Y’en a marre de l’Europe

Posté par ippolito le 25 mai 2013

UE : vers une zone low-cost ?

Il se passe selon moi une chose terrible au sud de l’UE. Et ce dans un quasi silence médiatique, de rares reportages ou articles de presse vous informent de ce qui se passe par exemple en Grèce. On y découvre des déclassements, des licenciements , des baisses de salaire, de retraites: la solution de la troika d’inspiration ortholibérale, donc de la CDU Allemande et de ses complices ailleurs.

Vous avez vu ce billet commence avec de la germanophobie, on va faire mieux alors. C’est dans le journal Le Monde qu’un article m’a interpellé . Il titrait tout simplement En Espagne, “sans l’économie souterraine, il y aurait déjà eu une révolution”.

On vous y explique qu’on estime à 20 ou 25% la part du PIB espagnol issue de l’économie souterraine, le travail au noir et autres. Tout ça dans un pays où le taux de chômage officiel est de 27,16%. Le tout serait un amortisseur, pour éviter des mouvements sociaux, voir même une révolution. 

Tout ça avec  comme le note le journal, “les chefs d’entreprise de construction qui ont besoin d’un travailleur docile, qui ne demandera pas de papiers ni de protection sociale“. Le mot est là : docile, et de préférence sans protection social à demander ou a payer. Là, le libéral  masqué va couiner de joie : Ce salarié est sorti de la sécu bolchevique ! il est liiiiiiiiiiiiiibre, docile et mal soigné.

le même article, décidément riche en information et citations utiles – un reportage – nous explique que le président du Syndicat des techniciens du ministère des finances, Carlos Cruzado,  estime que “240 milliards d’euros qui échappent au contrôle du fisc” soit  60 milliards qui devraient être versés à l’Etat. “Sans parler des cotisations sociales(…) Le niveau de la fraude en Espagne est le deuxième plus élevé d’Europe, après la Grèce.”

Voilà donc pour une grande partie des espagnols, le libéralisme et féodalisme  en même temps, les deux ne peuvent d’ailleurs pas se séparer : Des petits seigneurs locaux (patrons, syndicats de patrons) qui contrôlent des hordes de travailleurs ultra-souples sans statut. 

Travailleurs interchangeables, qu’on met facilement en concurrence entre eux: il n’y a plus de salaire minimum dans ces contextes là. Et ce genre de pratique se trouve même dans les entreprises gérées par  le Medef local :

plusieurs salariés d’une société de restauration appartenant au vice-président de la Confédération espagnole des organisations patronales, Arturo Fernandez, ont dénoncé publiquement qu’ils recevaient jusqu’à 50 % de leur salaire au noir.
 
On résume : 25% du PIB, explosion des fraudes sociales et fiscale. Tout ça facilité par les licenciements de fonctionnaires (là le libéral se fait dessus): moins de régulateurs, moins de contrôles .. 

 La même chose se devellope en Grèce, et en Italie sans doute. avec la matraque sociale : baisse des indemnités, des salaires, des retraites, du système de protection sociale, avec la santé qui redevient payante et  bien sûr partout, des jeux du cirque à la TV qui donnent l’illusion du miracle possible.

Voilà donc le système qui se dessine de plus en plus : En haut, pour les plus aisés : le socialisme et partage des richesses endogamique pour le Top 1%, avec dernier décile des revenus ( top 10%) comme complices (même s’ils tiennent des blogs ventilateurs pour se donner bonne conscience) et exécuteurs des basses oeuvres: 

Exécutive manager, cadres dirigeants et autres DRH… tout ça avec la complicité des gouvernements qui obéissent aux banques ou anticipent leurs désirs: C’est la ploutocracie.  

Il parait que ce mot est connoté, zut alors, on le trouve pourtant dans de glorieux PDF de banques d’affaires, PDF supposés ne jamais sortir dans les internets publics: Ils vous y expliquent comment cibler les “riches” pour mieux servir leurs intérêts en leur offrant des services réservés.

Vous entendrez ou lirez des phrases comme celle-ci , lourdes de sens: on doit donc avancer “ce tant que les pays européens n’ont pas accompli les réformes nécessaires pour assurer la cohésion de l’ensemble”. La cohésion de l’ensemble, mais qu’est ce donc ?

C’est la zone UEsud  avec 20/25% des PIB en zone grise sans cotisations ni impôts  Une façon simple, efficace, cynique  de réduire le cout du travail des métiers non qualifiés ou même qualifiés, il suffit de creuser un peu… 

C’est  un far-west libéral, avec des zones touristiques pour touristes… allemands. Zones où on demandera que le minimum soit quand même garanti pour leur confort lors de leur séjour estival. Confort qui doit être de plus en plus important, vu qu’ils deviennent de plus en plus gros et exigeants. Tout ça avec Angela Merkel qui en est la représentante, la tête pensante, la porte parole.

Et elle s’étonne que son nom soit associé aux saloperies subies par des peuples entiers? Elle veut qu’on oublie que les banques allemandes ont plus qu’aidé la bulle immobilière espagnole surtout .. comme par hasard dans les zones à touristes.

La politique de taux d’intérêts bas appliquée par la Banque centrale européenne (BCE) pendant les années qui ont précédé la crise a permis à l’ ‘économie allemande moribonde’ de récupérer, mais elle a également été l’élément décisif qui a provoqué les bulles immobilières des pays périphériques européens, [...] exacerbées par les flux de capitaux provenant des banques allemandes et françaises.

Il fallait en effet remplir ces constructions en masse : soit par des espagnols endettés, soit par des touristes dodus et adeptes de confort de plus en plus important. Seulement voilà désormais, des pays et zones à 25% de chômeurs (chiffre officiel) ici ou là: 

Ca risque de mal se passer un jour pour ces touristes allemands: Ils sont 10 milllions chaque année en Espagne… et ont pu à certains moments se comporter, bien avant la crise, comme des occupants et refuser de payer les .. taxes locales.. là où ils justement ils étaient en nombre.

Ca doit être ça la cohésion de l’ensemble.

http://politeeks.info/ue_zone_low_cost

 

Publié dans Y'en a marre de l'Europe | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la commission européenne et surtout de ces technocrates

Posté par ippolito le 25 mai 2013

La dernière arnaque de la Commission européenne : faire disparaître les pièces de 1 et 2 centimes.

Marre des pièces jaunes ? Elles encombrent votre portemonnaie ? Elles pourraient bientôt disparaitre. Pour la Commission européenne, les pièces de 1 et 2 centimes ne seraient pas forcément très utiles et leur production coûte une fortune…

La raison : leur production est très coûteuse. Frapper ces pièces de centimes a en effet un coût important : selon la Commission européenne, depuis 2002, la facture s’élève à 1,4 milliards d’euros. Les supprimer permettrait donc de faire des économies, une tendance en vogue à l’heure actuelle.

Mais les retirer purement et simplement de la circulation ne semble pas aussi facile que ça. Principale inquiétude : faut-il s’attendre, si ces pièces devaient effectivement disparaitre et si les prix devaient être réajustés, à ce qu’ils soient plutôt arrondis vers le haut? C’est un des points relevés par la Commission européenne. 

« La réaction des citoyens est partagée : les gens se disent attachés à ces piécettes et craignent un risque d’inflation si elles disparaissent, mais dans le même temps, ils ne les utilisent pas » souligne-t-elle. Un vrai casse-tête en effet. Sans oublier, que sans pièces jaunes, que deviendrait Bernadette Chirac.

(Nigel Farage – député européen anglais) …Et j’espère que tous les contribuables de toute l’Europe vont entendre cela : Si nous examinons les officiels qui travaillent pour la Commission européenne et le Parlement européen, la plus haute catégorie est celle de personnes qui gagnent un salaire net d’un peu plus de 100.000 livres sterlings par an (environ 120.000 euros annuels). Et pourtant, avec les règles de l’UE, ils ne payent que 12% d’impôts. C’est une fraude fiscale sur une échelle absolument phénoménale, et M. Barroso, je vous dirais : « Comment peut-on estimer que c’est juste ? Comment les gens d’ici qui ont du mal – les 16 millions de chômeurs de la zone euro – quelle considération peuvent-ils avoir pour ces institutions, qui non seulement donnent de grosses sommes d’argent à des gens, mais qui en plus les autorisent à bénéficier d’avantages fiscaux et aussi bien sûr, des avantages de pension sur une échelle d’une ampleur encore inconnue dans le reste du monde ? Je suggère donc que nous baissions notre ton moralisateur.

« Ça coûte moins cher de supprimer la petite monnaie que de supprimer la pauvreté » (Charlie Hebdo)

Quelques commentaires  de lecteurs à propos cet article :

Philander : Eh oui…. Encore une belle arnaque pour nous voler un peu plus du peu d’argent qu’il nous reste. Si seulement tous ces truands faisaient preuve d’autant d’imagination pour nous sortir de la m…. !

HaroldF45 : Les technocrates de Bruxelles ont encore frappé! Comme si ça ne suffisait pas que leur monnaie de singes, le Neuro, ait été prétexte à une augmentation incontestable du prix du moindre article dans la grande distribution, n’en déplaise aux statisticiens de tous poils! 

la suppression de ces ‘petites’ pièces, 6 centimes de franc 1/2 et 13 centimes quand même, va encore inciter ces escrocs de commercants à augmenter leurs prix déja bien trop élevés. On voit bien que tous ces eurocrates ne doivent pas (sur)vivre avec quelques centaines de Neuros par mois, ça ne risque pas!

Panglos : Les commerçants ne sont pas idiots. S’il faut arrondir aux cinq centimes d’euro le plus proche, les boulangers, par exemple, vont s’empresser de vendre leur pain à 93 cts au lieu de 92 cts, avant la disparition des pièces de 1 et 2 centimes. 

Ainsi ils vendront le pain 95 centimes quand les pièces de 1 et 2 centimes auront disparu. Gain : 3 centimes et augmentation de 3% environ. 
En revanche les produits plus onéreux vendus 99,99 euros par exemple (seuil psychologique), seront vendus à 99,95 euros, ce qui fera économiser 4 cts, donc seulement 0,04 %. 

D’autre part toutes les augmentations de prix seront d’au moins 5 centimes (plus de 5 % pour une baguette !) Pendant ce temps le salaire des employés et le traitement des fonctionnaires son gelés.

Werdna : Quelle trouvaille de ces eurocrates hypocrites ! On connait parfaitement les effets de la suppression des petites pièces puisque la manœuvre a déjà été effectuée dans plusieurs pays dont la France avec le passage des anciens aux nouveaux francs. 

Comme pour le passage à l’Euro, où tous les prix ont été arrondis au-dessus, voire beaucoup plus. Les eurocrates qui ont créé l’euro viendraient donc juste de se rendre compte que les pièces coûtent cher aux états ? 

A mon sens c’est plutôt eux, avec leurs avantages exorbitants et leurs invraisemblables décisions favorables aux lobbys qui coûtent une fortune aux populations qui subissent la crise.

http://resistanceinventerre.wordpress.com/2013/05/23/la-derniere-arnaque-de-la-commission-europeenne-pourquoi-les-pieces-de-1-et-2-centimes-vont-bientot-disparaitre

Publié dans Y'en a marre de l'Europe | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse des impôts et surtout de la baisse de notre pouvoir d’achat

Posté par ippolito le 24 mai 2013

Hausse des impôts et inflation : la baisse du pouvoir d’achat des Français de 2012 sera plus forte en 2013

L’Insee a relevé ce mercredi que les Français avaient vu, pour la première fois depuis 1984, leur pouvoir d’achat régresser. Premier responsable: la hausse des impôts. Et ce sera encore pire cette année.

Du jamais vu depuis près de trente ans! Le pouvoir d’achat des Français a globalement reculé de 0,4% en 2012, avec notamment une baisse de 0,8 % au quatrième trimestre, selon les chiffres rendus publics ce matin par l’Insee. En le ramenant à un niveau individuel (par « unité de consommation » dans le jargon des statisticiens), la chute atteint même 1% sur l’année, contre une stagnation en 2011.

Certes, le salaire moyen par tête versé par les entreprises a encore augmenté de 2,1% en 2012 après 2,5% en 2011, notamment grâce au coup de pouce donné au Smic l’été dernier. Mais les destructions d’emploi qui ont fait progressé le nombre de chômeurs ont aussi fortement pesé sur la masse salariale globale. Au total, elle n’a progressé que de 1,8% contre 2,9% en 2011. 

Lors de la récession de 2009, le reflux des tarifs de l’énergie avait permis de sauver le pouvoir d’achat des ménages mais, cette fois, la hausse des prix, même modérée, a tout de même atteint 1,7%.

Mais ce sont avant tout les hausses d’impôts qui ont donné le coup de grâce au pouvoir d’achat, souligne l’Insee. Il s’agit, pour l’essentiel, des effets des mesures décidées par le gouvernement de François Fillon avant son départ. 

En novembre 2011, le Premier ministre de Nicolas Sarkozy avait notamment annoncé un gel du barème de l’Impôt sur le Revenu dont les tranches étaient habituellement indexées sur l’inflation.

400.000 ménages de plus ont payé un impôts sur leurs revenus en 2012

Selon un rapport de la sénatrice Marie-France Beaufils, cela a eu pour conséquence de faire entrer dans le barème de l’IR près de 400.000 ménages, qui étaient auparavant trop pauvres pour être imposés. Et, au total, plus de 17 millions de foyers ont subi une hausse de leurs impôts, à hauteur de 1,7 milliard d’euros.

Par ailleurs, le gouvernement Fillon a aussi raboté les niches fiscales et instauré une taxe exceptionnelle sur les hauts revenus de 3 ou 4%. François Hollande en a rajouté une couche en instaurant une contribution supplémentaire pour les redevables de l’Impôt sur la Fortune dès 2012. 

Au final, les taxes subies par les ménages ont grimpé de 10% en 2012 ! A ce coup de massue fiscale, il faut aussi ajouter l’impact de la hausse du taux de cotisation retraite et de la suppression des exonérations sociales sur les heures supplémentaires, décidées par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. La masse globale des prestations sociales versées en 2012 a néanmoins continué à progresser, ce qui a permis d’amortir un peu le choc.

La baisse du pouvoir d’achat sera encore plus forte en 2013

Que faut-il attendre pour 2013? L’Insee prévoit que les revenus d’activité continuent à ralentir (+0,4% au premier semestre après +0,9% au second semestre 2012) sous le double effet de moindres augmentations de salaires et de la poursuite de la progression du chômage. 

Les hausses d’impôts marqueraient une pause au premier semestre avant de repartir de plus belle en fin d’année lorsque le choc fiscal de François Hollande commencera produire ses effets, notamment la poursuite de la non-indexation du barème de l’IR, la création de la tranche à 45% ou encore la baisse du plafond du quotient familial. 

Autant dire qu’il ne faut rien attendre de bon pour votre pouvoir d’achat cette année. Reste une question : les Français vont-ils comme en 2012 continuer à consommer en sacrifiant leur épargne? Ou bien cette baisse du pouvoir d’achat aura-t-elle un impact sensible sur la consommation et, par voie de conséquence, sur la croissance ?

http://www.challenges.fr/economie/20130327.CHA7649/hausse-des-impots-et-inflation-la-baisse-du-pouvoir-d-achat-des-francais-de-2012-sera-plus-forte-en-2013.html

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles de Sylvie Andrieux

Posté par ippolito le 24 mai 2013

Condamnée à un an de prison ferme, la députée PS Sylvie Andrieux fait appel

Marseille, correspondance. Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné, mercredi 22 mai, Sylvie Andrieux, députée socialiste des quartiers Nord de la ville à trois ans de prison dont deux ans avec sursis, une amende de 100 000 euros et à cinq années d’inéligibilité. Ces peines sanctionnent les détournements de fonds publics à des fins clientélistes commis au préjudice du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur entre 2005 et 2008 alors que Mme Andrieux était vice-présidente déléguée à la politique de la ville.

La condamnation est plus lourde que celle requise lors du procès qui s’est tenu en mars. Le vice-procureur Jean-Luc Blachon avait réclamé deux ans de prison avec sursis, une amende de 50 000 euros et fixé à cinq années – le maximum prévu – la peine complémentaire d’inéligibilité.

« Ce dossier a installé la fraude au sein de la région, avait-il expliqué. Les prévenus ont racorni l’espace public. Il n’est pas concevable de domestiquer l’électorat avec des fonds publics, qu’ils deviennent une monnaie d’échange entre élus et citoyens. » Depuis sa mise en examen en juillet 2010, Sylvie Andrieux conteste avoir eu connaissance du détournement de subventions au bénéfice d’associations en sommeil ou fictives, créées dans le seul but d’escroquer la région.

PAS CANDIDATE AUX MUNICIPALES

Prenant acte d’une « décision injuste », l’élue a annoncé mercredi midi qu’elle avait « aussitôt » fait appel. « Je n’ai commis aucun des faits qui me sont reprochés et je vais consacrer toute mon énergie à en faire la démonstration devant la cour d’appel », a-t-elle déclaré dans un communiqué – elle était absente au prononcé du jugement. Cet appel a un effet suspensif sur sa condamnation, qui ne deviendra définitive que si elle est confirmée en appel, voire en cas de rejet d’un éventuel pourvoi en cassation. 

Si elle est donc, pour le moment, toujours éligible, Mme Andrieux a laissé entendre qu’elle ne participerait pas aux prochaines élections municipales, en 2014. « Cette décision n’entame en rien mes convictions et le combat que j’ai toujours mené. Dans un souci de clarté, je ne m’impliquerai pas dans le débat électoral local jusqu’à ce que mon innocence ait été reconnue », a-t-elle indiqué. En 2008, Sylvie Andrieux conduisait la liste d’union de la gauche dans le 7e secteur de Marseille.

Les prévenus sont par ailleurs condamnés à verser 716 593 euros de dommages et intérêts au conseil régional, partie civile.

Le tribunal relaxe Jean-Guillaume Lalange, ancien directeur de l’aménagement du territoire chargé de la politique de la ville à la région. Il avait été accusé d’avoir fermé les yeux sur la fraude en dépit d’alertes. Avec un président de paille et un objet social souvent vague comme « la réhabilitation de l’image des quartiers Nord » ou « la construction d’un nouvel environnement plus sain, plus hygiénique et plus vivable », les associations-taxis bénéficiaient de subventions sur la base de dossiers truffés de faux documents.

« JE T’AIDE PARCE QUE TU M’AS SUBVENTIONNÉ »

L’argent a enrichi les principaux organisateurs de l’escroquerie, Benyoub Same, Boumedienne Benamar et Cédric Doco, condamnés aux plus lourdes peines prononcées contre les vingt-deux prévenus. Après avoir évoqué leur rôle de relais électoral et de facilitateur des déplacements de la députée dans les cités des quartiers Nord, ces prévenus avaient fait volte-face à l’audience, contestant le système de donnant-donnant décrit par l’avocat du conseil régional, Me Gilles Gauer, comme « la forme moderne du clientélisme : je t’aide parce que tu m’as subventionné ».

Seul Rolland Balalas, ancien secrétaire général du groupe PS au conseil régional et ex-attaché parlementaire de Mme Andrieux, n’a jamais changé de position. Dès 2008, il avait confirmé le caractère clientéliste de ces subventions, les trois quarts de la ligne budgétaire « politique de la ville » allant à des associations de la circonscription de Sylvie Andrieux.

« Elle se fout complètement de savoir si ce qu’on finance est bon ou pas bon dans la mesure où, à un moment donné, ça fait du chiffre et ça augmente sa popularité », avait-il déclaré au juge. L’annonce du renvoi de Mme Andrieux devant le tribunal correctionnel avait eu lieu quelques jours avant le premier tour des législatives de juin 2012 qu’elle avait remportées, mais privée de l’investiture PS et avec seulement 699 voix d’avance sur son adversaire du Front national, présent au délibéré.

Par Luc Leroux

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/05/22/la-deputee-ps-sylvie-andrieux-condamnee-a-3-ans-de-prison-dont-2-avec-sursis_3415057_823448.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles de Claude Guéant

Posté par ippolito le 24 mai 2013

L’ emploi fictif de Claude Guéant
 
Après les tableaux ( voir Guéant, expert en vente d’ objets d’ art) et l’argent liquide ( voir Virement suspect de 25 000 euros pour Guéant), voici l’ emploi fictif de Claude Guéant.

Claude Guéant est visé, en compagnie de l’ancienne ministre du Logement Christine Boutin, par une nouvelle information judiciaire, ouverte le 10 mai à Nanterre. Cette fois, il s’agit de « détournements de fonds publics, complicité et recel » ( Le Monde, 17/5). Cette enquête est la suite tardive des révélations du Canard enchainé, publiées en juin 2010, sur l’embauche par Boutin de Philippe Pemezec, ex-député UMP des Hauts-de-Seine et actuel maire du Plessis-Robinson.

Ce bon ami de Sarkozy avait bêtement été privé de son siège de député, en novembre 2007, par le Conseil constitutionnel, qui lui reprochait un financement illégal de sa campagne. Ce pauvre garçon avait perdu du même coup ses 5487 euros mensuels d’indemnités parlementaires. Claude Guéant, alors secrétaire général de l’ Elysée, lui avait tendu une main secourable, et avait prié Christine Boutin d’aider le malheureux.

Boutin s’exécuta sans tarder: le 14 février 2008, Pemezec était embauché comme chargé de mission au cabinet de Boutin pour 5500 euros net par mois. Prié de rédiger des rapports sur l’ « accession sociale à la propriété », cet expert s’est surtout contenté de recopier – parfois à la virgule près – des textes piqués sur internet. Ce petit jeu a duré jusqu’en juin 2010, quand Benoist Apparu, le successeur de Boutin au Logement, a arrêté les frais.

Durant l’enquête préliminaire, Boutin a charitablement raconté aux policiers qu’elle n’avait fait qu’exécuter les ordres de Guéant. Lequel s’est empressé de lui renvoyer la balle: il a reconnu avoir pistonné Pemezec, mais pour un vrai job.

Les premières investigations ont pourtant montré que tout avait été mis en oeuvre pour camoufler l’embauche litigieuse. Comme le confirme un magistrat au Canard enchainé, l’identité de Pemezec n’apparaissait dans aucun organigramme ministériel, et sa nomination n’a jamais été publiée au Journal officiel. Le ministère avait préféré faire signer au nouvel embauché un discret contrat d’ « agent contractuel » de droit privé.

A croire que Guéant et Boutin avaient honte de leur coup de piston…

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/l-emploi-fictif-de-claude-gueant/

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Delanoë

Posté par ippolito le 24 mai 2013

Mieux que les emplois d’avenir, les jobs 
qui ne servent à rien

Sacré Bertrand Delanoë ! Le maire de Paris emploie 90 agents juste pour vérifier que l’on ne met pas ses sacs-poubelles dans le bac vert des voisins. Et il a plein d’autres idées comme ça.

Et maintenant, voici la véridique et très pénible histoire arrivée le mois dernier à un mien ami, dans le XIXe arrondissement de Paris. D’aucuns diront qu’il l’a bien cherché, mais c’est pure calomnie, car que faire lorsque le feuilleton est terminé, sinon vider les poubelles avant d’aller dormir ? 

Les siennes étaient d’ailleurs fort proprement mises, enfermées jusqu’à la dernière épluchure dans un de ces sacs plastique à cordelette tout ce qu’il y a de réglementaire. 

Pensant bien faire, notre honnête citoyen est donc sorti de sa maison, a fait quelques pas sur le trottoir, et s’en est allé ficher son baluchon dans le bac vert de l’immeuble voisin, le sien ayant été récemment volé, en sifflotant les chœurs de l’Armée rouge parce qu’il faut bien s’entraider, surtout quand on est tout seul.

C’est à cet instant que deux sbires à brassard du Centre d’action pour la propreté de Paris (CAPP) lui sont tombés dessus. Les quatre-vingt-dix hommes de cette unité de choc, ai-je appris depuis, se voient confier l’importante mission de surveiller la mise des sacs dans les poubelles par les citoyens, parce qu’on ne peut pas laisser faire n’importe quoi, quand même. 

Après les sermonnages de rigueur, notre délinquant ordurier s’est donc vu dresser un procès-verbal pour «présentation irrégulière des déchets à la collecte municipale en bourrant un sac de 20 litres dans la poubelle du voisin, prévue et réprimée par l’article R 632-1 du Code pénal», infraction passible d’une amende de 35 euros. Précisons à l’égard des sceptiques qu’aucune caméra cachée ne tournait dans les environs et qu’il ne s’agissait donc nullement d’une plaisanterie télévisuelle.

A l’énoncé de cette affaire, la colère m’a pris. Qu’en pleine période de disette budgétaire Bertrand Delanoë s’amuse à assigner à des brigades nord-coréennes d’aussi absurdes besognes, il y a de quoi vous mettre en pétard, non ?

 Ces agents verbalisateurs ne seraient-ils pas plus utiles à balayer les rues de la capitale, particulièrement sales ces derniers temps ? Et puis j’ai réfléchi. Et j’ai compris qu’en fait de gaspilleur le maire de Paris était en réalité… un génial précurseur. 

Car enfin, puisqu’il n’y a plus aucun boulot dans les postes qui servent, la seule solution n’est-elle pas d’orienter les chômeurs vers des postes qui ne servent pas. Aux côtés des quatre-vint-dix empêcheurs de bourrer les poubelles du voisin, notre Grand Timonier parisien s’apprêterait à recruter aux frais du contribuable un bataillon  de surveilleurs de gardiens de musée, une compagnie de vérifieurs de prise intégrale de RTT et une armée entière d’aideurs d’automobilistes à faire leur créneau.On n’est pas sortis de l’auberge.

Philippe Eliakim

Note de la rédaction : il s’agit d’un « billet d’humour », classé pour cette raison dans la rubrique « Clin d’oeil ». S’il prend comme point de départ des faits réels, tout n’est pas à prendre au premier degré…

© Capital

http://www.capital.fr/enquetes/clins-d-aeil/mieux-que-les-emplois-d-avenir-les-jobs-qui-ne-servent-a-rien-841171

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

1...34567...17
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN