Y’en a marre de l’affaire Cahuzac et surtout des mensonges de nos élus

Posté par ippolito le 4 avril 2013

Pourquoi Cahuzac est-il passé aux aveux?

Pendant trois mois, il a nié l’existence d’un compte en Suisse. Jusqu’à ce mardi 2 avril, où Jérôme Cahuzac a finalement reconnu avoir détenu des comptes à l’étranger. Pourquoi maintenant?

Plus de trois mois de déni. Puis des aveux, à sa propre demande. Mardi, Jérôme Cahuzac a fini par avouer, aux juges et sur son blog, l’existence de comptes à l’étranger. 

Comment expliquer ce soudain changement de posture? « Il semble plutôt qu’il se soit senti cerné par l’enquête en cours, au point de vouloir prendre les devants. Car des informations ont commencé à filtrer sur les premiers résultats des enquêtes, en France et en Suisse », écrit Le Canard Enchaîné publié mercredi.

Le 26 mars, Paris Match révèle qu’un compte détenu par Jérôme Cahuzac, ouvert au début des années 90, a bien existé à la banque suisse UBS. L’hebdomadaire affirme déjà que ce compte avait été clôturé à la fin des années 2000, avant d’être transféré « à une structure plus discrète ». Il s’agit de la petite banque genevoise Reyl & Cie. Jusqu’à ce que le compte soit transféré à Singapour en 2010.

« Je ne pouvais plus le défendre »

Hasard du calendrier ou pas, le jour même de la parution de cet article, Jérôme Cahuzac revoit toute sa stratégie. Il envoie une lettre aux juges Van Ruymbeke et Le Loire dans laquelle il demande à être entendu. 

Toujours le 26 mars, il confesse la vérité à son avocat, Gilles August. « Il m’a avoué qu’il avait bien un compte en Suisse. Je ne pouvais plus le défendre », explique au Parisien daté de mercredi l’avocat, qui décide alors de lâcher son client. Jérôme Cahuzac choisit un autre avocat, le pénaliste Jean Veil. Ce dernier rencontre le juge Renaud Van Ruymbeke le 27 mars pour lui faire connaître la décision de son client de passer aux aveux.

L’enquête judiciaire menée en Suisse avance et apporte les mêmes résultats que ceux relayés dans la presse : Jérôme Cahuzac a bien eu un compte non déclaré à la banque UBS et chez la société Reyl & Cie. 

« Dans la mesure où la législation suisse en matière d’entraide impose d’informer la personne visée, l’avocat de M. Cahuzac avait accès au dossier. Il a donc été informé de ce que nous avons trouvé et en a de toute évidence tiré les conséquences. 

Nous n’avons cependant transmis aucune information à ce jour aux autorités judiciaires françaises et nous n’avons pas non plus ouvert de procédure pénale en Suisse », explique mercredi au quotidien suisse Le Temps le procureur de Genève, Jean-Bernard Schmid.

« Ecrasé par ses mensonges »

Les raisons qui ont poussé Cahuzac à dire la vérité sont-elles uniquement d’ordre judiciaire? Peut-être l’ancien ministre est-il aussi arrivé à bout psychologiquement de « la spirale du mensonge » – comme il l’a écrit sur son blog – dans laquelle il était prise. Un de ses proches raconte au Parisien : « Il était au bout du rouleau, écrasé par ses mensonges. Il fallait qu’il avoue. C’est ce qu’il a fait. »

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Pourquoi-Cahuzac-est-il-passe-aux-aveux-599973

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN