarement publié. 

Une grosse moitié des PV ont été établis par les polices municipales. Cette année-là, les fonctionnaires territoriaux ont dégainé davantage leurs carnets à souches (+ 10 % sur un an), avec une mention spéciale à la Haute-Marne, où la hausse culmine à 126 %… Quant à la dizaine de millions de PV imputables à la police nationale, ils l’ont été essentiellement en Ile-de-France. 
  
Pour échapper au carrousel de voitures cherchant une place de plus en plus rare et aux douloureux papillons verts, les automobilistes n’ont d’autre choix que de se réfugier sous terre. 

Ça tombe bien : partout, les parcs de stationnement leur ouvrent grandes leurs portes, comme le montre l’enquête de Marianne qui met en lumière l’absolue domination des géants de la délégation de service public que sont Vinci et Q-Park, à qui les villes confient le plus souvent ces infrastructures (55 % du marché à eux deux), quand eux-mêmes n’en sont pas directement propriétaires. 
  
Difficile par exemple d’échapper à Vinci et ses 470 000 places dans l’Hexagone. De Périgueux, où les vingt-quatre heures coûtent 5,20 € dans le parking Francheville, à Paris, où le même temps revient à 36,30 € à Saint-Germain-des-Prés, le géant de la concession est partout. 

Echapper à l’emprise de Vinci et de Q-Park est néanmoins possible. Pour le bien des communes comme pour celui des administrés. La méthode s’appelle le « retour en régie municipale ». Menée avec succès depuis de nombreuses années dans le domaine de l’eau, des transports et des déchets par de nombreux conseils municipaux, elle commence à faire ses preuves dans la gestion des parkings à Grasse, à Bastia, à Arles, à Annecy… 
 
Retrouvez l’enquête de Jean-Claude Jaillette et Emmanuel Lévy dans le numéro 817 du magazine Marianne, en kiosque du 15 au 21 décembre 2012.

http://www.marianne.net/Le-grand-racket-des-parkings_a225138.html

Publié dans Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du cout du dispositif policier de Notre-Dame-des-Landes et surtout de la mauvaise gestion du gouvernement sur ce dossier

Posté par ippolito le 18 décembre 2012

Combien coûte le dispositif policier de Notre-Dame-des-Landes ?

Le dispositif policier mis en place à Notre-Dame-des-Landes pour déloger les squatteurs a déjà coûté plus d’ 1 million d’euros.

L’ Etat a envoyé dans les environs de Notre-Dame-des-Landes 4 compagnies de CRS ( 320 hommes), et plus de 10 escadrons de gendarmerie mobile ( plus de 730 militaires). 

Mais pour les premières expulsions du mois d’octobre, l’ Etat a doublé ces effectifs. Ce sont ainsi plus de 2200 hommes qui ont été déployés à Notre-Dame-des-Landes pour le dispositif de sécurité.

Des compagnies mobilisées pour 1 ou 2 journées ont dû être hébergées à Angers, à Vannes et à Rennes, faute de logement disponible dans la région nantaise.

Le syndicat Unité SGP pour les CRS reconnait que l’action du dispositif policier de Notre-Dame-des-Landes est limité : « Nous sommes habitués à intervenir en urgence, mais ici, on n’est plus dans l’urgence.

 Cela fait déjà un mois et demi que ça dure et on n’en voit pas la fin.

 Et nous avons d’autres missions. Il ne faudrait pas qu’il y ait d’autres gros événements de ce type en France ou des manifestations dans tout le pays, prévient un autre policier.

 Il n’est pas possible de tenir dans la durée et de fixer autant d’effectifs sur un seul site. Déloger, on peut faire. Mais tenir, c’est impossible. On ne peut pas empêcher les gens de revenir le lendemain ou la nuit« .

Un dispositif de sécurité inutile donc, et coûteux. Le coût de mobilisation d’une compagnie de CRS (salaires, primes et heures supplémentaires) est estimée à 13 200 euros par jour.

 Depuis le 9 octobre dernier, le dispositif policier de Notre-Dame-des-Landes a déjà coûté plus d’ 1 million d’euros en seuls frais  (hébergement, restauration, transport, indemnités de déplacement et heures supplémentaires) des CRS affectés à la mission.

 Sans compter leurs salaires ainsi que les frais de gendarmes mobiles… Quand cessera donc le gaspillage de Notre-Dame-des-Landes ?

Signez la pétition contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en cliquant ici.

source: letelegramme.com

http://www.impots-economie.com/combien-coute-le-dispositif-policier-de-notre-dame-des-landes/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN