• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 10 avril 2013

Y’en a marre des scandales politiques et surtout des magouilles de nos élus

Posté par ippolito le 10 avril 2013

Le séisme Cahuzac n’est pas fini, juge Mediapart

Edwy Plenel, fondateur du site d’informations Mediapart, a déclaré vendredi que diverses informations lui parviennent en matière d’évasion fiscale. « La question de la fraude et de l’évasion fiscale n’est pas terminée pour la classe dirigeante française », assure-t-il.

Le « séisme » politique provoqué par l’affaire Cahuzac n’est peut-être pas fini, a estimé vendredi Edwy Plenel, fondateur du site internet Mediapart, qui a révélé l’existence du compte bancaire secret qui a fait chuter l’ex-ministre du Budget. 

« Nous avons diverses informations qui nous parviennent (…) sur lesquelles nous travaillons », a déclaré à Reuters l’ancien directeur de la rédaction du quotidien Le Monde. « Je pense que cette question de la fraude et de l’évasion fiscale n’est pas terminée pour la classe dirigeante française dans son ensemble », a-t-il ajouté.

« Des gens qui se croient au-dessus des lois qu’ils votent »

Dans une émission enregistrée jeudi par la chaîne de télévision France Ô pour diffusion dimanche, il juge nécessaire un « sursaut démocratique et social » en France. « On ne peut pas continuer à être dirigé par des gens qui se croient au-dessus des lois qu’ils votent », explique-t-il. Prié de dire, dans cet extrait, si la France se dirige vers un « scandale d’Etat », il répond : « Vers un scandale républicain parce que c’est toute la République qui est concernée ». 

Dans un entretien avec Reuters, Edwy Plenel a cependant précisé que les informations en possession de Mediapart devaient d’abord être recoupées et vérifiées avant d’être publiées. « Je ne peux pas en être sûr à cette date. Mais vous avez Cahuzac. Vous avez déjà Jean-Jacques Augier (l’ex-trésorier de la campagne du président François Hollande-NDLR) dans un paradis fiscal, vous avez toutes les histoires Sarkozy qui peuvent rebondir », a-t-il poursuivi. « Dans l’affaire Takieddine, il y a des paradis fiscaux partout (…) Supposez que demain, après-demain, on ait de nouvelles informations sur un responsable politique quel qu’il soit, le séisme républicain est là », a-t-il ajouté.

Une droite « oublieuse »

En dehors de l’affaire Cahuzac, le site Mediapart, spécialisé dans le journalisme d’investigation, a publié nombre d’informations mettant en cause des dirigeants de l’ancienne majorité, dont l’ex-président Nicolas Sarkozy. 

Il a notamment diffusé un enregistrement effectué par un ex-majordome de la milliardaire Liliane Bettencourt, des éléments sur l’attentat de Karachi contre des techniciens français de la DCNS et des informations sur les relations entre l’homme d’affaire Ziad Takieddine et de hauts dirigeants de l’UMP.

L’ancienne majorité, qui multiplie accusations et attaques contre le gouvernement socialiste depuis les aveux et la mise en examen de Jérôme Cahuzac, est « oublieuse », dit Edwy Plenel. 
Nicolas Sarkozy savait-il ?

Des élus ont émis l’hypothèse que la détention par l’ex-ministre du Budget d’un compte secret en Suisse, puis à Singapour, était non seulement connue de l’actuel gouvernement mais aussi du temps où l’UMP dirigeait le pays. L’UMP Michel Gonelle, ancien rival de Jérôme Cahuzac dans le Lot-et-Garonne, a ainsi déclaré jeudi que des informations douanières en faisaient état depuis 2008. 

L’ancien ministre centriste Hervé Morin a lui aussi accrédité l’idée que la droite savait, affirmant dans Le Parisien que « la rumeur parisienne était constante ». Le député écologiste Noël Mamère a suggéré que le précédent exécutif connaissait la situation de Jérôme Cahuzac quand, alors député socialiste, il a été nommé en 2010 à la présidence de la commission des Finances de l’Assemblée nationale sur proposition du PS mais avec l’accord de Nicolas Sarkozy.

http://www.rmc.fr/editorial/366368/le-seisme-cahuzac-nest-pas-fini-juge-mediapart/

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre que le déficit de l’état continue de se creuser

Posté par ippolito le 10 avril 2013

Le déficit de l’Etat se creuse en février, en cause : une conjoncture déprimée

Le ministère du Budget indique ce mardi que l’Etat voit son déficit budgétaire s’accentuer à 27,1 milliards d’euros à fin février.

Les recettes sont stables, les dépenses augmentent, résultat : le déficit budgétaire de la France s’accentue. Il atteint 27,1 milliards d’euros en février 2013 selon les données publiées ce 9 avril par le Ministère du Budget. C’est 2,9 milliards de plus que l’an dernier à la même période.

 Dans un communiqué, le ministère du Budget souligne que cet écart tient cependant pour l’essentiel à la perception, début 2012, de 2,6 milliards d’euros de recettes liée à l’attribution des licences de téléphonie mobile « 4G ».

Les dépenses de personnel augmentent

Pour le reste, il indique que l’évolution des dépenses, en hausse de 1,3% à 64,4 milliards d’euros sur les deux premiers mois de l’année, « est conforme à la prévision de dépenses de la loi de finances pour 2013″.

 Elle intègre une baisse de 7,3% de la charge de la dette de l’Etat, à 2,6 milliards, grâce à la faiblesse des taux de refinancement de la France. 

Les dépenses de personnel progressent de 0,4% à périmètre constant par rapport à 2012 et le prélèvement sur recettes au profit de l’Union européenne s’élève à 7,2 milliards au 28 février, soit un milliard de plus qu’un an plus tôt.

Moins de TVA perçue

Dans le même temps, les recettes ont diminué à 44,1 milliards contre 45,4 milliards un an plus tôt, et ce malgré la forte hausse des prélèvements prévue dans la loi de finances 2013. Les recettes fiscales nettes sont restées stables à périmètre constant, à 43,4 milliards. 

Les rentrées de TVA accusent un recul de 0,3%, à 24,6 milliards, qui témoigne de l’environnement difficile pour la consommation, et le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques a plongé de 18,1%.

+ 7,6% d’impôt sur le revenu

Mais l’impôt sur le revenu enregistre pour sa part un bond de 7,6% à 14,3 milliards. Le gouvernement prévoyait dans la loi de finances 2013 de ramener les déficits publics, dont le déficit budgétaire est la principale composante, à 3% du PIB en fin d’année, un objectif auquel il a renoncé en raison de la faiblesse de la croissance en ce début d’exercice.

Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d’euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012. La France est en discussions avec la Commission européenne sur les conditions d’un report de ses objectifs de déficits publics.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130409trib000758370/le-deficit-de-l-etat-se-creuse-en-fevrier-en-cause-une-conjoncture-deprimee.html

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de nos élus qui ne s’appliquent pas les lois qu’ils ont eux-mêmes votées »

Posté par ippolito le 10 avril 2013

« Nos élus ne s’appliquent pas les lois qu’ils ont eux-mêmes votées »

Déclarations de patrimoine, contrôles, conflits d’intérêts… L’affaire Cahuzac « peut créer un sursaut national », espère Daniel Lebègue de Transparency International. Interview.

Ancien directeur du Trésor, Daniel Lebègue préside aujourd’hui la section française de l’ONG Transparency International. Obliger les élus à déclarer leurs patrimoines et leurs revenus permettra selon lui à la France de rattraper « son retard ».

Jean Marc Ayrault prépare des « mesures sévères pour garantir la transparence, le respect de la loi et de la probité ». Une loi existe déjà qui contraint les hommes politiques à déclarer leurs patrimoines. Pourquoi est-elle insuffisante ?

- Cette loi est dérisoire. Depuis l’année 2012, les ministres doivent faire une déclaration d’intérêt. Mais elles ne comprennent ni leurs revenus, ni leurs patrimoines.

 Les parlementaires doivent quant à eux déclarer leurs patrimoines dans un délai de trois mois après leur élection et lorsqu’ils quittent leurs fonctions. Ça n’a pas de sens. Entre les deux, il peut s’écouler une dizaine d’années.

La commission pour la transparence financière de la vie politique, qui centralise les déclarations des élus, peut transmettre les dossiers incomplets au parquet. Les sanctions ont même été durcies en 2011.

- Combien ont été prononcées ? Aucune. Alors que 15% des parlementaires n’ont pas rempli leurs déclarations de patrimoine. En clair, nos élus ne s’appliquent pas les lois qu’ils ont eux-mêmes votées.

Que proposez-vous ?

- La transparence est un principe de base de la démocratie. Tous les ministres, parlementaires, élus de grande collectivité et hauts-fonctionnaires devraient avoir à remplir une déclaration d’intérêt dans laquelle figurerait un chapitre revenus et patrimoine. Ces déclarations devraient être rendues publiques chaque année.

La France est-elle en retard par rapport aux autres pays ?

- Sur les 27 États Européens, seuls deux pays sont à la traîne. La Slovénie…et la France. Tous les autres pays ont imposé la publicité des déclarations. La situation de la France n’est pas très glorieuse.

Sur quels autres sujets la situation de la France n’est-elle pas conforme à son rang ?

- Il y a la prévention des conflits d’intérêts. La commission Sauvé, la commission Jospin ont fait des propositions. Mais rien n’a été fait. Nous avons été incapables de légiférer et de mettre en place des sanctions. Dans ce domaine, la feuille est blanche, il n’y a aucun contrôle.

 Quant à la justice, on ne peut pas dire qu’elle est vraiment indépendante. On l’a vu au travers de nombreuses affaires. La tentation existe pour le gouvernement d’entraver son action. 

La France a d’ailleurs été plusieurs fois rappelée à l’ordre par les institutions européennes. Elle doit donner au parquet les clés de son indépendance. Il y a aussi un problème de compatibilité entre le fait d’exercer certaines activités en parallèle à des responsabilités politiques. 

Certains députés sont aussi avocats d’affaires. Je ne crois pas qu’on puisse agir au nom de l’intérêt général tout en donnant des conseils à des particuliers pour interpréter la loi. Ça n’est pas possible.

Le choc de moralité promis par Hollande va-t-il corriger ces défauts ?

- On verra bien. Le président est au pied du mur. Il y a une attente très forte chez nos concitoyens. 90% d’entre eux sont opposés au cumul des mandats. Et 4 sur 5 exigent la transparence financière des politiques. Sur ces questions, il est urgent de mettre la France au niveau des autres démocraties.

L’affaire Cahuzac n’est-elle pas finalement un mal pour un bien ?

- Oui. Cette triste affaire peut créer un sursaut national. La France va peut-être enfin se doter des règles éthiques qui sont la norme chez nos voisins. C’est ce que nous espérons. La pression qui pèse sur la classe politique est énorme. Sur le cumul de mandats par exemple, le gouvernement doit l’appliquer dès 2014.

Propos recueillis par Rémy Dodet le 8 avril 2013 – Le Nouvel Observateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130408.OBS7169/affaire-cahuzac-nos-elus-ne-s-appliquent-pas-les-lois-qu-ils-ont-eux-memes-votees.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN