• Accueil
  • > Archives pour septembre 2014

Y’en a marre de Nicolas Sarkozy

Posté par ippolito le 26 septembre 2014

2          2          2

Ecoutes de Sarkozy : le rapport qui accable l’ancien chef de l’Etat

Un rapport de police et plusieurs procès-verbaux établissent clairement les faits de trafic d’influence pour lesquels l’ancien chef de l’Etat, et son avocat Thierry Herzog, ont été mis en examen en juillet dernier.

Et revoilà Paul Bismuth. Quelques jours après son « retour » en grande pompe, Nicolas Sarkozy voit une des affaires judiciaires les plus délicates pour son avenir politique ressurgir sur le devant de la scène. « Libération », France 3 et France Inter ont ainsi révélé lundi 22 septembre le contenu sensible d’un rapport de police et de procès-verbaux d’audition, dont celui de l’ancien chef de l’Etat, dans le cadre de l’enquête sur l’affaire dite des écoutes.

Une affaire dans laquelle Nicolas Sarkozy, après avoir été placé en garde à vue, a été mis en examen le 1er juillet pour trafic d’influence, corruption passive et recel de violation du secret professionnel. Il est reproché à l’ancien président de la République, et à son avocat Thierry Herzog – mis sur écoute à leur insu -, d’avoir tenté d’obtenir des informations confidentielles auprès d’un magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, sur un arbitrage en cours et qui visait à définir si les agendas présidentiels de Nicolas Sarkozy, saisis dans le cadre de l’affaire Bettencourt, pouvait être versés à d’autres dossiers sensibles (affaire Tapie ou financement de la campagne 2007).

Une décision potentiellement cruciale pour l’ancien président de la République, qui va conduire Sarkozy et Herzog à utiliser, à partir de janvier 2014, des lignes téléphoniques secrètes et des pseudonymes mystérieux (dont le désormais fameux « Paul Bismuth ») pour élaborer leur plan présumé dans le plus grand secret. Objectif : obtenir auprès de Gilbert Azibert, ami de 20 ans de Thierry Herzog, des informations sur la procédure en cours au sein de la juridiction, et tenter d’influencer la décision finale. En contrepartie de son aide, le magistrat convoite lui, grâce à l’appui de Nicolas Sarkozy, un poste prestigieux à Monaco.

« Les conversations enregistrées sont claires sur leurs intentions »

Les conversations enregistrées entre Thierry Herzog, Nicolas Sarkozy et Gilbert Azibert sont claires sur leurs intentions, et leurs propos ne suscitent pas d’interrogation quant à leur volonté et leurs attentes  : Gilbert Azibert est sollicité pour obtenir des informations et démarcher des conseillers à la Cour de cassation. En contrepartie, Nicolas Sarkozy accepte de l’aider à obtenir un poste à Monaco. Ces faits sont constitutifs du trafic d’influence, qui rappelons-le, prévoit l’influence réelle ou supposée », établit clairement Christine Dufau, chef de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), dans ses conclusions datées du 2 juillet.

Pour dresser ces conclusions, les enquêteurs s’appuient notamment sur les écoutes de la ligne baptisée « ligne Bismuth » sur laquelle plusieurs conversations vont attirer leur attention. Et notamment celle du 29 janvier 2014 - dont le contenu avait été révélé par le « Monde » en juillet - lors de laquelle Thierry Herzog explique à Nicolas Sarkozy que « Gilbert » a « bien bossé ». C’est la première fois que le magistrat est nommément cité, selon les éléments rapportés par « Libération ».

Herzog à Sarkozy : « Surtout, ce qu’il a fait, c’est le truc à l’intérieur quoi… »

C’est cette remarque de l’avocat qui va finir de convaincre les policiers sur le rôle suspect de Gilbert Azibert. Pour eux, il s’agit ici forcément de « l’intérieur de la Cour de cassation ». D’autant que le lendemain, et c’est l’un des points clés, comme le raconte « Libé », Thierry Herzog précise à Nicolas Sarkozy qu’il a eu accès à l’avis du rapporteur, « qui ne sera jamais publié ». Un avis secret, non consulté par les avocats ou le procureur général, qui conclut au retrait de toutes les mentions relatives aux agendas présidentiels et auquel l’avocat de l’ancien chef de l’Etat n’aurait jamais dû avoir accès. « Tu sais que là, c’est du boulot », ajoute d’ailleurs Herzog au téléphone.

Renvoi d’ascenseur

Le 5 février, Nicolas Sarkozy interroge pour la première fois son avocat - toujours sur leur ligne secrète – pour savoir comment renvoyer l’ascenseur au magistrat. « Il m’a parlé d’un truc sur Monaco, parce qu’il voudrait être nommé au tour extérieur », lui répond Herzog. « Appelle-le aujourd’hui en disant que je m’en occuperai, parce que moi je vais à Monaco et je verrai le prince », lui rétorque l’ancien président. Et Nicolas Sarkozy confirme ses intentions à Thierry Herzog quelques semaines plus tard, le 24 février :

Tu peux lui dire que je fais la démarche. Que je vais faire la démarche auprès du ministre d’Etat demain ou après-demain. »

Une rencontre actée le lendemain : « Je voulais te dire, pour que tu puisses le dire à Gilbert, que j’ai rendez-vous à midi avec Michel Roger, le ministre d’Etat de Monaco. »

Et ensuite ? Silence radio. A partir de cette date, explique « Libération », sans que l’on sache précisément pourquoi (même si les enquêteurs pensent que les deux hommes ont appris leur mise sur écoutes puisque Herzog est allé dîner en urgence avec son client à Nice, le 25 février), le ton change radicalement au téléphone. Et il n’y a pas que le ton qui change puisque Nicolas Sarkozy a également changé d’avis. Plus question de coup de pouce pour remercier Azibert de son aide précieuse.

« Tu vas m’en vouloir »

« Tu vas m’en vouloir mais, j’ai réfléchi depuis », explique d’abord Sarkozy à Herzog en préambule du compte-rendu de son entretien avec le représentant monégasque. « Et je préfère te le dire, je lui ai pas parlé de Gilbert. Pourquoi ? Parce que d’abord c’est pas venu dans la conversation, ça m’embête, et pour te dire, ça m’embête de demander quelque chose alors que je connais pas très bien », lâche ensuite Sarkozy. Un étrange revirement. Et le chef de l’Etat va même enfoncer le clou quelques heures plus tard, toujours au téléphone avec son avocat sur la ligne Bismuth : « Je ne l’ai pas senti d’en parler, j’ai pas envie. »

Pas de quoi tromper les enquêteurs, d’après « Libération ». Dans son rapport, Christine Dufau écrit ainsi : « Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy ont bénéficié au cours de la journée du 25 février 2014 d’une information leur ayant permis de savoir que des investigations étaient menées en liaison avec la ligne Bismuth. » Et de conclure que « les informations dont ils ont bénéficié n’ont pas permis de dérouler normalement des investigations ».

Ce qui n’aura pas empêché des perquisitions le 4 mars dernier dans les bureaux des deux hommes, trois jours avant les premières révélations du « Monde » et une semaine avant la décision de la Cour de cassation, défavorable à l’ancien chef de l’Etat puisque la saisie de ses fameux agendas a finalement été jugée légale.

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du chômage et surtout des mensonges

Posté par ippolito le 26 septembre 2014

5          5          5

Vrais chiffres chômage aout 2014, 15200 chomeurs de moins, mais 31000 radiations de plus

Vous l’aurez compris, la baisse est pour tout ou partie artificielle, par contre ce sont bien des êtres vivants, les radiés des listes (à part les morts classés dans « autre cas », bien entendu).

327 500 radiations en Aout contre 296 500 radiations en Juillet. (soit 31000 de + que le mois précédent).

Toujours 1 inscrit sur 2 qui ne perçoit aucune indemnité de Pôle emploi.

Seuls 2 chômeurs sur 10, sortent des listes pour « reprise d’emploi déclarée ».

221 172 offres (y compris précaires) pour 6 063 900 demandeurs d’emploi officieux (sans compter les 3 500 000 invisibles).

33 % environ de la population active sans emploi ou sans emploi stable

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Aout 2014 :

- Défauts d’Actualisation : 227 700, 45,7 % des sorties des listes. +14,4% sur 1 mois

- Radiations Administratives (les punis) : 52 500, 10,5 % des sorties. +5,4 % sur 1 mois

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 47 300 et 9,5 % des sorties.

soit 327 500 radiés des listes (65,7 %) pour autres motifs que :

- Stages parking : 37 400, 7,5 % des sorties. +13% sur 1 an

- Arrêts maladie, maternité etc : 38 800, 7,8 % des sorties.

- Reprises d’emploi déclarées : 84 100, ne représentent que 18,9 % des sorties des listesde pôle emploi.

Demandeurs d’emploi par catégories :

A : 3 413 300 -0,3 % ( + 5,2 % sur 1 an ).
B : 670 300 +0,8 % ( + 6 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 994 400 +0% ( + 8,5 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
D : 260 100 -3,1 % ( + 0,9 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 394 000 -0,3% ( + 10,8 % sur 1 an ) contrats aidés etc.
TOTAL : 5 732 100 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 6 % sur 1 an, 15200 chômeurs de moins, par rapport à Juillet.

TOTAL, dom-tom compris : 6 063 900 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page )

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 14,5 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,2 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 11,6 % sur 1 an.

+ d’1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (53,1 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER …)

Offres d’emploi dispo, dernier chiffre connu : 221 172.

Le + scandaleux, LES INVISIBLES, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 063 900 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 393 200 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 906 800 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.

+ 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAH ou d’une pension d’invalidité, ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’ accès à emploi adapté.

+ d’1 million de SANS-DROITS, principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d’emploi, qui comme vous le savez n’ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe)

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d’allocation chomage, ou 790€ d’allocation adulte handicapé, vous n’aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 629€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions (veufs, veuves) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA, et qui n’ont pas encore l’age pour prendre la retraite ou encore percevoir le minimum vieillesse « ASPA » ( 67 ans) ASPA récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- on peut également évoquer, des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d’emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits)

- on peut évoquer enfin, des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d’emploi en parallèle.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9,5 MILLIONS demandeurs d’emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p…

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-aout-2014-157201

Publié dans Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la baisse du quotient familial

Posté par ippolito le 25 septembre 2014

8          8          8

Baisse du quotient familial : un million de foyers ont payé 500 millions d’euros d’impôts supplémentaires

Dans la série, les ménages sont mis à contribution pour réduire le déficit, on a failli passer à côté de cette info : la baisse du quotient familial a touché beaucoup plus de monde que prévu. « Plus d’un million de ménages ont vu leur impôt augmenter en 2013. Ils seront encore plus nombreux en 2014″, expliquait Le Parisien cet été.

Pour bien comprendre, il faut revenir au principe du quotient familial. Pour calculer le montant de l’impôt sur le revenu d’un couple, on divise leur revenu par le nombre de part. Le premier enfant donne droit à une demi-part supplémentaire, le deuxième à une autre demi-part et à partir du troisième, chaque enfant compte une part supplémentaire. Et plus il y a de part, moins le foyer paie d’impôt. C’est ce qu’on appelle le « quotient familial ».

Sauf que l’avantage fiscal est plafonné. Et le gouvernement, afin de réduire le déficit, a baissé cet avantage. Le plafond est « d’abord passé de 2 336 euros à 2 000 euros par demi-part supplémentaire sur les impôts payés en septembre 2013″, expliquait Le Parisien.

En clair, pour chaque enfant, la déduction fiscale était moins élevée. En septembre 2014, le plafond va baisser encore d’un cran en passant de 2 000 à 1 500 euros.

Résultat : plus d’un million de foyers fiscaux ont payé 554 millions d’euros d’impôts supplémentaires.

*** Source
- Boris Cassel, « Baisse du quotient familial : 1 million de foyers touchés », Le Parisien, 30.07.2014

http://www.politique.net/2014082902-quotient-familial-hausse-d-impots.htm

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la baisse de notre pouvoir d’achat

Posté par ippolito le 25 septembre 2014

4          4          images C

Les Français ont perdu 1.500€ par an de pouvoir d’achat depuis 2009

C’est le résultat d’une étude réalisé par 60 millions de consommateurs en se basant sur l’évolution des prix, des revenus, et de la consommation des ménages.

Les Français ont perdu 4% de pouvoir d’achat depuis 2009, soit l’équivalent de 1.500 euros annuels, selon 60 millions de consommateurs, qui note une augmentation notable du prix des dépenses contraintes, notamment liées au logement ou à la voiture.

Pour calculer ces variations, le magazine de l’institut national de la consommation (INC), s’est basé sur l’évolution des prix, des revenus, et de la consommation des ménages.

Il estime qu’entre 2009 et 2014, le revenu annuel moyen par ménage (incluant salaires, patrimoine et prestations sociales, et déduisant impôts et cotisations sociales) a augmenté de 2,9%, passant de 37.517 euros à 38.591 euros.

Mais parallèlement, les prix ont augmenté de 6,9%, avec notamment une explosion du poids des dépenses contraintes.

Electricité et carburant au premier rang

Selon les estimations du magazine, la hausse des prix du carburant a grignoté 335 euros de pouvoir d’achat depuis 2009, celle de l’électricité 205 euros, et les loyers 175 euros.

Ainsi, les ménages n’ont plus guère « de prise sur leur situation budgétaire et se retrouvent souvent coincés par des factures sur lesquelles ils n’ont pas la main », note le magazine, qui pointe la hausse des charges liées au logement et à la voiture comme les plus pénalisantes.

Parmi les autres dépenses, cette fois « arbitrables », dont les augmentations ont le plus amputé les revenus, on trouve le tabac (225 euros), la restauration et les cafés (172 euros) ainsi que la viande (146 euros).

« Au final, la perte moyenne de pouvoir d’achat s’établit donc à 1.496 euros, soit -4% » depuis 2009, conclut 60 millions de consommateurs.

Si la hausse des carburants « a frappé indifféremment toutes les catégories de ménages », d’autres augmentations frappent plus lourdement certains ménages: « la hausse des loyers affecte évidemment plus les personnes seules et les familles monoparentales, celle du tabac rogne plus le pouvoir d’achat des jeunes ayant de faibles ressources, des employés ou des ouvriers.(…) Les propriétaires âgés de plus de 75 ans, ayant de modestes pensions, ont subi de plein fouet les hausses de l’électricité, du gaz et du fioul domestique », détaille Emmanuel Masset-Denèvre, économiste à l’INC.

Selon le magazine, 2014 devrait être neutre en terme de pouvoir d’achat « du fait d’une inflation particulièrement faible (+0,7%) ».

Mais ajoute-t-il, « il serait abusif d’évoquer une baisse généralisée: seuls les produits alimentaires, et en particulier les fruits et légumes, ainsi que le matériel audiovisuel et informatique affichent une baisse de leur prix ». Or, ces catégories ne figuraient pas parmi celles ayant le plus rogné le pouvoir d’achat des Français ces cinq dernières années.

http://www.challenges.fr/economie/20140924.CHA8058/les-francais-ont-perdu-1-500-par-an-de-pouvoir-d-achat-depuis-2009.html

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des dépenses du gouvernement

Posté par ippolito le 24 septembre 2014

3          3          3
COMBIEN A COÛTÉ LE NOUVEAU SITE INTERNET DU GOUVERNEMENT ?

Le gouvernement vient de mettre en ligne la dernière version de son site web. Pour quel coût ?

Le gouvernement vient de mettre en ligne la dernière version de son site web. Pour quel coût ?

Le site internet www.gouvernement.fr, lancé en 1996 par Alain Juppé, a été entièrement rénové afin de mettre en avant les réseaux sociaux. Pour son nouveau site internet, le gouvernement a dépensé la bagatelle de 309 000 euros ! Un montant hallucinant en comparaison avec les prix du marché, mais rien d’étonnant puisque l’Etat a pour fâcheuse habitude de surpayer ses sites web.

Pour rappel, le site elysee.fr avait coûté 100 000 euros ( voir 100 000 euros pour elysee.fr), tout comme le site france.fr ( voir Le vrai coût du site France.fr), alors que le site officiel de la Hadopi avait coûté 85 000 euros ( voir Hadopi: 85 000 euros pour un site Internet fantôme) et que le site de l’ANTAI avait coûté 1,7 million d’euros ( voir Coût du site internet de l’ ANTAI).

Rappelons également que les contribuablesavaient payé cher pour le site internet de Carla Bruni ( voir Combien a coûté le site internet de Carla Bruni aux contribuables ?) ainsi que pour tous les sites internet des ministères ( voir Les dépenses de communication des sites Internet des ministères).

Cette fois, 309 000 euros d’argent public ont été dilapidés pour refaire le site web du gouvernement. La facture des sites gouvernementaux s’alourdit encore un peu plus. A ce prix là, le nouveau site internet du gouvernement bénéficiera d’«éléments de communication beaucoup plus offensifs que par le passé», d’après le SIG ( Service d’Information du Gouvernement), et sera beaucoup plus orienté sur le partage de contenu et l’interactivité, en permettant notamment d’écrire directement au Premier ministre ou encore de suivre les comptes du gouvernement sur les réseaux sociaux.

« L’accent est également mis sur la pédagogie pour une meilleure compréhension du fonctionnement des institutions et une meilleure exposition de l’actualité gouvernementale. La composition du gouvernement et son organisation hiérarchique sont exposées plus clairement qu’auparavant », explique Le Figaro… Cela valait bien 309 000 euros !

source: lefigaro.fr

http://www.observatoiredessubventions.com/2014/combien-a-coute-le-nouveau-site-internet-du-gouvernement/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Thomas Thevenoud

Posté par ippolito le 24 septembre 2014

1          1          1

Thomas Thévenoud n’a pas non plus payé EDF

Mais qu’a donc payé l’ancien secrétaire d’Etat? Après les impôts, les loyers, voici un nouvel impayé…

Mais qu’a payé Thomas Thévenoud? La liste des impayés de l’éphémère secrétaire d’Etat au commerce extérieur du gouvernement de Manuel Valls continue. Après les impôts, le loyer de son appartement parisien, les amendes de sa voiture de fonction, le kiné pour ses enfants, c’est désormais d’électricité qu’il s’agit:

EDF Bourgogne a lancé, il y a quelques semaines, une procédure de recouvrement pour « incidents de paiement » à l’encontre du député socialiste de Saône-et-Loire. Un contentieux qui, là encore, porterait sur plusieurs années de notes non réglées…

Contactée par L’Express, la direction nationale d’EDF n’a pas souhaité commenter l’information.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/thomas-thevenoud-n-a-pas-non-plus-paye-edf_1578294.html#kpyzhQ67U3xpZUz5.99

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

123456
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN