• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 25 octobre 2013

Y’en a marre des magouilles de monsieur Balkany

Posté par ippolito le 25 octobre 2013

Balkany cerné par les affaires

A quelques mois des municipales, le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany est accusé par un ancien élu de son département, Didier Schuller, d’avoir des comptes dans des paradis fiscaux. Un article de Mediapart mis en ligne vendredi publie des éléments du dossier.

Possible utilisation d’employés municipaux à des fins personnelles, potentiel compte en Suisse, doutes sur une villa à Saint-Martin : à cinq mois des municipales, plusieurs affaires embarrassent à nouveau Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret et probable candidat à sa réélection. 

A l’origine de cette déferlante, l’ouvrage French Corruption, écrit par les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, met en avant le témoignage de Didier Schuller. Selon cet ancien élu des Hauts-de-Seine, Patrick Balkany aurait notamment des comptes en Suisse, au Liechtenstein et à Saint-Martin.

Dans le cadre d’une enquête ouverte au début du mois, les deux juges anti-corruption Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke ont entendu mercredi Didier Schuller, lequel a remis à la police quatre documents accablants sur les montages offshore présumés du député-maire de Levallois-Perret. Mediapart a publié vendredi une copie de ces notes.

 On y apprend notamment qu’une holding suisse baptisée « Supo » aurait versé en trois fois, sur le compte bancaire parisien de Patrick Balkany, quelque 31,5 millions de francs (soit 4,8 millions d’euros entre 1989 et 1991) pour acheter  » près de 50% » de la société de prêt-à-porter familiale des Balkany, Laine et soie Réty.

Balkany « s’en est bien mieux sorti que moi »

Le site Internet rend également compte de l’audition de Didier Schuller par les juges. L’ancien élu était directeur général de l’Office des HLM des Hauts-de-Seine, de 1988 à 1995, quand Patrick Balkany en était le président. Or, Didier Schuller a été condamné en 2005 puis en 2007 pour avoir financé illégalement des campagnes électorales par des entreprises liées aux HLM.

Devant les magistrats mercredi, il aurait lâché selon Mediapart : « J’ai payé ma dette, je constate aujourd’hui que le président de l’office des HLM de l’époque a été relaxé. Il s’en est bien mieux sorti que moi. » Au-delà de cet esprit de vengeance, Didier Schuller cherche aussi à faire amende honorable : il compte se présenter à la mairie de Clichy dans quelques mois, une mairie socialiste qui pourrait basculer à droite.

http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Balkany-cerne-par-les-affaires-635557

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des députés

Posté par ippolito le 25 octobre 2013

Le coach sportif des députés est payé par le ministère des sports
  
Besoin de faire du sport ? Les députés disposent d’une salle, entièrement financée par une subvention de l’Assemblée nationale. Nous vous en parlions le 14 octobre 2013 : 

c’est le journaliste Bruno Botella, dans son livre Petits secrets et grands privilèges de l’assemblée nationale, qui avait réussi à se procurer les comptes confidentiels détaillés de l’Assemblée. Il avait ainsi découvert que l’Assemblée accordait une subvention à son association sportive d’un montant de 125 000 euros en 2010 pour gérer la salle.

Sauf qu’une simple salle ne suffit pas, il faut du personnel pour la faire fonctionner. Or, comme nous l’a signalé un journaliste de Mediapart sur twitter, il y a, là aussi, une anomalie : le coach sportif de l’Assemblée est payé par le ministère des sports. Comment le sait-on ? 

Dans un article datant de juillet 2013, Mediapart a révélé le détail des subventions accordées par le ministère des sports quand David Douillet était ministre. « Une note interne au cabinet du ministère des sports, datant d’octobre 2011 et que Mediapart s’est procurée, confirme l’existence de deux cagnottes secrètes, dotées de plusieurs centaines de milliers d’euros », écrit le site d’information. A quoi servent ces cagnottes ? A subventionner des associations. Mais pas seulement.

D’après Mediapart, encore aujourd’hui, le « salaire du coach sportif de l’Assemblée nationale, dont le traitement annuel est de 31 700 euros, est curieusement payé par le ministère ». L’association sportive de l’assemblée est-elle si peu dotée qu’elle nécessite une subvention du ministère ? Les députés ont-ils si peu de revenus au point que l’Assemblée et le ministère des sports prennent en charge leur entretien physique ? Au minimum, on nous fait marcher…

*** Sources
- Message sur twitter du journaliste Mathieu Magnaudeix
- Mathieu Magnaudeix, « Les deux cagnottes de David Douillet », Mediapart, 14.07.2013

http://www.politique.net/2013102501-coach-sportif-assemblee-nationale.htm

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles et des mensonges

Posté par ippolito le 25 octobre 2013

Impôt : Woerth aurait fait un gros cadeau à Tapie

L’ex-ministre du Budget et l’homme d’affaires ont démenti l’information de « Libération » évoquant une ristourne de 54 à 83 millions d’euros.

Libération affirme que Bernard Tapie a bénéficié d’une ristourne fiscale de plusieurs dizaines de millions d’euros sur l’arbitrage Adidas, grâce à une intervention de l’ancien ministre du Budget Éric Woerth, ce que l’homme d’affaires a démenti jeudi soir. 

Selon le quotidien à paraître vendredi, Bernard Tapie n’a payé que 11,2 millions d’euros sur « l’argent de l’arbitrage » rendu en 2008, qui lui avait accordé plus de 400 millions d’euros. Il s’agirait « d’une ristourne de 54 à 83 millions d’euros », qui aurait été « accordée en avril 2009 par le ministre du Budget de l’époque, Éric Woerth, contre l’avis de l’administration fiscale ».

« Tout est absolument faux », a répondu Bernard Tapie. L’homme d’affaires assure au contraire que le fisc lui a fait payer « 7 millions de trop » et qu’ »un arrêt récent du Conseil d’État reprend mot pour mot l’analyse du cabinet fiscaliste » intervenu pour le compte du liquidateur de sa société GBT (Groupe Bernard Tapie). « Les discussions n’ont pas eu lieu avec Éric Woerth mais avec l’administration fiscale. Et je n’avais de toute façon pas la parole, puisque j’étais en liquidation », a-t-il ajouté. 

Libération livre le récit de longues négociations entre le camp Tapie et la « cellule fiscale » du ministère du Budget, chargée des personnalités. Le quotidien affirme qu’une des réunions est organisée à l’initiative de Stéphane Richard, à l’époque directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy et aujourd’hui mis en examen, comme Bernard Tapie, pour « escroquerie en bande organisée » dans l’enquête pénale sur l’arbitrage.

L’avocat d’Éric Woerth, Me Jean-Yves Le Borgne, n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat. Pour Bernard Tapie, la fiscalité qui doit s’appliquer est celle des plus-values alors que le fisc estime qu’il s’agit d’un impôt sur les sociétés, à 33,33 %, écrit le journal. L’homme d’affaires a réaffirmé cette analyse jeudi soir. « La fiscalité totale sera appliquée le jour où la distribution de ce qu’a reçu GBT me sera faite », a-t-il dit. 

Finalement, deux projets auraient été soumis à Éric Woerth. L’un à 94 millions d’euros, en appliquant une taxation à 33,33 %, et l’autre à 65 millions d’euros. Mais l’ancien ministre, entendu jeudi et vendredi par la justice dans une autre affaire, celle de l’hippodrome de Compiègne, aurait effectué des « coupes » jusqu’à parvenir à la somme de 11,2 millions d’euros, affirme le quotidien.

http://www.lepoint.fr/societe/impot-woerth-aurait-fait-un-gros-cadeau-a-tapie-25-10-2013-1747715_23.php

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse du chômage

Posté par ippolito le 25 octobre 2013

Forte hausse du chômage, contrecoup de la baisse d’août

Le gouvernement français maintient « plus que jamais » son objectif d’inversion de la courbe du chômage malgré la forte hausse du nombre de demandeurs d’emploi en septembre, contrecoup des dysfonctionnements qui avaient accentué la baisse du mois d’août.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans emploi) a ainsi bondi de 1,9% le mois dernier pour s’établir à 3.295.700, un nouveau record, selon les données publiées jeudi par le ministère du Travail.

Les 60.000 demandeurs d’emplois supplémentaires de septembre, un nombre sans précédent depuis avril 2009, au plus fort de la crise, ont fait plus qu’effacer les 50.000 de moins enregistrés en août de façon tout aussi surprenante.

En tenant compte des personnes ayant exercé une activité réduite (catégorie B et C), les demandeurs d’emploi de septembre ont augmenté de 1,1% (+54.200) à 4.843.400 (5.141.000 avec les départements d’Outre-mer).

Les statistiques d’août avaient bénéficié d’un dysfonctionnement dans la procédure d’actualisation du nombre de demandeurs d’emplois, qui avait rayé un nombre estimé entre 21.000 et 28.000 demandeurs de la catégorie A.

Celles de septembre accusent le contrecoup de ce « bug » informatique, avec la réinscription à Pôle emploi d’une partie des chômeurs sortis des statistiques d’août mais dans des proportions que la direction des études du ministère du Travail (Dares) ne précise pas.

En plus de cet impact, le ministère du Travail souligne la forte volatilité des chiffres du chômage d’un mois sur l’autre, sans précédent dans un passé récent, sur laquelle il reconnaît ne pas avoir d’explication conjoncturelle.

« La hausse des chiffres de septembre ne signifie pas une rupture radicale de la tendance, qui est toujours au ralentissement de la hausse du chômage », assure-t-on.

LES OFFRES D’EMPLOI EN BAISSE

Dans un communiqué, il estime que la « seule analyse sérieuse consiste à regarder les évolutions sur deux mois », soit 10.000 demandeurs d’emplois de catégorie A de plus et 8.500 de moins pour les A, B et C en août/septembre.

Ainsi, la hausse des demandeurs d’emploi n’est plus en moyenne que de 5.000 par mois depuis juillet, contre environ 30.000 au premier trimestre et 18.000 au deuxième trimestre.

La rythme annuel de progression, qui était encore de 10% en juillet pour la catégorie A et de 9% pour les catégories A, B et C, est revenu de même à fin septembre à 8,1% pour la première et 7,3% pour les secondes.

« Plus que jamais, l’objectif reste d’inverser la courbe du chômage à la fin de l’année et de façon durable », dit le ministère.

L’Insee et plusieurs économistes anticipent une stabilisation du nombre de demandeurs d’emplois à la fin de l’année grâce à l’allongement de la durée des contrats aidés et à la montée en puissance du dispositif des « emplois d’avenir ».

Mais une inversion nette et durable de la courbe du chômage semble difficilement envisageable à court terme au vu du manque de vigueur de la reprise économique en cours.

Les économistes interrogés par Reuters dans une enquête récente anticipent ainsi un taux de chômage de 11% à fin 2014, contre 10,9% fin 2013, sur la base d’une croissance de l’économie limitée à 0,7% l’an prochain.

En attendant, la volatilité des statistiques mensuelles a même interrompu en septembre la baisse du chômage des jeunes. Bien qu’en hausse de 3% sur le mois, il enregistre cependant un recul mensuel moyen de 0,5% depuis mai.

Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi depuis un an ou plus ont encore augmenté de 0,8% le mois dernier, leur hausse atteignant 14,4% sur un an. Quant aux offres d’emploi collectées par Pôle emploi, elles ont diminué de 1,4% en septembre, à 221.400, leur baisse sur un an atteignant 7,1%.

Edité par Yves Clarisse

http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/forte-hausse-du-chomage-contrecoup-de-la-baisse-d-aout-882925

Publié dans Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN