• Accueil
  • > Y'en a marre des promesses non tenues

Y’en a marre des retraites chapeaux

Posté par ippolito le 8 mai 2015

4          images C          images C

La retraite chapeau de l’ex-patron de PSA divise le gouvernement

Le gouvernement et des syndicats se sont indignés mercredi 6 mai du versement d’une retraite chapeau à l’ancien patron de PSA Peugeot Citroën, même si le constructeur automobile estime ce dispositif conforme à des éléments connus et actés.

Le site internet Deontofi.com a révélé mardi que l’ancien président du directoire de PSA, qui a quitté son poste début 2014, toucherait bien une retraite chapeau de 299.000 euros par an, alors qu’il avait déclaré renoncer à un tel dispositif.

Ce montant est d’ailleurs mentionné dans le document de référence 2014 de PSA publié fin mars.

Fin 2013, en partance du groupe automobile alors en grande difficulté, Philippe Varin avait dû renoncer aux 21 millions d’euros prévus pour sa retraite chapeau, face à l’avalanche de critiques suscitée par la publication de cette somme.

« Compte tenu de la polémique que ce sujet a suscité (…) j’ai décidé de renoncer aux dispositions actuelles de mes droits à retraite », avait déclaré Philippe Varin le 27 novembre 2013.

Vers un encadrement

Les retraites chapeau, généreux compléments de rémunération prisés des anciens grands patrons, suscitent régulièrement la polémique. Le gouvernement a jusqu’ici privilégié l’autorégulation pour les entreprises, dotées d’un code de bonne conduite (code Afep/Medef), mais la loi Macron en cours d’examen par le Parlement vise à les encadrer plus sévèrement.

Interrogé mercredi sur cette retraite chapeau de Philippe Varin, qui préside aujourd’hui le conseil d’administration du géant du nucléaire Areva, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll l’a qualifiée d’ »inacceptable ».

« Quelle image, quelle idée on donne de l’exemplarité ? », s’est-il demandé, ajoutant que « franchement, quelque part, ça me met un peu en colère ».

Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a cependant affirmé quelques heures plus tard, dans une déclaration écrite envoyée à l’AFP, que « le gouvernement maintient sa confiance dans Philippe Varin », nommé à la présidence du groupe Areva en janvier.

Une retraite inférieure au montant initial

« La retraite aujourd’hui touchée par Philippe Varin est bien conforme aux engagements pris par celui-ci en 2014 et aux dispositions votées par l’assemblée générale de PSA la même année », affirme Emmanuel Macron, ajoutant que le régime de retraite supplémentaire de Philippe Varin a été « revu et réduit sous l’action du gouvernement ».

A Bercy, une autre source observe que « cette retraite est conforme au code Afep/Medef et plus de deux fois inférieure au montant initialement prévu », qui était de 664.000 euros par an, mais précise que « l’Etat a néanmoins voté contre à chaque fois qu’il en a eu l’occasion, depuis qu’il est devenu actionnaire de PSA ».

De son côté, PSA a rappelé mercredi que « Philippe Varin avait volontairement renoncé aux conditions initiales et contractuelles de son régime de retraite supplémentaire, s’en remettant au Conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën ».

En outre, « le Conseil a réformé ce régime début 2014, conformément aux recommandations Afep/Medef, conduisant à une réduction de moitié des droits contractuels » de M. Varin, a précisé cette instance dans un communiqué.

PSA souligne que « Philippe Varin remplit toutes les conditions d’éligibilité à ce régime de retraite collectif ».

Un poste très opportun

Le communiqué du constructeur automobile reste toutefois muet sur un volet des informations de Deontofi.com, le fait que pour bénéficier d’une retraite chapeau après la réforme, M. Varin aurait dû rester chez PSA pendant cinq ans, soit jusqu’au 1er juin 2014.

Or, son mandat a pris fin le 31 mars 2014, lorsque Carlos Tavares a pris la présidence du directoire de l’entreprise.

Selon la direction de la communication de PSA, M. Varin est resté salarié de PSA jusqu’au 30 juin 2014, en tant que chargé de mission, pour boucler la recapitalisation de l’entreprise lancée pendant son mandat: l’arrivée au capital du Chinois Dongfeng et de l’Etat français, chacun à hauteur de 14%.

« M. Tavares lui a généreusement donné une mission complètement bidon à effectuer pendant trois mois pour qu’il arrive à boucler les cinq ans de présence qu’il lui fallait pour toucher ce fameux magot », a réagi Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT, en faisant part de son « écoeurement » et de sa « révolte ».

Pour sa part, Jacques Mazzolini, délégué syndical central CFE-CGC, a indiqué que l’information sur la retraite chapeau de M. Varin avait « suscité beaucoup d’émoi parmi les salariés, qui sont dans une période où l’entreprise se reconstruit mais où malgré tout on leur demande toujours de consentir des efforts ». En outre, « l’image qu’ils avaient de leur PDG précédent n’était pas forcément celle de la réussite », a-t-il estimé.

(Avec AFP)

http://www.challenges.fr/france/20150507.CHA5594/la-retraite-chapeau-de-l-ex-patron-de-psa-divise-le-gouvernement.html#player_load

Publié dans Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des banques et des promesses non tenues

Posté par ippolito le 3 mars 2015

8          8          8

Les banques françaises continuent de spéculer sur la faim

C’était la promesse numéro 7 du candidat François Hollande : « Mettre fin aux produits financiers qui enrichissent les spéculateurs et menacent l’économie ». C’est raté. Selon une enquête de l’organisation internationale Oxfam, relayée par Le Canard enchaîné, « la spéculation sur les matières premières agricoles (blé, riz, huile, maïs), qui tire le prix vers le haut et provoque – comment en 2008 et 2010 notamment – des famines en Afrique, est une activité florissante en France ». Trois banques françaises sont dans le collimateur : BNP Paris Bas, Société générale et Natixis.

Il y a deux ans, ses banques, déjà épinglées par Oxfam, avaient promis de mettre fin à leurs activités spéculatives. Résultat ? Encore aujourd’hui, ces trois banques « proposent au total 19 produits de placement, qui ont récolté 3,6 milliards d’euros », affirme Le Canard. Les banques ont tenté de minimiser ces accusations : certaines ont assuré que ces produits de placement étaient peu élevés, d’autres que la gestion de ces placements commercialisés aux Etats-Unis n’était pas de leur ressort. Autant d’excuses pour justifier l’injustifiable.

Quant à la promesse de Hollande, elle tarde à se mettre en œuvre : en 2013, une loi sur la régulation bancaire a bien été votée, incitant les banques à une plus grande transparence sur leurs activités spéculatives effectuées « sur les marchés dérivés des matières premières agricoles ». Mais la loi n’est toujours pas appliquée.

*** Source
- « Nos banques laissent l’Afrique sur sa faim », Le Canard enchaîné n°4922, 25.02.2015

http://www.politique.net/2015030201-banques-speculent-sur-la-faim.htm

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des banques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des promesses non tenues

Posté par ippolito le 12 février 2015

3          3          3

Déficit public : 3 ans de promesses non tenues

La Cour des comptes craint une nouvelle dérive du déficit public cette année. Pas étonnant : le gouvernement n’a jamais su tenir ses objectifs en la matière depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande.

Le déficit public, véritable boulet du gouvernement… chaque année, l’exécutif promet une réduction sensible de ce trou, qui fait grossir peu à peu la dette de l’Etat. Mais à chaque fois depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande en 2012, il a dû revoir ses prévisions (voir graphique plus bas). Retour sur ces 3 années de promesses non tenues.

« Le déficit sera réduit à 3% du Produit intérieur brut en 2013″ : c’était l’un des 60 engagements de campagne pris par François Hollande début 2012. En dépit des signaux économiques très défavorables publiés au fil des mois, le chef de l’Etat mettra longtemps à capituler sur ce point : il faudra attendre mars 2013 pour qu’il admette que cet objectif est impossible à atteindre.

Lors du même mois de mars 2013, l’exécutif prend un nouveau coup sur le nez suite à la publication du déficit 2012 par l’Insee : celui-ci ressort à 4,8% du PIB (ce chiffre sera ensuite révisé à 4,9%), contre 4,5% anticipé. Un dérapage lié à la recapitalisation de la banque Dexia et à la faiblesse de la croissance, expliqueront les ténors de Bercy du moment, Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve.

En avril 2013, le gouvernement croyait encore à un rétablissement rapide des finances publiques : à l’époque, il prévoyait une réduction du déficit à 3,7% du PIB cette même année, puis un passage sous la barre des 3% (2,9% plus exactement) en 2014. Las : quelques mois plus tard, l’équipe de Jean-Marc Ayrault est obligée de revoir ses prétentions et reconnaît que le déficit atteindra plutôt 4,1% en 2013.

Rebelote pour 2014 : au début de cette même année, le gouvernement espère que le déficit sera réduit à 3,6% du PIB. Cette prévision sera revue deux fois, à 3,8% en avril puis à 4,4% en octobre.

Autant d’erreurs d’appréciation qui nourrissent évidemment les doutes sur la prévision 2015, actuellement fixée à 4,1%… et sur le reste de la trajectoire, qui augure actuellement un passage du déficit public sous 3% du PIB en 2017 (à 2,7%), puis une réduction à 0,7% d’ici 2019. Reste à savoir si Bruxelles, qui doit rendre son verdict sur le budget français en mars, sera convaincu…

Les prévisions de déficit public réalisées par le gouvernement en décembre 2012… et ce qu’il s’est réellement passé :

Source : Ministère de l’Economie, Commission européenne

Thomas Le Bars

http://www.capital.fr/a-la-une/politique-economique/deficit-public-3-ans-de-promesses-non-tenues-1012309

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des conseillers de Paris qui occupent un logement social

Posté par ippolito le 4 février 2015

7          7          7

Les conseillers de Paris qui occupent un logement social… n’ont toujours pas déménagé

Un an après les élections municipales à Paris, et le scandale des logements sociaux détenus par des élus de la capitale, il ne s’est rien passé. Pendant la campagne, Anne Hidalgo avait pourtant fait la promesse « qu’aucun conseiller de Paris ne serait locataire d’un logement attribué par la ville ou un de ses bailleurs ». En clair, les conseillers de Paris concernés qui ont été réélus devaient déménager.
Or, selon le magasine Capital, « la plupart des conseillers concernés, une dizaine de droite comme de gauche » n’ont toujours pas fait leur carton. C’est le cas par exemple d’une élue de 55 ans qui occupe un logement social parisien dans le quartier de la Chapelle depuis 1989.
Pour un 56 m², elle ne paye que… 700 euros de loyer.
Pourquoi n’a-elle pas déménagé comme prévu ? « Revenus modestes, situation familiale compliquée, obtention du logement avant l’élection… tous ont un bon argument pour rester », constate Capital. Une commission de déontologie est pourtant censée regarder les dossiers au cas par cas. Un an après, on attend toujours…
*** Source
- Olivier Drouin, « Les attributions aux copains », Capital n°280, janvier 2015http://www.politique.net/2015020401-conseillers-de-paris-logements-sociaux.htm

Publié dans Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du sénat et surtout du gaspillage de l’argent public

Posté par ippolito le 31 janvier 2015

2          2          2

Le Sénat refuse 7 millions d’euros d’économies

Le bureau du Sénat a rejeté mercredi la proposition de l’Assemblée Nationale de fusionner les deux chaînes parlementaires ce qui avait pour objectif de diminuer les coûts de fonctionnement.

Pourtant, tous les groupes politiques de l’Assemblée Nationale avaient approuvé en décembre dernier une proposition de Claude Bartolone de fusionner « Public Sénat » avec « La Chaîne Parlementaire-Assemblée nationale », ce qui aurait permis de faire à terme 5 à 7 millions d’euros d’économies.

Rappelons que les deux chaînes ont été fondées en mars 2000. Pour 2014, le budget de LCP-AN était de 16,6 millions d’euros et de 18,6 millions d’euros pour Public Sénat.

http://www.observatoiredesgaspillages.com/2015/le-senat-refuse-7-millions-deuros-deconomies/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques, Y'en a marre des promesses non tenues | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du chômage et surtout des promesses non tenues

Posté par ippolito le 28 janvier 2015

images C          images C        images C

L’alarmante flambée du chômage sous l’ère Hollande

N’en déplaise au président de la République, l’inversion de la courbe du chômage n’a jamais eu lieu, tout du moins pour l’instant. Découvrez, grâce à notre infographie, les chiffres clés du chômage en France et leur évolution depuis le début du mandat de François Hollande. Le bilan est malheureusement édifiant.

Promesse d’inversion de la courbe du chômage non-tenue ! Voilà le verdict 2 ans et demi après le début du mandat présidentiel de François Hollande. Pis, c’est l’inverse qui a eu lieu ! Le chômage s’est carrément envolé : +860.600 chômeurs entre mai 2012 et décembre 2014. Et même si l’on ne tient pas compte de l’année 2012, période durant laquelle le Président de la République commençait tout juste à mettre son programme en oeuvre, le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 425.700 (entre mai 2013 et décembre 2014).

Rien n’y fait : ni les contrats générations, ni les emplois d’avenir. La vapeur ne s’est inversée qu’une fois depuis le début du mandat de François Hollande : en octobre 2014, avec seulement, 11.000 demandeurs d’emploi en moins. D’ailleurs, ni le président de la République ni le gouvernement promettent encore de relancer durablement l’emploi.

Résultat : la France compte plus de 5,218 millions de chômeurs (catégories A, B et C), 5,521 millions en comptant les Dom-Tom, selon les derniers chiffres publiés par la Dares, l’organisme chargé de collecter les statistiques pour le ministère du Travail. Le plus inquiétant, c’est que cette tendance ne devrait toujours pas se retourner en 2015. Lors de ses prévisions, l’Unédic a annoncé 182.000 chômeurs de plus pour cette année.

Sandrine Chauvin

http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/l-alarmante-flambee-du-chomage-sous-l-ere-hollande

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre des promesses non tenues, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

12345...35
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN