• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 11 juillet 2013

Y’en a marre de l’électricité qui augmente et qui continuera d’augmenter…

Posté par ippolito le 11 juillet 2013

Pourquoi l’électricité augmente (et ce n’est pas fini)

le gouvernement a démenti avoir décidé d’une augmentation de 5% pour 2015, les factures des prochaines années s’annoncent nettement plus élevées qu’au cours de la dernière décennie.

Entre aujourd’hui et l’été 2014, la facture électrique des particuliers devrait s’alourdir de quelque 10%, un rythme très supérieur à celui des dernières années.

 Et cette tendance devrait se poursuivre, le régulateur de l’énergie dénonçant l’écart entre l’évolution des coûts d’EDF et celle du tarif réglementé. 

Quelles sont les prochaines augmentations de l’électricité? 

Le gouvernement a annoncé le 9 juillet que les tarifs réglementés de l’électricité allaient augmenter de 5% le 1er août prochain, et à nouveau de 5% le 1er août 2014, soit 10,25% d’augmentation sur un an. C’est la plus forte hausse des tarifs depuis dix ans. 

Entre aujourd’hui et l’été prochain, la facture moyenne des ménages va augmenter de 70 à 100 euros environ, même si le gouvernement a promis une baisse pour les abonnements de faible puissance. Ces rentrées supplémentaires font le bonheur d’EDF, dont le cours de Bourse a flambé de 9,26% mardi.

Qu’est-ce que le tarif réglementé? 

Fixé chaque année par l’Etat après avis de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), et proposé uniquement par le fournisseur historique EDF, ce tarif concerne la quasi-totalité des consommateurs – 93% des sites résidentiels au 31 mars 2013, selon la CRE. 

Depuis la libéralisation du marché de l’énergie, le 1er juillet 2007, les particuliers peuvent pourtant choisir entre EDF et des fournisseurs privés, comme Poweo ou GDF-Suez. Ces derniers proposent des contrats à un prix de marché, fixé par eux, mais sans grande réussite pour l’instant.

En cause le manque d’information des consommateurs, mais aussi une trop faible différenciation par le coût : pour les particuliers, l’offre de marché la moins chère n’est inférieure que de 4% au tarif réglementé, notamment en raison de la forte part des taxes dans le prix du courant.

Pourquoi ces hausses ? 

Selon la CRE, cependant, le tarif réglementé doit être fixé de manière à «couvrir les coûts de production d’électricité, de commercialisation et d’acheminement jusqu’aux sites de consommation». 

Or, début juin, l’institution a constaté un écart de près de 1,5 milliard d’euros ente les coûts et les tarifs réglementés adoptés en 2012, «dû en partie à une hausse des tarifs inférieure à ce qui était nécessaire».

Elle a donc recommandé pour 2013 une hausse de 7,6% en guise de rattrapage, et une autre de 6,8% à 9,6% pour compenser les hausses de coûts à venir. Sur la période 2013-2017, c’est même une hausse de 30% qui est jugée nécessaire par l’institution. 

En effet, plusieurs postes de dépense d’EDF ont connu une hausse notable au cours des six dernières années. Les coûts variables (achats de combustibles et d’électricité) ont ainsi augmenté de 5,1%, comme les coûts fixes (personnel et maintenance). 

Quant aux dépenses commerciales, elles se sont alourdies de 6,3%, en raison notamment de «l’évolution du coût du personnel affecté à l’activité commercial». Enfin, des «charges de capital» comprenant, entre autres, les nouvelles normes de sécurité nucléaire, sont en hausse de 2,9%.

Le dernier mot revient cependant au gouvernement, pour lequel l’exercice est forcément délicat. Depuis 2003, les augmentations ont toujours été relativement modestes, comprises entre 1,1% et 3,3%. 

En 2012 encore, Jean-Marc Ayrault avait décidé d’une hausse juste égale à l’inflation, soit 2%. En dépit de l’avis défavorable de la CRE, qui préconisait une hausse de 5,7% pour le tarif bleu (particuliers et petits professionnels).

Conscient des besoins d’EDF, le gouvernement a accéléré la hausse pour 2013 et 2014. Du côté de la CRE, on ne commente pas pour l’instant les chiffres annoncés. En tout état de cause, l’augmentation pour 2013 devrait être inférieure aux demandes de l’institution – reste à voir les détails du projet, où pourraient figurer des engagements pour 2015. 

Le courant va-t-il continuer à augmenter après 2014?

Le gouvernement a démenti mercredi avoir décidé d’une hausse de 5% du tarif réglementé de l’électricité en 2015. La mesure figure pourtant sur un projet d’arrêté cité par l’AFP et le Figaro. 

Selon une source gouvernementale citée par le quotidient d’opposition, ce serait un  «cafouillage» de l’administration. Les hausses prévues sont cependant nettement plus élevées que la tendance des dernières années, et cette accélération devrait se poursuivre.

En 2016 et au-delà, c’est en effet la CRE elle-même qui fixera l’évolution du «tarif bleu». Moins contrainte politiquement que le gouvernement, elle ne devrait pas reculer devant des augmentations encore supérieures.

A plus long terme, c’est l’existence même du tarif réglementé, si critiqué par les concurrents privés d’EDF, qui pourrait être remise en question. Pour le gaz, l’Autorité de la concurrence a déjà prôné sa disparition progressive, et le gouvernement devrait le limiter aux particuliers d’ici 2016. 

http://www.liberation.fr/economie/2013/07/11/hausse-de-l-electricite-ce-qui-attend-les-francais_917555

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre que le déficit de l’état continue de se creuser

Posté par ippolito le 11 juillet 2013

Le déficit de l’Etat se creuse de 3 milliards en mai

L’écart s’explique par le contrecoup d’une recette exceptionnelle perçue début 2012 en échange de l’attribution des licences de téléphonie mobile 4G ainsi que par deux dépenses réalisées début 2013.

Le gouvernement s’était initialement engagé à le ramener à 61,6 milliards d’euros fin 2013 (contre 87,2 milliards fin 2012) mais a depuis admis que la conjoncture économique compliquait la réalisation de cet objectif. (c) sipa

Le déficit de l’Etat s’est creusé de 3 milliards d’euros au 31 mai sur un an, en raison essentiellement de dépenses européennes exceptionnelles, a annoncé mardi 9 juillet le ministère du Budget. En cumulé, le déficit atteignait en mai 72,6 milliards d’euros, contre 69,6 milliards un an plus tôt, est-il précisé dans un communiqué.

Le gouvernement s’était initialement engagé à le ramener à 61,6 milliards d’euros fin 2013 (contre 87,2 milliards fin 2012) mais a depuis admis que la conjoncture économique compliquait la réalisation de cet objectif.

L’écart s’explique, selon Bercy, par le contrecoup d’une recette exceptionnelle perçue début 2012 en échange de l’attribution des licences de téléphonie mobile 4G (2,6 milliards) ainsi que par deux dépenses réalisées début 2013: augmentation de capital de la Banque européenne d’investissement (1,6 milliard) et dotation au Mécanisme européen de stabilité, le fonds de secours de la zone euro (3,3 milliards).

Les dépenses de personnel hors pensions restent globalement stables

Pour des raisons comptables, ces deux dernières dépenses ne viennent pas alourdir le déficit public de la France au sens européen, dont les comptes de l’Etat sont une composante avec ceux de la Sécurité sociale et des collectivités territoriales.

Sans prendre en compte ces deux décaissements, les dépenses atteignent 163,9 milliards d’euros au 31 mai. « Les dépenses de personnel hors pensions restent globalement stables par rapport à 2012″, assure toutefois le ministère du Budget.

En prenant tout en compte, les dépenses de l’Etat (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 169,4 milliards contre 159,5 milliards un an plus tôt.

Hausse des recettes du budget général

Les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) ont, elles, globalement augmenté par rapport à mai 2012 (117,6 milliards contre 111,2 milliards).

Il en va de même, globalement, pour les seules recettes fiscales, en hausse de 6,4% à périmètre constant et de 6,7% à périmètre courant. 

A noter que l’impôt sur les sociétés a rapporté 10,05 milliards d’euros à l’Etat fin mai, en hausse de 32,3% à périmètre courant et de 15,4% à périmètre constant par rapport à fin mai 2012.

Quant aux taxes directement liées à la consommation, leur évolution est contrastée. La TVA nette a rapporté 56,36 milliards d’euros à l’Etat, en hausse de 1,5% sur un an à périmètres courant et constant.

Tandis que la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, elle, a reculé: 5,20 milliards d’euros, en baisse de 2,9% sur un an.

http://www.challenges.fr/economie/20130709.CHA1902/le-deficit-de-l-etat-se-creuse-de-3-milliards-en-mai.html

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des riches Exilés fiscaux qui soit disant créent des emplois

Posté par ippolito le 11 juillet 2013

Ce que l’on doit à ces riches exilés fiscaux…

Bon cette fois ci c’en est trop. Ça fait plusieurs semaines que j’hésite à écrire sur ce sujet. Mais devant les rebondissements, le tapage incessant, le chantage et les idioties qui s’enchainent, je ne peux plus me contenir. 

Je sentais déjà cette bosse au niveau de la carotide, celle qui accumule la frustration de ne pas pouvoir tabasser quelqu’un à mort. J’ai déjà deux doudous qui y sont passés. Dans mon sommeil, je rêve que j’étrangle l’amas graisseux qui se dessine sous le chapeau haut-de-forme de ces connards.

Il est temps d’en finir, de leur dire une bonne fois pour toute, aux riches et à leur garde rapprochée, à quelle point ils pourrissent en profondeur notre société !

« Les riches créent l’emploi »

C’est la plus grosse blague que j’ai jamais entendue. On dirait du Bigard tiens ! Pas la viande hein, enfin si d’une certaine manière : un gros bœuf avec autant d’humour que Pinochet avait de compassion. Alors pour quelle raison ces parasites de riches créeraient de l’emploi à votre avis ? La bouffonnerie repose sur l’équation riche = chef d’entreprise !

Outre le fait qu’elle est très largement contestable (la plupart des chefs d’entreprise s’en sortent avec 4000€ en moyenne, c’est confortable mais pas encore criminel) sa conclusion est de toute façon une foutaise. Elle sort complètement l’entreprise de sa composition collective comme du contexte économique. 

Elle suppose que du moment que le sacrosaint chef d’entreprise se barre, l’entreprise se barre dans sa valise. Or un chef d’entreprise, sans salarié, il est chef de lui-même. Allez, au mieux il est auto-entrepreneur, au pire il crée autant d’emplois qu’un môme qui joue aux poupées dans sa chambre en se prenant pour un tyran. Des ouvriers sans chef d’entreprise, bah ça peut faire une coopérative, et ça, ça produit, ça partage et ça fait avancer la démocratie dans l’appareil de production.

Bon ensuite revenons sur l’équation riche = chef d’entreprise. Il me semble que les derniers événements, et notamment l’exemple de ce bouffon à grand nez ou à moustache (putain je m’y perds !), montre que c’est loin d’être vrai. Les sportifs les plus médiatiques, grassement payés, sont aussi un bel exemple de foutage de gueule. Je m’amuserais bien à compter combien d’emplois crée une petite entreprise dont le chiffre d’affaire équivaut à leur salaire. Ça aurait le mérite de montrer la vraie face de ces parasites.

Conclusion : le riche ne crée pas d’emploi. D’ailleurs c’est l’inverse, en se couvrant d’or, les grands patrons du CAC 40 et leurs actionnaires pillent littéralement la production des travailleurs. Du coup, on compresse toujours la « masse salariale » et le « coût du travail » pour cette poignée de pourritures. 

Donc on licencie pour payer ces connards tout en disant que si on a encore un peu de travail, c’est grâce à eux. Faut pas se foutre de la gueule du monde. Donc si le riche veut se barrer, bah tant mieux, son entreprise, si il en a une, on la gardera et on en fera une coopérative ou un service public avec des objectifs un peu plus constructifs qu’engrosser le gratin qui a déjà les dents du fond qui baignent depuis la naissance.

« Les riches font marcher l’économie »

L’autre argument, c’est que ces raclures de riches, comme ils sont pétés de pognon, bah ils consomment. Et comme ils consomment, bah ça fait marcher l’économie. Cet argument est d’une stupidité incroyable. Ca pourrait venir de FOG tiens ! Évidemment, ça n’interroge pas d’où vient l’argent que possède les riches. 

C’est évident, ils doivent le chier. Bien sûr, comme tu as lu le paragraphe précédent, tu sais que c’est en pillant la richesse que créent les travailleurs que les riches s’enrichissent. C’est aussi en touchant ce que papa/maman a accumulé et ce parfois de génération en génération. Même le néo russo-belge, s’il était moins payé, ça permettrait au balayeur du plateau de toucher un peu plus que le SMIC.

Bref, quand on paye moins les riches, l’argent ne disparaît pas, il va à moins riche. Or, dans la vie, ceux qui consomment la plus grande part de ce qu’ils touchent, bah ce sont les pauvres. C’est simple, c’est souvent 100%, allez même parfois c’est 110 ou 120% avec notre société qui pousse à la consommation même quand on a peau de balle. 

Donc si on prend 1000 euros d’un trou du cul de riche, et qu’on les passe à un chômeur ou un smicard, bah ils vont bien davantage servir à l’économie. Puis si en plus on peut lui permettre d’acheter des produits moins nocifs pour sa santé, on aura fait progresser notre société non ?

Donc, pour résumer, les riches, en accumulant l’argent (en capitalisant quoi), ils ne font pas marcher l’économie, c’est l’inverse ! D’ailleurs les riches n’ont jamais autant consommé, au vu de la croissance du marché du luxe, et l’économie se casse la gueule. Si c’est pas une preuve…

« Taxer les riches ça repousse les talents »

Évidemment, celle là est la plus triste. Faut être un sacré enfoiré pour en venir à là. Déjà faut s’imaginer que ce qui anime le talent, au plus profond de l’humanité, c’est le fric. C’est vrai que des illuminés ont bâti tout un monde autour de ça. 

Bon, comme ils ont du mal à voir plus loin que leur nombril, pour eux, faire quelque chose sans vouloir casser la banque, ça les dépasse. Je me demande combien de grandes créations de l’humanité se sont basées sur leur genre de cupidité. Combien au contraire, ont été animées par la beauté de l’art, par la passion, par les convictions des personnes qui les ont portées. 

Oh, je ne nie pas qu’un travail mérite salaire, mais de là à dire que si une personne ne touche pas des millions avec ses idées, elle va cesser d’en avoir, il y a une certaine marge.

D’ailleurs, l’argent en arrive à ce point d’aliénation de notre société, que la recherche absolue du profit d’une poignée de demeurés tue dans l’œuf des milliers de magnifiques projets. Prenons un domaine qui fait unanimement progresser la société : 

la médecine. Pour qu’un médicament sorte, il doit passer plusieurs barrages d’actionnaires qui vérifient s’il y a moyen d’en faire un truc rentable, c’est ce que dénoncent les Sanofi par exemple. Dans le cas contraire, le projet s’arrête. Qui repousse le talent ? La sangsue avide de fric ou ceux qui veulent mieux répartir les richesses ?

Bref, si le talent c’est de créer un monde qui marche sur la tête. Qu’ils dégagent, j’en veux pas !

« Les riches … bah non je sais plus »

Là on arrive au point où ils n’ont plus grand chose à dire. Ou ont-ils peur qu’on leur coupe la langue peut-être. Mais qu’ils se rassurent, ce n’est pas fini. En plus de pourrir notre économie, d’atrophier nos capacités créatrices et de créer un monde qui ne marche que sur le fric, les riches détruisent la planète.

Sans blague ? Oui sans blague ! Et je ne parle pas que de ceux qui sont responsables de massacres comme les p’tits cons qui ont déclenché la première guerre mondiale. Je ne parle pas non plus des philanthropes / vendeurs d’arme aux sympathiques dictatures (On dit dictature sympathique pour une dictature qui ne s’oppose pas aux États-Unis).

 Je parle de la vie quotidienne des riches : de leur villa qui pourrissent des écosystèmes, de leur 4×4, de leur jet-privé… Vous voyez souvent un riche prendre le métro ?  L’emprunte carbone de ces connards elle est pas belle à voir et c’est pas pour m’dame Martin qui touche le SMIC qu’on veut foutre un aéroport à Notre-Dame-Des-Landes. -

AAAAAAaaaaaah ça m’a fait du bien ! Je m’excuse pour les enfants, tout ça, tout ça… Mais quand je vois comment une poignée de gens se croient tout permis, je me dis qu’il manque un détail dans notre rapport de force. C’en est au point qu’ils vont pleurnicher d’être riches, comme si c’était un calvaire !

J’ai bien une solution à leur proposer, mais ils en auraient des boutons. Cela dit, je leur conseille vivement d’y penser. Les riches fuient comme les nobles d’il y a un peu plus de 2 siècles. Je voudrais pas qu’un accident de parcours les raccourcisse…

http://resistanceinventerre.wordpress.com/2013/01/06/ce-que-lon-doit-a-ces-riches-exiles-fiscaux/

Publié dans Y'en a marre du CAC 40 | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN