• Accueil
  • > Archives pour septembre 2013

Y’en a marre de l’endettement de nos villes

Posté par ippolito le 29 septembre 2013

Les villes les plus endettées de France sont…

A moins de six mois des municipales, le Journal du Net vient de dévoiler le palmarès des villes les plus endettées de France. En haut du classement : Levallois-Perret.

A l’approche des municipales, l’étude fait beaucoup parler. Le Journal du Net a présenté comme chaque année son classement des villes les plus endettées de France, établi à partir des budgets des villes. 

Premier constat dressé par le site d’information économique : la dette cumulée des 36 000 communes françaises atteint 60,7 milliards d’euros en 2012. Un chiffre qui a gonflé de 10 milliards depuis 2000. 2012 serait même l’année d’une forte augmentation par rapport aux budgets 2011 : +2,3 % contre environ +1 % lors des exercices précédents.

Quelle est la ville la plus endettée de France ? Le JDN dresse plusieurs classements selon les agrégats budgétaires en s’intéressant uniquement aux villes de plus de 20 000 habitants. La dette par habitant, d’abord, fait apparaitre un palmarès relativement clair. 

Levallois-Perret se détache nettement des autres cités françaises. La ville dirigée par l’UMP Patrick Balkany affiche une dette par habitant de 11 447 euros contre 3 733 pour la seconde, Cannes, et 3 390 pour la troisième, Saint-Ouen. Levallois est régulièrement en tête du palmarès du JDN, qui précise que le chiffre est en hausse de 305 % depuis 2000 mais en baisse de 0,3 % sur un an.

En termes de « dette totale ». Levallois-Perret reste sur le podium avec un encours de la dette de 731,4 millions d’euros. Mais cette fois, la ville des Hauts-de-Seine est devancée (logiquement ?) par Marseille (1,8 milliard d’euros) et Paris (3,2 milliards d’euros). Par rapport à 2011, la capitale a vu son endettement « brut » croitre de manière notable, +9,7 %.

Enfin quand on se penche sur les évolutions, c’est la ville de Cergy qui a vu sa dette par habitants croitre le plus depuis 2000, avec une hausse faramineuse de +42 300 % tandis que sur un an, Villemomble, en Seine-Saint-Denis, a vu sa dette évoluer de 300 %. 

Des chiffres à prendre avec des pincettes. Malgré ces évolutions record, les dettes par habitants de Cergy et Villemomble semblent « mesurées » : respectivement 424 euros et 8 euros par habitants. Le JDN précise enfin que « l’endettement n’est pas forcément signe de mauvaise gestion », pouvant notamment servir à investir pour l’avenir.

 Lire l’enquête du JDN sur les villes les plus endettées de France

http://www.linternaute.com/actualite/politique/les-villes-les-plus-endettees-de-france-sont-0913.shtml

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du gaspillage de l’argent public

Posté par ippolito le 29 septembre 2013

Argent public : un site web géré par un syndicat a coûté 3,4 millions d’euros pour un trafic estimé à seulement… 2 000 visiteurs par jour

Les chiffres sont tellement énormes qu’on a du mal à le croire. Dans un article consacré à l’argent de la formation professionnelle, Le Monde révèle qu’un site web géré par la CGPME a coûté 3,4 millions d’euros. 

Un chiffre comprenant sa conception et les campagnes marketing pour attirer des visiteurs. Bien peu de visiteurs puisqu’au plus fort de sa fréquentation, le site, qui n’est plus en ligne aujourd’hui, affichait une audience de seulement… 2 000 visiteurs par jour !

Un syndicat financé à 80% par de l’argent public

« C’est l’illustration de l’opacité des fonds colossaux de la formation professionnelle en France ». Le début de l’article du Monde, consacré au budget de la confédération générale des PME (CGPME), la deuxième organisation patronale après le Medef, donne le ton. 

Ce syndicat est principalement financé par de l’argent public : 80% du budget provient de prélèvement sur des taxes versées par les entreprises au titre de la formation professionnelle (les 20% restant provenant des cotisations de syndiqués). 

Par exemple, en 2012, la CGPME a récupéré 4,7 millions d’euros du Fongefor, dédié à la formation professionnelle.
Laformationpro.com, le « meetic de la formation professionnelle »

Une partie de cet argent est utilisé pour des campagnes de communication, notamment sur internet. « Entre 2008 et 2010 la CGPME a dépensé 3,4 millions d’euros de fonds publics auprès d’Image & Stratégie, pour une série de campagnes autour d’un site Web consacré à la formation, avant de le supprimer », révèle Le Monde. 

Le site en question, qui n’est plus en ligne, devait être le « meetic de la formation professionnelle ». D’importants moyens ont été investis : « Une première facture de 1,4 million d’euros sera suivie, l’année suivante, d’une seconde pour 1,2 million. Et le syndicat investira encore 800 000 euros en 2010 pour des campagnes de communication centrées autour du site Laformationpro.com », détaille le quotidien.

Un site très peu visité et fermé en 2011

A quoi correspondent toutes ces factures ? « Environ un million d’euros hors taxes pour la conception, le référencement et la mise à jour du site, un million d’euros pour sa promotion et les dépenses de marketing, et un autre million en « conseil stratégique », indique Le Monde. 

Pour le communicant à l’origine de cette campagne, ces chiffres correspondent à des tarifs normaux. Pourtant, vu le résultat, le coût apparaît colossal. Car le bilan du site Laformationpro.com apparaît bien maigre : « de 1 000 à 2000 visiteurs par jour, des vidéos qui ne dépassent généralement pas le millier de vues… Et seulement une soixantaine d’offres de formation, tous secteurs confondus, entre octobre 2009 et septembre 2011″. Le site a été désactivé fin 2011. 

Au total, Laformationpro.com a donc englouti 3,4 millions d’euros d’argent public. Qui dit mieux ?

*** Source
- Samuel Laurent, « Le financement à bon compte de la CGPME », Le Monde, 25.09.2013

http://www.politique.net/2013092501-site-web-laformationpro-3-millions-d-euros.htm

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des promesses et des annonces de François Hollande

Posté par ippolito le 29 septembre 2013

Fiscalité, chômage : le gouvernement pris au piège des annonces

De la pause fiscale à la baisse du chômage, l’exécutif a affiché en début de quinquennat des objectifs ambitieux. Qui le mettent aujourd’hui en difficulté.

Jean-Marc Ayrault l’avait promis : « Neuf Français sur dix ne [seraient] pas concernés par les augmentations de fiscalité » entrant en vigueur en 2013. 

Et puis l’avis d’imposition est arrivé dans la boîte aux lettres, et certains ont vu rouge : selon des chiffres diffusés par Bercy et cités par Le Monde et Libération (édition abonnés) jeudi 26 septembre, 44% des foyers fiscaux ont vu leurs impôts augmenter en 2013. Soit plutôt un Français sur deux qu’un Français sur dix. 

Des chiffres qui mettent le gouvernement dans l’embarras

Un revers pour le Premier ministre ? Pas si simple : en réalité, la hausse des impôts sur le revenu qui touche beaucoup de ménages n’est pas imputable qu’à la politique fiscale du gouvernement. 

Augmentation des revenus, changement de structure du foyer… Beaucoup « payent » ainsi en partie l’évolution de leur propre situation.

Mais les explications ont beau être données, le mal est fait : les deux chiffres mis côte à côte font un effet désastreux. Et menacent de saper encore un peu plus le discours sur la fameuse « pause fiscale » promise aux Français. 

Celle-ci semble d’ailleurs sans cesse reculée : d’abord évoquée pour 2014, elle est ensuite annoncée comme « effective en 2015″ et finit par être promise… jusqu’en 2017 par Bernard Cazeneuve, ministre du Budget.

Entre cafouillage et surenchère, l’épisode fait les choux gras de l’opposition qui dénonce une « décrédibilisation de la parole politique », à l’instar de Gilles Carrez, président UMP de la commission des Finances de l’Assemblée. 

Contacté par francetv info, celui-ci raconte : « Quand j’ai entendu Ayrault [parler des neuf Français sur dix] à la télévision, en septembre dernier, j’ai failli appeler son cabinet pour leur dire : ‘vous avez besoin d’un coach !’ », explique le député, pour lequel le gouvernement a fait preuve d’une erreur de jugement grossière.

« La promesse formulée par Jean-Marc Ayrault n’était pas tenable »
Faute politique ou erreur de com’ ? Pour Claude Posternak, président de l’agence de communication La Matrice, la distinction n’a pas lieu d’être. 

« La communication politique, c’est de la politique », résume l’ancien conseiller en communication de Martine Aubry. Pour lui, l’erreur du gouvernement a d’abord été sur le fond. « Lorsqu’il est arrivé au pouvoir, le gouvernement n’a pas mesuré l’ampleur de la crise et des efforts à fournir. La promesse formulée par Jean-Marc Ayrault n’était pas tenable à ce moment-là. »

Mis à mal sur la fiscalité, le gouvernement pourrait se consoler avec les nouvelles venues d’un autre front : l’emploi. Le nombre de chômeurs a connu au mois d’août une chute aussi spectaculaire qu’inespérée, avec 50 000 demandeurs d’emploi en moins. 

Sauf que cette baisse apparaît, à court terme, tout sauf pérenne : elle s’explique avant tout par une augmentation brutale des « cessations d’inscription pour défaut d’actualisation ». C’est-à-dire des chômeurs sortis de listes mais pas forcément de retour sur le marché de l’emploi.

L’objectif chiffré, nécessaire mais pas suffisant

Résultat : loin de pouvoir crier victoire, le gouvernement doit tempérer les ardeurs des commentateurs. « Je ne dirai pas que c’est l’inversion de la courbe du chômage », promise par François Hollande pour la fin de l’année, a ainsi commenté Michel Sapin, sur RTL. Très prudent, le ministre du Travail a rappelé qu’une telle inversion se mesurait « sur plusieurs mois d’affilée ». Un comble. 

Mais le gouvernement fait ici preuve de lucidité. « Ils restent prudents parce qu’ils savent très bien que le chômage risque d’augmenter à nouveau en septembre », souligne Claude Posternak. Etant donné la volatilité de ces chiffres, le gouvernement aurait-il dû s’abstenir ? 

Non, répond le communicant. « Les politiques, comme tous les responsables, doivent rendre des comptes. Le fait que les engagements soient chiffrés est plutôt une très bonne chose. » 

Pour lui comme pour l’opposition, le problème n’est pas tant sur l’affichage des objectifs que sur la tangibilité des efforts fournis pour les atteindre. « Ce que veulent les Français, ce sont des engagements sur des réalités », explique Claude Posternak. « Concrètement, qu’est-ce qui est mis en place pour faire baisser le chômage ? »

Une pédagogie à revoir ?

Sur ce point, il y a, pour le communicant, une lacune au sommet de l’Etat. « Aujourd’hui, le président de la République peine à mettre des mots sur son action, et ce alors que les Français sont en demande de pédagogie. Comme il faut tout de même fixer un cap, il y a un glissement des mots vers les chiffres. Et quand les chiffres ne sont pas bons, ça coince… »

Un déficit de pédagogie dont le chef de l’Etat connaît pourtant bien les risques. Réputé pour vouloir assurer lui-même sa communication, au risque de court-circuiter ses équipes, François Hollande a un jour confié à Denis Pingaud, spécialiste de la communication politique et auteur de L’homme sans com’ (Editions du Seuil) : 

« La mauvaise politique donne rarement de la bonne communication. Une bonne politique peut être néanmoins gâchée par une mauvaise communication. » Un cycle infernal dont le gouvernement peine à se dégager.

http://www.francetvinfo.fr/economie/impots/impots/fiscalite-chomage-le-gouvernement-pris-au-piege-des-annonces_421983.html

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des impôts et des taxes, Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des promesses non tenues, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre que le gouvernement chouchoute les fonctionnaires

Posté par ippolito le 29 septembre 2013

Les fonctionnaires chouchoutés par le gouvernement

Le gouvernement multiplie les gestes à l’égard de ses agents. Outre l’étalement de la hausse de leurs cotisations retraites annoncée le 26 septembre, le projet de budget prévoit la suppression du jour de carence en cas de maladie.

Au bout du compte, ils ne s’en sortent pas si mal les fonctionnaires en cette rentrée 2013. 

Certes, ils devront se serrer la ceinture l’an prochain puisqu’aucune mesure de revalorisation salariale n’est prévue. Mais alors que l’exécutif a élaboré un budget 2014 placé sous le signe des économies, entre les suppressions de postes et les créations dans les secteurs prioritaires, seuls 2.000 suppressions nettes de postes interviendront l’an prochain sur plus de 2 millions d’agents de l’Etat.

Et jeudi 27 septembre, Marylise Lebranchu, leur ministre, a confirmé un étalement de la hausse de leurs cotisations retraites sur quatre ans. Ce n’est pas tout. Le projet de budget 2014 prévoit aussi la suppression définitive du « jour de carence » non indemnisé en cas de maladie. Une vieille revendication des syndicats de la fonction publique. 

> La disparition du jour de carence

Instaurée en 2012 par le gouvernement Fillon, le « jour de carence » consiste à ne pas indemniser le premier jour d’arrêt de travail d’un fonctionnaire.

 Les salariés, eux, doivent subir trois jours de carence, il est vrai souvent pris en charge par leur employeur dans le cadre de leur convention collective. L’objectif de l’ancienne majorité était d’endiguer l’absenteisme dans le public, pus élevé que dans le privé, en particulier dans les collectivités locales. 

Le gouvernement Ayrault avait promis aux syndicats de supprimer cette mesure. Ce qui devrait être fait dans le budget 2014. Selon le projet de loi, cette suppression devrait coûter près de 130 millions d’euros aux caisses publiques, desquels il faudra déduire les économies réalisées par des contrôles renforcés des arrêts de travail des agents. Mais le gouvernement se garde bien de chiffrer ce gain. 

> La hausse des cotisations retraites étalée

Comme les salariés du privé, les 5 millions de fonctionnaires de l’Etat, des collectivités locales et des hôpitaux sont appelés faire un effort supplémentaire dans le cadre de la réforme des retraites. Mais pour atténuer l’impact sur leur pouvoir d’achat, le gouvernement a décidé d’appliquer un mécanisme de lissage: la hausse des cotisations salariales sera étalée entre 2014 et 2017. La hausse devra à terme bien atteindre 0,3 point.

A la suite de la précédente réforme des retraites de 2010, le taux de cotisation des fonctionnaires augmente déjà progressivement pour être aligné sur celui du privé. La réforme Fillon a, en effet, institué une hausse de 0,27 point par an afin de rejoindre le niveau du privé en 2020.

> Les retraites toujours aussi coûteuses

Le projet de Budget 2014 confirme dans les chiffres le fait qu’aucune réforme de fond des retraites des fontionnaires n’a été décidée par le gouvernement Ayrault. La hausse des cotisations des agents en 2014 ne fera gagner que 200 millions d’euros à l’Etat. Au total, le coût des pensions représentera l’an prochain pour le seul Etat 45,4 milliards d’euros contre 45,2 milliards cette année. 

Concernant les régimes spéciaux des salariés du public que le gouvernement n’a pas non plus voulu réformer, le projet de budget 2014 prévoit une subvention de 6,5 milliards d’euros pour les équilibrer. Soit le même montant que cette année. Ce qui démontre que ce sont les contribuables qui financeront toujours une partie de leurs pensions. 

Patrick Coquidé 

http://www.bfmtv.com/economie/fonctionnaires-chouchoutes-611632.html

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires | 1 Commentaire »

Y’en a marre du nombre de radiations et des vrais statistiques du chômages

Posté par ippolito le 29 septembre 2013

Vrais chiffres chômage Aout 2013, 64 600 chômeurs de moins, 362 500 radiations, du jamais vu !

Chiffres invraisemblables, + 38,8% de radiations pour défaut d’actualisation ce mois d’aout, même pourcentage d’augmentation de 38.8% sur 12 derniers mois.

Soit 77 700 radiés de + que le mois précédent pour ce seul motif !! + d’une sortie sur 2 de chez pôle emploi.

362 500 radiations en tout, en 1 seul mois, du JAMAIS VU encore, depuis que j’écris mes articles sur les vrais chiffres du chômage.

132 600 offres d’emplois (majoritairement précaires) pour environ 9 500 000 chômeurs et travailleurs précaires et intermittents, y compris les invisibles (détails en bas de page)

Un seul mot : Scandaleux

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Aout 2013 :
 
- Défauts d’Actualisation : 277 500, 52,8 % des sorties des listes. (+ 38,8% sur 1 an)
- Radiations Administratives (les punis) : 40 600, 7,7 % des sorties.

- Autres Cas (mystérieuse rubrique, les morts, suicidés, emprisonnés ?) : 44 400 et 8,4 % des sorties.
 
soit 362 500 radiés des listes (68,9 %) pour autres motifs que :
 
- Stages parking : 30 700, 5,8 % des sorties.

- Arrêts maladie, maternité etc : 36 600, 7% des sorties.
 
- Reprises d’emploi déclarées : 95 700, ne représentent que 18,2 % des sorties des listes de pôle emploi.
 
Demandeurs d’emploi par catégories :

A : 3 235 700 -1,5 % ( + 7,3 % sur 1 an )
B : 630 900 -2,6 % ( + 5,6 % sur 1 an ) travailleurs précaires – de 78 heures
C : 922 600 +0,5 % ( + 5,2 % sur 1 an ) travailleurs précaires + de 78 heures
D : 255 300 -0,9 % ( + 6,1 % sur 1 an ) stages parking etc
E : 352 700 +0,1% ( -2 % sur 1 an ) contrats aidés etc

TOTAL : 5 397 200 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 6 % sur 1 an, soit 64 600 chômeurs de moins par rapport à Juin.
 
TOTAL, dom-tom compris : 5 717 600 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page )

Quelques chiffres qui parlent :
 
Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 14,3 % sur 1 an

Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18 % sur 1 an
Chômage des 50 ans et +, + 11,9 % sur 1 an

+ d’1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (51,8 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER …)

Offres d’emploi dispo, dernier chiffre connu : 132 658

Le + scandaleux, LES INVISIBLES, complètement en dehors des statistiques
 
Ne sont pas comptés dans ces 5 717 600 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 420 500 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 230 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 809 500 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.
 
+ 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAH ou d’une pension d’invalidité, ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’ accès à emploi adapté.
 
+ d’1 million de SANS-DROITS, principalement :
 
- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d’emploi, qui comme vous le savez n’ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe)
 
- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d’allocation chomage, ou 790€ d’allocation adulte handicapé, vous n’aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 621€ par mois, si vous ètes NON SDF.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable

- des bénéficiaires de pensions de reversions (veufs, veuves) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA, et qui n’ont pas encore l’age pour prendre la retraite ou encore percevoir le minimum vieillesse « ASPA » ( 67 ans) ASPA récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- on peut également évoquer, des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d’emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voir gratuits)
 
- on peut évoquer enfin, des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d’emploi en parallèle.
 
Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9 MILLIONS demandeurs d’emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p…

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-aout-2013-141386

Publié dans Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a des mensonges et des magouilles de Claude Guéant

Posté par ippolito le 29 septembre 2013

Les mystérieux 500 000 euros de Guéant : la piste libyenne

Mais qu’est ce que ça change que l’avocat-acheteur des tableaux flamands soit malaisien (comme l’affirme Claude Guéant) ou djiboutien (comme l’assure l’hebdomadaire “Le Point”) ? 

Cette seconde hypothèse implique que l’origine du virement bancaire de 500 000 euros, ayant atterri sur un compte de l’ex ministre de l’Intérieur, pourrait être libyenne. Comprendre : issue de commissions illégales versées en marge de contrats ou d’accords passés avec la Libye à l’époque de Mouammar Kadhafi. Voici pourquoi.

“Claude Guéant dément catégoriquement les informations publiées sur le site du Point.fr (en réalité il s’agissait de l’extrait d’un article paru hier dans le magazine – ndlr). Il a fourni à la justice les pièces concernant l’identité de l’acheteur des tableaux évoqués. Il n’a jamais eu de contact avec quelque avocat de Djibouti que ce soit“, a affirmé hier à l’AFP Jean-Yves Dupeux, avocat de l’ex ministre de l’Intérieur.

Mais qu’est-ce que ça peut bien changer que l’avocat-acheteur soit malaisien (comme l’affirme Guéant) ou djiboutien (comme l’assure le Point qui dit s’appuyer sur l’enquête judiciaire) ?

Car cela modifie l’origine d’un virement bancaire de 500 000 euros qui a atterri, comme l’avait révélé le Canard enchaîné du 1er mai, de façon non expliquée sur un compte de Claude Guéant. La trace de ce virement avait été trouvée par des enquêteurs ayant perquisitionné, le mercredi 27 février, le cabinet d’avocats de l’ex bras de droit de Nicolas Sarkozy.

Décryptons cet embrouillamini.

1) Si l’avocat est malaisien

Dans cette hypothèse, soutenue par Claude Guéant, le magot serait issu de la vente de deux tableaux. Deux “marines” peintes par l’artiste flamand Andries van Eertvelt.

Premier souci : bien que Claude Guéant assure avoir donné à la justice le nom de cet acheteur, un avocat malaisien, son identité n’a jamais été rendue publique. 

En second lieu, nulle trace écrite de la vente n’a encore été divulguée par l’ex ministre qui a pourtant déclaré posséder “les justificatifs”. Et enfin, d’après plusieurs experts qui se sont prononcés sur le prix de tels tableaux, ces œuvres valent beaucoup moins que 250 000 euros l’unité.

Même en considérant cette hypothèse bancale comme vraie, Claude Guéant aurait fauté. Il aurait réalisé son opération financière sans disposer d’un certificat d’exportation que délivre obligatoirement le ministère de la Culture dès que la vente d’une œuvre d’art dépasse les 150 000 euros.

Mais, aux yeux du cardinal Guéant, cette entorse à la loi vaut toujours mieux que la seconde piste sur laquelle plancheraient désormais les juges d’instruction.

2) Si l’avocat est djiboutien

D’après les informations du Point (déjà partiellement révélées par Charlie hebdo le 17 mai dernier), l’enquête a permis d’établir que le paiement des 500 000 euros émane d’un avocat djiboutien. Pas n’importe lequel. Il s’agirait de Aref Mohamed Aref, représentant des intérêts malaisiens dans son pays. 

Cette seconde hypothèse implique que l’origine des 500 000 euros pourrait être libyenne. Comprendre : issue de commissions illégales versées en marge de contrats ou d’accords passés avec la Libye à l’époque de Mouammar Kadhafi.

Pourquoi ?

Alexandre Djouhri

Aref Mohamed Aref travaille avec le sulfureux Ahmed Djouhri, dit “Monsieur Alexandre”. Cet homme d’affaires français est décrit par l’écrivain journaliste Pierre Péan dans son livre Le République des mallettes (Fayard) comme agissant au service d’une oligarchie de grands patrons et de politiques. Il prend souvent la place de l’intermédiaire rusé dans des affaires d’Etat relevant du secret défense ou des échanges franco-libyens du temps de Kadhafi. 

Les Inrocks ont notamment révélé son rôle, au côté de l’ex-espion Bernard Squarcini, pour faire disparaitre de France le très recherché Bachir Saleh, ex trésorier et bras droit de Kadhafi.

Les journalistes du Point précisent que certains industriels se souviennent des “pressions amicales” du secrétaire général de l’Elysée d’alors, un certain Claude Guéant, pour qu’Alexandre Djouhri “trouve sa place dans le contrat de vente d’Airbus conclu avec Kadhafi en 2007. Un circuit complexe dans lequel on retrouve Wahib Nacer, le beau frère de… Mohamed Aref“.

3) Le méconnu Wahib Nacer 

Ce banquier franco-yéménite apparaît “aujourd’hui dans les radars du juge Van Ruymbeke, chargés de l’affaire Karachi et de plusieurs dossiers sensibles pouvant concerner Nicolas Sarkozy“, indiquent nos confrères du Point. La lettre Intelligence Online (payante) rappelait que cet homme discret “fut dans les années 90 l’un des responsables de l’activité de la banque Indosuez au Moyen-Orient. 

Pendant les négociations des contrats Sawari II et Agosta (avec l’Arabie Saoudite et le Pakistan) Nacer était vice-président de la Banque Saudi Fransi, la filiale d’Indosuez à Riyad. Basé en Suisse depuis plus de vingt ans, il travaille toujours pour la banque rachetée par le Crédit Agricole en 1996“.

Dans son livre enquête intitulé Sarkozy-Kadhafi, histoire secrète d’une trahison (septembre 2013, Seuil), la journaliste Catherine Graciet a découvert une autre étrangeté liant Wahib Nacer à la Libye et, potentiellement, aux agissements de Claude Guéant.

Dans une interview donnée à France 24, le 12 avril 2013, une phrase sibylline du vendeur d’armes et intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine avait attiré l’attention de la journaliste :

 “Les 300 millions (qui auraient été versés pour permettre la libération des infirmières bulgares par Cécilia Sarkozy et Claude Guéant en 2007 – ndlr) n’ont pas été envoyés (…). Ils ont été payés autrement par Lugano et autres à travers le Qatar, pour finir dans les poches de Guéant et Sarkozy“. Plus loin, Takieddine précisait que ces fonds auraient transité “à travers le Crédit agricole au Qatar“.

En fouillant les archives du Crédit Agricole et du Qatar Financial Centre, Catherine Graciet a découvert deux choses. Premièrement, la filiale Crédit Agricole Qatar a été enregistrée à Doha le 31 mars 2007 (soit quatre mois avant la libération des infirmières bulgares) puis a été supprimée le 9 janvier 2012. Une vie de courte durée pour une filiale. Le certificat d’enregistrement de la filiale qatarie du Crédit Agricole Suisse indique qu’un certain Wahib Nacer était habilité à exercer des fonctions de “gouvernance non exécutive”.

Questions :

Le clan Sarkozy a-t-il – comme l’affirme sans preuves l’intermédiaire Ziad Takieddine – détourné partiellement ou totalement la rançon de 300 millions de dollars versée par le Qatar pour libérer les infirmières bulgares ?

Si oui, le réseau Alexandre Djouhri, Aref Mohamed Aref et Wahib Nacer a-t-il servi d’intermédiaire ?

Pour le moment, le parquet de Paris a ouvert en juin dernier une enquête préliminaire pour déterminer l’origine des 10 000 euros mensuels prélevés en liquide entre 2002 et 2004 par Claude Guéant dans les “frais d’enquête et de surveillance” des policiers. 

Le parquet a confié aux limiers de la division des investigations fiscales et financières (Dniff) le soin de déterminer si il y a eu des faits de détournements de fonds et de recel. Trouveront-ils bientôt l’origine définitive – comme le suggère les informations du Point – des mystérieux 500 000 euros ?

Et dire que leur réponse pourrait dépendre de la nationalité d’un avocat amateur d’art…

http://www.lesinrocks.com/2013/09/27/actualite/gueant-ses-500-000-euros-lavocat-djiboutien-decryptage-du-tableau-11430494/

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

12345...26
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN