• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

Y’en a marre des magouilles de l’office de tourisme de la Rochelle

Posté par ippolito le 30 janvier 2014

La Rochelle: L’office de tourisme dépose le bilan, 700.000€ manquent dans ses caisses

L’Office de tourisme de La Rochelle va porter plainte contre X pour « faux en écritures » après avoir découvert que 700.000 euros faisaient défaut dans ses caisses, le forçant à déposer le bilan, a indiqué mardi son président.  

Ces dettes ont été découvertes début janvier par le président de l’Office rochelais, Pierre Constant, qui a raconté à un correspondant avoir « reçu un appel de la Caisse d’Epargne qui s’inquiétait de ne pas avoir eu de réponse à ses courriers ».

« Je découvre alors que les courriers d’alerte de la banque ne m’étaient pas parvenus, et que nous aurions dû lui régler 154.000 euros en décembre, et qu’au total nous lui devions près de 500.000 euros. A la banque Tarnaud, notre autre banque, nous avions de la même façon 200.000 euros de dettes », a-t-il poursuivi.

Selon M. Constant, en fonction depuis juillet 2013, « on avait apparemment intercepté les courriers des banques qui nous alertaient sur la situation ». « Nous découvrons, avec l’expert comptable, que la comptabilité a été falsifiée, avec par exemple un relevé de compte de 1.600 euros réels qui devient 170.000 euros ».  

« Les pièces des banques ne correspondaient pas aux pièces comptables de l’Office. Il y avait parfois des différences de 1 à 100″, a confirmé le maire de La Rochelle, Maxime Bono.  

Le conseil d’administration de l’Office de tourisme, qui a un statut d’association et emploie 24 salariés, a décidé de déposer le bilan, a précisé M. Constant. Une plainte va également être déposée contre X pour « faux en écritures » auprès du Procureur de la République de La Rochelle.

« Dans cette affaire, l’Office est une victime : nous ne savons pas où est passé ce trou de trésorerie, une enquête devra le déterminer », a précisé M. Constant. Selon lui, l’Office avait terminé l’année 2012 avec un bénéfice de 19.000 euros et un fonds de roulement de 380.000 euros.

« Le souci de la ville aujourd’hui est que l’Office de tourisme continue à fonctionner et à assurer sa mission auprès des professionnels du tourisme et du public », a indiqué pour sa part M. Bono.  

L’Office de tourisme de La Rochelle a un budget annuel de 2 millions d’euros, alimenté à 28 % par la subvention de la ville, à 15 % par les cotisations des adhérents, et s’autofinance à plus de 60% par la vente de prestations, selon son président.

http://www.charentelibre.fr/2014/01/29/la-rochelle-l-office-de-tourisme-depose-le-bilan-700-000eur-manquent-dans-ses-caisses,1877450.php

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles de Nicolas Sarkozy

Posté par ippolito le 30 janvier 2014

Sarkozy / Kadhafi: une interview de l’ancien dictateur libyen sur le financement de la campagne de 2007

Nouveau témoignage à charge contre Nicolas Sarkozy, mais à interpréter avec précaution. Le magazine de France2 « Pièces à conviction » diffusera ce mercredi 29 janvier un entretien posthume du dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans lequel celui-ci assume avoir financé illégalement la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Lors d’un entretien avec la journaliste Delphine Minoui réalisé le 15 mars 2011, Kadhafi lui affirme avoir participé au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, assurant que en « tant que Libyen, si le président [Sarkozy] gagne les élections grâce à nos fonds, c’est vraiment un gain pour nous. »

Une accusation à replacer dans son contexte: à l’époque, le torchon brûle entre la France et la Libye. Quelques jours plus tard, la France lancera ses premières frappes aériennes en soutien à l’opposition libyenne.

20 ou 50 millions d’euros

Cette entrevue a été traduite par l’interprète officiel du dictateur libyen, Moftah Missouri. Ce dernier a déjà témoigné, sans apporter de preuve, que Kadhafi avait versé une vingtaine de millions de dollars pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy.

Accusation déjà portée par le fils du colonel Kadhafi, Saïf al-Islam. En pleine guerre de Libye, ce dernier avait exigé devant les caméras d’Euronews que Nicolas Sarkozy rembourse les sommes qui lui avaient été données pendant sa campagne.

Le 19 avril 2013, une information judiciaire sur les accusations d’un soutien financier de la Libye à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a-t-on appris de source judiciaire. Point de départ de ce premier volet judiciaire: les déclarations de l’ex-homme d’affaires Ziad Takieddine qui aurait déclaré au juge qu’il pouvait lui « fournir les éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy ». Montant évoqué à l’époque: 50 millions d’euros.

Quand Mediapart accusait Sarkozy en pleine campagne présidentielle

Un an plus tôt, le 24 avril 2012, Mediapart publiait un document, présenté comme une note officielle libyenne affirmant que le régime Kadhafi avait décidé de débloquer 50 millions d’euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Le document provient des archives des services secrets, affirme Mediapart. Il est signé de Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignement extérieur de la Libye, et ministre des Affaires étrangères de Mouammar Kadhafi, avant sa défection et son départ en Europe. Il aurait été fourni par d’anciens hauts responsables du pays au site d’investigations « ces tout derniers jours ».

Cette révélation avait fait grand bruit: l’ancien président avait porté plainte contre Mediapart pour « faux et usages de faux » et « publication de fausses nouvelles ». Lors de son audition par les juges d’instruction en charge de l’affaire, Nicolas Sarkozy avait qualifié le document de Mediapart de « faux grossier que l’on a jeté en pâture à l’opinion entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012″.

http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/28/sarkozy-kadhafi-interview-ancien-dictateur-libyen-financement-campagne-2007_n_4678583.html?utm_hp_ref=france

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse des péages

Posté par ippolito le 29 janvier 2014

Péages : la hausse des tarifs une nouvelle fois supérieure à l’inflation

L’association « 40 millions d’automobilistes » réclame un gel des tarifs des autoroutes après les multiples revalorisations des années passées.
Une hausse « parmi les plus faibles des 10 dernières années » : le ministère des Transports n’a pas manqué de se féliciter, lundi soir, de la revalorisation de seulement 0,8% du tarif des péages qui doit intervenir le 1er février 2014. Il faut dire que cela marque un net ralentissement, après des augmentations de 2% l’année précédente et de 2,5% en 2012.

Mais ce satisfecit n’est pas du goût de l’association « 40 Millions d’automobilistes », qui rappelle que les tarifs des péages vont aussi être affectés cette année par le relèvement de la TVA intervenu au 1er janvier. Si bien que la hausse, en incluant cette taxe, atteint en réalité 1,13%. Soit plus que l’inflation, ressortie à +0,9% en 2013.

Les augmentations des années passées avaient, elles aussi, fréquemment dépassé celle de l’indice des prix à la consommation. Selon nos calculs, les prix des péages ont en effet grimpé de 23,1% entre 2003 et 2014, si l’on prend la moyenne des revalorisations des différents réseaux, sans tenir compte de leur taille respective. Sur la même période, l’inflation a avancé de 20,5% (voir graphique plus bas).

Pour compenser cette évolution, l’association réclame donc un gel des tarifs des autoroutes. « Nous demandons à Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, de s’investir sur les prix des péages autoroutiers car ce dossier dépasse largement le cadre du ministère des Transports. (…) Il en va de la sécurité des usagers de la route afin de baisser le nombre de tués sur nos routes », explique Pierre Chasseray, le délégué général de 40 millions d’automobilistes.

Pas sûr toutefois qu’il soit entendu puisque l’Etat vient de signer de nouveaux contrats avec deux des principaux réseaux autoroutiers, APRR et AREA. Ces derniers prévoient des hausses de tarifs jusqu’à 2018, pouvant atteindre jusqu’à 85% de l’inflation, majoré de 0,37% pour APRR et de 0,41% pour AREA…

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/peages-la-hausse-des-tarifs-une-nouvelle-fois-superieure-a-l-inflation-906328

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des impôts et des taxes

Posté par ippolito le 29 janvier 2014

Deux petites taxes qui posent question

Parmi la myriade de taxes et redevances inventées année après année par la technostructure française, à quoi servent la redevance d’archéologie préventive ou la taxe locale sur la publicité extérieure?

Clémenceau avait sans doute raison d’affirmer qu’en France «on y plante des fonctionnaires et il y ­pousse des impôts…». Parmi la myriade de taxes et redevances inventées par la technostructure, deux posent question. 

Afin de «protéger le patrimoine national enfoui et développer les connaissances du passé», les travaux de construction touchant le sous-sol font l’objet d’une redevance d’archéologie préventive depuis 2004. Elle concerne toute personne publique ou privée ayant obtenu une autorisation de travaux ou d’aménagements affectant le sous-sol, qui créent plus de 5 m² de surface de plancher. Et elle s’applique qu’il y ait ou non fouille du sous-sol. 

Son produit (près de 82 millions d’euros attendus pour 2013) est reversé au Fonds national pour l’archéologie préventive et à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). 

Cerise sur le gâteau, le permis de construire d’une maison individuelle réalisée par une personne physique pour son usage personnel n’en est plus exonéré depuis un an. Le taux de la redevance correspond à la multiplication d’une valeur au m² révisée chaque année (712 euros hors Ile-de-France et 807 euros en Ile-de-France) par 0,40%. Soit un montant de 2,85 euros par m² hors Ile-de-France en 2014 et 3,23 euros par m² en Ile-de-France.

Autre exemple? La taxe locale sur la publicité extérieure, facultative, qui remplace depuis le 1er janvier 2009 plusieurs taxes (sur la publicité frappant les affiches, réclames et enseignes ; sur les véhicules publicitaires; sur les emplacements publicitaires…).

 Elle frappe «tous les supports publicitaires fixes, extérieurs et visibles d’une voie publique» et devrait rapporter 155 millions en 2013. Ces supports sont taxés par face. Autrement dit, un panneau recto verso sera taxé deux fois. Bingo. Les montants sont fixés par délibération du conseil municipal, sachant que les dispositifs numériques sont taxés trois fois plus que les autres. En 2014, un dispositif publicitaire sur support numérique de plus de 50 m² sera taxé entre 91,20 et 182,40 euros le m² en fonction du nombre d’habitants de la commune concernée.

http://www.lefigaro.fr/impots/2014/01/29/05003-20140129ARTFIG00266-des-petites-taxes-qui-posent-question.php

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Christian Estrosi

Posté par ippolito le 29 janvier 2014

Deux nuits à 1 137,50 euros dans un hôtel 4 étoiles de la capitale. 

Selon Mediapart, le député-maire de Nice, Christian Estrosi, s’est fait plaisir : lors d’un « un court séjour parisien du lundi 24 juin au mercredi 26 juin 2013, au cours duquel il a occupé une suite luxueuse de l’hôtel 4 étoiles Bourgogne & Montana, situé dans le VIIe arrondissement, à quelques encablures de l’Assemblée nationale », Christian Estrosi a laissé une facture de 1 137,50 euros, payée par la ville de Nice, via une agence de voyage.

Pour justifier cette dépense, alors qu’Estrosi aurait pu être logé par l’Assemblée nationale en tant que député, le directeur de cabinet du maire a précisé que l’élu « est monté à Paris en qualité de maire et de président de la métropole Nice Côte d’Azur ». « Il avait deux rendez-vous en particulier, à savoir une réunion des présidents de l’association des présidents de communautés urbaines de France le 25 juin, et une réunion en qualité de maire de Nice, ville hôte de l’Euro 2016, où il avait été invité par Michel Platini, le 26 juin », a-t-il expliqué. Voilà pourquoi Estrosi est descendu dans un hôtel.

Sauf que la note paraît très élevée. Dans un premier temps, le directeur de cabinet de Christian Estrosi a assuré que le montant devait être « faux ». Quelques jours plus tard, il a finalement confirmé le chiffre, en expliquant que la note correspondait à trois nuits, et non deux. Ce que conteste Mediapart qui s’est procuré la facture : deux nuits et quelques « rooms services » ont été réglés par carte bancaire.

Ce n’est pas la première fois qu’Estrosi est épinglé pour ses dépenses. En 2008, Le Canard enchaîné avait ainsi révélé qu’il avait utilisé un jet privé, loué 138 000 euros. Une réservation de dernière minute car il voulait assister à un apéritif… à l’Elysée. Depuis, Estrosi s’était engagé « à travailler à fond pour réduire les dépenses publiques ». C’est bien parti…

*** Source
- Ellen Salvi, « Les nuits 4 étoiles d’Estrosi aux frais de la ville de Nice », Mediapart, 28.01.2014

http://www.politique.net/2014012801-estrosi-hotel-4-etoiles.htm

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse de la dette sociale

Posté par ippolito le 28 janvier 2014

Dette sociale: 180 milliards sur la tête des Français

La négociation sur la nouvelle convention chômage reprend ce 28 janvier entre patronat et syndicats. L’un des objectifs est de réduire le déficit de l’Unedic qui dépasserait 30 milliards en 2017. Au total, la dette sociale des Français se rapproche des 200 milliards d’euros.

300 milliards en 2030?

Patronat et syndicats qui cogèrent l’Unedic se retrouvent ce 28 janvier pour la seconde séance de négociation afin de mettre en place une nouvelle convention d’assurance-chômage qui doit s’appliquer au printemps. Deux nouvelles séances sont prévues les 13 et 27 février. 

L’objectif est bien évidemment de définir les nouvelles règles d’indemnisation des demandeurs d’emplois au moment où le chômage ne faiblit toujours pas. Mais les négociateurs doivent aussi régler le problème du déficit de l’Unédic qui atteint plus de 3 milliards d’euros par an actuellement. La dette est, elle, de 17,8 milliards. Sans changement de règles d’indemnisation, elle serait de près de 37 milliards d’euros en 2017. 

En fait, la dette de l’Unédic n’est pas la seule dette sociale pesant sur la tête des Français. Selon la Cour des comptes, dans son rapport de septembre 2013 sur la sécurité sociale, l’endettement cumulé de l’Acoss, l’organisme financeur de la Sécu, et de la Cades (Caisse d’amortissement de la dette sociale) qui porte une partie de cette dette en se finançant sur les marchés, est passé de 147,4 à 158,9 milliards d’euros de 2011 à 2013. 

La Cour note par ailleurs que cette « dette sociale toujours plus élevée est de moins en moins financée ». Elle ajoute:  » l’infléchissement du mouvement de réduction des défiicts (constaté en 2013 ndlr) a un effet immédiat sur la dette sociale ». Elle recommande donc au gouvernement d’augmenter la Crds (Contribution à l’amortissement de la dette sociale), actuellement au taux de 0,5%. 

Au total donc, la dette sociale de la France atteint aujourd’hui près de 180 milliards d’euros (Sécu + Unedic). Ce chiffre ne prend naturellement pas en compte les mesures d’économies prises ces derniers mois par le gouvernement en matière de santé comme de retraite. 

Mais d’autres scénarios sont moins optimistes. Ils tablent en cas de chômage persistant sur une dette sociale proche de 300 milliards d’euros à l’horizon 2030, soit 8% du PIB ! 

http://www.bfmtv.com/economie/dette-sociale-180-milliards-tete-francais-690824.html

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

12345...15
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN