Y’en a marre des privilèges de Nicolas Sarkozy

Posté par ippolito le 15 février 2015

images C          images C          images C

Les très coûteux privilèges de Nicolas Sarkozy

Le militant écologiste, Raymond Avrillier, a décidé d’en savoir plus sur les avantages perçus par Nicolas Sarkozy depuis la fin de son mandat présidentiel. Et la facture s’avère salée, très salée ! Mais celui qui a provoqué la mise en examen de l’ex-maire RPR de Grenoble, Alain Carignon en 1994, et révélé l’affaire des sondages de l’Elysée en 2012, ne compte pas en rester là.

Mais combien coûte chaque année Nicolas Sarkozy aux contribuables français ? Eh bien, pas moins de 1,2 million d’euros ! C’est ce que révèlent les documents obtenus par l’ancien élu écologiste de Grenoble, Raymond Avrillier , qui, après 4 mois de persévérance, un recours auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et une saisine du tribunal administratif, a obtenu le détail des dépenses de notre ancien président de la République, ponctionnées sur les deniers publics depuis mai 2012.

Et la calculette a vite fait de s’emballer. Rien que ses 320 mètres carrés de la rue Miromesnil ont coûté à l’Etat 196.092 euros de loyers l’an dernier, selon les comptes initialement publiés par Mediapart. Au total, depuis la fin de son mandat en 2012, ces luxueux bureaux ont coûté près d’un demi million d’euros aux contribuables français. Et c’est sans compter les dépenses d’ameublements, notre cher ancien président de la République ayant dépensé 56.724,34 euros en 2012 pour s’installer. Parmi ses emplettes, figurent une « armoire forte » et un « coffre de sécurité » pour un montant d’un peu plus de 4.000 euros. Il dispose aussi d’une voiture de fonction, une Citroën C6 super équipée, d’une valeur de 44.141 euros. Evidemment, tous frais payés, dont l’essence, à raison de plus de 4.000 euros en 2014.

Mais ce qui coûte le plus cher, ce sont les rémunérations des fonctionnaires qui travaillent pour le compte de l’ancien président, dont Raymond Avrillier a obtenu la liste détaillée. Ils sont au nombre de 10 (dont 2 chauffeurs), rémunérés entre 4.000 et 7.020 euros brut mensuels. « Soit un coût annuel de 663.708 euros net et plus de 929.000 euros en tenant compte des charges sociales », calcule Raymond Avrillier, que nous avons interrogé. S’ajoutent les fonctionnaires de police chargés de la protection de Mr Sarkozy ! Un avis de la CADA rendue en novembre 2014 a autorisé « l’occultation des éventuelles mentions dont la divulgation porterait atteinte à la sécurité de Monsieur Nicolas Sarkozy ».

Tenace, le retraité a aussi demandé la liste des hébergements mis à disposition par les ambassadeurs de France, mais aussi la confirmation de l’existence d’une carte de voyage lui permettant de voyager de façon illimitée sur les réseaux Air France et SNCF. Réponse de Matignon : les services de l’Etat ne disposent pas d’éléments d’information sur ces cartes permettant de voyager sur les réseaux publics. « Il me manque encore plusieurs documents très importants, dont la lettre adressée par le Premier ministre à Nicolas Sarkozy lui allouant officiellement ces avantages financés de l’Etat », souligne-t-il.

Il existe en effet une tradition qui remonte à 1985. Par l’intermédiaire d’une simple lettre , Laurent Fabius, alors Premier ministre de Mitterrand, a alloué des avantages en nature et financiers pour « services rendus » à Valéry Giscard d’Estaing. Il s’agit notamment d’un bureau, d’une assistante, éventuellement d’un service de sécurité…. « Quel contrôle est effectué sur ces dépenses ? Quel est le fondement légal de ces privilèges ? », s’interroge encore Raymond Avrillier. Par exemple, on peut noter une flambée des dépenses informatiques et de télécommunications, à raison de 51.354 euros en 2014, dont 11.859 euros rien qu’en photocopies et 11.119 euros en téléphonie mobile !

Encore plus gênant, selon Raymond Avrillier, « Nicolas Sarkozy utilise une partie de ces moyens à sa disposition pour faire campagne d’abord pour la présidence de l’UMP, ensuite pour la campagne présidentielle de 2017″. « Pourquoi ne pas comptabiliser une partie de ces avantages dans les recettes de l’UMP », poursuit-il. Pugnace, le militant écologiste compte donc interpeller la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques sur la légalité de ces avantages accordés à un ancien Président… et en passe de briguer un second mandat présidentiel !

Sandrine Chauvin

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/les-tres-couteux-privileges-de-nicolas-sarkozy-1005670

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN