Y’en a marre du chômages et de l’endettement des comptes sociaux

Posté par ippolito le 31 mai 2013

Le chômage ruine la Sécu
 
Au rythme actuel, Pôle emploi dénombrera un peu plus de 250 000 chômeurs supplémentaires d’ici à la fin de l’année.

Les répercussions de cette hausse du chômage ( voir Déficit de l’ Unedic pour 2013) pourraient se révéler calamiteuses pour les comptes sociaux ( Sécu, Assurance-chômage, etc.).

Un ancien grand patron de la Sécu résume l’équation: « 100 000 chômeurs de plus se traduisent par environ 1 milliard de cotisations en moins pour la Sécurité sociale. » En clair, les comptes sociaux pourraient connaître une nouvelle crise de tachycardie en 2013, avec 3 milliards de recettes en moins pour la Sécu.

Et ça ne risque pas de s’arranger. Selon l’ Observatoire français des conjonctures économiques ( OFCE, un satellite de Sciences-Po), avec 0,6% de croissance en 2014, il faudra s’attendre à des destructions d’emplois supplémentaires, donc à un nouveau record du chômage, qui pourrait culminer à plus de 3,5 millions d’inscrits à Pôle emploi.

Ces perspectives donnent carrément le vertige aux gestionnaires de l’ Assurance-chômage. Au début de l’année, leur boule de cristal prévoyait un déficit de 4,9 milliards pour 2013, ce qui devait porter la dette cumulée à 18,6 milliards. L’augmentation attendue du chômage risque de se traduire par une douloureuse supplémentaire de plus de 500 millions.

Le rendez-vous, prévu à l’automne, entre patrons et syndicats pour dégager d’autres recettes et tailler dans les allocations versées aux demandeurs d’emploi s’annonce donc sportif. Il faudra en effet purger le déficit de 2013 ( voir Déficit de la Sécu 2013) et anticiper les nouvelles catastrophes à l’horizon 2014.

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/le-chomage-ruine-la-secu/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des délocalisations et surtout de L’Europe qui les subventionne

Posté par ippolito le 31 mai 2013

L’Europe subventionne les délocalisations

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement ( Berd), dont la France est l’un des principaux contributeurs, a octroyé le mercredi 29 mai, un prêt de 100 millions d’euros à l’équipementier automobile Faurecia, qui, ont le sait, connaît de graves difficultés.

Mauvaise nouvelle: cette obole est destinée à l’aider à développer des activités… au Maroc, en Russie, en Roumanie, en Tunisie et en Turquie. Cette aide européenne au leader français du secteur ( filiale à 57,4% du groupe PSA) est d’autant plus amusante que Faurecia a adopté, fin 2012, un plan de 3000 suppressions d’emplois en Europe occidentale. 

Or ce prêt de la banque européenne approche,  à raison d’un peu plus de 30 000 euros en moyenne par salarié éjecté – le coût des restructurations de Faurecia.

Lors de sa création en 1991, la Berd avait pour mission d’aider les pays d’ Europe de l’ Est à se convertir à l’économie de marché. Elle a étendu son champ d’action, en 2011, au sud de la Méditerranée. Mais rien, dans ses statuts, ne prévoit que ces aides s’effectuent au détriment des industries des pays donateurs, où des centaines de milliers de salariés quittent chaque année la chère économie de marché pour le chômage.

La Berd, décidément aux petits soins avec les constructeurs automobiles, a offert, l’an dernier, un prêt de 110 millions au groupe PSA – qui ferme l’usine d’ Aulnay – pour l’aider à produire, avec Mitsubishi, des voitures… en Russie. Pas moins de 125 000 voitures commercialisées sous les marques Peugeot, Citroën et Mitsubishi sortiront, dès 2015, de l’usine de Kalouga, dans la grande banlieue de Moscou.

Officiellement, la Berd “ne peut intervenir que dans les pays qui s’engagent à respecter les principes démocratiques. Le respect de l’environnement est un autre critère essentiel“. 

Mais, parmi les 34 pays où elle “investit et opère“, se trouvent d’excellentes démocraties comme l’ Ouzbékistan, le Kirghizistan, le Tadjikistan ou le Turkménistan, autant de républiques dans lesquelles les journalistes se retrouvent parfois truffés de plomb, où les partis d’opposition ne sont même pas tolérés, où certains chefs d’Etat sont démocratiquement élus à vie, etc.

La BEI ( Banque européenne d’investissement), qui appartient aux Etats membre et doit, selon ses statuts, “mettre en oeuvre la politique de l’ UE“, n’est pas en reste. Elle a accordé, fin 2012, un crédit de 200 millions à Ford Europe pour l’aider au financement d’investissements lourds… en Turquie.

 Dans le même temps, le constructeur américain supprimait 4 500 emplois en Belgique et en Angleterre. En octobre 2009, la BEI s’était déjà fendue d’un prêt de 200 millions à Renault afin de contribuer à la construction d’une usine au… Maroc.

D’où une question quasi existentielle: pourquoi ces banques censées appliquer la politique de l’ Europe et financées par les Etats membres aident-elles des entreprises qui délocalisent ? 

Aucune de ces institutions n’a souhaité répondre aux questions du Canard enchainé. “Normal, la BEI et la Berd ont horreur qu’on parle d’elles. Leur plus grand soucis est la discrétion“, sourit une responsable de l’ ONG Bankwatch Network, spécialisée dans la surveillance des institutions financières internationales. 

Et d’accuser: “Elles agissent comme des banques commerciales, en oubliant leur mandat politique. Par exemple, quand elles prétendent aider l’économie égyptienne, leur aide ne va pas aux entreprises locales mais aux très grosses boîtes, notamment françaises.”

Certaines décisions, en particulier provenant de la BEI, devant se prendre à l’unanimité, la direction du Trésor, dont dépendent les administrateurs français de la Berd et de la BEI, pourrait mettre son veto à ces aides aux délocalisations honnies par Montebourg. 

Mais c’est Moscovici qui contrôle le Trésor. Et il a toujours une sainte horreur des scènes de ménage entre Européens. Tant pis si les assiettes risquent encore de voler avec son collègue du Redressement productif.

source: le canard enchainé

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/l-europe-subventionne-les-delocalisations/

Publié dans Y'en a marre de l'Europe, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles des politiques et surtout des donneurs de leçons

Posté par ippolito le 31 mai 2013

SUISSE. Un banquier évoque « des Cahuzac » à droite comme à gauche

Pour Pierre Condamin-Gerbier, ancien de la banque Reyl, « l’ensemble de l’échiquier politique est concerné » par l’évasion fiscale en Suisse.

Au-delà du cas « très symbolique » de l’ex-ministre du Budget, un ancien banquier en Suisse, assure jeudi 25 mai sur « France Inter » que d’autres hommes politiques ont déposé en Suisse de l’argent non-déclaré au fisc.

Pierre Condamin-Gerbier était associé-gérant de la banque Reyl qui s’était occupée du compte de Jérôme Cahuzac avant son transfert à Singapour, entre 2006 et 2010. En charge du conseil aux grandes fortunes, l’ancien cadre a été entendu à trois reprises, ces dernières semaines par les enquêteurs. Il affirme avoir été menacé après ses déclarations.

Interrogé sur « France Inter », il affirme qu’ »il n’y a pas qu’un Jérôme Cahuzac. Ce n’est pas juste le mensonge d’un homme. C’est le mensonge d’un système ». Responsable de la délégation UMP en Suisse en 2007 et 2008, il dénonce « le double discours et l’hypocrisie de la classe politique française ».

Il y a des Cahuzac à droite, il y a d’autres Cahuzac à gauche. Il y a des Cahuzac sur l’ensemble de l’échiquier politique », affirme-t-il.

S’il assure qu’il « ignorai[t] la présence du compte de Jérôme Cahuzac », Pierre Condamin-Gerbier certifie que son cas n’était pas isolé, même s’il n’a « donné aucun nom aux enquêteurs et aux juges d’instruction » dans l’affaire. « L’ensemble de l’échiquier politique est concerné », affirme ce témoin-clé, pour qui la situation est un « secret de polichinelle ».

Le banquier évoque non seulement des fraudes mais aussi un possible « financement politique ». « Si la justice va au bout, cette affaire peut aller très loin », prévient-il.

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130523.OBS0375/suisse-un-banquier-evoque-des-cahuzac-a-droite-comme-a-gauche.html

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des médicaments et surtout des mensonges

Posté par ippolito le 31 mai 2013

Les médicaments seraient à l’origine de la mort de 18 000 personnes par an en France

Les effets secondaires des médicaments sont responsables d’au moins 18 000 décès chaque année en France, a indiqué lundi le docteur Bernard Bégaud, entendu comme témoin à Nanterre dans le procès du Mediator. C’est plus que le nombre de tués sur la route et suicides réunis. 

«Il y a chaque année 18 000 morts directement liés à la prise de médicaments. Un tiers de ces décès correspondent à des prescriptions qui ne sont pas justifiées», a estimé à la barre le professeur, membre de la commission de pharmacovigilance de 1982 à 2000 et co-auteur d’une étude sur le sujet.

Par comparaison, en 2012, 3 645 personnes ont été tuées sur les routes, selon les chiffres de la sécurité routière. Environ 10 000 personnes se suicident chaque année en France. «Un pays qui, depuis toujours, surveille très mal l’usage de médicaments», a déploré M. Bégaud.

Le Mediator, un antidiabétique détourné comme coupe-faim

Ainsi le Mediator, à l’origine un antidiabétique, a été largement détourné comme coupe-faim et prescrit dans de nombreux cas à des patients qui souhaitaient uniquement perdre quelques kilos. 

Cinq millions de personnes en auraient consommé avant qu’il ne soit retiré du marché en 2009, accusé de provoquer des hypertensions artérielles pulmonaires, une pathologie incurable, et des valvulopathies (dysfonctionnement des valves cardiaques). 

«Mourir pour un produit dont vous n’avez pas besoin est quelque chose de très grave», a souligné le professeur, qui a pointé du doigt la mauvaise formation des médecins en pharmacologie, la science des médicaments.

«Les alertes sur les effets indésirables d’un médicament proviennent à 85% des hôpitaux et seulement à 15% des médecins libéraux», car ceux-ci sont mal formés en pharmacologie, a déploré M. Bégaud. Le procès du Mediator visant Jacques Servier, 91 ans, le fondateur du groupe, et quatre cadres de chez Servier et Biopharma, l’une des filiales des laboratoires, devrait durer jusqu’au 14 juin. Les prévenus sont jugés pour «tromperie aggravée».

http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/les-medicaments-causeraient-la-mort-de-18-000-personnes-par-an-en-france-27-05-2013-2840453.php

Publié dans Y'en a marre des mensonges | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des radars feux rouges surtout si c’est dangereux pour la sécurité …

Posté par ippolito le 31 mai 2013

Les radars feux rouges, danger pour la sécurité ?

Les radars aux feux rouges ont rapporté 8 millions d’euros en 4 mois à Paris. S’il s’agit d’une avancée en terme de sécurité pour certains, d’autres estiment que ces radars provoquent des accidents.

Les 11 appareils installés à Paris flashent en moyenne 60 fois par jour.
Outre le risque de provoquer un accident, le fait de griller un feu rouge à Paris pourrait vous valoir une amende très salée.

 En quatre mois, 60 000 PV ont été dressés grâce aux radars de feux rouges. A 135 euros l’amende (et quatre points de retrait sur le permis), ils ont permis à l’Etat de récolter près de 8 millions d’euros !

Les 11 appareils installés à Paris flashent en moyenne 60 fois par jour, et jusqu’à 150 fois pour le plus impitoyable, situé boulevard de la Chapelle dans le 18e arrondissement. 

Les radars feux rouges sont installés sur un poteau environ 20 mètres avant le feu tricolore et, contrairement aux radars automatiques contrôlant la vitesse, ils ne sont pas signalés par des panneaux. Mais à part rapporter de l’argent, à quoi servent-ils ?

« Le but est avant tout de sauver des vies »

Pour le secrétaire général de l’association Victimes et Citoyens Julien Thibault, c’est « avant tout à sauver des vies ». « En général, ils sont implantés devant des écoles, des établissements publics, ou les carrefours où il y a un danger », rappelle-t-il.

 « Et je suis effaré de constater la quantité de personnes qui grillent un feu rouge. En ville, ces dernières années, il y a eu une augmentation d’accidents corporels sur les piétons et les cyclistes. Le but est avant tout de sauver des vies ».

«Radars feu rouge : des pièges, des pompes à fric»
Entrez dans le débat !
« On donne un grand coup de frein… »

Mais selon Patrick Leduc, président de l’association Automobilistes en colère, « ça n’a aucun intérêt ». Pire, « ça provoque des accidents ». En effet, explique-t-il, « tout d’un coup, vous voyez un gigantesque flash qui vous réveille, le réflexe naturel est de freiner, car on se demande ce qui arrive. 

Comme les automobilistes sont de plus en plus habitués, ils se disent « merde, c’est un radar ». Donc on donne un grand coup de frein, et l’automobiliste qui les suit leur rentre dedans ».  
« Ça provoque des mini carambolages »

A Linas, dans l’Essonne, un radar feu est installé sur la N20. Et pour le maire François Pelletant, plusieurs accidents sont à imputer à ce nouveau système. Il milite donc pour faire retirer le radar. 

« Depuis l’installation de ce radar, les accidents aux feux ont été multipliés par quatre ou cinq. Les gens ont peur du radar, ils craignent d’être flashés, donc s’arrêtent en freinant brutalement, et ça provoque des mini carambolages. J’ai eu la semaine dernière un accident entre deux camions, avec un camion qui n’était plus en état de pouvoir reprendre la route ensuite car il était rentré dans l’autre, j’ai même eu un blessé. Je crains qu’on se retrouve avec un vrai drame ».

Mathias Chaillot avec Camille Maestracci 

http://www.rmc.fr/editorial/382612/les-radars-feux-rouges-danger-pour-la-securite/

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des incohérences du discours de François Hollande

Posté par ippolito le 30 mai 2013

Les incohérences du discours de François Hollande

Dans sa conférence de presse du 16 mai, François Hollande a tenu quelques propos réalistes et sensés :  « ce sont les entreprises qui créent les emplois » ; il faut « muscler nos entreprises » ; « l’allègement du coût du travail permet aux entreprises d’être meilleures sur les marchés internationaux » ; « la confiance des entreprises crée l’investissement et la croissance » ; « un indicateur essentiel du sérieux budgétaire est le niveau de la dépense publique » ; « on peut financer les investissements publics par des cessions de participations de l’Etat ».

On pouvait donc s’attendre à ce qu’il tire les conséquences logiques de ces propos de bon sens : pour rendre nos entreprises compétitives, les prélèvements obligatoires seront diminués, les dépenses publiques le seront également ; pour retrouver la confiance des entreprises, l’Etat fera confiance à leurs dirigeants et n’interviendra pas dans leurs choix d’investissements ; des privatisations massives seront réalisées.
Il n’en a rien été.

Les prélèvements obligatoires et les dépenses publiques continueront d’augmenter. Certes, François Hollande a annoncé que les dépenses de l’Etat seront stables en 2013 et baisseront de 1,5 Mds € en 2014. 

Mais il a oublié de dire que c’était « hors intérêts et pensions des fonctionnaires ». Or ceux-ci augmentent fortement. Dans le « programme de stabilité », que le gouvernement français a adressé à Bruxelles en avril, on peut lire que la « consommation des administrations publiques » augmentera de 1,2 % en 2013 et de 0,6 % en 2014. Le niveau de la dépense publique totale (avec les collectivités locales et la Sécurité sociale) va augmenter davantage.

François Hollande ose affirmer que « la France a démontré son sérieux budgétaire », alors qu’elle vient de demander un report de deux ans de son objectif, annoncé auparavant comme intangible, de déficits publics de 3 % du PIB en 2013. Il demande en outre qu’une partie de nos dépenses publiques soit prise en charge par l’Europe : un « plan d’insertion des jeunes » ; une « stratégie d’investissements » ; des crédits et des emprunts européens pour les « filières d’avenir ». Le « sérieux budgétaire » n’est pas dans les actes.

La confiance dans les entrepreneurs est fort limitée car François Hollande veut « déterminer les filières d’avenir ». Il en donne la liste : « numérique, énergie, santé, infrastructures de transport ». Cette liste diffère  de celle fournie à Bruxelles en avril : « logement, rénovation énergétique de l’habitat, numérique ».

 En un mois, deux priorités ont disparu et trois nouvelles sont apparues. L’inconstance des choix politiques est ainsi frappante. François Hollande semble toujours ignorer que les plans d’investissement étatiques du type du Gosplan soviétique ont démontré leur nuisance dans tous les pays où les clients ont le choix de leurs achats.

François Hollande parait persuadé que le mariage de la politique et de la finance dans une Banque Publique d’Investissement (BPI) sera fécond. Pourtant, les bisbilles entre la politique et la finance y ont démarré dès le jour d’inauguration. 

Les défaillances du Crédit Lyonnais, de Dexia, de Natixis, des SDR (sociétés de développement régional), ont prouvé que les défaillances de l’Etat-financier sont plus nombreuses et plus graves que celles du marché. Les espoirs mis dans la BPI ne pourront qu’être déçus.

Les cessions de participations de l’Etat dans des entreprises se feront « sans perte de contrôle ». Elles seront donc marginales. François Hollande a peu de chances d’égaler le record de privatisations détenu par Lionel Jospin, qui n’avait pas peur de perdre le contrôle d’EADS, d’Air France, de France-Telecom, du GAN, du CIC, du Crédit Lyonnais et des autoroutes.

François Hollande a dit qu’il avait eu le courage d’envoyer des troupes au Mali et de résister aux manifestations contre le mariage gay. Il lui en faudrait plus pour résister au lobby de la dépense publique, celui des fonctionnaires, des élus et des entreprises publiques. Par leurs incohérences, ses déclarations du 16 mai montrent qu’il n’aura pas ce courage.

http://www.lecri.fr/2013/05/17/les-incoherences-du-discours-de-francois-hollande/40370

Publié dans Y'en a marre de François Hollande | Pas de Commentaire »

12345...17
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN