• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 28 mai 2013

Y’en a marre du chômage mais surtout des mensonges de notre gouvernement

Posté par ippolito le 28 mai 2013

2012, une année catastrophique pour l’emploi, confirme une étude

Selon une étude du cabinet FIE, 2012 a été une année dévastatrice pour l’emploi : 65 000 emplois ont été créés, et 100 000 détruits. Certaines régions arrivent à tirer leur épingle du jeu, comme le Nord, ainsi que les secteurs de l’environnement.

L’enquête remarque que beaucoup d’entreprises ont attendu la présidentielle pour licencier.

2012 a été une année noire pour l’emploi en France. Une étude des cabinets FIE et Kurt Salmon très fournie a répertorié les emplois créés et supprimés, dans les entreprises de plus de 10 salariés, secteur par secteur et région par région.

Bilan : 100 000 suppressions d’emplois en 2012, contre seulement 65 000 créations. C’est la première fois depuis 3 ans que le solde est négatif, et les suppressions brutes d’emplois ont triplé en un an.

Les services les plus touchés

Les emplois dans les services sont les plus concernés (+357% de licenciements en un an). Le transport, la logistique, même les services à la personne, la banque ou l’assurance ont dégraissé l’année dernière. 

Pour les auteurs du rapport, c’est parce que beaucoup d’entreprises ont attendu l’après présidentielle pour pouvoir faire leur plan social en toute tranquillité. La tendance s’observe aussi dans l’industrie.
« Un gisement d’emplois verts »

Au cœur du marasme, il reste malgré tout quelques bonnes nouvelles et certains secteurs décollent : les emplois verts, la santé ou encore l’action sociale. Même dans l’industrie, des domaines restent préservés : la construction de bateaux, par exemple, a créé 5 000 emplois l’année dernière.

« Les secteurs qui surnagent, comme les éco industries, sont toutes les activités qui vont du photovoltaïque au traitement des déchets très élaborés, avec reconversion, retraitement et récupération de l’énergie, ce qui permet la sauvegarde de l’environnement tout en créant de la richesse et de la valeur ajoutée », explique Michel Ghetti, le président de FIE, l’auteur de l’étude. 

« Il est clair qu’il y a là un gisement d’emplois, les emplois verts ou la transition écologique comme disent certains politiques. C’est un gisement d’emplois extrêmement important ».
« L’élément le plus attractif d’un territoire est sa main d’œuvre »

Certaines régions, aussi, arrivent à tirer leur épingle du jeu : le Nord et l’Ouest de la France continuent à créer des emplois. Pour le Nord, les raisons sont simples à comprendre, pour Michel Ghetti.

 « C’est un positionnement géostratégique, vous êtes très proche de la Belgique, de l’Allemagne. L’exemple de Toyota est une implantation pensée géostratégiquement, à Valenciennes, dans un barycentre géographique intéressant, avec une main d’œuvre qualifiée, rompue au travail en équipe et aux méthodes industrielles. Il ne faut jamais oublier que l’élément le plus attractif d’un territoire est sa main d’œuvre, et la nôtre est qualifiée ».

http://www.rmc.fr/editorial/382262/2012-une-annee-catastrophique-pour-l-emploi-confirme-une-etude/

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’éducation nationale et de toutes ses faiblesses

Posté par ippolito le 28 mai 2013

Éducation nationale : la charge de la Cour des comptes

De l’embauche des professeurs à leur gestion par l’État, en passant par la politique de rémunération du ministère de l’Éducation nationale, les Sages de la rue Cambon dévoilent toutes les faiblesses du « Mammouth ».

«Gérer les enseignants autrement.» Dans son rapport thématique dévoilé mercredi matin, la Cour des comptes brocarde le gouvernement actuel. Selon les vénérables de la rue Cambon dirigés par le socialiste Didier Migaud, l’Éducation nationale «ne souffre pas d’un manque de moyens ou d’un nombre trop faible d’enseignants, mais d’une utilisation défaillante des moyens existants».

 Et ce, alors même que le gouvernement a décidé d’embaucher 60.000 enseignants d’ici à la fin du quinquennat! Elle estime ainsi que «l’évolution du nombre d’enseignants est déconnectée de celle des élèves». 

Les effectifs des enseignants du secondaire n’ont ainsi pas cessé d’augmenter entre 1993 et 2005 alors que celui des élèves diminuait parallèlement.

Entre 2009 et 2011, les effectifs d’enseignants du primaire augmentaient quand ceux de leurs élèves stagnaient… Chaque année, c’est le volume d’heures de cours et le souci d’assurer chaque année un débouché satisfaisant aux universités pour les concours qui guident les décisions de recrutement, se désolent les Sages qui ont enquêté au sujet de la gestion des enseignants dans cinq académies: Bordeaux, Lille, Limoges, Nantes et Versailles.

Les résultats du système éducatif français sont particulièrement inégalitaires

En dépit de ce surcroît d’enseignants par rapport aux élèves, les résultats du système éducatif français sont particulièrement inégalitaires et les résultats des enfants se dégradent lentement. La part des élèves les plus faibles s’est ainsi accrue de 26 % en lecture et de 37 % en mathématiques entre 2000 et 2009. 

Le système français est un de ceux où le poids des origines socio-économiques des élèves pèse le plus sur les résultats scolaires. L’écart de résultats entre les meilleurs élèves et les plus faibles est l’un des plus élevés de l’OCDE.

Pour la Cour, il existe surtout un écart entre la réalité du métier d’enseignants et leurs statuts. Leur «temps de service» n’est centré que sur les seules heures de cours alors que la loi leur assigne d’autres missions: relations aux parents, travail en équipe, aide au travail personnel des élèves, formation, conseil et orientation… 

Le temps qui y est consacré par les enseignants n’est que très imparfaitement mesuré, et rémunéré que partiellement, à travers un système de décharges et d’heures supplémentaires attribuées par quota aux différents établissements. 

Une telle organisation conduit à ne pas valoriser l’implication des enseignants dans toutes ces activités pourtant essentielles pour la réussite scolaire de tous les élèves… 

La Cour recommande donc d’élargir leurs obligations de service à l’ensemble des activités effectuées dans l’établissement au service des élèves, sous la forme d’un forfait annuel, la répartition de ce temps de service devant pouvoir être modulée en fonction du type de poste occupé et des besoins locaux des élèves.

Une «affectation inadaptée» aux besoins des élèves

L’affectation des enseignants est également un «système inadapté aux besoins des élèves et aux exigences des postes». Le système ne tient pas compte des profils des enseignants. 

En 2011, 65 % des débutants du second degré ont été affectés en établissement difficile ou comme remplaçants, contre 33 % pour le reste des enseignants. Le système favorise l’instabilité des enseignants débutants et encourage peu la mobilité des enseignants expérimentés. 

À 30 ans d’ancienneté, un enseignant est présent en moyenne depuis 20 ans dans son établissement. Le système d’affectation automatique «au barème» en fonction de différents critères (ancienneté de poste et de service, rapprochement de conjoint, handicap, situation familiale, etc.) a été jugé illégal par le Conseil d’État à plusieurs reprises. 

Tous les postes sont considérés comme équivalents et tous les enseignants sont jugés également qualifiés pour les occuper. Ni le directeur de l’école, ni le chef d’établissement n’ont leur mot à dire.

Le caractère automatique de ce système répond au souci d’objectivité parfaite, du moins en apparence, auquel les organisations syndicales sont attachées. Mais il conduit à de nombreux dysfonctionnements dans la répartition des professeurs. 

Plus généralement, la Cour recommande de fonder le système des mutations sur une meilleure adéquation entre les exigences du poste et le profil des enseignants appelés à l’occuper, sur la base d’entretiens entre les candidats et les chefs d’établissement, en s’inspirant d’exemples étrangers et du système existant dans les établissements d’enseignement privé catholique. 

Les chefs d’établissement joueraient un rôle plus affirmé dans la constitution et l’animation des équipes pédagogiques et pourraient moduler la répartition du temps de service des enseignants en fonction des besoins locaux, dans le cadre d’une contractualisation avec les rectorats et les services départementaux de l’Éducation nationale.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/22/01016-20130522ARTFIG00296-education-nationale-la-charge-de-la-cour-des-comptes.php

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’endettement de nos communes et surtout des gaspillages de certains élus

Posté par ippolito le 28 mai 2013

Les casseroles du maire de Bussy-Saint-Georges, champion de l’ endettement

C’est un héros méconnu. La Cour des comptes s’intéresse depuis 2007 à Hugues Rondeau, maire de Bussy-Saint-Georges ( Seine-et-Marne).

Article extrait du Canard enchaîné du 22 mai 2013.

Hugues Rondeau occupe à lui seul 30 pages dans le dernier rapport de la Cour des comptes, publié en février. Le maire de Bussy-Saint-Georges n’est pas épinglé pour son manque de convictions politiques, il en a de nombreuses: ancien membre du Parti radical valoisien, il est passé au RPR puis a rejoint le Front national avant de voler en direction de l’ UDI de Borloo !

Non, les magistrats lui reprochent quelques broutilles dans sa gestion:  manquement aux règles comptables, insincérité de ses budgets depuis 2009, avec inscription de recettes incertaines et sous-évaluation systématique des dépenses.

 A ces accusations mesquines s’ajoute le niveau d’endettement de sa commune: la dette de Bussy-Saint-Georges atteint 150% des produits de fonctionnement, et les taux d’imposition ont doublé entre 2006 et 2011.

La Cour des comptes n’est pas la seule juridiction à persécuter Rondeau. La préfète de Seine-et-Marne, Nicole Klein, a saisi le tribunal administratif de Melun à 13 reprises, en 2012. Le 12 octobre 2012, les juges ont annulé 7 délibérations municipales d’un coup. Mais rien n’arrête Hugues Rondeau, qui s’amuse comme un petit fou. “Je le clame haut et fort, les réflexions de la Cour ne me font ni chaud ni froid !“.

En décembre 2007, la cour d’appel de Paris l’a condamné à 1 mois de sursis et 5 ans d’inéligibilité pour avoir fractionné artificiellement le marché d’audit de sa commune dans le but d’échapper à la procédure d’appel d’offres. Bonne fille, la même cour l’a relevé de son inéligibilité en 2009.

Même dans sa vie privée, Rondeau est persécuté: il a été condamné, en 2009, par le tribunal de Meaux pour violences conjugales, puis placé en garde à vue, l’année suivante, pour avoir frappé à la tête son épouse d’un coup de béquille. Enfin, en juin 2011, ce même tribunal l’a condamné à 4 mois de prison avec sursis pour “prise de mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi“. Son directeur des services techniques, ivre mort au volant, faisait des embardées en ville, et Hugues Rondeau avait empêché la police municipale de le verbaliser. Un jugement confirmé, depuis, en appel et en cassation.

Il y a une morale: ses administrés semblent faire peu de cas de cette oppression judiciaire. Arrivé à la mairie de Bussy-Saint-Georges en 1998, Rondeau a été élu en 2001 et réélu en 2008, au lendemain d’un premier rapport, saignant, de la Cour des comptes. Cette année là, il a même obtenu sur un ton triomphant 49,7% des voix au premier tour…

Le maire de Bussy-Saint-Georges le rend bien à ses électeurs. Le 17 mars, il a dit sur son compte Twitter, avoir “prié pour que la Vierge protège leur ville“. Et ça marche: la préfète se refuse, pour l’instant, à placer la ville sous tutelle, comme la loi l’y autorise. Merci, Saint Vierge !

Article extrait du Canard enchaîné du 22 mai 2013

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/les-casseroles-du-maire-de-bussy-saint-georges-champion-de-l-endettement/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | 1 Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN