• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 20 juillet 2013

Y’en a MARRE de la baisse du taux du livret A et de la baisse de notre pouvoir d’achat !!!

Posté par ippolito le 20 juillet 2013

Livret A, un drame politique pour 9,50 euros

Le gouvernement n’a pas osé. Selon la formule de calcul officielle, le taux du Livret A aurait dû tomber à 1% ce jeudi. Cela aurait été son plus bas niveau historique. Finalement, l’exécutif a arrêté sa chute à 1,25%.

  »Au nom du pouvoir d’achat », a expliqué Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie. Les débats furent nourris et la tension palpable. Dans le JDD, le patron de la Caisse des dépôts Jean-Pierre Jouyet, proche ami de François Hollande, avait avancé ces petits taux tout en estimant qu’il était délicat pour le pouvoir d’aller au-dessous de 1,5%…

La précaution de l’exécutif n’a rien d’économique. Elle est purement politique. Les Français ne verront pas vraiment la différence dans leur portefeuille. L’encours moyen d’un Livret A s’élève à 3.800 euros.

 Un quart de point sur un an (la différence entre 1% et 1,25%) représente donc seulement 9,50 euros. Et encore, la moyenne est trompeuse : la moitié des Livret A affichent un solde inférieur à 150 euros. Rendu en haut lieu à l’Elysée, dit-on, et présenté comme un exercice de haute voltige, cet arbitrage ne pèse financièrement rien, ou presque.

Revirement déroutant

Sur le plan de la politique économique, en revanche, c’est un virage à 180 degrés. Cette année, le gouvernement détourne les épargnants du Livret A après les avoir massivement encouragés à y placer leurs billes l’an dernier. 

En six mois, le taux d’intérêt aura été réduit d’un point (une première baisse a eu lieu en février). De quoi provoquer un arrêt brutal des placements. Alors que, dès son élection, François Hollande avait relevé les plafonds des livrets réglementés pour, au contraire, recueillir le plus d’épargne possible… Un tel revirement a de quoi dérouter.

En fait, le gouvernement a trop relevé les plafonds : l’afflux d’économies a dépassé les objectifs et la Caisse des dépôts, qui centralise l’argent des Livrets, s’est retrouvée sur un tas d’or à ne pas savoir qu’en faire. Au total, la collecte a atteint près de 50 milliards d’euros en 2012 contre 17,5 milliards en 2011. 

Or dans le même temps, la consommation des ménages a reculé et la France est entrée en récession. Manque de chance ou erreur de politique économique? Cet argent aurait été plus utile, à court terme, pour soutenir la croissance et sauver des emplois.

Quelques mois plus tard, le gouvernement a trouvé comment utiliser la manne, en dopant par exemple les prêts aux collectivités locales pour les aider à investir – une façon de compenser l’amputation de 1,5 milliard d’euros de leurs dotations en 2014. 

Il s’est donc résolu à baisser le taux du Livret A, s’entourant de précautions pour faire passer une mesure a priori impopulaire. Elle pèsera surtout sur 10% des épargnants, ceux qui atteignent le plafond.

http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Livret-A-un-drame-politique-pour-9-50-euros-619851

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre des banques, Y'en a marre des mensonges | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de François Hollande et surtout de ces mensonges

Posté par ippolito le 20 juillet 2013

AUGMENTATIONS D’IMPÔTS : FRANÇOIS HOLLANDE A MENTI !

Et en plus il ment ! François Hollande avait promis aux français que les impôts n’augmenteraient plus après 2013, que c’était la dernière fois cette année, etc. 

Promesse de politicien ! Pierre Moscovici, le ministre de l’économie, pose déjà les jalons du mensonge érigé en politique publique : on vous avait dit que les impôts, les taxes, les prélèvements n’augmenteraient pas, oui mais…

L’été est la plus belle période pour les politiciens. Non pas parce qu’ils peuvent partir en vacances pour se reposer de débats qui se sont déroulés lors de la session parlementaire et dont le niveau spectaculaire est à la hauteur de la confiance que leur accorde les français, c’est-à-dire quasi nul. L’été est la plus belle des saisons car les mensonges, les renoncements, les couleuvres passent mieux sous le soleil, lorsque tout le monde est à la plage ou à la campagne.

Ainsi l’annonce de Pierre Moscovici est un cas d’école. Le dimanche 7 juillet, le ministre de l’économie déclare lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence : « En 2014, nous limiterons la hausse des prélèvements obligatoires à 0,3 % du PIB et je souhaite que ce soit la dernière année où ils augmenteront », en ajoutant aussitôt que la décision se prendra « par rapport à l’état de l’économie française ».

Le gouvernement nous a habitué  ce genre de litote, mais ça ne prend plus. Derrière la modération feinte, les paroles qui se veulent rassurantes, la réflexion qui se veut profonde, se cache un train de taxes et d’augmentations qui grèveront les porte-monnaie et les comptes en banque. 

En d’autres termes : mes chers contribuables, préparez-vous à payer encore plus d’impôts et de taxes en 2014 et au-delà !

D’autant plus que tout le mouvement de l’économie française va vers le bas. Ce n’est pas parce que la Banque de France estime que le PIB pourrait être en hausse de 0,2%, soit 0,1% de plus que sa dernière estimation, que cela va rassurer les contribuables et les entrepreneurs. La crise est toujours devant nous, malheureusement, il n’y  pas de signes tangibles que la France ou les autres pays d’Europe améliorent leur situation.

100 jours pour se renier !

Le 28 mars 2013, François Hollande affirme lors de son débat télévisé : « Il n’y aura aucune augmentation d’impôt. » Cent jours plus tard, François Hollande préfère envoyer son ministre de l’économie faire le sale boulot plutôt que d’assumer lui-même son reniement et son mensonge fait aux contribuables. 

Magnifique de courage et de franchise ! Faire cette annonce, à laquelle tout le monde s’attendait d’ailleurs, le premier week-end de départ en vacances, c’est s’assurer de ne pas être entendu, se garantir peu de réactions et mentir dans l’indifférence générale. Gouverner c’est prévoir paraît-il. Mais gouverner, ce n’est pas enfumer les citoyens !

Car déjà, lorsque François Hollande fait cette promesse en mars dernier de ne pas augmenter les impôts, il sait que les rentrées fiscales sont en baisse, que la consommation chute, que les prévisions de croissance économique sont pessimistes, que le chômage n’inversera pas sa courbe, que sa politique des emplois aidés ne sert à rien, bref, il sait qu’il ment, qu’il ne sera pas capable de tenir sa parole. 

Alors oui, 2014 sera une année d’augmentation des impôts ! Pour les contribuables et pour les entreprises !

L’oppression fiscale à venir

Pierre Gattaz, le patron du Medef, a beau demander le 4 juillet dernier une baisse de 100 milliards d’euros en cinq ans des charges et impôts qui pèsent sur les entreprises françaises qui sont « asphyxiées, ligotées et terrorisées », rappeler que le Medef « n’acceptera plus de hausse des prélèvements », déclarer que « l’entreprise est dans la survie, elle ne peut plus investir, innover », François Hollande n’en a rien à faire. Sa doctrine économique à lui ne se fonde pas sur l’entreprise, mais sur l’Etat.

Car pour François Hollande, la relance de la croissance économique ne peut se faire que si l’Etat dépense et investit. Il faut donc de l’argent à l’Etat, et plus il y a crise, plus il faut d’argent. Or cet argent, l’Etat ne peut le prendre qu’à ceux qui l’ont : 

« il n’entre rien au trésor public, en faveur d’un citoyen ou d’une classe, que ce que les autres citoyens et les autres classes ont été forcés d’y mettre », répétait Frédéric Bastiat. Encore plus direct, Margaret Thatcher martelait cette vérité économique : « l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. 

Si l’État souhaite dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. » C’est bien pour cela que François Hollande savait qu’il ne disait pas la vérité devant des millions de contribuables, d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise.

En temps de crise, la confiance en ceux qui nous gouvernent est essentielle pour assurer la stabilité d’un pays. Cette confiance, François Hollande la trahit sans vergogne. 

Car quel est le plus grave ? Un Jérôme Cahuzac qui dit à 577 députés qu’il n’a pas de compte en Suisse alors qu’il en a un ? Ou un François Hollande qui dit devant des millions de français qu’il n’augmentera pas les impôts pour le faire cent jours plus tard ?

 Le mensonge de Cahuzac n’impliquait que lui-même. Le mensonge de François Hollande implique 65 millions de français.

C’est un jeu très dangereux auquel s’adonne François Hollande. Il devrait savoir que l’insécurité fiscale entraine l’instabilité sociale et à terme remet en question la légitimité d’un régime politique. On s’accommode de quelqu’un qui dit une vérité qui déplaît, pas de celui-ci qui ment pour faire plaisir.

http://www.contribuables.org/2013/07/08/augmentations-dimpots-francois-hollande-a-menti/

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des impôts et des taxes, Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des escroqueries et du monde de la finance

Posté par ippolito le 20 juillet 2013

Une employée de banque en garde à vue pour 700 000 euros d’escroquerie

Cette quinquagénaire utilisait des tampons et des papiers à en-tête de sa banque auprès d’organismes de crédit.

Elle aurait également fait usage de faux documents administratifs et de relevés de comptes bancaires falsifiés. 

Une escroquerie à 700 000 €. Une employée de banque a été placée en garde à vue, ce mardi, par la brigade financière de la Sûreté urbaine de Lille, rapporte la Voix du Nord. Cette femme âgée de 55 ans serait à l’origine d’une escroquerie, qu’elle aurait réalisée depuis 2005.

Son stratagème consistait à souscrire des prêts auprès d’organismes de crédit en s’aidant de tampons et de papiers à en-tête de sa banque. Elle aurait également fait usage de faux documents administratifs et de relevés de comptes bancaires falsifiés.

Une cinquantaine de crédits

Une cinquantaine de crédits à la consommation auraient été contractés, pour un montant total de 700 000 €. Certains d’entre eux servaient à en rembourser d’autres. 

Selon la Voix du Nord, l’employée a utilisé l’argent pour refaire sa maison ou encore acheter un 4×4 de plus de 50 000 €. Elle va être présentée prochainement à un juge.

MATHIEU PAGURA

http://www.metronews.fr/lille/lille-une-employee-de-banque-en-garde-a-vue-pour-700-000-d-escroquerie/mmgr!SeNKiWNe7Tkuk/

Publié dans Y'en a marre des banques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Carla Bruni et surtout de Nicolas Sarkozy

Posté par ippolito le 20 juillet 2013

Le site web de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

Incroyable. L’information était passée inaperçue, elle vient d’être confirmée par la Cour des comptes : lorsque Nicolas Sarkozy était à l’Élysée, le coût du site web de la fondation de Carla Bruni était assumé par l’État. Soit une facture totale de 410 000 euros pour les années 2011-2012.

Comment le sait-on ? Dans son rapport de juillet 2013, la Cour des comptes a insisté sur les économies réalisées par l’Élysée s’agissant de ses dépenses internet. 

Ainsi, du 1er janvier au 15 mai 2012, l’Élysée a dépensé 373 809 euros pour sa cellule internet. Dans les six mois suivants, sous François Hollande, la dépense a été fortement réduite et ramenée à 180 000 euros. 

Parmi les économies réalisées, la suppression du site web de la première dame : « Il n’y a plus de site internet spécifique dédié à la conjointe du président, financé par le budget de la présidence (pour un coût de 0.33 million d’euros en 2011 et de 0.08 million d’euros en 2012) :

 il existe aujourd’hui une rubrique au nom de la compagne du Président sur le site de la présidence », écrit le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud.

En creux, la Cour des comptes indique donc que le site de la fondation de Carla Bruni, mis en ligne dès 2009 et toujours disponible à l’adresse Carlabrunisarkozy.org, a été pris en charge par l’État pour un montant total de 410 000 euros ! 

Si ce chiffre tient compte de la conception graphique et technique, Carla Bruni a donc fait une bonne affaire vu que le site est toujours en ligne et actualisé (cette fois, à ses frais).

Ce chiffre exorbitant de 410 000 euros confirme donc une information, elle aussi largement passée inaperçue, et qui date de mai 2013 : 

à la suite d’une question écrite par un député UMP et adressé à Matignon sur « le coût, pour les finances de l’État, des collaborateurs affectés au service de Mme Valérie Trierweiler », les services du Premier ministre avaient effectué une comparaison des coûts entre Trierweiler et Bruni.

 A cette occasion, Matignon avait glissé qu’auparavant, deux prestataires externes assuraient la gestion du site de Carla Bruni, pour un coût de… 25 714 euros par mois ! Des chiffres qui laissent sans voix.

*** Sources
- Rapport de la cour des comptes sur les services de la présidence, Ccomptes.fr, 15.07.2013
- « Trierweiler coûte moins cher à l’État que Bruni », Lefigaro.fr, 03.05.2013

http://www.politique.net/2013071801-site-web-carla-bruni-cout-410000-euros.htm

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du mediator mais surtout des laboratoires Servier

Posté par ippolito le 20 juillet 2013

Médiator : Le laboratoire Servier s’acharne sur les victimes

Dans le plus grand secret, le laboratoire pharmaceutique souscrit des protocoles transactionnels auprès des victimes du Médiator. 

Objectif : les faire renoncer, contre rémunération, à engager une procédure pénale et à porter atteinte à la « renommée » du groupe. La ministre de la Santé s’interroge.

Dans un communiqué rendu le 18 juillet, Gérard Bapt, député de la Haute-Garonne et ancien président de la Mission d’information de l’Assemblée nationale sur le drame sanitaire causé par le Médiator, a dénoncé publiquement les méthodes d’indemnisations mis en œuvre par Servier à l’égard des victimes.  
  
Révélées au grand jour par des malades à Irène Frachon, pneumologue et lanceuse d’alerte des effets destructeurs du médicament, le laboratoire pousserait les victimes à accepter une indemnisation immédiate contre l’exclusion de toute procédure pénale. 

Il s’opposerait aussi à « tout comportement susceptible d’avoir d’une quelconque manière un retentissement défavorable sur la renommée de l’autre partie », suivant l’article 4 du protocole. 
  
Une proposition de même type avait déjà été tentée par le Laboratoire Servier, le 17 mars 2011. Toutefois, elle concernait une certaine catégorie de victimes, dont le faible taux d’atteinte à l’intégrité physique, ne leur permettait pas d’obtenir indemnisation par les CRCI (commissions régionales de conciliation et d’indemnisation). 

Cette proposition avait été aussitôt refusée à l’unanimité par les associations de consommateurs et par le gouvernement de l’époque, préférant mettre en place un fonds d’indemnisation spécifique, après vote du Parlement. 

« Cette fois-ci, cela va plus loin » déclare Gérard Bapt, « on ne demandait pas à l’époque de renoncer à engager une action pénale, ni de porter atteinte à la renommée de Servier ». 

Or, ce stratagème des plus machiavéliques  permettrait, selon le député, d’esquiver le plus possible les procédures pénales. Pour ce faire, il s’appuie sur « l’état de faiblesse de victimes réticentes à s’engager dans des procédures longues et coûteuses », pour éviter d’ajouter des charges à son procès, reporté courant 2014. 

Aussitôt saisie du dossier, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a souhaité déclenché une consultation juridique afin d’éclaircir la nature de telles clauses. En effet, il n’est pas certain que leur légalité soit contestée, bien que leur teneur soit éthiquement contestable. 
  
Pour rappel : entre 1976 et 2009, près de 5 millions de français ont consommé du Médiator. En 33 ans, il aurait causé la mort de 500 à 2000 personnes, avant d’être retiré du marché français en novembre 2009. Quant au nombre de personnes souffrant d’effets secondaires, il reste, à ce jour, difficile à estimer.

http://www.marianne.net/Mediator-Le-laboratoire-Servier-s-acharne-sur-les-victimes_a230475.html

Publié dans Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN