Y’en a marre de l’affaire Apollonia et surtout des banques

Posté par ippolito le 21 novembre 2013

Affaire Apollonia: quand banques riment avec escrocs 

Cet homme-là était un heureux propriétaire. Un chalet dans la station suisse huppée de Crans-Montana, une autre propriété dans la région, une maison à Cassis, quatre-vingts appartements acquis via des SCI, ainsi qu’un jet privé, une Porsche Cayenne et une Maserati: il avait su capitaliser les fruits de l’arnaque dont la justice le soupçonne d’être le cerveau. 

Devant les flics, le patron d’Apollonia avait d’ailleurs fini par avouer: «En fait, je suis dans l’impossibilité de vous dire à ce jour et de façon absolue le montant de mes avoirs.» Au moins, les choses étaient claires…

Mais pour ce proprio gavé, combien de gogos roulés dans la farine? Un bon millier. Faut dire qu’Apollonia ne donnait pas dans le détail. Cette société serait la cause, selon ses victimes, de la première escroquerie immobilière et financière de France; un bon milliard d’euros de préjudice grâce à 7500 logements vendus dans des conditions plus que sulfureuses, grâce aux ficelles de la location meublée. 

Les clients floués, salariés, cadres, professions libérales, ont été appâtés par les avantages de la défiscalisation, voire envoûtés par ses sirènes, au point de se faire avoir comme jamais. Aveuglés, ficelés par la confiance accordée à Apollonia au point de confier des procurations sans vérifier derrière, ils pensaient autofinancer l’achat d’appartements par les revenus locatifs et les avantages fiscaux. 

Ces niches fiscales très attractives ont eu un effet d’attrape-nigauds, d’autant plus que ces petits naïfs se sont vu refourguer des apparts beaucoup plus chers que leur valeur — par exemple 13 302 euros du mètre carré pour un studio en banlieue parisienne. Une fortune!

Résultat, ils se sont retrouvés englués jusqu’au cou dans le surendettement, au point de ne plus pouvoir rembourser leurs emprunts et de voir les apparts saisis par les banques. «Nous voyons des taux d’endettement actuellement de 100 à 500%, aggravés par le fait que les loyers ne sont plus versés par les locataires», raconte Claude Michel, le président de l’association des victimes d’Apollonia (ASDEVILM).

Les responsables d’Apollonia, cinq notaires (dont certains ont fait de la prison), des courtiers en crédit, tous sont mis en examen, alors que les banques, qui ont joué un rôle clé, semblent étrangement épargnées. 

BPI, par exemple, qui aurait, selon une lettre de Jacques Gobert, l’avocat de l’association, «cherché à tirer sciemment un profit maximum» de «l’ignorance» des victimes sur l’étendue exacte de leurs engagements. Il explique encore que «BPI faisait souscrire ces prêts à des taux extrêmement rémunérateurs pour elle et proches ou dépassant le seuil de l’usure». 

Parfois, les taux dépassaient d’un point, voire plus, le taux légal maximal. 

Hélas pour les victimes, le juge a annulé la mise en examen de la banque, réduisant son rôle à celui de témoin assisté, antichambre probable du non-lieu… 

Seuls quelques-uns de ses responsables physiques sont encore poursuivis. La faillite récente du Crédit immobilier de France, sa maison mère, ne va pas aider à ce que justice soit faite… Quatre autres banques ont elles aussi vu leur mise en examen annulées: elles n’auraient pas une connaissance suffisante, au moment des faits, de l’escroquerie présumée. Ah bon…

Le droit, quel droit?

Pourtant, les exemples de violation des règles sont légion dans cet énorme dossier: des fiches de renseignements bancaires et demandes de prêt, toutes complétées de la même main, mais jamais de celle de l’emprunteur; des documents bancaires souvent non signés et non datés, des offres de prêt envoyées par les banques directement à Apollonia et non aux emprunteurs, etc. Les banques se sont allègrement assises sur le droit de la consommation…

L’affaire s’enlise aujourd’hui, instruite par un énième juge, Julien Retailleau, noyé dans un dossier gigantesque de plus de 70000 cotes. «Pendant ce temps, les uns et les autres, responsables de cet état de fait, continuent à exercer, ainsi que les notaires mis en examen; certains collaborateurs d’Apollonia ont même recréé des sociétés», s’énerve Claude Michel. 

Comme les victimes, étranglées, ne remboursent pas les prêts, les banques saisissent les biens, les vendent aux enchères, quitte à les racheter elles-mêmes à 30% de la valeur, tout ça sur la base d’actes de notaires mis en examen pour «complicité d’escroquerie en bande organisée» et «faux en écriture publique». Mais tout ça ne gêne aucunement le business des banques… 

Laurent Léger

http://www.charliehebdo.fr/news/apollonia-1054.html

4 Réponses à “Y’en a marre de l’affaire Apollonia et surtout des banques”

  1. Mitcheou dit :

    Un excellent résumé du scandale immobilier, notarial et bancaire de l’affaire APOLLONIA auquel je voudrais ajouter un sentiment personnel qui au delà du scandale bancaire de l’AFFAIRE APOLLONIA impacte les institutions
    Quand les lois de la République sont impunément violées, c’est le législateur qui est bafoué.

  2. LUCASTRIKE31 dit :

    LA REPUBLIQUE ET SES FONDATIONS SONT EN DANGER SI L ETAT EST INCAPABLE DE SANCTIONNER LES INSTITUTIONS BANCAIRES REPONSABLES DE CONDUITES DELICTUEUSES ,ET D IMPOSER A CELLES CI UNE BONNES PRATIQUES DANS LE RESPECT DE LA LOI PERMETTANT DE NE PAS METTRE EN DANGER L ECONOMIE DE LA NATION.DE MEME IL EST INADMISSIBLE QUE DES NOTAIRES ESCROCS CONTINUENT PAR LEUR ACTIVITES DE REPRESANTES DE PAR LEUR FONCTION L ETAT ,ENTRAINANT CELUI CI A UNE COLLUSION PASSIVE,JETANT PAR LA MEME L OPPROBE A L ENSEMBLE DE LA PROFESSION NOTARIALE.

  3. jobelin dit :

    La violence des propos des apporteurs de banque etait inouie jusqu a s inserer dans l intimite des familles a m insulter parce que je ne voulais pas signer. , ils ont remonte mon mari contre moi ils ont incité mon mari a me bafouer. 3 hommes dans une cuisine qui « ne partiront pas de la avant que j ai signé  » un harcelement de quatre alors que mes enfamts de 3 et 6 ans me voyait pleurer parce que je n en pouvais d etre consideree comme une bourgeoise qui profitait des salaires de son mari medecin ms qui ne voulait lui permettre de s arreter de travailler a 50 ans . Ils m ont humilie en « s abaissant a traiter avec une fonctionnaire a l esprit petit et peu ouivert. Et Aujourd hui et depuis 5 ans j eleve quasi seule mes deux enfants ds une maison hypothequee. apporteur d affaire, notaire, mari ces hommes la, ont manqué de tout respect : chacun a tour de role m ont dit : enfin vous ne comprenez rien. Meme le notaire se moquAit de moi et de mes questions naives.
    Aujourd hui et depuis 5 ans je tiens parce que l association existe. Des personnes telle que m. Michel se bat pr que l espoir continue et pour ne pas sombret dans la depressio

  4. jobelin dit :

    La violence des propos des apporteurs de banque etait inouie jusqu a s inserer dans l intimite des familles a m insulter parce que je ne voulais pas signer. , ils ont remonte mon mari contre moi ils ont incité mon mari a me bafouer. 3 hommes dans une cuisine qui « ne partiront pas de la avant que j ai signé  » un harcelement de quatre alors que mes enfamts de 3 et 6 ans me voyait pleurer parce que je n en pouvais d etre consideree comme une bourgeoise qui profitait des salaires de son mari medecin ms qui ne voulait lui permettre de s arreter de travailler a 50 ans . Ils m ont humilie en « s abaissant a traiter avec une fonctionnaire a l esprit petit et peu ouivert. Et Aujourd hui et depuis 5 ans j eleve quasi seule mes deux enfants ds une maison hypothequee. apporteur d affaire, notaire, mari ces hommes la, ont manqué de tout respect : chacun a tour de role m ont dit : enfin vous ne comprenez rien. Meme le notaire se moquAit de moi et de mes questions naives.
    Aujourd hui et depuis 5 ans tout s est ecroule.je tiens parce que l association est la avec les avocats les membres du bureau qui montre le chemin

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN