• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 19 juillet 2013

Y’en a marre de marine Le Pen et surtout du parlement Européen

Posté par ippolito le 19 juillet 2013

Marine Le Pen emploie son compagnon : polémique au Parlement européen

Elle lui verserait 5 000 euros par mois pour un temps partiel d’assistant parlementaire, selon Mediapart, qui dénonce un « conflit d’intérêts ». Les cadres du Front national s’en défendent.

Depuis l’été 2011, Marine Le Pen embauche son compagnon, Louis Aliot, vice-président du Front national, en tant qu’assistant au Parlement européen. Elle lui verserait 5 000 euros brut par mois pour un temps partiel, rapporte Mediapart (article abonnés) jeudi 18 juillet. Le site dénonce « un conflit d’intérêts », dont se défend la présidente du FN. Elle a annoncé dans un communiqué qu’elle allait engager une procédure en diffamation.

Le vice-président du FN a lui aussi indiqué sur Twitter qu’il portait plainte. 

En juillet 2012, le Parlement européen a demandé à Marine Le Pen de s’expliquer sur cette situation, rapporte Mediapart. Francetv info vous dit pourquoi l’institution s’interroge.

Une situation autorisée en France, pas au Parlement européen

« Les députés ont droit à l’assistance de collaborateurs personnels, qu’ils choisissent librement », indique le règlement du Parlement. Mais l’enveloppe des eurodéputés ne peut servir « à financer les contrats permettant l’emploi (…) des conjoints des députés ou de leurs partenaires stables non matrimoniaux », précise l’article 43. D’où les explications demandées par courrier, le 25 juillet 2012, par les services financiers du Parlement européen à la présidente du FN.

Marine Le Pen s’est défendue en affirmant qu’elle ne considérait Louis Aliot ni comme un « conjoint », ni comme un « partenaire stable non matrimonial ». Pourtant, comme le note Mediapart, même s’ils ne sont pas mariés ni pacsés, les deux leaders du FN ne cachent pas qu’ils sont en couple. En février 2012, ils ont même posé pour le magazine Paris Match.

Le Parlement européen a finalement décidé de s’en remettre « aux règles légales en vigueur dans le pays dont est originaire l’eurodéputée », explique l’ancien vice-président de l’institution, Gérard Onesta, à Mediapart. En France, rien n’empêche un député d’employer son compagnon ou les membres de sa famille. Comme l’explique Le Figaro, la pratique est même relativement courante.

Assistants parlementaires et directeurs de campagne

Le Parlement européen s’est aussi demandé si Marine Le Pen n’avait pas utilisé son enveloppe parlementaire pour financer sa campagne présidentielle de 2012. Les fonds débloqués pour rémunérer les assistants « sont exclusivement réservés au financement d’activités liées à l’exercice du mandat des députés et ne peuvent couvrir des frais personnels », stipule le règlement. 

Or, Louis Aliot a été le directeur de campagne de Marine Le Pen en 2012, de même que Florian Philippot, son bras droit au FN, lui aussi employé comme assistant au Parlement européen jusqu’au 30 juin 2012. « La durée horaire modeste de leurs contrats d’assistance parlementaire permet de concilier deux activités professionnelles », conteste Marine Le Pen, qui invoque des « responsabilités bénévoles dans (sa) campagne présidentielle » pour Louis Aliot.

Selon Mediapart, les services financiers du Parlement ont envisagé un temps d’éplucher en détail les agendas d’Aliot et Philippot. Ils ont finalement choisi de classer l’affaire pour le moment, car les deux cadres du FN ont le statut d’assistants « locaux », censés travailler dans la circonscription française de l’eurodéputée et non à Bruxelles. 

De fait, il est plus difficile pour le Parlement de contrôler leurs activités, d’autant que leur contrat est soumis de fait au droit français et non européen.

http://www.francetvinfo.fr/politique/marine-le-pen-embauche-son-compagnon-au-parlement-europeen_372574.html

Publié dans Y'en a marre de l'Europe, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du cumul des mandats et des promesses non tenues

Posté par ippolito le 19 juillet 2013

“Le cumul des mandats, c’est un peu le Moyen Age”
 
Mardi 9 juillet 2013, les députés ont adopté le projet de loi interdisant le cumul des mandats à compter de 2017 

Courrier international – La loi contre le cumul des mandats a été votée à l’Assemblée le 9 juillet. Est-ce une bonne chose ?

Ana Navarro Pedro – Absolument, c’est un pas vers la modernisation de la vie politique en France. C’est très étonnant d’arriver dans ce pays et de constater que les élus nationaux ont tous des mandats locaux. 

Le résultat, c’est que le Parlement est vide la plupart du temps. Il y a certes du monde le mercredi à l’Assemblée, lors des séances de questions, mais, une fois les caméras éteintes, l’hémicycle redevient désert. Cette loi, si elle est adoptée, va revaloriser le rôle du Parlement ; 

les députés et les sénateurs y seront plus présents, pourront étudier de plus près les nombreux textes qu’ils votent. Et puis, rêvons un peu, ça permettra de renouveler le personnel politique, de voir arriver à l’Assemblée plus de femmes, plus de jeunes ! On parle de 

“maladie française” du cumul des mandats. L’expression vous paraît-elle juste ?

C’est très étonnant, rendez-vous compte : 468 députés sur 577 sont cumulards, ainsi que 264 sénateurs sur 348 ! Comment peuvent-ils, même avec les meilleurs conseillers, exercer correctement leur mandat d’élu national ? 

Le cumul des mandats permet la constitution de fiefs politiques, de “terres” où ces élus peuvent se replier quand ils perdent leur mandat national. Tout cela a un côté très médiéval. Dans les médias vous trouvez aussi, année après année, les mêmes éditorialistes, les mêmes commentateurs. 

Au Portugal, le non-cumul est la règle depuis quelques années. Cela rend-il le système plus vertueux ?

Le Portugal est une jeune démocratie, vertueuse dans ses textes de loi. Mais dans la pratique les partis se sont fondés sur des éléments de la loi un peu flous pour tenter de la contourner. 

Le problème du clientélisme, qui justifiait en partie cette loi, n’a pas encore été éradiqué, mais ce texte a toutefois permis un renouvellement assez important de la classe politique.

Ana Navarro Pedro, correspondante de l’hebdomadaire portugais Visão

http://www.courrierinternational.com/article/2013/07/10/le-cumul-des-mandats-c-est-un-peu-le-moyen-age

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la fraude, des détournements de fonds et surtout des failles de notre système de santé

Posté par ippolito le 19 juillet 2013

A Lyon, une infirmière est accusée d’avoir détourné 124.000 euros auprès de la caisse primaire d’assurance du Rhône. Un cas qui est loin d’être isolé…

L’histoire se répète. Lundi, une infirmière libérale travaillant à Lyon a été placée en garde à vue pour escroquerie, faux et usages de faux. Elle est accusée d’avoir détourné 124.195 euros en facturant pendant deux ans à la Caisse primaire d’assurance maladie des actes fictifs et en établissant de fausses facturations. 

Un cas qui n’est pas isolé. Fin 2012, deux infirmières ont été condamnées pour les mêmes raisons à Lyon. La première qui avait détourné 700.000 euros a écopé d’un an de prison ferme et la seconde s’est vue infliger une peine de dix mois fermes pour un préjudice de 300.000 euros. 

Au total, en 2012, une vingtaine de condamnations pour fraudes auprès de la CPAM ont été prononcées dans le Rhône.

L’appât du gain

«Par rapport aux 12.000 professionnels de santé recensés dans le Rhône, aux 1,5 million d’assurés, cela reste marginal», relativise Nathalie Simonitto, avocate de la CPAM. Mais l’ampleur des fraudes démasquées, s’étalant généralement sur plusieurs années, interpelle.

«Les fraudes n’ont jamais débuté par des difficultés financières, poursuite Maître Simonitto. Je n’ai jamais senti de combat politique non plus chez ces professionnels.  

C’est clairement l’appât du gain qui les a poussés, une façon de gagner de l’argent facilement. C’est aussi le sentiment qu’on vole une entité assez floue. On croit s’en prendre à l’Etat mais pas à son voisin. On a l’impression de ne dérober personne au final.» 

Une analyse partagée par Cyril Papaseit, responsable du service de lutte contre la fraude au sein de la CPAM du Rhône. «Il y a chez les fraudeurs, un manque de conscience que le financement de la Sécurité sociale est un bien public et que cet argent appartient à tout le monde. Ils ne réalisent pas qu’ils volent ainsi leurs enfants.»

 Plus de fraudes depuis le tiers payant

 Dans chaque cas présentés devant la justice, le scénario est quasiment identique. «Un jour, ces personnes tentent le coup. Elles se rendent compte que ça passe et sont ensuite prises dans le mécanisme, raconte Cyril Papaseit. Elles prennent l’habitude de gagner de l’argent facilement et ne peuvent plus s’arrêter.» «Elles tombent dans l’engrenage car elles mènent un grand train de vie. Elles contractent des crédits très importants et ne peuvent pas reculer », confirme Nathalie Simonitto.

Généralement, les fraudeurs agissent auprès de personnes âgées qui n’ont pas à faire l’avance de frais. Et qui généralement, ne contrôlent pas scrupuleusement leur relevé de prestations. La plupart du temps, il s’agit de surfacturation indue de frais de déplacements, d’actes fictifs ou de surfacturations de prestation. 

Par exemple, une intervention pour une injection sera déclarée comme un soin de toilette coûtant beaucoup plus cher.

«Les fraudes ont été facilitées par les télétransmissions et l’instauration du tiers payant, constate Nathalie Simonitto. Dans certains dossiers, on a vu des infirmières se servir de la carte vitale de leurs patients et faire de fausses télétransmissions. 

C’est quasiment indétectable.» Idem pour les ambulanciers appelés pour une dialyse de patients, qui modifient les horaires d’intervention de façon à basculer dans le créneau horaire le plus avantageux. «La seule façon de vérifier c’est d’entendre directement les patients, poursuit Cyril Papaseit. 

Mais généralement, ils ne se souviennent pas en détail de ce qui s’est passé, surtout 18 mois après les faits.» Parfois, les contrôles ont mis en avant des situations ubuesques avec des professionnels déclarant ainsi des journées de trente heures voire même… quatre-vingt deux heures ou touchant 20.000 euros par mois en étant officiellement à mi-temps.

 Un système avec des failles

 «Les fraudeurs s’en mettent plein les poches car ils savent que l’assurance n’a pas les moyens de contrôler chaque acte», concède Nathalie Simonitto. Car c’est là que le bât blesse.

 «Il y a tellement d’actes à vérifier tous les jours. Même en multipliant par cent le nombre de salariés, on y n’arriverait pas», poursuit l’avocate justifiant ainsi que certains passent à travers les mailles du filet.

 «Les professionnels de santé signent un contrat moral avec la caisse primaire d’assurance maladie, basé sur la confiance, enchaîne Cyril Papaseit. Ce contrat stipule que nous devons d’abord rembourser la personne avant de contrôler ce qu’elle a déclaré. Même si des filtres existent, on ne peut pas tout vérifier».

http://www.20minutes.fr/societe/1189723-20130717-fraudes-multiplient-chez-professionnels-sante

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Dexia mais surtout des banques et du monde de la finance

Posté par ippolito le 19 juillet 2013

Le naufrage de Dexia a déjà coûté 6,6 milliards d’euros à la France

Dans un rapport publié jeudi, la Cour des comptes estime que le sinistre de la banque franco-belge Dexia a déjà coûté quelque 6,6 milliards d’euros à l’Etat français et que la facture totale pourrait s’avérer encore plus lourde. 

Le sinistre de la banque franco-belge Dexia a déjà coûté quelque 6,6 milliards d’euros à l’Etat français mais la facture totale pourrait s’avérer encore plus lourde, estime la Cour des comptes dans un rapport publié jeudi.

La Cour souligne la responsabilité de l’ancienne équipe dirigeante, qui a accentué les prises de risques dans les mois précédents la crise financière de 2008, le manque de vigilance du conseil d’administration et l’absence d’alerte des régulateurs, ainsi qu’une recherche tardive et incomplète des responsabilités.

« L’échec du sauvetage de Dexia a coûté à ce jour 6,6 milliards d’euros aux seules entités publiques françaises et des risques élevés et durables persistent pour les finances publiques », a déclaré le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, en présentant le rapport à la presse.

La Cour ne chiffre pas le risque pour les finances publiques dans le futur, qui vient selon elle surtout d’un éventuel décalage entre le scénario macroéconomique et financier retenu au moment du démantèlement de la banque, qui suppose le retour à des conditions normales en Europe, ce qui est loin d’être certain.

Ces risques tiennent d’abord à l’extinction prévue de Dexia, dont le modèle reste très sensible à une augmentation des taux d’intérêt, et qui aura selon la Cour un horizon bien plus lointain que 2020.

Ils tiennent également selon elle, au financement des collectivités locales et notamment aux « emprunts toxiques », dont certains font l’objet de contentieux et qui sont susceptibles de provoquer des défauts de paiement.

Les risques liés aux garanties apportées à la banque par l’Etat français sont quant à eux jugés faibles.

S’agissant des coûts pour les finances publiques déjà enregistrés, ils dépassent légèrement 6,6 milliards, dont 2,7 milliards pour l’Etat lui-même et 3,9 milliards pour la Caisse des dépôts, son bras armé financier.

Jean-Baptiste Vey, édité par Jean-Michel Belot

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/le-naufrage-de-dexia-a-deja-coute-6-6-milliards-d-euros-a-la-france-859810

Publié dans Y'en a marre des banques, Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des subventions pour la culture et surtout du gaspillage de l’argent public

Posté par ippolito le 19 juillet 2013

260 000 euros de subventions à la LGP Marseille

Les ratés s’accumulent depuis le début de l’ Europride 2013 de Marseille, preuve de l’amateurisme des organisateurs, qui ont pourtant bénéficié de 260 000 euros de subventions publiques.

Depuis le début de l’ Europride 2013, la désorganisation et le manque de communication ont entrainé de nombreux ratés. Exemple flagrant avec la cérémonie d’ouverture de l’ Europride 2013, qui s’est finalement transformée en une simple fête en petit comité.

 Autre bourde de la part des organisateurs de l’ Europride 2013, le concert d’ouverture de Fatboy Slim, qui était prévu sur l’esplanade du J4, a été délocalisé au Dock des Sud sans aucune annonce préalable sur le site de l’Europride 2013. 2013 couples homosexuels devaient également se réunir devant le Mucem, mais cette rencontre a finalement été annulée. L’ Europride 2013 a tout du flop !

Christophe Lopez, président de Tous&Go,  association qui programme chaque année la Marche pour l’égalité, a dénoncé un montage financier opaque et des demandes de subvention farfelues pour l’ Europride 2013.

 En effet, la LGP Marseille a reçu 260 000 euros de subventions publiques qui ont été dilapidés de manière déplorable.

Christophe Lopez a tenu à dénoncer ce fiasco subventionné à l’argent public: « Nous sommes en colère contre la municipalité de Marseille, qui malgré nos avertissements, a cautionné sans discernement les organisateurs pour des questions politiques et je le dis, pour affaiblir un pseudo gay power qui fait si peur au cabinet du Maire.

 Celui-ci et ses services ont en effet très vite compris, les lacunes et incompétences des organisateurs. [...] Ils portent une responsabilité dans cet échec. Délibérer à la va-vite une subvention de 100 000 euros sans exercer de contrôle [...] est inacceptable« .

source: www.marsactu.fr

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/260-000-euros-de-subventions-a-la-lgp-marseille/

Publié dans Y'en a marre de la culture, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN