• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 juin 2014

Y’en a marre de la SNCF

Posté par ippolito le 22 juin 2014

4             images C             4
La grève coûte beaucoup plus à l’économie française qu’à la SNCF

Les calculs établis à partir des données de 1995 permettent ainsi d’estimer le coût du mouvement à quelque 300 millions d’euros par journée de grève lors de laquelle rien ne circule.

La grève partielle des cheminots coûterait au pays entre 1 et 2 milliards d’euros selon l’économiste Frédéric Gonand. Explications.

La grève a déjà coûté plus de 150 millions d’euros à la SNCF. C’est en tout cas ce qu’assurait jeudi le PDG de l’entreprise Guillaume Pepy dans les colonnes du Parisien:

« On a perdu 153 millions d’euros, ça fait 15 trains franciliens. Soit un tiers de notre résultat de l’année dernière ».

Selon certains média, globalement, ce mouvement serait même plus coûteux que la grève de 1995, qui avait pourtant duré plus de trois semaines. Il faut dire que Guillaume Pepy s’est engagé à rembourser aux usagers 33% de leur abonnement pour le mois de juin « même s’ils n’ont pas voyagé. Du jamais vu. »

Des coûts pour la SNCF et pour l’économie française
Mais ce n’est pas l’avis de Frédéric Gonand, économiste et professeur associé à Paris-Dauphine, qui fait la différence entre deux sortes de coûts.

En effet, selon lui, il faut tout d’abord distinguer le coût pour l’entreprise de celui induit pour l’économie entière. Concrètement, « pour faire simple, le coût pour la SNCF s’évalue par la billetterie en moins », explique-t-il. Mais pour l’ensemble de l’économie, « c’est complètement différent »:

« L’essentiel du coût vient du fait que pendant les grèves de transports, des gens arrivent plus tard et / ou partent plus tôt. Cela entraîne une diminution du nombre d’heures travaillées alors qu’elles sont payées par les entreprises. Ce qui se traduit par une perte de productivité. »

Il précise:

« A partir d’un certain nombre d’enquêtes effectuées à la fin des années 1990 (la référence étant celle de J.-P. Coindet, parue en octobre 1998 dans le Journal of Transportation and Statistics), on peut estimer le nombre d’heures perdues et évaluer leur coût en les multipliant par le salaire horaire moyen. Il faut également tenir compte du surcroît de la consommation d’essence des personnes qui prennent leur voiture au lieu d’emprunter les transports en commun. »

300 millions d’euros par jour

Ces calculs permettent ainsi d’estimer le coût du mouvement à quelque 300 millions d’euros par journée de grève lors de laquelle rien ne circule.

Une estimation qui vaut donc pour le mouvement de 1995, lors duquel « rien ne circulait pendant 16 jours ouvrés », rappelle l’économiste. Selon l’Insee, cette année-là, la grève a amputé le PIB de 0,3% au quatrième trimestre, précise-t-il. Mais l’expert relativise:

« Certes, le PIB est un indicateur utile, toutefois quand la consommation de carburant augmente, cela se traduit par une hausse du PIB ».

Quoi qu’il en soit, actuellement, un service minimum est assuré, comme le rappelait d’ailleurs Guillaume Pepy jeudi dans le même quotidien:

« Nous sommes 150.000 salariés à la SNCF et, hier, il y a eu 10.900 grévistes sur les 92.000 qui devaient travailler ».

Entre 1 et 2 milliards d’euros

Le coût ne peut donc pas être le même. Frédéric Gonand considère ainsi que l’on peut évaluer ces deux semaines de grève « partielle » comme une semaine de grève complète. Ainsi, à raison de 300 millions d’euros par jour, cela revient pour l’ensemble de la période à un coût compris entre 1 et 2 milliards d’euros.

Un montant qui ne pourra, selon l’expert, pas atteindre celui de la grève de 1995. Mais celui-ci vient alourdir un peu plus la perte du secteur, qui pourrait d’ailleurs être allégée, selon lui:

« Ce qu’il faut retenir, c’est que ça fait des centaines de millions d’euros perdus. Ça coûte cher et ça désorganise les PME (…) Cela va finir par une subvention supplémentaire pour le système ferroviaire qui est déficitaire à hauteur de deux milliards d’euros de pertes par an. »

« Un chiffre qui pourrait être bien plus faible si l’on modifiait les conditions du temps de travail des cheminots: s’ils partaient à la retraite plus tard et s’ils achetaient leurs billets de train au même prix que les autres citoyens. »

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140620trib000836159/la-greve-coute-beaucoup-plus-a-l-economie-francaise-qu-a-la-sncf.html

Publié dans Y'en a marre des fonctionnaires | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des magouilles de l’UMP

Posté par ippolito le 22 juin 2014

7             7             7

Les vrais comptes de campagne de Sarkozy : les factures cachées des meetings s’élèvent à 17 millions d’euros

Incroyable. Les chiffres sont encore plus élevés que ce qui était annoncé. Alors qu’on pensait que les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy avaient été dépassés de 11 millions d’euros, Mediapart assure qu’il y en a en fait pour 17 millions d’euros de factures cachées. La campagne de Sarkozy aurait ainsi coûté 39 millions d’euros alors que le plafond légal était de 22 millions. Inimaginable.

D’où proviennent ces nouveaux chiffres ? De la comptabilité cachée d’Event & Cie, la filiale de Bygmalion, société qui a organisé les principaux meetings de Sarkozy. Cette comptabilité, contenue dans une clef USB, a été récupérée par la police judiciaire. Des données auxquelles Mediapart a eu accès.

Voici les vrais coûts des meetings de Sarkozy :

16 février 2012 : Meeting d’Annecy

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 69 585 euros
- Prix réel des prestations : 253 438 euros

Montant non déclaré : 183 853 euros

19 février 2012 : Meeting de Marseille

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 100 104 euros
- Prix réel des prestations : 770 677 euros

Montant non déclaré : 670 573 euros

23 février 2012 : Meeting de Lille

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 99 834 euros
- Prix réel des prestations : 607 874 euros

Montant non déclaré : 508 040 euros

28 février 2012 : Meeting de Montpellier

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 100 319 euros
- Prix réel des prestations : 580 252 euros

Montant non déclaré : 479 933 euros

3 mars 2012 : Meeting de Bordeaux

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 100 233 euros
- Prix réel des prestations : 605 431 euros

Montant non déclaré : 505 198 euros

8 mars 2012 : Meeting de Saint-Just Saint Rambert

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 75 552 euros
- Prix réel des prestations : 294 141 euros

Montant non déclaré : 218 589 euros

11 mars 2012 : Meeting de Villepinte

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 444 206 euros
- Prix réel des prestations : 1 817 028 euros

Montant non déclaré :1 372 822 euros

15 mars 2012 : Meeting de Recy

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 72 403 euros
- Prix réel des prestations : 264 545 euros

Montant non déclaré : 192 142 euros

16 mars 2012 : Meeting de Meaux

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 66 175 euros
- Prix réel des prestations : 238 868 euros

Montant non déclaré : 172 693 euros

17 mars 2012 : Meeting de Lyon

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 106 106 euros
- Prix réel des prestations : 554 606 euros

Montant non déclaré : 448 500 euros

22 mars 2012 : Meeting de Strasbourg

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 109 613 euros
- Prix réel des prestations : 576 513 euros

Montant non déclaré : 466 900 euros

24 mars 2012 : Meeting de Rueil-Malmaison

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 75 161 euros
- Prix réel des prestations : 256 572 euros

Montant non déclaré : 181 411 euros

26 mars 2012 : Meeting de Ormes

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 71 591 euros
- Prix réel des prestations : 314 872 euros

Montant non déclaré : 243 281 euros

27 mars 2012 : Meeting de Nantes

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 98 946 euros
- Prix réel des prestations : 524 455 euros

Montant non déclaré : 425 509 euros

28 mars 2012 : Meeting de Elancourt

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 73 030 euros
- Prix réel des prestations : 247 990 euros

Montant non déclaré : 174 960 euros

29 mars 2012 : Meeting de Nîmes

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 74 392 euros
- Prix réel des prestations : 285 404 euros

Montant non déclaré : 211 012 euros

30 mars 2012 : Meeting de Besançon

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 73 250 euros
- Prix réel des prestations : 252 711 euros

Montant non déclaré : 179 461 euros

31 mars 2012 : Meeting de la Porte de Versailles

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 140 324 euros
- Prix réel des prestations : 865 160 euros

Montant non déclaré : 724 836 euros

2 avril 2012 : Meeting de Nancy

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 95 674 euros
- Prix réel des prestations : 531 200 euros

Montant non déclaré : 435 526 euros

4 avril 2012 : Meeting de La Réunion

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 209 442 euros
- Prix réel des prestations : 617 353 euros

Montant non déclaré : 407 911 euros

5 avril 2012 : Meeting de Paris, Equinoxe

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 92 426 euros
- Prix réel des prestations : 249 755 euros

Montant non déclaré : 157 329 euros

6 avril 2012 : Meeting de Caen

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 100 641 euros
- Prix réel des prestations : 533 133 euros

Montant non déclaré : 432 492 euros

7 avril 2012 : Meeting de Saint-Raphaël

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 74 814 euros
- Prix réel des prestations : 288 872 euros

Montant non déclaré : 214 058 euros

11 avril 2012 : Meeting de Paris-Mutualité

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 98 519 euros
- Prix réel des prestations : 277 778 euros

Montant non déclaré : 179 259 euros

12 avril 2012 : Meeting de Saint-Brice-sous-Forêt

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 76 523 euros
- Prix réel des prestations : 239 036 euros

Montant non déclaré : 162 513 euros

13 avril 2012 : Meeting d’Ajaccio

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 75 953 euros
- Prix réel des prestations : 373 160 euros

Montant non déclaré : 297 207 euros

14 avril 2012 : Meeting de Perpignan

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 87 696 euros
- Prix réel des prestations : 326 883 euros

Montant non déclaré : 239 187 euros

15 avril 2012 : Meeting de Paris, La Concorde

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 0 euro
- Prix réel des prestations : 1 877 989 euros

Montant non déclaré : 1 877 989 euros

16 avril 2012 : Meeting de Poitiers

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 74 924 euros
- Prix réel des prestations : 297 030 euros

Montant non déclaré : 222 106 euros

17 avril 2012 : Meeting de Morlaix

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 75 028 euros
- Prix réel des prestations : 282 372 euros

Montant non déclaré : 207 344 euros

18 avril 2012 : Meeting d’Arras

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 77 759 euros
- Prix réel des prestations : 332 723 euros

Montant non déclaré : 254 964 euros

19 avril 2012 : Meeting de Saint-Maurice

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 74 802 euros
- Prix réel des prestations : 264 125 euros

Montant non déclaré : 189 323 euros

20 avril 2012 : Meeting de Nice

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 98 972 euros
- Prix réel des prestations : 604 605 euros

Montant non déclaré : 505 633 euros

23 avril 2012 : Meeting de Tours

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 72 170 euros
- Prix réel des prestations : 308 371 euros

Montant non déclaré : 236 201 euros

24 avril 2012 : Meeting de Longjumeau

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 69 761 euros
- Prix réel des prestations : 251 054 euros

Montant non déclaré : 181 293 euros

25 avril 2012 : Meeting de Cernay

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 71 470 euros
- Prix réel des prestations : 303 309 euros

Montant non déclaré : 231 839 euros

26 avril 2012 : Meeting au Raincy

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 72 109 euros
- Prix réel des prestations : 262 510 euros

Montant non déclaré : 190 401 euros

27 avril 2012 : Meeting de Dijon

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 94 796 euros
- Prix réel des prestations : 388 871 euros

Montant non déclaré : 294 075 euros

28 avril 2012 : Meeting de Clermont

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 154 706 euros
- Prix réel des prestations : 623 293 euros

Montant non déclaré : 468 587 euros

29 avril 2012 : Meeting de Toulouse

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 183 214 euros
- Prix réel des prestations : 895 374 euros

Montant non déclaré : 712 160 euros

30 avril 2012 : Meeting d’Avignon

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 70 378 euros
- Prix réel des prestations : 304 289 euros

Montant non déclaré : 233 911 euros

1er mai 2012 : Meeting de Paris, Trocadéro

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 0 euros
- Prix réel des prestations : 576 421 euros

Montant non déclaré : 576 421 euros

3 mai 2012 : Meeting de Toulon

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 148 911 euros
- Prix réel des prestations : 574 873 euros

Montant non déclaré : 425 962 euros

4 mai 2012 : Meeting de Sables d’Olonnes

- Coût déclaré à la Commission des comptes de campagne : 65 610 euros
- Prix réel des prestations : 311 704 euros

Montant non déclaré : 246 094 euros

TOTAL déclaré : 4 267 122 euros

Prix réel : 21 206 376 euros

Non déclaré : 16 939 254 euros

http://www.politique.net/2014061801-factures-sarkozy.htm

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | 1 Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN