• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 avril 2014

Y’en a marre des parachutes dorés

Posté par ippolito le 12 avril 2014

Jean-Marc Ayrault va-t-il toucher son salaire de Premier ministre pendant 6 mois après son départ de Matignon ?

Un parachute doré à 89 460 euros ?

Dimanche 6 avril, Laurent Wauquiez a fait une demande solennelle à Jean-Marc Ayrault : « Théoriquement, il s’apprête à toucher une prime de Premier ministre comme tous les ministres qui sont sortis, a-t-il déclaré sur France 3. Ils ont demandé beaucoup d’efforts aux Français au cours des deux ans passés. Je pense qu’à titre symbolique, ce serait bien qu’il renonce à cette prime, d’autant qu’il va retrouver son poste de député immédiatement ».

Pour lui, ce serait une « façon élégante » de partir et le symbole de « l’exemplarité » en politique. Auprès de l’AFP, Wauquiez a ensuite précisé que cette prime représentait l’équivalent du salaire de Premier ministre, soit 14 910 euros brut par mois, pendant six mois. Au total, ce parachute doré pourrait donc s’élever à 89 460 euros.

Sauf qu’en réalité, les allusions de Wauquiez sont totalement infondées comme l’a démontré Libération. D’abord parce que la durée maximale de cette indemnité a été réduite à trois mois depuis l’affaire Cahuzac.

Mais surtout, Wauquiez laisse entendre que Jean-Marc Ayrault pourrait cumuler cette indemnité avec son salaire de parlementaire. Or, « la loi précise que l’indemnité ne peut être perçu à compter du moment où l’intéressé retrouve un emploi », indique Libé. Autrement-dit, comme Ayrault doit retourner à l’Assemblée nationale dans un mois, il n’aura touché cette indemnité qu’une fois. Soit environ 14 910 euros brut. Wauquiez avait-il besoin de donner une leçon d’élégance et d’exemplarité ?

*** Source
- « Indemnité d’Ayrault : Wauquiez n’a rien d’exemplaire », Libération, 11.04.2014

http://www.politique.net/2014041102-ayrault-salaire.htm

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse de la dette des hôpitaux

Posté par ippolito le 12 avril 2014

La Cour des comptes s’alarme de la dette des hôpitaux

La Cour des comptes s’alarme de l’emballement de la dette des établissements publics de santé, qui a progressé à un rythme atteignant parfois près de 20% par an, pour tripler en dix ans.

Dans un rapport publié vendredi, elle estime que les pouvoirs publics portent la responsabilité de cette explosion, qui « asphyxie » ces établissements, alors même que d’importants efforts de maîtrise de leurs comptes sont nécessaires.

La dette des établissements publics de santé a atteint 29,3 milliards d’euros fin 2012, soit 1,4% du produit intérieur brut.

« La situation créée par cet emballement de la dette est grave, au plan des finances publiques en général, mais aussi parce que nombre d’établissements n’ont plus les marges d’exploitation suffisantes pour couvrir leurs charges de remboursement », écrit la Cour des comptes.

Les pouvoirs publics ont privilégié la dette « sans avoir instauré des procédures de choix rigoureuses des investissements », estime-t-elle, en mettant en cause les plans Hôpital 2007 et Hôpital 2012.

« En outre, les investissements ainsi réalisés ne se sont pas réellement inscrits dans une logique d’efficience et de retour sur investissement. »

La Cour estime qu’une stratégie de désendettement s’impose et que les investissements lourds ne doivent donc être décidés que s’ils procurent un retour sur investissement important.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/la-cour-des-comptes-s-alarme-de-la-dette-des-hopitaux-924699

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du montant des frais de bouche du ministère de l’économie

Posté par ippolito le 12 avril 2014

LES FRAIS DE BOUCHE DU MINISTÈRE DE L’ ECONOMIE

Le canard enchainé révèle que le ministère de l’ Economie de Pierre Moscovici dépensait 754 500 euros par an en produits alimentaires.

Le canard enchainé vient de chiffrer les frais de bouches du ministère de l’ Economie sous le gouvernement Ayrault.

Le canard révèle que le ministère de l’ Economie de Pierre Moscovici dépensait 754 500 euros par an en produits alimentaires. Bercy dépensait ainsi 156 000 euros par an en fruits, légumes et jus de fruits frais, 143 000 euros en produits frais et surgelés, et 95 000 euros par an viande bovine, ovine, porcine, veau, et produits tripiers.

Le ministère de l’ Economie dépensait également 43 000 euros par an en fromages, 24 000 euros en volaille, 19 000 euros en boulangerie et 14 500 euros en charcuterie. Enfin, Bercy dépensait 14 000 euros par an pour les « mignardises, macarons, chocolats fins, mini-pièces salées apéritives ».

source: le canard enchainé

http://www.observatoiredessubventions.com/2014/les-frais-de-bouche-du-ministere-de-l-economie/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse des prix de l’électricité

Posté par ippolito le 12 avril 2014

images V               images V               images V

Électricité: 9 foyers sur 10 vont devoir payer un supplément

Le Conseil d’État a annulé les tarifs réglementés pratiqués par EDF pour la période allant d’août 2012 à août 2013. 28 millions de foyers français vont donc devoir payer rétroactivement leurs factures.

Les factures d’électricité des consommateurs vont bel et bien augmenter. Le Conseil d’Etat a annulé partiellement la hausse de 2% des tarifs réglementés d’électricité d’EDF pour les particuliers allant d’août 2012 à août 2013.

Plus de 28 millions de foyers français vont donc devoir payer leurs factures de façon rétroactive. Le Conseil d’Etat demande au gouvernement de prendre un nouvel arrêté «dans un délai de deux mois» pour augmenter rétroactivement les prix.

En 2012, l’Anode, association des fournisseurs alternatifs, avait été saisie à la suite de la majoration des tarifs réglementés de 2% par le gouvernement Ayrault. Le motif: la hausse était insuffisante pour couvrir les coûts d’EDF.

Le Conseil d’Etat lui a donné raison, considérant que «les tarifs ‘bleu’ et ‘jaune’ (petits professionnels) étaient manifestement inférieurs au niveau auquel ils auraient dû être fixés en application des principes s’imposant aux ministres».

En particulier, «ils ne permettaient pas de répercuter les hausses prévisionnelles des coûts de production pour l’année 2012». L’Anode a d’ailleurs salué cette «décision logique». «Ne pas répercuter, dans les tarifs réglementés d’électricité, les coûts d’EDF n’est ni légal, ni tenable à long terme pour l’ensemble des fournisseurs d’électricité, ni protecteur pour les Français», explique-t-elle dans un communiqué.

Toutefois, la juridiction administrative suprême a estimé que «l’augmentation de 2% du tarif ‘vert’ (industriels) n’était pas manifestement insuffisante». La Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait estimé en 2012 à 5,7% la hausse nécessaire des tarifs réglementés.

La hausse des tarifs de l’électricité se justifie notamment par la modernisation et le renforcement de la sûreté des 58 réacteurs d’EDF, mais aussi par l’entretien des réseaux de transport et de distribution d’électricité.

http://www.lefigaro.fr/conso/2014/04/11/05007-20140411ARTFIG00312-electricite-9-foyers-sur-10-vont-devoir-payer-un-supplement.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN