• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 27 août 2013

Y’en a marre de l’éventuelle hausse des impôts Locaux

Posté par ippolito le 27 août 2013

Vers une hausse des impôts locaux ?

La hausse de la TVA pourrait faire grimper le coût de l’enlèvement des poubelles.

Gare à la hausse des impôts locaux ! Sous le coup de la hausse de TVA annoncée en novembre 2012 par le gouvernement, ceux-ci pourraient augmenter de façon significative l’an prochain.

 En cause, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM). Peu connue du grand public, elle figure sur l’avis de taxe foncière que reçoivent tous les propriétaires et permet aux communes de financer l’enlèvement des déchets et le tri sélectif.

Pourquoi est-ce que ça augmente ? 

Cette taxe est soumise à un taux réduit de TVA. Or, depuis quelques années, celui-ci ne cesse d’augmenter. De 5,5 %, il est passé à 7 % début 2012, et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault souhaite encore l’augmenter au premier janvier 2014, pour le porter à 10 %. 

Cette hausse n’est pas anodine : selon Nicolas Garnier, délégué général de l’Association des collectivités territoriales et des professionnels pour la gestion des déchets (l’Amorce), interrogé par Europe 1, « cette taxe coûte en moyenne 400 euros par famille. Une augmentation de 5%, ça fait donc 20 euros de plus à payer chaque année ».

Un « signal négatif », pour les maires. Pour les élus locaux, ce projet d’augmentation passe mal : Jacques Pélissard, maire de Lons-le-Saunier et président de l’Association des Maires de France, regrette un « signal négatif » envoyé à la population. 

« Au moment où nous faisons tout pour développer le recyclage, où nous demandons aux administrés de trier plus, on leur dit qu’ils vont payer plus cher. C’est un très mauvais signal », regrette-t-il au micro d’Europe 1.

D’autres coûts cachés. D’autant que la TVA n’est pas la seule augmentation envisagée pour la TEOM, comme l’explique Nicolas Garnier : « La loi de finance pourrait proposer d’augmenter les taxes sur la mise en décharge et des incinérations, là encore 5 à 10 euros par personne. 

Par ailleurs on attend toujours qu’Eco-emballages finance le vrai coût des emballages en France, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. Mis bout à bout, ce sont 10 à 15 % de la facture qui sont en jeu ». Soit tout de même une cinquantaine d’euros d’impôts supplémentaires qui pourraient être demandés prochainement aux particuliers.

http://www.europe1.fr/Economie/Vers-une-hausse-des-impots-locaux-1546821/

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse de la CSG

Posté par ippolito le 27 août 2013

CSG : comment ça marche et qui paie quoi?

La réforme des retraites passera-t-elle par une hausse de la contribution sociale généralisée ? Le débat n’est pas tranché. Mais pour mieux le comprendre, il faut se pencher sur le fonctionnement de ce prélèvement obligatoire.

La contribution sociale généralisée (CSG), dont le taux pourrait augmenter pour financer les retraites, est l’une des sources de financement de la protection sociale. Elle pèse en grande partie sur les salaires et les retraites, mais aussi sur les revenus du capital.

Acte de naissance. La CSG a été instaurée à partir de février 1991 par le Premier ministre socialiste Michel Rocard, sur le constat que la fiscalité française reposait presque exclusivement sur le travail:

 les revenus du patrimoine échappaient de plus en plus à l’impôt et le financement de la protection sociale reposait sur les seuls salaires, via les cotisations sociales. Il a donc été décidé de remplacer une partie de ces cotisations par un prélèvement pesant sur l’ensemble des revenus, y compris ceux du capital (patrimoine et placements).

Ce qu’elle finance. La CSG finance l’Assurance maladie, les prestations familiales, le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) et la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades) . 

En 2012, la CSG représentait 20,4% des recettes du régime général de la Sécurité sociale (salariés du privé). Les cotisations salariales et patronales atteignent 58,3%. Elle devrait rapporter environ 90,3 milliards d’euros en 2013 (89,7 milliards en 2012), dont 63,8 milliards proviennent des revenus d’activité.

Les prélèvements. Elle s’applique aux revenus d’activité (salaires) et de remplacement (chômage, retraite, etc.). Sont imposées les personnes domiciliées en France pour l’établissement de l’impôt sur le revenu et à la charge d’un régime obligatoire d’assurance maladie.

Cette contribution est calculée sur le montant brut des salaires, des primes et indemnités diverses, des avantages en nature ou en espèces.

Sous réserve de certaines exonérations, elle est également prélevée sur les allocations chômage, les allocations de pré-retraite, les pensions de retraite et d’invalidité, les rentes viagères à titre gratuit et les indemnités et allocations diverses.

L’employeur ou l’organisme qui verse les revenus retient la CSG à la source.

Mais elle s’applique également aux revenus du patrimoine et aux placements pour les personnes fiscalement domiciliées en France, même si elles ne sont pas soumises à l’impôt sur le revenu.

Elle est ainsi prélevée sur les revenus fonciers, les rentes viagères constituées à titre onéreux, les revenus de capitaux mobiliers (actions, parts sociales, etc.), les plus-values immobilières, les contrats d’assurance-vie ou encore les intérêts des CEL (compte épargne logement) et PEL (plan d’épargne logement).

En revanche, les intérêts des livrets d’épargne réglementée (livret A, LEP, LDD) en sont exonérés.

Son taux.  A sa création, son taux était de 1,1%. Il a été augmenté par les gouvernements Balladur (+1,3 point) puis Juppé (+1 point) et porté à 7,5% (+4,1 points) pour les salaires par le gouvernement Jospin, qui a réduit simultanément les cotisations d’assurance maladie.

Elle est restée à 6,2% pour les allocations chômage.

Son taux s’élève à 6,6% maximum pour les pensions de retraites les plus élevées (impôt sur le revenu supérieur à 61 euros), 3,8% pour les autres. Certains retraités en sont exonérés.

Pour les revenus du patrimoine et les placements, son taux est de 8,2%.

Des recettes supplémentaires. Augmenter la CSG d’un point rapporte environ 12,3 milliards de recettes supplémentaires en 2013.

Sur la feuille de paye, un point de CSG supplémentaire représente environ 13 euros en moins par mois pour un salarié au SMIC (1.430,22 euros brut par mois), selon Vincent Drezet du syndicat Snui des impôts.

Reste à savoir si cette hausse sera déductible ou non des impôts. Actuellement, sur 7,5%, une partie seulement (5,1%) est déductible.

(Avec AFP)

http://www.challenges.fr/economie/20130826.CHA3242/contribution-sociale-generalisee-csg-definition-et-mode-d-emploi.html

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse des impôts à Paris et surtout de Delanoë

Posté par ippolito le 27 août 2013

Municipales : NKM fustige la hausse des impôts à Paris

La candidate UMP à la mairie de la capitale a accusé lundi la gauche d’avoir augmenté les impôts de 40 % depuis son arrivée au pouvoir en 2001.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris, a accusé lundi la gauche d’avoir augmenté les impôts de 40 % depuis son arrivée au pouvoir dans la capitale en 2001. « Qu’est-ce qu’ils ont fait à la Ville de Paris, les socialistes, depuis deux mandats ?

 Plus 40 % d’impôts », s’est exclamée l’ex-ministre sur RTL. « Et ça, c’est une moyenne », a insisté la députée de l’Essonne, affirmant que « la taxe de balayage, pour certaines personnes, a été multipliée par six ».

« Et ça a servi à quoi, tout cet argent ? Pas à baisser la dette », multipliée par presque 4 : « En 2014, il y aura 4 milliards d’euros de dette, contre un peu plus d’un milliard en 2001″, selon elle. 

Pour NKM, cet argent a servi à augmenter le nombre des fonctionnaires : « + 25 %, 10 000 embauchés ». Elle a dénoncé aussi une augmentation « de 40 % des frais de fonctionnement ». « Le train de vie de la mairie ? Les charges à caractère général sont passées de 533 à 705 millions ».

« 75 chauffeurs et 68 voitures »

« Et qu’est-ce qu’il y a derrière ? 36 adjoints », « autant que de ministres au gouvernement », a poursuivi la responsable d’opposition. « Je propose de faire pour la Ville de Paris ce que François Hollande n’a pas fait », « plafonner tout ça » avec pas plus de 20 adjoints. 

« Un cabinet d’adjoint coûte en moyenne 500 000 euros. » « Le maximum qu’on connaît, c’est l’adjoint aux finances, 660 000 euros », a insisté NKM. « Il y a un cabinet dont on ne connaît pas le prix, c’est celui de la première adjointe », a glissé l’adversaire d’Anne Hidalgo (PS), qui a encore dénoncé « 75 chauffeurs, 68 voitures, rien que pour les élus et la direction ».

Elle-même a rappelé qu’elle s’est engagée « à ne pas augmenter les impôts », si elle est élue maire, « à faire un audit et à le rendre public régulièrement ».

http://www.lepoint.fr/politique/municipales-nkm-fustige-la-hausse-des-impots-a-paris-26-08-2013-1717321_20.php

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des impôts et surtout des promesses non tenues

Posté par ippolito le 27 août 2013

PEUT-ON SE PERMETTRE DE BAISSER LES IMPÔTS ?

Jean-François Copé affirme que la droite, si elle arrive au pouvoir, devra « baisser massivement les impôts ». Mais d’abord, il faut savoir où seront faites les économies, critiquent ses opposants. Peut-on se permettre, en période de crise, de baisser les impôts ?

Si ce n’est pas déjà fait, c’est pour bientôt : les feuilles d’impôts tombent dans les boites aux lettres. Ceux des ménages non imposables et non mensualisés ont été envoyés à la mi-août, ceux des ménages mensualisés doivent partir dès ce vendredi matin. 

Pour les 36,4 millions de foyers fiscaux français, ce sera l’occasion de prendre la mesure des hausses d’impôts votées à l’automne dernier. Et la facture va s’alourdir. 

S’il arrive au pouvoir, Jean-François Copé, lui, assure que « la droite devra assumer une baisse massive des impôts ».

Dénonçant « une fiscalité oppressante », le maire de Meaux veut « libérer le pays de ses chaînes » et propose une réduction de 10% de la dépense publique, « soit 130 milliards de dépenses en moins ». 

« La moitié de ces économies serait consacrée à rembourser la dette, et l’autre moitié à rendre du pouvoir d’achat aux ménages et de l’oxygène aux entreprises », explique-t-il. Mardi matin, le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici assurait de son côté être « très sensible à ce ras-le-bol fiscal qu’il ressent de la part de nos concitoyens ».

« La dose a été dépassée »

Pour Hervé Mariton, une baisse d’impôts est en effet inévitable. « Je crois qu’on n’a pas le choix, la dose a clairement été dépassée », affirme le député UMP de la Drome.

 « Les Français sont soumis à un matraquage fiscal, donc oui il faut baisser les impôts. Il faut faire des économies pour qu’elles soient en partie utilisées à réduire les déficits, et l’autre moitié à baisser les impôts. Evidemment, une partie des économies doit venir de la poursuite d’un effort sur les effectifs dans la fonction publique. C’est comme ça qu’on peut, en France, retrouver de l’optimisme ».

« D’abord réduire massivement les dépenses publiques »

« Malheureusement, on ne peut pas se permettre de baisser les impôts », estime quant à lui Henri Sterdyniak, économiste et spécialiste de la fiscalité à l’OFCE. 

« Si on veut un jour se lancer dans une grande politique de réduction des impôts, il faudra d’abord réduire massivement les dépenses publiques, ce qui suppose réduire les retraites, les salaires des professeurs ou faire payer les écoles ou les universités, et donc c’est extrêmement difficile. Il faut d’abord décider de quoi on se prive avant de pouvoir réduire les impôts ».

http://www.rmc.fr/info/512486/peut-on-se-permettre-baisser-impots/

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN