• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 20 mai 2013

Y’en a marre de la bouffe industrielle, de ses lobbies et surtout des magouilles et des scandales alimentaires

Posté par ippolito le 20 mai 2013

Bon appétit 

En 1948, Charles Trénet chantait «Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix?». Aujourd’hui, il aurait de quoi écrire un album entier. Et ça ressemblerait moins à de la poésie qu’à une formule chimique et mathématique.

C’est ce que vous propose de découvrir ce hors-série, qui explore le monde merveilleux de la bouffe industrielle, de ses lobbies, de ses barons et de leurs magouilles financières, de ses adjuvants aux noms savants et incompréhensibles — c’est préférable —, de ses effets comiques sur notre santé et de son riant avenir qui se fout bien du nôtre.

 Mais, comme il faut tout de même espoir garder, il y est également question des solutions, car il y en a, pour s’affranchir du gavage aux pesticides et aux édulcorants de synthèse. Car, désormais, il ne s’agit plus de manger pour vivre, mais de rester vivant en mangeant.

L’édito de Fabrice Nicolino, 

La mise en scène était succulente. Quand on a commencé à parler du prétendu «scandale de la viande de cheval», au début de février 2013, on a compris qu’on avait affaire à de grands acteurs comiques. La palme au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, déclarant sur RTL le 11 février:

 «Je découvre la complexité des circuits et de ce système de jeux de trading entre grossistes à l’échelle européenne.» Le Foll est l’un des très rares politiques à connaître l’univers de l’agriculture. Non seulement il est petit-fils de paysan, mais, en plus, il a en poche un BTS agricole et a enseigné l’économie dans un lycée agricole breton.

Donc, il se fout de nous. Mais pourquoi à ce point-là? Parce que l’industrie de la bouffe est en France intouchable. Elle est de loin le plus gros employeur de notre pays de chômeurs, avec 500000 emplois directs, dont la plupart ne sont pas délocalisables. La viande est au cœur du système. Et c’est pourquoi il n’était pas question d’ouvrir le vrai dossier, celui d’une industrie devenue si folle qu’elle paraît incontrôlable.

Au début était pourtant la nourriture. Les panthéons du passé sont pleins de divinités qui la représentent. Ne parlons pas des Grecs, saoulés d’ambroisie, ni des Romains, qui offraient à leurs dieux d’interminables gueuletons. Chez les Slaves, avant que n’arrivent les curés, Zywienia, déesse de la bouffe, couchait avec Radogast, dieu de l’Hospitalité. Pas si mal. Et Kokopelli, le petit dieu des Indiens Anasazi, cachait dans sa bosse éternelle des plantes et des graines. Mais tout cela c’était avant le Grand Progrès.

« autoroutes de la bouffe contre départementales de la nourriture »
La révolution industrielle n’a pas seulement inventé la machine à vapeur, l’usage du pétrole, les abattoirs de Chicago, la bagnole individuelle, la chimie de synthèse et le téléphone portable. Elle a pulvérisé les anciennes manières de se nourrir. 

Ce que vous allez lire dans ce hors-série de Charlie n’est qu’une évocation dont vous ne sortirez peut-être pas tout à fait indemne. C’est en tout cas tout le mal qu’on vous souhaite. Car l’apparition des transnationales de la bouffe a changé en simple marchandise ce qui était jadis cadeau des cieux et travail des hommes. 

Désormais, il faut cracher du flouze. On a vu comment Findus, qu’on croyait un gentil cuisinier, appartenait en réalité à un fonds de pension, exigeant une rentabilité financière d’au moins 8% l’an. La bouffe est une industrie, mondialisée, financiarisée, aussi sympathique que les hedge funds et les subprimes qui ont précipité la crise de 2008. 

Faut-il ajouter que cette industrie se contrefout des questions de santé publique, qui ne sont évidemment pas son problème? Elle surajoute, par exemple, du sel dans tous les plats qu’elle nous fourgue, car cela augmente leur poids, multipliant le profit. Bilan? 25000 morts par an en France, comme le clame dans le désert le chercheur Pierre Meneton.

Cargill, Monsanto, Nestlé, Danone font la loi parce qu’ils pèsent davantage que la plupart des États de la planète. Et les gendarmes du monde, comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), regardent ailleurs, quand ils ne sont pas manipulés ou infiltrés par les grands lobbies industriels.

L’histoire que raconte Charlie est sinistre, mais elle fera rire, car il ne nous reste plus que cela, en attendant mieux. Sauf révolte massive de la société, pour l’heure improbable, la machine continuera sa route. Pendant que nous montrons notre impuissance à seulement contrôler le sucre, le sel, le gras, les pesticides, les colorants, les conservateurs, les ingénieurs de l’industrie avancent. 

Leurs labos nous concoctent de la viande sans animal, ou de la bidoche clonée, ou encore des nanoaliments — taille: un milliardième de mètre — capables de traverser tous les tissus vivants, cellules comprises. Où sont les études sur leur toxicité ? Nulle part. Elles n’existent pas. Elles viendront peut-être, mais quand il sera trop tard.

Y a-t-il une autre voie? Plus d’une, en réalité. Le mouvement Slow Food, l’agriculture bio, l’alimentation des Karens de Thaïlande, le végétarisme montrent que nous ne sommes pas condamnés à subir la loi des marchands. Mais pour échapper à la bouffe industrielle, il faudrait commencer par accepter de payer le prix réel des aliments. 

La plupart d’entre nous préfèrent acheter un téléphone portable que de s’acheter du vrai pain et de vrais fruits. La publicité a parfois bon dos, qui permet d’échapper à des questions bien plus dérangeantes. Pour sortir de ce système infernal, il faudrait commencer par relever la tête. Pour l’heure, nous avons la gueule enfoncée dans l’auge.

http://www.charliehebdo.fr/news/bon-appetit-811.html

Publié dans Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la récession et surtout de Hollande

Posté par ippolito le 20 mai 2013

Récession : c’est grave docteur ?

La France est officiellement entrée en récession, selon les chiffres publiés par l’Insee mercredi. Que cela signifie-t-il vraiment ? Si le gouvernement assure que le pire est passé et maintient son cap, les économistes, eux, sont plus sévères. Et pointent la mauvaise direction prise par le gouvernement depuis un an.

C’est officiel, la France est entrée en récession. Selon les chiffres de la croissance publiés mercredi par l’Insee, le PIB s’est ainsi contracté de 0,2% au cours du 1er trimestre, après avoir déjà reculé de 0,2% au 4e trimestre 2012. 

Balayés, donc, les espoirs – et les promesses – du gouvernement d’un retour à la croissance en 2013. Depuis Bruxelles, où il s’entretenait avec la Commission européenne, François Hollande a dû le reconnaître publiquement : « il est probable que la croissance sera nulle » cette année.

Récession : le mot fait peur. Mais qu’en est-il vraiment ? Le gouvernement a minimisé mercredi l’impact de cette annonce. Le chef de l’Etat a ainsi assuré que le « pire était passé », récusant le fait que la France soit l’homme malade de l’UE : 

« Il y a une récession en France comme dans toute l’Europe », a-t-il ainsi souligné . Même ton du côté de son ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, qui a affirmé que cette annonce n’ »était pas une surprise » et que le gouvernement maintenait malgré tout son objectif d’inversion de la courbe du chômage d’ici à fin 2013.

Hollande prié de changer de politique

Mais du côté des économistes, on est moins optimiste. « L’annonce de l’entrée en récession est symboliquement forte, assure Nicolas Bouzou. Cela devrait être un signal pour le gouvernement qu’il doit changer de cap ». 

Car à l’instar de nombreux confrères, l’économiste estime en effet que l’exécutif est responsable, en grande partie, de la mauvaise santé économique du pays. « Le mécanisme de la récession est simple, nous explique-t-il. Cela vient pour moitié d’une baisse de nos exportations, de l’autre d’une baisse de la consommation intérieure. Le gouvernement a donc une grande part de responsabilité ».

« Le gouvernement fait donc preuve d’un réel déni de réalité », tance le spécialiste. « La situation est grave parce qu’on la minimise. Cette récession est la démonstration que le gouvernement mène en réalité une politique d’austérité très dure avec des augmentations d’impôts. Cette stratégie est un échec ». 

Mais pas de fatalisme pour autant. « On a vu des pays comme les Etats-unis ou le Japon rebondir vite », souligne l’économiste. Mais faudrait-il d’abord « réagir ». Et vite. 

http://www.metrofrance.com//info/la-france-en-recession-qu-est-ce-que-cela-implique/mmeo!7jOUa4sqERQk/

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre de la crise | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN