Y’en a marre des voyages d’etude internationaux et surtout de certains de nos élus qui gaspillent l’argent du contribuable

Posté par ippolito le 27 juillet 2013

Le grand gaspillage des voyages d’ étude internationaux

Les élus locaux utilisent fréquemment les voyages d’étude pour se balader à travers la planète sans bourse délier. Communes, départements, régions se tournent vers l’international sous deux prétextes : 

servir de grandes causes humanitaires ou promouvoir l’image de la région à l’étranger afin d’attirer les investisseurs, les touristes et les chefs d’entreprise.

Certains élus ont presque un siège réservé à l’année tant ils empruntent les longs courriers. Selon le mensuel Capital, Jean-Philippe Bayon, ancien vice-président Verts, délégué à la solidarité internationale et à la coopération décentralisée de la région Rhône-Alpes, a presque autant voyagé que le ministre des Affaires étrangères. 

En trois ans, il a effectué 35 voyages, visité plus de 20 pays et consommé plus de 100 000 euros en billets d’avion durant la seule année 2008 !

Pour se déplacer certains élus ne lésinent pas sur les moyens. A la suite de la mise en examen de l’ex-maire socialiste de Henin-Beaumont (Pas-de-Calais), Gérard Dalongeville, le parquet a dressé un bilan sévère du train de vie de certains élus, couleur « rose mafia ».

 La commune d’Hénin-Beaumont a notamment réglé – pour pas moins de 101 000 euros – la location d’avions-taxis pour des voyages d’agrément vers Biarritz, le Touquet ou le Luxembourg.

Les « petits élus » sont également tentés par les balades exotiques. La communauté de communes du Pays de la Marche (2 600 habitants, dans l’Orne) finance, par exemple, des forages au Mali, ce qui a constitué un prétexte pour justifier un déplacement sur place et vérifier que les fonds sont bien employés. 

La somme engagée par la communauté rurale est de 1 500 euros par an, soit le prix d’un billet aller-retour Paris-Bamako. 1 500 euros, c’est près de la moitié des impôts que la communauté rurale collecte chaque année…

Et, lorsqu’ils ne partent pas eux-mêmes en vacances aux frais de Marianne, certains élus n’hésitent pas à gâter leurs enfants.

Début 2013, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la maire UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine) a, par exemple, confessé devant son conseil municipal que sa fille avait passé une semaine de vacances à l’oeil dans un hôtel que la Ville possède à La Clusaz (Haute-Savoie). 

Tout le dernier étage de ce très bel hôtel-chalet avait été réservé pour elle. Le coût de ce séjour n’a pas été communiqué. Mais comme le dit la formule : quand on aime on ne compte pas, surtout avec l’argent des contribuables !

Article extrait de:Les Dossiers du Contribuable: Elus, syndicalistes, fonctionnaires de Bercy… Ils partent en vacances avec votre argent !
Pour commander ce numéro en ligne : www.contribuables.org/

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/le-grand-gaspillage-des-voyages-d-etude-internationaux/

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN