• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 janvier 2013

Y’en a marre de Matignon qui s’embrouille dans les salaires des conseillers d’Ayrault

Posté par ippolito le 3 janvier 2013

Matignon s’embrouille dans les salaires des conseillers d’Ayrault

Suite à une question écrite du député socialiste René Dosière, les services du Premier ministre ont fait paraître des chiffres erronés dans le Journal officiel.

14.979 euros nets. Voilà ce que toucheraient en moyenne les trois conseillers les mieux payés de Jean-Marc Ayrault si l’on en croit la réponse faite par le premier ministre à une question écrite du député socialiste René Dosière, publiée au Journal officiel du 25 décembre 2012.

Un chiffre repris par l’hebdomadaire Le Point dans son numéro paru ce jeudi 3 janvier. Surprenant dans la mesure où les rémunérations des collaborateurs ministériels sont censées ne pas dépasser ceux du Premier ministre et du Président de la République.

Confusion entre salaire brut et net

Or, Jean-Marc Ayrault et François Hollande ont baissé leur salaire de 30 % et sont désormais payés 14.910 euros bruts par mois. Renseignements pris auprès de Matignon : les services du Premier ministre expliquent avoir commis une erreur. 

Le montant figurant au Journal Officiel est celui de la rémunération brute moyenne dont bénéficient les conseillers de Jean-Marc Ayrault. Le montant net se limite à 13.000 euros par mois soit – à quelques centimes près – la même moyenne que pour les trois plus gros salaires de l’Elysée. 

Un plafond fixé en début de mandat par l’exécutif.

Pour rappel, du temps de Nicolas Sarkozy, les trois collaborateurs les mieux payés de l’Elysée émargeaient en moyenne à 21.146 euros nets par mois selon René Dosière.

Suite au coup de fil de Challenges, Matignon a d’ailleurs immédiatement appelé le très vigilant député socialiste pour l’informer de la bourde.

Créé le 03-01-2013 à 12h29
Mis à jour à 12h48Par David Bensoussan

http://www.challenges.fr/economie/20130103.CHA4764/matignon-s-embrouille-dans-les-salaires-des-conseillers-du-premier-ministre-jean-marc-ayrault.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du budget 2013 censuré par le Conseil constitutionnel

Posté par ippolito le 3 janvier 2013

Le budget 2013 censuré par le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a censuré certaines mesures du budget 2013.

Le Conseil constitutionnel avait estimé le coût de ces annulations de mesures à 500 millions d’euros, mais selon le quotidien Les Echos, la facture devrait s’élever à 1 milliard d’euros.

En effet, d’après le quotidien, l’annulation de la mesure sur les revenus des capitaux mobiliers coûtera à elle-seule près de 500 millions d’euros.

Le Conseil constitutionnel a également fait annuler la taxe exceptionnelle de 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d’euros, ce qui devrait entraîner un manque à gagner de 210 millions d’euros pour les finances publiques.

Le plafonnement des impôts à 75% des revenus a également été censuré par les sages, ce qui entraînera un manque à gagner de 100 à 200 millions d’euros dans les caisses de l’ Etat.

Enfin, la fiscalité des plus-values immobilières a elle aussi été censurée par le Conseil constitutionnel, entraînant une perte de 180 millions d’euros pour les finances publiques. Un manque à gagner de 200 millions d’euros de prélèvements sociaux est à aussi prévoir.

source: la Tribune

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/le-budget-2013-censure-par-le-conseil-constitutionnel/

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des primes de Vincent Peillon distribuées à ses collaborateurs

Posté par ippolito le 3 janvier 2013

Les primes de Vincent Peillon

Vincent Peillon bénéficie d’un budget de 616 000 euros destiné aux primes de ses collaborateurs.

En tant que ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon dispose d’une enveloppe spéciale pour les primes de ses collaborateurs. Le budget primes des collaborateurs de Peillon s’élève à 616 000 euros en 2012.

Vincent Peillon travaille avec 61 collaborateurs, dont 15 membres de cabinet. Ainsi, chaque collaborateur de Peillon( voir Logement de fonction de Vincent Peillon) touchera en moyenne une prime de 10 098 euros en 2012.

Au 31 décembre 2012, Vincent Peillon aura utilisé 66% du budget global destiné aux primes de ses collaborateurs, soit 403 750 euros.

source: journaldunet.com

http://www.impots-economie.com/les-primes-de-vincent-peillon/

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de 2013 et surtout des dépenses de l’ état

Posté par ippolito le 3 janvier 2013

Cour des comptes : 2013, année terrible…
    
Pour trouver les 33 Md€ qui manquent à l’appel, la Cour préconise d’abord de réduire les dépenses de l’Etat. 

Des hausses de CSG et de TVA sont aussi probables. L’effort à fournir en 2013 sera beaucoup plus important : dans l’hypothèse d’une croissance de 1 %, la Cour l’évalue à 33 Md€ de mesures nouvelles. 

Elles devront être réparties à part égale entre la compression des dépenses et des recettes nouvelles (hausses de CSG ou de TVA).

 « Ces économies ne pourront être réalisées que si toutes les administrations publiques y contribuent, l’Etat mais aussi la sécurité sociale et les collectivités territoriales », préviennent les magistrats de la rue Cambon en prônant « une nouvelle gouvernance d’ensemble ». D’abord la baisse des dépenses…

Côté compression des dépenses, si l’effort nécessaire pour trouver les 33 Md€ est fractionné à parts égales entre les économies et les recettes nouvelles, 16,5 Md€ d’économies sont à concrétiser. 

Cela revient à caler (en volume) les dépenses de toutes les administrations publiques sur le niveau de l’inflation alors qu’elles ont progressé ( + 0,5 %) en 2012. 

L’ensemble des dépenses devra être jaugé, estime la Cour des comptes, du personnel, aux dépenses d’intervention sans oublier l’investissement.

 A cet égard, des priorités doivent être menées « dans la réalisation des investissements publics, notamment en matière d’infrastructures ferroviaires ». … ensuite des hausses d’impôts Selon la Cour, l’augmentation des recettes, doit d’abord provenir de la suppression des niches fiscales et sociales. 

De même, les magistrats dénoncent la TVA réduite dans la restauration, la défiscalisation des emplois à domicile (plafond trop haut), etc. Ils préconisent aussi d’augmenter le taux d’impôts à « assiette large » comme la CSG ou la TVA, éventuellement de façon temporaire. 

Les efforts devront être prolongés au-delà de 2013, préviennent les magistrats de la rue Cambon, si l’on veut assurer le retour à l’équilibre en 2016 ou 2017. 

Dans cette perspective, « le rééquilibrage des comptes de la sécurité sociale est prioritaire et suppose de poursuivre la réforme du système de retraites et du système de soins qui restent lourdement déficitaires », écrivent-ils.

Pour trouver les 33 Md€ qui manquent à l’appel, la Cour des comptes préconise d’abord de réduire les dépenses de l’Etat. Des hausses de CSG et de TVA sont aussi probables.

L’effort à fournir en 2013 sera beaucoup plus important : dans l’hypothèse d’une croissance de 1 %, la Cour l’évalue à 33 Md€ de mesures nouvelles. Elles devront être réparties à part égale entre la compression des dépenses et des recettes nouvelles (hausses de CSG ou de TVA).

« Ces économies ne pourront être réalisées que si toutes les administrations publiques y contribuent, l’Etat mais aussi la sécurité sociale et les collectivités territoriales », préviennent les magistrats de la rue Cambon en prônant « une nouvelle gouvernance d’ensemble ».
D’abord la baisse des dépenses…

Côté compression des dépenses, l’effort nécessaire pour trouver les 33 Md€ est fractionné à parts égales entre les économies et les recettes nouvelles, 16,5 Md€ d’économies sont à concrétiser. 

Cela revient à caler (en volume) les dépenses de toutes les administrations publiques sur le niveau de l’inflation alors qu’elles ont progressé ( + 0,5 %) en 2012.

L’ensemble des dépenses devra être jaugé, estime la Cour des comptes, du personnel, aux dépenses d’intervention sans oublier l’investissement.

 A cet égard, des priorités doivent être menées « dans la réalisation des investissements publics, notamment en matière d’infrastructures ferroviaires ».

… ensuite des hausses d’impôts

Selon la Cour, l’augmentation des recettes, doit d’abord provenir de la suppression des niches fiscales et sociales.

De même, les magistrats dénoncent la TVA réduite dans la restauration, la défiscalisation des emplois à domicile (plafond trop haut), etc. Ils préconisent aussi d’augmenter le taux d’impôts à « assiette large » comme la CSG ou la TVA, éventuellement de façon temporaire.

Les efforts devront être prolongés au-delà de 2013, préviennent les magistrats de la rue Cambon, si l’on veut assurer le retour à l’équilibre en 2016 ou 2017.

 Dans cette perspective, « le rééquilibrage des comptes de la sécurité sociale est prioritaire et suppose de poursuivre la réforme du système de retraites et du système de soins qui restent lourdement déficitaires », écrivent-ils.

http://www.lecri.fr/2012/07/02/cour-des-comptes-2013-annee-terrible…/34039

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des députés qui gaspillent l’argent du contribuable

Posté par ippolito le 3 janvier 2013

Comment parcourir le monde en étant député sans débourser le moindre euro ?
 
Connaissez-vous les « voyages d’études » ? C’est le seul moyen pour les députés et les sénateurs de voyager à l’étranger aux frais de la République. Destinations : le Maroc, l’Amérique du Sud, l’Afrique, Hong-Kong. 

De beaux voyages. Et des études ? C’est secondaire, comme l’a expliqué Vincent Quivy dans son livre intitulé « Chers élus ».

Episode 13 : Voyages à l’oeil pour les parlementaires.

On connaît les voyages officiels du président de la République ou du Premier ministre et leur délégation officielle composée de ministres, parlementaires et industriels. Les « voyages d’études » des parlementaires sont en revanche beaucoup moins médiatisés. Pas vraiment étonnant : 

l’objet de ces escapades est souvent très flou et les réelles retombées de ces voyages sont impossibles à évaluer. En revanche, les dépenses sont très concrètes. 

Dans son livre Chers élus, Vincent Quivy explique que dans le budget de fonctionnement de l’Assemblée nationale, l’enveloppe consacrée aux « voyages et déplacements » s’élevait à 7 millions d’euros en 2006. 

De quoi financer des « travaux » pour que députés et sénateurs « s’informent » sur ce qui se fait à l’étranger, voire renforcent « les liens étroits qui unissent la France » et le pays en question. 

Voilà pour l’habillage institutionnel. Et comment faire partie des heureux élus ? Il suffit d’être membre d’une association des Amis de… (à compléter par n’importe quelle zone géographique).

Un exemple ? Quivy cite celui d’un sénateur UMP de plus de 80 ans, grand adepte des « voyages d’études ». Son agenda est un vrai carnet de voyages : en 2002, ce sénateur a passé une semaine en Mongolie pour raffermir « les liens d’amitié » avec ce pays. 

La même année, il est également parti à Hong-Kong, Macao et Taiwan. L’année suivante, avec d’autres parlementaires du groupe « France-Afrique centrale », il s’est rendu au Gabon, en Guinée équatoriale et dans les îles Sao Tomé-et-Principe. 

En 2005, ce sénateur a passé une semaine au Maroc pour « resserrer les liens d’amitié » et « approcher, pour mieux l’appréhender, l’ancrage du Maroc à l’Europe ». Puis il est parti quinze jours avec le groupe parlementaire « France-Amérique du Sud » au Venezuela et au Surinam.

Et c’est comme ça presque chaque année : en 2006, il est parti au Rwanda. En 2009, direction le Tchad. A chaque fois, dîners officiels et hôtels en pension complète. L’amitié n’a pas de prix.

L’argent du pouvoir · 1er jan. 2013 à 23:58
*** Source
- Vincent Quivy, Chers élus, ce qu’ils gagnent vraiment, Seuil, 2010

http://www.politique.net/2013010102-voyages-d-etudes-pour-les-deputes.htm

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN