• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 15 février 2013

Y’en a marre du scandale des HLM de Guadeloupe

Posté par ippolito le 15 février 2013

Le scandale des HLM de Guadeloupe

En pleine crise du logement, la Semsamar, 3ème bailleur HLM de Guadeloupe, déborde d’argent et le dépense inutilement !

La directrice de la Semsamar gagne en effet plus de 1 million d’euros par an ! Le montant a fait s’étouffer la Mission interministérielle d’inspection du logement social ( Miilos), qui a remis son rapport le 16 janvier.

Le Semsamar, société d’économie mixte qui construit des logements sociaux, des équipements publics ou des résidences privées de standing, emploie 75 salariés. Mais le train de vie de sa patronne, Maire-Paule Bélénus-Romana, est digne d’un dirigeant de multinationale.

Maire-Paule Bélénus-Romana a droit à 221 000 euros de salaire fixe par an, soit 18 400 euros par mois. De quoi vivre tranquillement sous les cocotiers, mais pas encore assez. 

Elle touche aussi une part variable: 5 à 10% des bénéfices nets et 10% des dividendes recueillis dans d’autres filiales. Le total a atteint “1,46 million d’euros en 2011 et autant en 2012″, selon le quotidien France-Antilles.

Maire-Paule Bélénus-Romana a également droit à 2 berlines de fonction, l’une en Guadeloupe, l’autre sur l’île caraïbe de Saint-Martin, plus connue pour ses plages que pour ses logement sociaux, où la Semsamar a son siège historique…

 S”y ajoutent une demeure de fonction à Saint-Martin et une “indemnité de logement” de 1500 euros par mois pour s’offrir un gourbi en Guadeloupe. Presque un pourboire.

Evidemment, une directrice aussi considérable bénéficie de “frais de représentation” ainsi que de billets d’avion, “en fonction de ses besoins“. Autant dire à discrétion… Mais il y a encore plus exotique: ce contrat en or est garanti à vie ! Ou plutôt, précise l’article 11, “jusqu’à l’ouverture des droits à le retraite” de l’indéboulonnable dirigeante .

Toutes ces conditions ont été approuvées, en trinquant et avec le sourire, le 26 mai 2009 en conseil d’administration, par les actionnaires de la Semsamar, majoritairement publics. La Région Guadeloupe, la commune de Basse-Terre et la collectivité territoriale de Saint-Martin n’ont rien trouvé à y redire. Il est vrai que la boîte ne fait pas que leur pomper des fonds publics: elle leur reverse des dividendes grâce à de juteuses opérations immobilières.

Dans cette belle opulence, tous les salariés roulent en carrosse. Comme l’a révélé “France-Antilles”, les secrétaires gagnent “3000 euros par mois”, les cadres intermédiaires “15 000 euros”. Et les standardistes 5000 euros.

Maire-Paule Bélénus-Romana ne comprend même pas qu’on lui cherche querelle: son prédécesseur, affirme-t-elle, gagnait autant qu’elle ! Et sans se faire épingler le veinard…

Dans la presse locale, qui a évoqué le prérapport de la Miilos, Marie-Paule Bélénus-Romana s’est défendue avec cet argument massue: si elle gagne autant, c’est qu’elle bosse comme une forcenée. 

Et d’ajouter: “Le travail du directeur a été multiplié par 100, par 1000…” Voire par 10 000 ! Et on cherche des noises à pareil Hercule…

Preuve de sa sobriété, la directrice a proposé, “de sa propre initiative”, une baisse “conséquente” de son salaire. C’était en conseil d’administration, le 30 novembre 2012, en pleine inspection de la Miilos. Un pur hasard…

source: le canard enchainé

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/le-scandale-des-hlm-de-guadeloupe/

Publié dans Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Spanghero et surtout des mensonges et des magouilles

Posté par ippolito le 15 février 2013

Viande de cheval : « Spanghero savait », dit Hamon

L’agrément sanitaire de Spanghero, qui distribue en France de la viande pour Findus, a été immédiatement suspendu, a annoncé jeudi le ministère de l’Agriculture. Selon le ministre délégué à la Consommation, Spanghero a trompé le client en vendant de la viande de cheval comme du bœuf.

Spanghero s’est rendu coupable d’une « tromperie économique » et sera poursuivi, a annoncé jeudi le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon.

La société agroalimentaire française Spanghero savait qu’elle revendait come viande de bœuf de la viande chevaline qui lui était arrivée avec l’étiquette douanière correspondante, a affirmé jeudi le ministre de la Consommation, Benoît Hamon. Spanghero s’est rendu coupable d’une « tromperie économique » et sera poursuivi, a-t-il ajouté, en promettant « d’assainir la filière ».

Par conséquent, Spanghero, l’un des fournisseurs de viande de Findus, se voit retirer immédiatement l’agrément sanitaire qui lui permet de traiter de la viande, a annoncé dans la foulée le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

Dès vendredi, une brigade nationale de vétérinaires va être envoyée dans les locaux de l’entreprise située à Castelnaudary (Aude) pour poursuivre les investigations et expertises, dont les résultats devraient être rendus dans une semaine pour décider d’un retrait d’agrément définitif ou pas, a ajouté le ministre. 

Spanghero, l’un des fournisseurs de Findus, a assuré jeudi « n’avoir commandé, réceptionné et revendu que de la viande réputée de bœuf » et dûment étiquetée. La société, installée à Castelnaudary (Aude), a été accusée par la presse, et notamment Le Parisien, d’avoir acheté 42 tonnes de viande de cheval en janvier, alors qu’elle a toujours affirmé ne pas avoir d’activité à base de viande de cheval.

Benoît Hamon a précisé que la société roumaine à laquelle Spanghero a acheté la viande de cheval – signalée comme telle par les codes douaniers et la « lettre de voiture » (contrat de transport de marchandises) – n’était pas en cause.

Comigel bernée, mais négligente

S’agissant de la société Comigel, qui a fabriqué les fameuses lasagnes à la viande de cheval, le ministre a reconnu qu’elle avait été bernée. « Il s’agissait pour Comigel de la viande de bœuf », a-t-il indiqué. 

Cependant, à ses yeux, cette PME française s’est rendue coupable de « deux négligences en omettant des contrôles qu’elle aurait dû opérer dans son usine luxembourgeoise ». 

« D’une part, l’étiquette n’était pas conforme à la législation française » puisqu’elle ne précisait que « viande origine UE » alors qu’elle aurait dû donner l’origine géographique précise du lieu d’élevage et d’abattage, a expliqué le ministre. « D’autre part, lors de la décongélation, elle aurait dû se rendre compte que la viande n’était pas de la même couleur que le bœuf », a-t-il poursuivi.

Selon Benoît Hamon, « ce trafic durait depuis plusieurs mois » et a porté sur plus de 750 tonnes, dont 550 tonnes livrées à Comigel via la société Tavola

La viande de cheval contenant du phenylbutazone détruite

Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé que les trois carcasses de viande de cheval importées du Royaume-Uni et contenant du phenylbutazone ont été localisées dans le Nord-pas-de-Calais et vont être détruites. 

Ces carcasses « ne sont pas entrées dans la chaîne alimentaire », a précisé le ministre. Le ministre a précisé que l’affaire de la viande importée du Royaume-Uni n’avait rien à voir avec ce scandale et que les doses de phenylbutazone contenues dans les carcasses ne présentaient pas de risque sanitaire majeur.

 Le phénylbutazone, un anesthésiant anti-inflammatoire pour les chevaux de course, est interdit aux animaux destinés à la consommation humaine en raison de sa dangerosité potentielle.

L’industrie alimentaire veut un renforcement des contrôles

Echaudés par cette affaire, les profesionnels de l’industrie alimentaire (Ania) ont annoncé qu’ils feront des propositions dès la semaine prochaine pour renforcer les contrôles existants. « L’ensemble de la filière ne peut plus se contenter des contrôles existants », estime l’Ania. Ils pourront en discuter avec le ministre de l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, qui les a convoqués pour une deuxième réunion qui aura lieu mardi.

http://www.rmc.fr/editorial/349113/viande-de-cheval-spanghero-savait-dit-hamon/

Publié dans Y'en a marre des mensonges | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN