• Accueil
  • > Archives pour décembre 2013

Y’en a marre des plans sociaux de 2013

Posté par ippolito le 28 décembre 2013

RETROSPECTIVE 

De Gad à La Redoute, en passant par EADS, Virgin, Alcatel-Lucent ou Mory Ducros, les faillites, plans sociaux et autres menaces sur l’emploi n’ont pas manqué en 2013. Voici les plus marquants:

L’usine aixoise de semi-conducteurs (613 salariés) a été placée en liquidation judiciaire le 26 décembre, avec cessation immédiate d’activité. Un délai de trois mois a été toutefois accordé pour évaluer une offre de reprise de l’outil industriel.

KEM ONE (ex-Arkema)

Après neuf mois d’incertitude, la justice a homologué le 20 décembre un projet de reprise du groupe chimique, qui permettra selon le gouvernement de préserver « plus de 3.000 emplois » dans la filière.

EADS

Le géant européen de l’aéronautique a annoncé le 9 décembre la suppression de 5.800 postes sur trois ans. En France, environ 1.700 postes devraient être touchés.

MORY DUCROS

Le transporteur (5.000 salariés) a annoncé fin novembre son dépôt de bilan. Les repreneurs ont jusqu’au 3 janvier pour se manifester. Les syndicats redoutent des pertes d’emploi « considérables », y compris chez les quelque 2.000 sous-traitants.

FAGORBRANDT

La filiale française du groupe électroménager espagnol Fagor (1.800 salariés) a été placée le 7 novembre en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois. Le groupe a bénéficié depuis d’une aide de l’Etat de 10 millions d’euros pour redémarrer partiellement son activité.

LA REDOUTE

Kering (ex-PPR), actionnaire du vépéciste, a annoncé fin octobre aux syndicats la perte potentielle d’au moins 700 emplois (sur 3.300 en France et à l’étranger), lors d’une cession. Début décembre, il a annoncé que La Redoute serait cédée à son PDG et un autre dirigeant, qui veulent « minimiser autant que possible les conséquences sur l’emploi ».

NATIXIS

La banque d’investissements a annoncé mi-octobre la suppression d’environ 700 postes d’ici à 2015 (sur 6.000 salariés maison-mère) via des départs volontaires. Un premier plan portant sur 537 postes doit faire l’objet d’une consultation d’ici au printemps 2014.

ALCATEL-LUCENT

L’équipementier télécoms a annoncé le 8 octobre la suppression d’environ 900 postes en France (sur plus de 8.000 salariés). Le plan prévoit la fermeture ou la cession de cinq sites sur 13.

AIR FRANCE

2.800 nouvelles suppressions de postes dans le cadre du plan Transform 2015 ont été détaillées en octobre. Elles s’ajoutent aux 5.000 suppressions déjà décidées en janvier 2012 pour redresser le franco-néerlandais Air France-KLM à l’horizon 2015.

GAD SAS

Un plan de continuation pour la société bretonne d’abattage et de découpe de porcs (1.700 salariés) a été validé en octobre, évitant la liquidation, mais avec la suppression de 889 emplois et la fermeture d’un des deux abattoirs.

CANON

Le groupe de bureautique (2.600 salariés), a présenté en juillet un plan de 453 suppressions de postes dont plus de 200 nets.

MICHELIN

En juin, le géant des pneumatiques a annoncé l’arrêt de la production des pneus poids lourds à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire). Un accord, entériné le 27 novembre, prévoit 706 suppressions de postes.

MARINE HARVEST

Le numéro un mondial du saumon a annoncé en juin la suppression de 400 postes en Bretagne.

DARTY

Le groupe d’électroménager va supprimer quelque 450 postes en France (sur 11.500) via des reclassements ou des départs volontaires (les magasins n’étant pas touchés). Ces suppressions doivent être compensées.

IBM

Le groupe informatique (9.700 salariés) va supprimer 689 postes, mais devrait éviter les licenciements avec plus de 900 volontaires au départ.

SNCM

La compagnie maritime (2.600 salariés) fait face à de graves difficultés financières et d’actionnariat. Un plan prévoyant la suppression de plus de 500 postes – sans licenciement – a été proposé, mais l’ensemble des emplois reste menacé.

MEDIAS

Plusieurs rédactions sont visées par des réductions de personnel: France Télévisions (361 postes supprimés d’ici à 2015 via le volontariat); groupe Lagardère avec la cession de dix magazines et la réduction d’effectifs dans d’autres titres (350 départs au total), Nice-Matin (148 postes menacés).

CHAPITRE

Le réseau des Librairies Chapitre (1.200 salariés) est depuis début décembre en liquidation judiciaire avec poursuite de l’activité jusqu’au 7 janvier. Seize librairies ont trouvé un repreneur, mais 41 restent à céder.

VEOLIA

La branche eau de Veolia Environnement prévoit la suppression de 1.600 postes d’ici 2014, dont 700 départs volontaires sur environ 15.000.

GOODYEAR

Goodyear France a annoncé fin janvier un projet de fermeture de son usine de pneus d’Amiens-Nord, employant 1.173 personnes.

VIRGIN

Le distributeur de produits culturels a déposé le bilan en janvier. Faute de repreneurs, l’enseigne, employant un millier de salariés, a été liquidée en juin.

http://www.challenges.fr/economie/20131228.CHA8792/les-principaux-plans-sociaux-de-l-annee-2013.html

Publié dans Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Laurent Fabius

Posté par ippolito le 27 décembre 2013

501 521 km au compteur de Fabius

Record battu ! En 2013, Laurent Fabius a parcouru plus de kilomètres que les 440 000 de l’année dernière. Cette année, le ministre des Affaires étrangères a en effet effectué au total 501521 km en se rendant dans 53 pays différents. 

Cela correspond à l’équivalent de 12,5 tours du monde ou à 601 allers-retours entre Lille et Marseille.

http://www.leparisien.fr/politique/501-521-km-au-compteur-de-fabius-27-12-2013-3443479.php

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des subventions pour la ville de Tulle

Posté par ippolito le 27 décembre 2013

3               3               3

LE GOUVERNEMENT ACCORDE UNE SUBVENTION DE 200 000 EUROS POUR LE CINÉMA DE TULLE

Jean-Marc Ayrault vient d’accorder une subvention de 200 000 euros pour l’aménagement du parvis du futur cinéma de la ville de Tulle, fief de François Hollande en Corrèze.

Bernard Combes, le maire PS de Tulle, est venu s’entretenir avec François Hollande à l’ Elysée pour parler financements et subventions. Car François Hollande est plus que généreux avec son ancienne mairie de Tulle, en Corrèze. Le gouvernement avait en effet déjà débloqué une subvention de 3,8 millions d’euros pour rénover la cathédrale de Tulle et son clocher.

L’année dernière, Manuel Valls avait également accordé une subvention de 300 000 euros pour financer la rénovation du quartier de la gare de Tulle. Marisol Touraine a quant à elle accordé une subvention de 3 millions d’euros pour l’installation d’une imagerie par résonance magnétique (IRM) à l’hôpital de Tulle il y a quelques semaines.

Mais ce n’est pas tout. L’Agence nationale de l’habitat, sous la tutelle de Cécile Duflot et de Pierre Moscovici, a accordé une subvention de 500 000 euros pour résorber les poches d’insalubrité de Tulle. Enfin, l’Etat va verser avant le 31 décembre une aide exceptionnelle de plus de 12 millions d’euros au conseil général de Corrèze, l’un des départements les plus endettés de France…

source: le Parisien

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/le-gouvernement-accorde-une-subvention-de-200-000-euros-pour-le-cinema-de-tulle/

Publié dans Y'en a marre de la culture, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des prix des transports urbains

Posté par ippolito le 24 décembre 2013

POURQUOI LES TRANSPORTS URBAINS FRANÇAIS COÛTENT TROP CHER

Les transports urbains français coûtent 30% plus cher qu’ailleurs. Comment expliquer un tel coût ?

La France est le premier marché européen pour les bus urbains, devant l’Allemagne. En Allemagne, aux Pays-Bas, en Pologne ou en Suède, les villes se mettent d’accord pour acheter les mêmes bus, interchangeables, leur permettant ainsi de passer commande ensemble afin de réduire les coûts. 

Les élus français réclament quant à eux des bus uniques, spécialement désignés pour leur ville, privilégiant l’esthétique au détriment des raisons économiques.

De plus, la France est la championne de l’aménagement de la cabine du conducteur. Le personnel a ses habitudes: la position de chaque mécanisme, de chaque bouton sur le tableau de bord, peut être différente d’une ville à l’autre, tout comme le sens d’ouverture de la porte du conducteur. Les élus se plient donc aux exigences du syndicat des conducteurs de bus. Des exigences qui coûtent cher !

Ainsi, dans une ville du sud de la France, le maire exigeait un bus doté d’une baie vitrée arrondie à l’avant, entraînant un surcoût de 50 000 euros par véhicule. 

Au total, cette exigence a coûté 1 million d’euros pour les 20 bus de cette ville. Autre exemple avec une capitale de Région qui avait voulu changer ses bus pour des bus hybrides avant les élections. Le prix d’un bus hybride s’élève à 400 000 euros l’unité, contre 250 000 euros pour un bus traditionnel.

D’après un commercial du constructeur allemand Heuliez, les élus français ne jurent que par des bus de prestige, dits « à haut niveau de service », avec des designs spécifiques, des espaces « lounge », etc… Rares sont les collectivités françaises qui acceptent de mutualiser leurs achats. 

Cette customisation systématique des bus français engendre un surcoût avoisinant les 30% du prix de base… Une situation qui ne profite qu’aux constructeurs, au détriment des contribuables et des utilisateurs qui continuent, encore et toujours, de payer pour l’incompétence de leurs élus…

source: lemonde.fr

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/pourquoi-les-transports-urbains-francais-coutent-trop-cher/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du chômage

Posté par ippolito le 24 décembre 2013

Manipulation des chiffres du chômage: une bataille gagnée?

Économie, Politique, Inversion Courbe Du Chômage, Emploi et Chômage, Croissance, Emploi-Et-Chomage, François Hollande, Gouvernement Ayrault, Hollande, Actualités

Les assertions du Gouvernement sur l’inversion de la courbe du chômage, la « bataille gagnée », laissent un sentiment amer. La première tentation est de dénoncer leur indécence.

Si le nombre de chômeurs de catégorie A – ceux qui n’ont pas du tout travaillé dans le mois – a baissé de 20 500, le nombre total de chômeurs recensés atteint un record inégalé depuis 15 ans: 5 millions de personnes. 

Non seulement, les autres catégories de chômeurs ont connu une très forte hausse, mais le nombre de radiations administratives a fortement augmenté (+ 23% en un mois). Nous sommes donc naturellement tentés de dénoncer une manipulation des chiffres de chômage, manipulation aidée par le recours aux emplois aidés.

Pour autant, soyons honnêtes, le problème est plus profond que les agitations médiatiques du Gouvernement. À l’UDI, nous sommes favorables aux contrats aidés notamment pour les jeunes puisque le travail est toujours préférable à l’inactivité. Nous ne saurions donc accuser le Gouvernement de recourir à ce type d’emplois.

Nous regrettons surtout que les actions structurelles ne soient pas engagées. La bataille du chômage sera véritablement gagnée quand la France créera des emplois et formera utilement. 

L’année 2013 est une année noire pour l’emploi: 132 500 destructions d’emplois à ce jour, notamment dans l’industrie ( – 14 600 postes en trois mois), une industrie qui ne cesse de s’effondrer depuis 2001.

 L’année 2014 ne s’annonce pas meilleure, notamment en raison de la forte progression de la population active ( + 113 000 en 2014). Il est donc illusoire de croire que l’année 2014 verra une réelle inversion du chômage. Nous avons un problème structurel économique: les charges globales sont trop importantes par rapport au positionnement de notre production.

Plus grave: les chômeurs de longue durée et le chômage des séniors battent tous les records. La relégation sociale devient un phénomène de masse. Une relégation qui s’explique en premier lieu par les défaillances du système éducatif: 150 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme chaque année. Autre réalité ignorée: notre système éducatif est celui de l’Ocde où l’origine sociale des parents influence le plus les résultats scolaires. 

Les fondements de la République sont fragilisés dès la maternelle. En deuxième lieu, le système de formation professionnelle, malgré la manne financière de plus de 30 milliards d’euros qui lui est attribuée, ne parvient pas à accompagner les reconversions professionnelles.

Ayons l’honnêteté de reconnaître qu’il faudra du temps pour résoudre durablement la question du chômage. Ayons le courage d’inverser notre logiciel de pensée.

Inverser pour donner la priorité à l’investissement sur la consommation. Il est urgent de sauver nos entreprises. Nous préconisons à l’UDI une profonde réforme fiscale afin notamment de mettre en place une TVA sociale substantielle. 

Nous recommandons également un passage à 39 heures sans compensations. Ces mesures ne sont pas populaires, ni démagogiques, mais elles sont urgentes. Elles sont urgentes car elles sont préférables à une baisse des salaires préconisée par certains libéraux. Elles sont urgentes car le chômage est le passage obligé vers la pauvreté. Plus encore, reconnaissons que la religion de la consommation ne fait pas le bonheur. 

Les grandes campagnes de communication sur « les prix les plus bas », « faites vous plaisir en consommant » ont pour seul effet de tirer les rémunérations vers le bas. Et je vous invite, si vous doutez, à relire les conclusions des travaux de J Stiglitz et A Sen. Notre pays a toujours été le défenseur de l’Être sur l’Avoir. Nous ne devons pas pervertir notre pensée fondatrice, mais au contraire les revendiquer.

Mais soyons provocatrice, la question des coûts de main d’oeuvre est secondaire. L’un des principaux défis est celui de la maîtrise des ressources stratégiques. 

Dans l’industrie, le coût de l’exploitation des ressources est presque le double de celui de la main d’œuvre. Nous importons la moitié des ressources que nous exploitons. L’indépendance énergétique, une énergie décarbonnée, est possible en thermique et en électrique si nous acceptons d’investir beaucoup plus dans les énergies du futur renouvelables.

L’Europe doit aussi se doter d’un plan de maîtrise des ressources stratégiques (zinc, cuivre, acier, tantale, gallium, terres rares….) notamment par la constitution de stock stratégiques en s’appuyant sur l’industrie du recyclage. 

La France et l’Union européenne doivent lancer un plan d’investissements d’avenir beaucoup plus massif, tout particulièrement dans l’économie « verte » et le « big data ». Ce nouveau positionnement sur des secteurs à haute valeur ajoutée, riches en intelligence, permettra à la France et à l’Europe de ne plus subir la mondialisation. Nous serons sur notre terrain, avec nos atouts.

Enfin, et nous y consacrerons l’essentiel des travaux de l’UDI, ayons le courage de remettre en question le système global de formation. L’enjeu n’est pas de réduire les dépenses du système éducatif ou de formation professionnelle mais d’oser repenser notre pédagogie. Il est nécessaire d’augmenter le niveau culturel global de la société, d’inscrire la formation « tout au long de la vie » comme un objectif souhaitable.

Il y a donc derrière le chômage et son cortège de malheurs, de pauvreté, de relégation, une réalité plus structurelle. Le mensonge n’est pas de croire en l’inversion de la courbe du chômage, mais d’affirmer que cet objectif est réalisable en moins d’un an.

 Sur le fond, les réformes ne sont pas si compliquées mais il faudra soulever les limites démocratiques du paritarisme, le culte de la consommation, la concentration de la grande distribution, l’absence de renouvellement des entreprises du CAC 40, les conflits d’intérêt et plus encore la nécessité d’une Europe Fédérale….autant de sujets tabous.

http://www.huffingtonpost.fr/chantal-jouanno/manipulation-chiffres-chomage-hollande_b_4493651.html?utm_hp_ref=france

Publié dans Y'en a marre des promesses non tenues, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des cumulards

Posté par ippolito le 24 décembre 2013

A l’Assemblée, le match des cumulards

DÉSINTOXQui a le plus de députés-maires ? Qui cumule quatre mandats, qui n’en a qu’un ? UMP, PS, UDI, ou d’autres ? Désintox fait les comptes.

«- Ce qui est paradoxal, c’est que les champions du cumul sont plutôt sur la gauche de l’hémicycle. Quand nous voyons le nombre de députés-maires…
- Il y a plus de députés-maires de droite que de députés-maires de gauche.
- Ça mérite d’être compté.»

INTOX. Promesse phare de la campagne de François Hollande, la loi sur le non-cumul des mandats a été adoptée fin novembre en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, en attendant d’être réexaminée par le Sénat mi-janvier. 

Ce texte prévoit qu’en 2017, députés et sénateurs ne pourront pas être, dans le même temps, maire ou maire adjoint, président ou vice-président de conseil général ou régional, ou d’une intercommunalité, ou de toute autre collectivité territoriale (société d’économie mixte par exemple). 

Le matin de ce vote, sur LCP, deux adeptes du mandat unique – député et rien d’autre – devisaient sur le sujet. Sébastien Huyghe, député UMP du Nord, ironisait sur ce projet de loi socialiste : «Ce qui est paradoxal, c’est que les champions du cumul sont plutôt sur la gauche de l’hémicycle. Quand nous voyons le nombre de députés-maires…» 

Son homologue socialiste des Hauts-de-Seine, Jean-Marc Germain, ne le laisse pas terminer sa phrase et s’offusque : «Il y a plus de députés-maires de droite que de députés-maires de gauche.» Réponse de Sébastien Huyghe : «Ça mérite d’être compté.» A Désintox, nous sommes là pour ça.

DESINTOX. Au Palais-Bourbon, les cumulards sont partout : à gauche, à droite, au centre et ailleurs. Seuls 108 des 577 députés, soit moins d’un sur cinq, n’ont que ce mandat à leur actif. 

L’immense majorité en possède donc deux ou trois, et une grosse poignée – 33 exactement – en ont même quatre (1). A ce jeu-là, difficile donc, entre l’UMP et le PS, de féliciter l’un ou l’autre. Mais puisqu’il faut bien départager Jean-Marc Germain et Sébastien Huyghe, faisons-le : l’UMP compte beaucoup plus de députés-maires que le PS. 

Y compris en valeur absolue, alors que le premier parti d’opposition compte bien moins d’élus à l’Assemblée que celui de la majorité : 99 députés-maires pour l’UMP, soit un sur deux, contre 86 pour le PS, soit un sur trois. Sur le coup, Sébastien Huyghe aurait donc mieux fait de ne pas s’avancer autant…

Pourtant, ce constat a tout du trompe-l’œil. Car la question du cumul des mandats ne peut pas se résumer au cas d’école du député-maire. Ainsi, si les députés socialistes comptent moins de maires dans leurs rangs, c’est surtout parce qu’ils ont davantage anticipé cette loi sur le non-cumul des mandats. 

En 2017, maire ou adjoint au maire sera incompatible avec député, mais pas conseiller municipal : du coup, depuis qu’ils ont été élus en juin 2012, de nombreux députés PS ont troqué leur mandat de maire contre celui d’adjoint – pour une transition en douceur – ou de simple conseiller municipal. Ils sont aujourd’hui 75 députés socialistes dans ce cas de figure, contre seulement 33 à l’UMP. 

Et à l’arrivée, les deux partis comptent une proportion à peu près comparable de députés siégeant au sein de conseils municipaux, comme maire ou conseiller : 68% pour l’UMP, 57,9% pour le PS.

Le tableau est à peu près identique pour les communautés de communes ou d’agglomération. Tous partis confondus, 42,5% des députés siègent également au sein d’une de ces intercommunalités. Ce ratio est plus faible au sein du PS (37,4%) que de l’UMP (51%). Et là encore, les députés socialistes ont mieux anticipé la future loi avec 29 présidents pour 75 conseillers, contre 41 présidents et 58 conseillers pour l’UMP. 

Car comme le mandat de maire, celui de président d’intercommunalité sera incompatible avec un siège à l’Assemblée en 2017… Il en ira de même avec les mandats de président de conseil général ou régional. Mais là, les doubles casquettes sont moins courantes : six présidents pour le PS (et 68 conseillers) contre seulement quatre à l’UMP (49 conseillers).

Dans l’ensemble, les députés socialistes font donc un peu plus d’efforts que leurs homologues de l’UMP. En quantité : environ 60% des députés PS n’ont qu’un seul ou pas de mandat supplémentaire, alors qu’ils sont à peu près autant à l’UMP à en cumuler trois ou quatre. 

Mais aussi en légalité, puisque davantage d’élus socialistes sont déjà dans les clous pour 2017 par rapport à ceux du premier parti d’opposition. Ce qui est quand même heureux pour un camp qui a voté cette loi à la quasi-unanimité après avoir traîné les pieds suffisamment longtemps pour repousser son application de 2014 à 2017.

Quant au reste de l’hémicycle, les situations sont très disparates : de l’UDI, où l’on cumule volontiers et en quantité, au FN, dont les deux députés sont au mandat unique, en passant par EE-LV, le Front de gauche ou les radicaux. Pris tous ensemble, 23,8% de ces 105 députés n’ont pas d’autre mandat. 

Mais si l’on retire les écologistes, ce ratio tombe à 17,8%, car les députés d’Europe Ecologie – les Verts sont de loin les plus exemplaires en la matière. 

Et pourtant : même si le mandat unique était une promesse de campagne d’Eva Joly en 2012, seuls neuf députés écolos sur quinze en ont fait une réalité. Preuve que le non-cumul, c’est dur pour le monde. Et ce n’est pas près de s’arranger. Les municipales, en mars, permettront à quelques députés d’ajouter un mandat à leur collection…

http://www.liberation.fr/politiques/2013/12/16/a-l-assemblee-le-match-des-cumulards_966925

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

12345...14
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN