• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 octobre 2013

Y’en a marre des magouilles de Michèle Alliot-Marie

Posté par ippolito le 11 octobre 2013

Michèle Alliot-Marie visée par une enquête sur des mouvements de fonds suspects

L’ancienne ministre Michèle Alliot-Marie et son père, Bernard Marie, ancien député et maire de Biarritz, sont visés par une enquête judiciaire sur des mouvements de fonds suspects à Saint-Jean-de-Luz, affirme Le Parisien, vendredi 11 octobre. 

D’après Le Parisien, une information judiciaire a été ouverte le 13 juin à Nanterre pour « abus de confiance » au préjudice de plusieurs associations locales et confiée à trois juges d’instruction financiers. Le neveu et porte-parole de l’ancienne garde des sceaux, Florimont Olive, assure que, « connaissant l’honnêteté absolue de Michèle Alliot-Marie, cette enquête ne débouchera sur rien ».

200 000 EUROS EN JEU

Lancées après une enquête préliminaire de six mois, consécutive à un signalement de la cellule de lutte contre le blanchiment d’argent Tracfin, les investigations portent sur des mouvements de fonds suspects entre des associations liées à l’office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz et un hôtel de la localité basque.

Cet établissement de luxe, l’Hôtel de Chantaco, est dirigé par Bernard Marie, âgé de 95 ans. Mme Alliot-Marie, aujourd’hui première adjointe UMP à Saint-Jean-de-Luz, y détient des parts. Selon le quotidien, l’établissement « vivote depuis plusieurs années ».

La période examinée par les magistrats s’étend de 2010 à fin 2012 et les sommes en jeu seraient de l’ordre de 200 000 euros. Une source proche de l’enquête confie au quotidien que « l’argent a emprunté plusieurs circuits. Mais ils sont assez simples. Il ne semble pas que l’on rencontre, dans cette affaire, le moindre compte offshore ».

Michèle Alliot-Marie, 67 ans, qui a enchaîné les ministères régaliens – défense, intérieur, justice, affaires étrangères – sous les présidences Chirac et Sarkozy, avait déclaré fin août qu’elle n’excluait rien pour la présidentielle de 2017. Elle avait songé à être candidate à l’Elysée en 2007.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/11/michele-alliot-marie-visee-par-une-enquete-sur-des-mouvements-de-fonds-suspects_3493908_3224.html

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des dépenses de L’Elysée et surtout des promesses non tenues

Posté par ippolito le 11 octobre 2013

L’ ELYSÉE DÉPENSE 36 000 EUROS POUR UN VOYAGE À BRUXELLES

Pour un aller-retour de François Hollande à Bruxelles, l’ Elysée a dépensé la modique somme de 36 000 euros.

François Hollande avait pourtant promis de favoriser les voyages en train pour les petits déplacements. Le prix d’un billet de train aller-retour Paris-Bruxelles en 1ère classe s’élève en moyenne à 200 euros, pour une distance avoisinant les 300 km. Le déplacement de François Hollande à Bruxelles en mai 2012 a quant à lui coûté 36 000 euros.

Il s’agissait du premier voyage de François Hollande à Bruxelles en tant que chef de l’ Etat. Et pour son premier Paris-Bruxelles en tant que Président de la République, François Hollande a voyagé avec l’avion présidentiel, et non en TGV, pour un coût s’élevant à 36 000 euros. 

Même si ce voyage a coûté moins cher que celui qu’avait effectué Nicolas Sarkozy 4 mois plus tôt ( facturé 57 371 euros), nul doute qu’il aurait été préférable pour les contribuables qu’ Hollande applique ses grands principes et privilégie le TGV à l’avion présidentiel.

source: journaldunet.com

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/l-elysee-depense-36-000-euros-pour-un-voyage-a-bruxelles/

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’augmentation de la taxe foncière

Posté par ippolito le 11 octobre 2013

Pourquoi votre taxe foncière va augmenter en 2014

Après avoir flambé entre 2008 et 2012, la taxe foncière est resté quasiment stable cette année. Mais l’accalmie ne devrait pas durer. Explications.

Le réquisitoire de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) se veut sans appel: les taxes foncières ont bondi de 21,7% entre 2007 et 2012en France, une hausse « démesurée », selon elle.

« La taxe foncière augmentant beaucoup plus vite que les loyers, les salaires ou les retraites, l’impôt foncier pèse de plus en plus sur le budget des ménages propriétaires, allant jusqu’à représenter plusieurs mois de loyer, de salaire ou de retraite », dénonce l’UNPI dans son étude annuelle présentée mardi.

La hausse du taux d’imposition moyen est ainsi passée de +1,4% en 2005 à +5,1% en 2009, souligne Nicolas Laroche, Délégué général adjoint du forum pour la gestion des villes et directeur de l’Observatoire SFL-Forum. Selon leur dernière étude, les taux votés par les 41 premières villes et intercommunalités françaises ont en revanche subi un coup de frein en 2013, avec une hausse moyenne de 0,1 % par rapport à 2012. A peine plus d’un département sur trois (36%) a ainsi augmenté son taux de taxe foncière en 2013, selon l’étude « Fiscalité 2013 des grandes collectivités locales ».

Une stabilité avant des élections

A six mois des prochaines élections municipales, la stabilité des hausses d’impôts apparaît comme un grand classique des années électorales. Une forte hausse d’impôt n’est pas le meilleur argument au moment de retourner devant les électeurs. Le phénomène s’était déjà produit, de façon moins accentuée, en 2008. Mais le rattrapage avait été sévère en 2009, l’année des dernières municipales.

« Les équipes réélues vont se poser la question d’une hausse des impôts locaux. A chaque début de mandat on observe une hausse de la fiscalité car les municipalités ont besoin de ressources pour mettre en place leur programme » explique Nicolas Laroche.

Or dans le contexte d’une baisse continue des dotations de l’Etat aux collectivités locales, les impôts locaux ont une raison supplémentaire de repartir à la hausse dès l’année prochaine. Le projet de budget 2014 prévoit ainsi une réduction des dotations aux collectivités locales de 1,5 milliard, dont 840 millions pour les communes, 476 millions pour les départements et 184 millions pour les régions.

A cela s’ajoute la suppression de la taxe professionnelle, une des principales ressources des collectivités locales, et l’augmentation des dépenses auxquelles elles doivent faire face.

« Il y aura très certainement une hausse en 2014″ souligne Nicolas Laroche. « Les recettes évoluaient de manière soutenue auparavant. On est désormais entré dans une phase nouvelle pour les collectivités, depuis la diminution de nombreuses sources de revenus. »

Pour compenser ces pertes, les collectivités ont négocié cet été avec l’Etat. Le taux maximum de prélèvement des droits de mutations sur les transactions immobilières prélevés par les départements a notamment été porté à 4,5% contre 3,8%. A charge pour chaque département d’utiliser ou non cette faculté nouvelle d’augmenter son taux à partir de 2014. Elle pourrait générer au total 1,3 milliard de recettes supplémentaires. De quoi limiter un peu l’augmentation des impôts fonciers. Mais ceux-ci devraient quand même repartir à la hausse en 2014. Mais certaines villes ont plus de marge de manoeuvre que d’autres.

Des inégalités fortes selon les villes

Paris, Rennes et Argenteuil terminent en tête du palmarès, des moyennes d’augmentation entre 2007 et 2013, des 41 villes de plus de 100 000 habitants. Paris, +4,7% de taxe d’habitation et +9,4% de taxe foncière. Rennes, +4,4 et +4,2. Argenteuil, +3,1 et +6,2 (voir ci-dessous le palmarès de la taxe foncière en 2013).

Attention toutefois. Les villes où la taxe augmentent ne sont pas forcément celles où la taxe foncière est la plus élevé. Avec 462 euros de taxe d’habitation et 635 euros de taxe foncière pour le contribuable type (un couple avec deux enfants), Paris reste ainsi la moins chère des grandes villes françaises puisqu’elle peut compenser compenser par des recettes importantes issues des entreprises via la contribution économique territoriale. Il est bien plus onéreux de vivre à Montpellier, Amiens ou Nîmes, où la taxe foncière dépasse 1200 euros. Le Havre a connu entre 2012 et 2013 l’une des plus fortes hausse de ce palmarès, avec une augmentation de 86 euros pour une taxe foncière à payer de 1250 euros.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pourquoi-votre-taxe-fonciere-va-augmenter-en-2014_405114.html

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’opacité de la réserve parlementaire

Posté par ippolito le 11 octobre 2013

Réserve parlementaire 2014 : près de 10 millions d’euros seront distribués de manière opaque

On nous avait promis la transparence. Mais ce n’est pas gagné. Alors que le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, avait décidé d’attribuer à chaque député une enveloppe identique de 130 000 euros issue de la réserve parlementaire pour financer des projets locaux, les députés 199 UMP sont furieux car ils ne disposeront « que » de 110 000 euros. Où est passé le reste de l’enveloppe ?

Selon Le Canard enchaîné, « c’est le président du groupe, Christian Jacob qui tente de se l’approprier pour pouvoir la répartir entre les élus de son choix ». Et l’hebdomadaire de calculer : « 199 x 20 000 euros représente la modique somme de 3,98 millions à la disposition de Jacob ». Ce pactole s’ajoute à l’enveloppe de 260 000 euros dont il bénéficie en tant que président de groupe.

Que va faire Jacob de cette somme ? « Les députés spoliés le soupçonnent de vouloir utiliser ce trésor de guerre pour les tenir en laisse, explique Le Canard. Ils imaginent déjà que seuls les copéistes et les fillonistes repentis auront le droit de puiser dans le bas de laine du patron ». Un accaparement légal ? Sollicité par des députés UMP, le président de l’Assemblée nationale a fait savoir que Jacob aurait dû demander l’accord écrit de chaque membre de son groupe. Ce qu’il n’a pas fait.

Du côté du PS, pas de problème : chaque membre du groupe aura bien le droit à 130 000 euros, et chaque demande de financement de projet sera étudié par le président du groupe PS, Bruno Le Roux. Et comme s’y était engagé le président de l’Assemblée nationale au nom de la transparence, toutes les sommes allouées figureront sur le site internet de l’Assemblée.

Seulement la transparence a ses limites. Selon le calcul effectué par Le Canard enchaîné, « l’addition de toutes les enveloppes mises à la disposition des parlementaires se monte à 83,93 millions d’euros, sur une enveloppe budgétaire de 90 millions. Restent donc à 6,07 millions d’euros ». Cette enveloppe bonus devrait être répartie entre les chefs de l’Assemblée qui la redistribueront à des « députés amis ».

Au final, entre les 3,98 millions d’euros de Christian Jacob et le reliquat de 6,07 millions d’euros non affecté, ce sont donc près de 10 millions d’euros de la réserve qui seront distribués de manière opaque. Et on appelle ça la transparence ?

*** Source
- « Les nouvelles cachotteries de la réserve parlementaire », Le Canard enchaîné n°4750, 09.10.2013

http://www.politique.net/2013101002-reserve-parlementaire-2014.htm

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN