Y’en a marre des recettes bidons d’Anne Hidalgo

Posté par ippolito le 27 juin 2014

4            4            4

Mairie de Paris : les recettes bidon d’Anne Hidalgo pour renflouer les caisses

A en croire la maire de Paris, il est possible de renflouer les caisses de la capitale, gravement déficitaires, sans douleur pour ses habitants. Ce n’est malheureusement que pure illusion…

Capital l’avait prédit, Anne Hidalgo le fait ! Pour boucher le trou de 400 millions d’euros dans les caisses de la capitale, la nouvelle maire de Paris, qui s’était engagée à ne pas augmenter les impôts, milite aujourd’hui pour… des augmentation d’impôts.

Au programme : quintuplement de la taxe de séjour réglée par les touristes, alourdissement de la taxe sur les bureaux à la charge des entreprises, hausse de la taxe sur les logements vacants supportée par les propriétaires et remise à plat de la CVAE (la remplaçante de la taxe professionnelle) afin de la prémunir contre d’imaginaires fraudes – en réalité de la relever de plusieurs dizaines de millions d’euros.

La nouvelle élue n’a cependant pas encore gagné la partie, car ces ajustements ne relèvent pas de la compétence municipale : ils sont tous de la responsabilité de l’Etat. C’est même pour cela qu’elle les a choisis, afin de laisser Manuel Valls faire le sale boulot à sa place… En ce moment même, des députés amis font le forcing à l’Assemblée nationale pour tenter de faire passer certaines de ces majorations, dans le cadre de la loi de finances rectificative. Mais selon toute vraisemblance, ils ne devraient pas obtenir grand chose.

N’importe, à en croire Anne Hidalgo, Paris a une autre botte secrète dans son sac pour faire payer l’Etat. «La ville met à sa disposition 1,5 million de mètres carrés sans encaisser un centime, cela ne peut plus durer», clame-t-elle. Pour équilibrer son budget, elle compte donc lui faire désormais payer des loyers. Après tout, pourquoi pas…

Mais combien au juste cela rapportera-t-il chaque année à la ville ? Pour le savoir, nous avons passé en revue les 80 sites concernés (commissariats de police, universités, tribunaux, casernes de pompier, musées etc.), examiné à la loupe les contrats d’occupation, débusqué les blocages institutionnels et décortiqué les situations juridiques souvent complexes.

Résultat : comme on le voit sur ce tableau ci-dessous, Paris pourra encaisser au mieux 1,6 million d’euros de loyers annuels, autant dire rien du tout au regard des 400 millions manquants. Et il lui faudra sans doute des années de négociation pour obtenir ce maigre butin.

Quant à la cession des rares biens vendables, présentée par l’Hôtel de ville comme une formidable bouffée d’oxygène financière, elle ne permettra en réalité de financer pas même 1% des 8,5 milliards d’investissement prévus sur la mandature. Les contribuables parisiens ne sont pas sortis de l’auberge…

Philippe Eliakim

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/mairie-de-paris-les-recettes-bidon-d-anne-hidalgo-944275

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN