Y’en a marre de Claude Guéant

Posté par ippolito le 8 mars 2015

7          7          7

Les sept affaires qui menacent Claude Guéant

L’ancien secrétaire général de l’Elysée et ex-ministre de l’intérieur, Claude Guéant, a été placé en garde à vue, mardi 17 décembre, par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, dans le cadre de l’affaire des « primes en liquide ».

Petites ou grandes, plusieurs affaires judiciaires menacent l’ancien homme fort de la Sarkozie. Tour d’horizon de ces dossiers dans lesquels Claude Guéant, qui n’est pour le moment que mis en cause, est, ou pourrait être, inquiété par la justice.

Les primes en liquide

Lorsque le domicile et le cabinet d’avocat de M. Guéant ont été perquisitionnés dans le cadre de l’affaire Tapie-Lagarde et d’un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy (voir ci-dessous), les enquêteurs ont retrouvé la trace d’achats en liquide, pour une somme d’environ 20 000 euros. D’où proviennent ces liquidités ? M. Guéant a assuré que ces sommes lui avaient été versées lorsqu’il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur. « Cela vient de primes payées en liquide. Elles n’ont pas été déclarées car ce n’était pas l’usage. A posteriori, on se dit que c’était anormal. D’ailleurs, ça a été modifié », assurait-il, fin avril, au micro de RMC. Or, les « fonds spéciaux » des ministères ont été supprimés en 2002 par Lionel Jospin.

Lire : Derrière l’affaire Guéant, les primes de cabinet des ministres

Un rapport remis au ministre de l’intérieur le 10 juin a conclu à la survivance, pendant quelques années, de ces primes prélevées dans les fonds destinés aux frais d’enquête et de surveillance de la police nationale. M. Guéant aurait ainsi touché, au nom du cabinet du ministre, 10 000 euros par mois en liquide de 2002 à 2004.

Lire : Claude Guéant percevait des frais d’enquête

Une enquête préliminaire a été ouverte par le paquet de Paris pour « détournement de fonds publics ». C’est dans ce cadre que Claude Guéant a été placé mardi 17 décembre en garde à vue.

L’affaire Tapie-Lagarde

L’affaire de l’arbitrage privé qui a permis à Bernard Tapie de toucher plus de 400 millions d’euros d’argent public a connu, ces dernières semaines, de multiples rebondissements. Et plus les différentes enquêtes avancent, plus elles se rapprochent de Claude Guéant, qui était secrétaire général de l’Elysée lorsque cet arbitrage a été rendu.

En février, le domicile et le cabinet de M. Guéant ont été perquisitionnés par les enquêteurs qui le soupçonnent d’avoir forcé la main au ministère de l’économie pour que le conflit qui opposait Berbard Tapie au CDR (Consortium de réalisation, chargé de liquider les passifs du Crédit lyonnais) soit tranché par un tribunal privé.

Lire : Bernard Tapie : « Je regrette d’avoir accepté l’arbitrage, je me suis dégonflé »

Stéphane Richard, le directeur de cabinet de la ministre de l’économie de l’époque, a été mis en examen. Lors de son audition, il a confirmé que des réunions décisives avaient eu lieu à l’Elysée, où étaient présents M. Guéant et certains des principaux protagonnistes du dossier.

Lire : Affaire Tapie : comment l’arbitrage a été verrouillé

Lire : Affaire Tapie-Crédit lyonnais : si vous avez manqué un épisode et tous nos contenus sur le sujet

Le financement de la campagne de 2007

Le camp Sarkozy a-t-il touché de l’argent en provenance de Libye pour financer la campagne de 2007 ? En avril, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour « corruption active et passive », « trafic d’influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux », « blanchiment, complicité et recel de ces délits ».

Le site Mediapart avait révélé en juillet 2011 que Claude Guéant s’était rendu à plusieurs reprises en Libye entre 2005 et 2007 pour y rencontrer de hauts dignitaires du régime Kadhafi. Il était alors directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur. Au moment de ces révélations, l’aviation française bombardait le pays pour faire tomber le « Guide », et son fils exhortait M. Sarkozy à « rendre l’argent qu’il a[vait] accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale ».

Selon Ziad Takkiedine – intermédiaire dans les ventes d’armes entre la France et le Pakistan, actuellement incarcéré –, « M. Guéant donnait des indications bancaires à M. Bachir Saleh », ex-directeur du cabinet de Kadhafi, qui « faisait des comptes rendus écrits de ses visites en France, destinés à M. Kadhafi », a soutenu devant les juges M. Takieddine. Ce que M. Guéant a qualifié « d’affabulations ». « Jamais quelque Libyen que ce soit, quelque autorité libyenne que ce soit, n’est passé par mon intermédiaire pour alimenter des enrichissements personnels ou bien la campagne de 2007 », s’est défendu M. Guéant.

Mais les juges René Cros et Emmanuelle Legrand, qui enquêtent sur le document publié par Mediapart, ont recueilli divers témoignages qui jettent un doute sur son authenticité, a révélé Vanity Fair en décembre.

Lire : Financement de la campagne de Sarkozy : l’authenticité d’un document clé en cause

L’emploi fictif

Le parquet de Nanterre a ouvert, le 10 mai, une information judiciaire contre X, pour « détournement de fonds publics, complicité et recel ». En cause, l’emploi supposé fictif de Philippe Pemezec, maire UMP du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine). L’élection de ce dernier à l’Assemblée nationale ayant été invalidée par le Conseil constitutionnel. Déclaré inéligible, il est embauché en 2008 au cabinet de la ministre du logement, Christine Boutin, en tant que « chargé de mission sur l’accession sociale à la propriété ».

Interrogés par les enquêteurs, tant Mme Boutin que son ancien directeur de cabinet, Jean-Paul Bolufer, ont assuré que l’embauche de M. Pemezec leur avait été imposée par Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée.

Lire : Claude Guéant suspecté d’avoir favorisé un emploi fictif

La vente de tableaux

Claude Guéant a perçu un virement de 500 000 euros en provenance d’un compte à l’étranger. Selon M. Guéant, ces « 500 000 euros proviennent de la vente en 2008 de deux tableaux du peintre hollandais Andries van Eertvelt à un confrère avocat. Cela n’a rien à voir avec la Libye ».

Comme l’ont assuré plusieurs spécialistes, les œuvres d’Andries van Eertvelt n’ont jamais atteint une telle cote, d’autant que l’ancien ministre parle de tableaux de taille réduite, qui sont évalués autour de 15 000 euros. Par ailleurs, M. Guéant aurait dû obtenir un certificat du ministère de la culture pour vendre, au tarif qu’il a indiqué, des œuvres à l’étranger. Or il n’en a jamais fait la demande, ce qui constitue un délit.

Le tableau ivoirien

Lorsqu’il était ministre de l’intérieur, Claude Guéant a été reçu en Côte d’Ivoire par le président Alassane Ouattara. Ce dernier lui a offert une œuvre du peintre ivoirien James Houra. Peinture qui orne le mur de son cabinet d’avocat. Or, selon une circulaire de François Fillon, « les cadeaux offerts aux membres du gouvernement ou à leur conjoint, dans le cadre de l’exercice des fonctions gouvernementales, notamment à l’occasion des visites effectuées à l’étranger (…) sont, pour leurs auteurs, la manifestation de la volonté d’honorer la France. C’est donc à l’Etat qu’ils s’adressent, au-delà de la personne du récipiendaire (…). Il est par conséquent normal qu’ils n’entrent pas dans le patrimoine personnel du ministre ou de sa famille. »

M. Guéant se défend en assurant que l’œuvre n’est que de peu de valeur – entre 2 000 et 25 000 euros selon l’entourage du peintre. Mais s’il a bien conservé ce tableau, il est passible d’une sanction. Comme bien d’autres ministres et hauts fonctionnaires qui ont « emprunté » des œuvres appartenant au patrimoine national.

>> Lire : Claude Guéant a oublié de rendre un tableau reçu en cadeau

Le contrat Ecomouv’

Sur fond de fronde des « bonnets rouges », le partenariat public-privé signé en 2011 entre l’Etat et la société Ecomouv’ n’a cessé d’alimenter la polémique ces dernières semaines. Le parquet de Nanterre a ordonné le 6 novembre une enquête préliminaire sur ce contrat, dont le coût a été qualifié de « scandaleux » par de nombreuses figures politiques. Dans cette affaire, Claude Guéant a été discrètement entendu comme témoin, mardi 26 novembre, par les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance économique.

Lire : Ecomouv’ : Claude Guéant interrogé dans le cadre de l’enquête préliminaire

Les policiers cherchent en effet à vérifier si une infraction a été commise lors de l’attribution par le gouvernement de François Fillon de la collecte de l’écotaxe à la société Ecomouv’, à l’époque où Claude Guéant était secrétaire général de l’Elysée. Les enquêteurs soupçonnent que l’appel d’offres pour ce contrat ait été vicié, même si aucun élément de preuve ne vient conforter pour l’heure cette hypothèse.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/06/18/les-six-affaires-qui-menacent-claude-gueant_3429804_823448.html

Laisser un commentaire

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN