Y’en a marre de la hausse des prix des carburants

Posté par ippolito le 3 septembre 2013

Essence : l’été 2013, un des plus chers de l’histoire

Les prix de l’été 2013 sont tout de même restés en-dessous des records de 2012. Mais la perspective d’une intervention en Syrie maintient la tension sur le marché pétrolier.

La facture d’essence a (encore) été salée cet été pour les Français. Le site Carbeo.com qui recense les prix des carburants affichés dans les stations-services a estimé qu’il était le deuxième plus cher de l’histoire pour le sans-plomb 95, après celui de 2012.

Les adeptes du gazole, soit près de 80% de la population, ont été davantage épargnés, l’été 2013 étant «seulement» le troisième plus cher, derrière 2012 et 2008.

Le litre de gazole a cette année coûté 1,359€ en moyenne contre 1,419€ l’an dernier. Une baisse de six centimes qui a sensiblement allégé la facture des vacanciers: pour un plein de 50 litres, cela représente une économie de cinq euros.

La différence est moins notable en ce qui concerne l’essence. Le SP95 était affiché à 1,557€ en moyenne contre 1,599€ l’année dernière, soit quatre centimes moins cher.

L’été, traditionnelle période de hausse

L’été constitue une période où traditionnellement les prix des carburants augmentent avant de se stabiliser, comme l’explique Franck Ibled, gérant de Carbeo. «Les grands départs en vacances induisent une surconsommation, notamment aux Etats-Unis.

Comme les cours sont sensibles aux stocks et que ces derniers baissent plus rapidement que d’habitude à cette époque de l’année, on constate un pic et les prix restent ensuite élevés.»

La hausse de cet été était donc prévisible et n’a pas surpris les spécialistes. «Le prix du baril de pétrole oscille entre 112 dollars et un peu moins de cent lorsqu’il est au plus bas, note Thomas Porcher, professeur à l’ESG Management School et spécialiste des carburants. Aujourd’hui, cette marge est normale.»

Elle devrait le rester, malgré les menaces d’une intervention en Syrie. «La Syrie ne représente que 0,2% de la production mondiale», souligne l’enseignant. Si les industries pétrolières venaient à être touchées, «il suffirait que les pays de l’OPEP augmentent leurs quotas» pour que la production mondiale reste à niveau.

Néanmoins, la peur constitue le principal facteur susceptible de faire monter le prix de l’or noir. «Nous sommes dans la même situation que lors des révoltes arabes, explique Thomas Porcher. Ce n’étaient pas de gros producteurs mais les spéculateurs redoutaient un embrasement de la région.» Quelques jours avant l’ouverture des débats au Congrès américain sur une éventuelle intervention, la menace est plus présente que jamais.

Par Géraldine Russell

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/02/20002-20130902ARTFIG00525-essence-l-ete-2013-un-des-plus-chers-de-l-histoire.php

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN