• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 24 octobre 2013

Y’en a marre de l’augmentation de la pauvreté surtout pour les jeunes

Posté par ippolito le 24 octobre 2013

Les jeunes, touchés de plein fouet par la pauvreté

Le nombre de personnes pauvres n’a cessé d’augmenter depuis 2004. Mais la situation française reste moins préoccupante que celles de ses voisins européens.

La pauvreté gagne du terrain en France. Tel est l’enseignement de l’enquête sur l’état de la pauvreté en France, publiée récemment par l’Observatoire des inégalités. Depuis le milieu des années 2000, le nombre de personnes pauvres n’a cessé d’augmenter, atteignant 8,8 millions en 2011.

Avec l’augmentation du taux de chômage, la précarité professionnelle est sans surprise la première cause de pauvreté. «Après 2007 et le début de la crise, on a constaté une hausse de la pauvreté, analyse Julien Damon, professeur associé à Sciences Po. Le choc du chômage a induit un système dual dans lequel les personnes en CDI et les fonctionnaires bénéficient d’un système de protection sociale très indulgent alors que les précaires peinent à y accéder.»

Et même ceux qui ont la chance de trouver un emploi ne sont pas épargnés par la pauvreté: la France compte aujourd’hui près de 2 millions de travailleurs pauvres. Ce phénomène s’explique par «la faiblesse des salaires dans de très nombreux secteurs et notamment par le niveau du salaire minimum», indique l’étude, mais aussi par «le temps partiel» et «le fractionnement des emplois».

Premiers touchés: les jeunes. Aujourd’hui, plus d’une personne pauvre sur deux a moins de 30 ans. Leurs difficultés à s’insérer sur le marché du travail, même après de longues études, les pénalisent durablement. Et avec un taux de chômage des 15-24 ans qui n’est plus descendu au-dessous des 20 % depuis le début de la crise, les perspectives d’amélioration sont ténues.

Mais la pauvreté n’est pas qu’une question d’argent, comme le souligne Bruno Tardieu, délégué national de l’association ATD Quart-Monde. «Il est réducteur de parler de pauvreté uniquement en termes monétaires. La pauvreté est d’abord l’accumulation de plusieurs précarités.» Et notamment celle des liens familiaux, fragilisés par la multiplication des séparations de couples. Or, les familles monoparentales ont davantage de risques que les autres de tomber dans la précarité puis la pauvreté.

La difficulté à se loger et un accès restreint aux soins constituent également des facteurs majeurs de précarisation. Louis Maurin, Valérie Schneider et Nina Schmidt, auteurs de l’analyse de l’Observatoire des inégalités, estiment à ce titre qu’il est temps de mettre en place «de véritables politiques de l’emploi, de construction de logements, d’accès à la santé et une vraie réforme de l’éducation».

La France, bonne élève de l’Europe

Pourtant, la situation de la France est loin d’être catastrophique. Avec un taux de pauvreté de 14,3 %, elle se situe en dessous de la moyenne européenne, à 16,9 % et fait même partie des bons élèves du continent, aux côtés de la Norvège (10,5 %), des Pays-Bas (11 %) et de l’Autriche (12,6 %). Si l’on considère la grande pauvreté*, la France est même deuxième derrière l’Autriche.

Pour préserver ce statut privilégié au sein du Vieux continent et enrayer la hausse de la pauvreté, tout n’est pas, là encore, question d’argent. «La hausse de la pauvreté n’est pas du tout une question de manque de moyens, précise Julien Damon. Injecter davantage d’argent dans la lutte contre la pauvreté ne serait pas une bonne idée.» La France est d’ailleurs le pays de l’OCDE qui dépense le plus pour son système de protection sociale.

« Un grand plan Marshall contre la pauvreté ne servirait à rien »

Julien Damon, professeur associé à Sciences Po
Pour le professeur de Sciences Po, mieux vaudrait rationaliser les dépenses en mettant en place des politiques publiques capables de «simplifier le système de protection sociale et lutter contre le chômage» ainsi qu’une «politique familiale pour faire en sorte que les gens se séparent moins». Et appliquer les recettes qui fonctionnent dans d’autres domaines, comme l’idée d’un «travailleur social référent», sur le modèle du «médecin traitant» dans le parcours de soin.

Les associations luttent, elles, davantage sur le terrain de la représentation de la pauvreté et la lutte contre les discriminations à son encontre. «Nous souhaitons une plus grande accessibilité aux droits, comme la facilitation de l’accès à un logement social, détaille Bruno Tardieu. Il faut aussi que la relation à la population défavorisée change. Nous demandons ainsi que la discrimination pour cause de précarité sociale soit inscrite dans la loi et soit combattue au même titre que les autres discriminations.» Une pétition en ce sens doit être remise prochainement au gouvernement.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/22/20002-20131022ARTFIG00453-les-jeunes-touches-de-plein-fouet-par-la-pauvrete.php

Publié dans Y'en a marre de la pauvreté | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du coût du grand stade de Lyon surtout les contribuables

Posté par ippolito le 24 octobre 2013

LE VRAI COÛT DU GRAND STADE DE LYON POUR LES CONTRIBUABLES

L’ Etat et le département du Rhône vont financer le Grand Stade de Lyon à hauteur de 92 millions d’euros.

Le Grand Stade de Lyon ne sera donc pas un stade privé. En effet, l’Etat et le Conseil général du Rhône participeront au financement à hauteur de 92 millions d’euros de subventions publiques. Mais comment l’ OL réussira à faire face à ses engagements financiers ?

En effet, l’ OL aura perdu plus de 100 millions d’euros sur les 4 derniers exercices, malgré les ventes de plusieurs joueurs de valeur. De plus, l’ OL a emprunté 248,5 millions d’euros à un taux de 7,2%, représentant ainsi 125 millions d’euros d’intérêts.

Avec l’élimination de l’ OL en ligue des champions, ses résultats médiocres en championnat et la forte baisse baisse d’affluence au stade, on ne voit pas comment le club réussira à économiser 35 millions d’euros par an pour rembourser son emprunt et payer les intérêts.

Enfin, les prix d’achat des terrains au Grand Lyon et à la commune de Décines pourraient être réévalués ( voir Le stade de Décines et les finances de l’ OL et Le Grand stade de Lyon coûte trop cher aux contribuables).

Malgré toutes ces difficultés financières, le département du Rhône continue de soutenir l’ OL et le Grand Stade de Lyon avec l’argent des contribuables. Quand cessera donc cette gabegie ?

source: CANOL

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/le-vrai-cout-du-grand-stade-de-lyon-pour-les-contribuables/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des nouvelles taxes pour financer la santé

Posté par ippolito le 24 octobre 2013

Pour financer la santé, les épargnants soumis à une nouvelle taxe

 Les députés ont voté mercredi une uniformisation par le haut du taux de prélèvements sociaux, à 15,5%, pour certains contrats d’assurance-vie, plans d’épargne en actions (PEA) et plans d’épargne-logement (PEL), mesure vivement dénoncée par la droite.

La pause fiscale pour les épargnants n’est pas pour 2014. 

Le gouvernement fait passer, cette semaine à l’Assemblée, de nouvelles taxes pour financer le budget 2014 de la Sécurité sociale. Un budget prévu en déficit de 12,8 Mds€, en recul de 3,4 Mds€ par rapport à 2013.

Dans ce contexte, le gouvernement a introduit dans le volet recettes du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 une uniformisation des prélèvements sociaux à 15,5% des plus-values réalisées sur plusieurs placements financiers très populaires tels que le PEA, (plan d’épargne en actions), le PEL (plan d’épargne logement) ou l’assurance vie (multisupport uniquement).

Environ 5,5 millions de Français sont concernés pour le PEA, autour de 10 millions pour le PEL, sans oublier tous les détenteurs d’assurance vie… Le produit attendu de cette mesure est évalué à 600 M€. L’UMP et l’UDI de Jean-Louis Borloo avait fait connaître leur opposition à cette uniformisation « par le haut » des prélèvements sociaux. A leurs côtés, les assureurs et banques sont déjà en embuscade.

Quel impact pour l’épargnant ?

Les plus-values de ces produits étaient taxées de façon variable, selon l’année d’ouverture du compte et de la sortie des fonds. En 1997, par exemple, la taxe s’élevait à 0,5%. Depuis, le taux a été réévalué pour atteindre, en juillet 2012, le seuil de 15,5%. Ce que change le texte, c’est que l’épargnant paiera dorénavant 15,5% sur toutes les plus-values réalisées depuis le départ alors que, jusque-là, en moyenne jusque-là taxation était voisine de 7%.

Des doutes sur la légalité

Une taxation des plus-values peut-elle être rétroactive? « Cette situation n’a pas de précédent à ma connaissance, répond Philipe Crevel, secrétaire général du Cercle des épargnants. Je pense qu’il y a là rupture d’égalité entre les épargnants. Entre deux personnes ayant ouvert un PEA en 1997, précise-t-il, la plus vertueuse, celle qui a laissé son argent, se voit pénalisée par rapport à celle qui l’a retiré avant. La vertu ici ne paie pas. »

Faut-il retirer son argent?

« On est coincés », résume Philippe Crevel. En effet, depuis le 26 septembre, tout retrait de fonds d’un PEA, PEL ou d’une assurance vie est assujetti aux 15,5%. Cependant, précise-t-il, « il va sans doute y avoir un recours devant le Conseil constitutionnel, on peut donc espérer une marche arrière. Il sera alors temps de retirer son argent, même si le gouvernement a dû préparer la riposte. Cela dit, si vous retirez votre argent et que le Conseil retoque le texte, l’Etat, logiquement, devrait vous rembourser. La prudence commande cependant d’attendre. »

Ou faut-il placer son épargne?

« Il ne faut rien changer. Encore exonérés d’impôts, le plan d’épargne en actions, le plan d’épargne logement ou l’assurance vie multisupport restent intéressants », conclut Philippe Crevel.

http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/pour-financer-la-sante-les-epargnants-soumis-a-une-nouvelle-taxe-24-10-2013-3254883.php

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN