• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 1 juillet 2013

Y’en a marre de la dette sociale et surtout de l’austérité

Posté par ippolito le 1 juillet 2013

La Cour des comptes prescrit une cure d’austérité pour éviter l’explosion de la dette sociale

La Cour juge trop optimistes les prévisions de l’exécutif pour la Sécurité sociale. Sans réformes, la dette sociale exploserait.

On pourrait difficilement peindre un tableau plus sombre. Les perspectives de la Cour des comptes pour le système de protection sociale français sont alarmantes, poussant le gouvernement à accélérer les réformes pour éviter un effondrement à un horizon pas si lointain. 

Pour faire leurs prévisions de long terme, les magistrats financiers écartent d’emblée les hypothèses macroéconomiques retenues par l’exécutif, qu’ils jugent bien trop optimistes.

Celles-ci tablent sur une progression de la masse salariale, sur laquelle sont prélevées les cotisations sociales, de 4 % par an en moyenne. Or, pointe la Cour, la progression constatée sur la période passée (1998-2010), qui comprenait pourtant des années de forte croissance, n’excède pas 3,5 %. Elle préfère donc tabler sur une hausse de cet ordre d’ici à 2030. 3,5 % au lieu de 4 %. Ce demi-point de différence peut sembler faible à première vue. 

En réalité, cumulé sur une vingtaine d’années, il provoque d’énormes écarts dans les prévisions de recettes pour les régimes de retraite, l’assurance-maladie et la Caisse nationale d’allocations familiales. 

Pour la Cour, au lieu de se résorber peu à peu comme le prévoit le gouvernement, le déficit annuel de la Sécurité sociale « resterait constamment supérieur à 15 milliards d’euros », soit légèrement en dessous de son niveau actuel, « et pourrait atteindre en 2030 au moins 25 milliards ». L’accumulation de ces déficits, issus pour deux tiers de la branche retraites et pour un tiers de la branche maladie, « atteindrait au moins 360 milliards fin 2030 ».

Accumulation de déficits

Et la dette gonflerait d’autant. En 1996, le gouvernement Juppé a mis en place une Caisse d’amortissement de la dette sociale. La Cades est censée rembourser progressivement, d’ici à 2025, cette accumulation de déficits, grâce à une recette spécifique qui lui est affectée, la CRDS, et à une fraction de la CSG. Mais à leur niveau actuel, ces prélèvements seraient largement insuffisants pour faire face aux échéances à venir. 

« A l’horizon 2025, la dette sociale, loin d’être résorbée, afficherait un niveau de plus de 200 milliards d’euros », prévient la Cour des comptes.

Pour éviter cette explosion de la dette, « des mesures de rééquilibrage à effet immédiat » s’imposent. Il faudrait qu’elles aient « un impact au moins égal à 20 milliards d’euros sur le solde annuel du régime général de la Sécurité sociale à l’horizon de 2017 ». 

Ce qui représenterait « 4,5 milliards de recettes ou d’économies supplémentaires à trouver chaque année » jusqu’à la fin du quinquennat. Une cure d’austérité qui serait sans précédent.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202858222890-la-cour-des-comptes-prescrit-une-cure-d-austerite-pour-eviter-l-explosion-de-la-dette-sociale-580508.php

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’important déficit de l’Argirc

Posté par ippolito le 1 juillet 2013

Retraites complémentaires: fort déficit de l’Agirc en 2012

Argirc , la caisse de retraite complémentaire des cadres du privé, est restée très déficitaire en 2012, tandis que le déficit de l’Arrco se réduisait au cours du même exercice.

L’Agirc, caisse de retraite complémentaire des cadres du privé, a enregistré un résultat global déficitaire de 1,59 milliard d’euros en 2012 contre 1,77 milliard en 2011. 

Le déficit technique (différence entre les pensions versées et les cotisations perçues) s’est élevé à 2,12 milliards en 2012. Le résultat financier a permis de contenir le déficit global en étant positif de 521 millions.

La caisse des cadres a particulièrement souffert d’une décélération des cotisations qui n’ont progressé que de 1,3% contre 4,7% en 2011. Ses réserves, qui permettent d’afficher des comptes en équilibre -statutairement ils ne peuvent être en déficit – s’amenuisent d’année en année et ne s’élevaient plus qu’à 6,9 milliards au 31 décembre 2012.

Le déficit de l’Arrco (pour tous les salariés) s’est pour sa part sensiblement réduit en 2012 tout en restant élevé: 986 millions contre 1,69 milliard en 2011. 

Le déficit technique, qui se dégrade depuis 2002, a atteint 2,43 milliards, compensé partiellement par un résultat financier de +1,44 milliard. La hausse des cotisations n’a été que de 1,6% contre 3,1% en 2011.

 L’Arrco, à laquelle cotisent tous les salariés du privé, y compris les cadres, a gardé des réserves sensiblement équivalentes qui s’élevaient au 31 décembre 2012 à 41,9 milliards.

Pour tenter d’améliorer la situation financière des régimes de retraites complémentaires, les partenaires sociaux qui les gèrent ont passé un important accord le 13 mars, qui prévoit notamment pendant trois ans une revalorisation des pensions plus faible que l’inflation.

Cette « sous-indexation » temporaire pourrait être décidée également par le gouvernement pour le régime général des retraites, dans le cadre de sa réforme prévue à l’automne.

La Cour des comptes l’a suggéré dans son rapport publié jeudi sur les finances publiques, en recommandant d’épargner les petites retraites. Mais les partenaires sociaux, Medef compris, sont opposés à une telle mesure.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/retraites-complementaires-fort-deficit-de-l-agirc-en-2012_392070.html#muWgObQDFsv4JmJB.99 

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des mensonges et des scandales mais surtout des sujets qui fâchent mais dont on ne parle pas …

Posté par ippolito le 1 juillet 2013

Pire que les mensonges, ces sujets dont on ne parle pas

Ils sont légions les adeptes de cette nouvelle stratégie consistant à mettre sous le tapis tout ce qui peut déranger. Mentir est une perte de temps. Mieux vaut ne pas parler du tout des sujets qui fâchent ou de l’actualité qui gêne. Des exemples .

En voici un, énorme, caricatural. Pour expliquer la Bérézina de Villeneuve-sur-Lot, les socialistes ont dégainé tout l’arsenal de leurs habituelles balivernes : la faute à l’affaire Cahuzac (sans doute, un peu), la faute à la multiplication des candidatures (ils nous avaient déjà fait le coup en 2002 en prétendant que la candidature de Christiane Taubira avait causé la perte de Lionel Jospin), la faute à la crise, la faute à la météo dominicale… 

La faute à tout le monde, sauf aux socialistes, sauf à la politique menée par le gouvernement. Les socialistes, comme hier la majorité UMP, sont devenus champions du monde toutes catégories pour battre leur coulpe sur le torse du voisin. 

Evidemment, aucune de ces explications n’a convaincu personne et l’angoisse reste entière : quelle réponse politique, sociale, économique, morale, civique, citoyenne, apporter à l’inexorable progression du vote Front National ? Bonne question, merci de me l’avoir posée. Sauf que… silence. 

Au Parti socialiste, le sujet est jugé bien trop grave pour en parler. Pas un mot ou presque lors des réunions des groupes parlementaires au Sénat et à l’Assemblée. Pas le moindre débat lors du bureau national du PS rue de Solférino, mardi. 

Quand le FN faisait 20% en 2002, la gauche descendait dans la rue ; à 47% dans l’Oise ou à Villeneuve-sur-Lot, elle se tait. Circulez, il n’y a rien à voir, rien à dire, rien à faire. Le PS est un tramway nommé Harlem Désir qui fonce droit dans le mur… en silence ! 

A l’UMP aussi, ils sont légions les adeptes de cette nouvelle stratégie consistant à mettre sous le tapis tout ce qui peut déranger. L’affaire Guéant ? No comment. La « bande organisée » de l’affaire Tapie ? Pas d’avis. 

Takieddine – oui, celui qui accueille Copé dans sa piscine ! – avoue avoir financé la campagne de Balladur en 1995 avec des rétrocommissions en liquide provenant de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et au Pakistan ? Silence. Sarkozy et l’argent de Kadhafi ? En privé, on dit craindre le pire, mais en public, pas un mot. La bataille idéologique Copé-Fillon ? Motus. 

Et quand l’un d’eux, Bruno Le Maire en l’occurrence, s’avise de vouloir sortir la tête de la tranchée, ils le flinguent d’une balle en plein cœur. Anonymement, évidemment. 

L’ancien ministre de l’Agriculture a eu le malheur de proposer la fin du cumul des mandats dès 2014, la démission automatique de la fonction publique de tout haut fonctionnaire élu au Parlement, la limitation à trois du nombre de mandats nationaux successifs ou, pire, le strict contrôle de l’immigration clandestine et la révision des critères d’attribution de l’aide médicale pour les étrangers. 

Et d’ajouter : « Je propose qu’à droite, nous parlions de manière moins provocante, mais qu’on aille au bout de nos idées (…) Quand des gens du voyage restent sur un terrain interdit et que le préfet ne fait rien, le FN prend dix points de plus ». 

On peut être d’accord ou pas avec Le Maire, mais tout cela mériterait au moins un débat, serein, courtois, respectueux. Non, débat interdit. 

Aussitôt, Lemaire s’est retrouvé exécuté en place publique. Le journal Le Monde dresse le bûcher : « Bruno Le Maire, rattrapé par la droitisation de l’UMP ». Un ami de Copé craque l’allumette : « il ne sait pas où il habite. 

Le souci avec lui, c’est que l’on ne sait pas ce qu’il propose, puisque cela dépend de la saison ». Un proche de Sarkozy met le feu sous la paille : « Avec son double discours, il fait preuve de schizophrénie permanente ». Un dernier souffle sur les braises : « C’est un type intelligent qui dit des choses intelligentes, mais il a le charisme d’une huître ». Le Maire, rentre chez toi, tu gênes !

Et l’on pourrait ainsi multiplier les sujets dont il ne faut surtout pas parler. 

La loi bancaire qui n’aura aucun effet sur les banques : la gauche ne veut pas dire qu’elle s’est reniée, la droite ne veut pas dire que ça l’arrange. 

La suppression de 3200 postes de fonctionnaires en 2014 : la droite refuse d’admettre que la gauche – forcément dépensière – coupe dans les effectifs ; la gauche – qui fait de l’austérité sans le dire – a honte de l’avouer. Donc, pas un mot. 

Dominique Strauss-Kahn qui revient jouer les oracles économiques au Sénat : parlons d’autre chose. 

Le commerce des armes qui, malgré la crise, a augmenté de 30% depuis 2008 pour approcher la barre des 100 milliards de dollars : silence, on tue !

Encore un petit non-dit, avant de se quitter. Dans L’Express, Pascal Lamy, le directeur général de l’OMC (jusqu’au 31 août prochain), déclare : « C’est la Chine qui a fait le moins d’erreurs économiques ». 

Oui, la Chine, qui pollue la terre entière, qui se moque du droit du travail et des droits de l’homme. De Pascal Lamy, on attendait plutôt qu’il dise : « C’est la Chine qui fait le plus d’horreurs économiques ». 

Rappelons en effet qu’officiellement, Pascal Lamy est de gauche, que son nom a circulé – et circule encore – comme premier ministrable possible en lieu et place de Jean-Marc Ayrault, qu’il est l’idole des patrons – et pour cause ! – et que des élus (de gauche et de droite) se démènent dans les allées du pouvoir pour faire sa campagne. 

Mais de cela non plus, il vaut mieux ne pas parler trop fort… Ca étoufferait la droite d’admettre qu’elle soutient des gens officiellement estampillés à gauche ! Ca défriserait la gauche d’avouer qu’elle compte des personnalités comme Pascal Lamy dans ses rangs.

http://www.marianne.net/Pire-que-les-mensonges-ces-sujets-dont-on-ne-parle-pas_a229773.html

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre de Nicolas Sarkozy, Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de certains changement lié au 1 er juillet

Posté par ippolito le 1 juillet 2013

Allocations, TVA, prix… ce qui change au 1er juillet

Hausse des allocations chômage, déblocage de l’épargne salariale, mais aussi alourdissement des tarifs du gaz et des fourrières. Le point sur les évolutions du 1er juillet.
 
 A compter du 1er juillet, l’allocation chômage est revalorisée. Cet ajustement concerne l’allocation minimale et la partie fixe de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE). 

TROIS GRANDS DOMAINES CONCERNÉS

ÉCONOMIE

Smic : pas de coup de pouce
Contrairement à juillet dernier, François Hollande a annoncé que le smic ne bénéficiera pas d’un coup de pouce supplémentaire.

CMU-C et ACS : revalorisation des plafonds de ressources
Les plafonds de ressources pour obtenir la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) et l’ACS (aide pour l’acquisition d’une assurance complémentaire santé) sont relevés de 8,3 %. 

- Plafond pour la CMU-C et l’AME* : 8 592,96 € par an**
- Plafond pour l’ACS : 11 600,49 € par an**

Cela devrait permettre à 750 000 personnes supplémentaires de bénéficier d’une aide à la complémentaire santé.

Allocation chômage : revalorisation de 0,6 %
La revalorisation concerne l’allocation minimale et la partie fixe de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE).

- L’allocation minimale passe de 28,21 à 28,38 € par jour.
- La partie ixe de l’ARE passe de 11,57 à 11,64 € par jour indemnisé. Elle s’ajoute à la partie proportionnelle de l’allocation qui équivaut à 40,4 % de l’ancien salaire.

* Aide médicale de l’Etat.
** Pour une personne seule en métropole.

FISCALITÉ

Services à la personne : la TVA passe à 19,6%
Le taux de TVA applicable aux entreprises d’aide à la personne passe de 5,5 % ou 7 % (selon les cas) à 19,6 % pour cinq activités.

Taxation des CDD de courte durée

La cotisation patronale à l’assurance chômage passera
- De 4%à 7%pour les CDD d’une durée inférieure à un mois.
- A 5,5% pour les CDD d’une durée comprise entre un et trois mois.

Six mois pour débloquer 20 000 € d’épargne salariale

Jusqu’au 31 décembre 2013, les salariés bénéficiant d’une épargne salariale peuvent débloquer 20000 €. Ils ne seront pas imposés sur cette somme, mais les contributions sociales (15,5 % sur les gains) seront prélevées.

Les sommes débloquées par anticipation doivent servir à «financer l’achat d’un ou plusieurs biens ou la fourniture d’une ou plusieurs prestations de service ».

CONSOMMATION

Le prix du tabac augmente

Le relèvement du prix du tabac prendra effet au 15 juillet. Il représentera un surcoût de 20 centimes par paquet et de 40 centimes pour le tabac à rouler.

Baisse des coûts des appels,SMS et connexions Internet en Europe
Si vous vous déplacez au sein de l’UE, passer ou recevoir des appels depuis un téléphone mobile coûte désormais moins cher.

- Passer un appel : 24 centimes HT par min
- Recevoir un appel : 7 centimes HT par min
- Envoyer un SMS : 8 centimes HT
- Télécharger des données ou naviguer sur Internet : 45 centimes hors taxe le Mo

Par ailleurs, la marque France Télécom est définitivement remplacée par celle d’Orange. Cela ne change rien pour les clients. En revanche le nom de l’opérateur historique disparaît du CAC 40.

Le gaz plus cher

Les tarifs réglementés du gaz augmentent de 0,5 % pour les particuliers. A l’inverse, les tarifs applicables aux professionnels diminuent de 0,7 %.

ET AUSSI…Les tarifs des frais de fourrière en hausse pour les voitures particulières :

- Immobilisation du matériel : 7,60€
- Opérations préalables : 15,20€
- Enlèvement : 115,10€
- Garde journalière : 6,10€
- Expertise : 61 €

L’automobiliste paie soit les frais d’opérations préalables, soit les frais d’enlèvement, les deux ne se cumulant pas.

Eclairage de nuit supprimé pour les bureaux et commerces

- Magasins : vitrines éteintes de 1 h à 7 h du matin.
- Locaux professionnels : éclairage éteint 1 h après la in d’activité.

http://www.leparisien.fr/economie/allocations-tva-prix-ce-qui-change-au-1er-juillet-01-07-2013-2943799.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles et des scandales politiques

Posté par ippolito le 1 juillet 2013

Takieddine a financé la campagne de Balladur

L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine a enfin avoué avoir financé la campagne d’ Edouard Balladur en 1995.

Ziad Takieddine, actuellement mis en examen, a avoué devant les juges d’instruction avoir effectué des versements d’argent pour la campagne de Balladur en 1995.

 Cet argent provenait de commissions perçues au titre de son intervention dans des contrats d’armement conclus en 1994 avec le Pakistan (Agosta) et l’Arabie Saoudite (Sawari II).

Takieddine a avoué avoir fait ces versements en liquide avec son associé Abdulrahman El-Assir à la demande de membres de l’entourage d’Edourd Balladur, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, 2 proches de Nicolas Sarkozy ( voir Mise en examen de Gaubert pour blanchiment et L’ argent noir de Thierry Gaubert en Colombie).

Nicolas Bazire, directeur général du groupe Arnault, était à l’époque le directeur de cabinet de Balladur à Matignon puis le directeur de sa campagne

Thierry Gaubert, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly puis à Bercy était également membre de l’équipe de campagne de Balladur. Gaubert et Bazire seront confrontés à Takieddine les 1er et 5 juillet.

Takieddine a également mis en cause François Léotard, ministre de la Défense d’Edourd Balladur, ainsi que son bras droit Renaud Donnedieu de Vabres. Tous deux avaient imposé à la dernière minute Takieddine et El-Assir comme intermédiaires dans les contrats d’armement.

Takieddine a indiqué avoir financé la campagne de Renaud Donnedieu de Vabres pour les législatives de Tours, à hauteur de 250 000 francs.

Enfin, Takieddine a révélé aux juges que le politologue américain Paul Manafort avait effectué des sondages au profit du camp Balladur, payés par les rétrocommissions.

Takieddine avait été placé en détention provisoire le 31 mai ( voir Garde à vue de Takieddine).

source: Libération

http://www.impots-economie.com/takieddine-a-finance-la-campagne-de-balladur/

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN