• Accueil
  • > Y'en a marre du prix des carburants

Y’en a marre de la hausse des carburants

Posté par ippolito le 10 mars 2015

images C          images C          images C

Carburants : les prix à la pompe repartent à la hausse

Après une semaine de quasi stabilité, les prix des carburants repartent à la hausse en France. Selon les relevés hebdomadaires du ministère de l’Ecologie et de l’Energie, les tarifs à la pompe augmentent entre 80 centimes et presque 2 euros selon le combustible. Une hausse mécaniquement liée à l’augmentation du prix du pétrole.

Dans le détail, le gazole, carburant le plus vendu en France, vaut en moyenne 1,2174 eurole litre, soit 0,78 centime de plus que la semaine précédente. Il est exactement à 1,231 euro ce lundi, selon l’application qui compile les données des stations-service Carbeo.

Presque 2 euros de plus pour le sans plomb 95

C’est toutefois l’essence qui a connu la hausse plus importante : le litre de sans plomb 95 s’affiche à 1,3786 euro, en augmentation de 1,94 centime, tandis que le sans plomb 98 coûte 1,4348 euro le litre, soit 1,61 centime de plus.

Cette progression globale est en lien avec l’augmentation des prix du pétrole de la semaine dernière. Un rebond après des mois de baisse continue du fait de l’écroulement des prix du brut.

http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/carburants-les-prix-a-la-pompe-repartent-a-la-hausse-09-03-2015-4588793.php

Publié dans Y'en a marre du prix des carburants | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des prix des contraventions

Posté par ippolito le 5 octobre 2013

Grève des PV : jusqu’à 100.000 euros par jour en moins

Le mot d’ordre d’Alliance à ses troupes de ne plus verbaliser peut coûter cher à l’État. Mais il épargne surtout le portefeuille des contrevenants.

L’impact de la grève des PV?

«Assurément des centaines de milliers d’euros, si le mouvement dure», pronostique un cadre d’Alliance, l’organisation syndicale de la police nationale qui a appelé ses troupes à ne plus verbaliser les automobilistes ni les deux-roues pour protester contre les choix budgétaires de Manuel Valls. «Le manque à gagner théorique pourrait être de 40.000 à 100.000 euros par jour», se risque même à calculer un responsable policier au ministère de l’Intérieur.

Il faut relativiser cependant. Comparés aux radars automatisés qui ont rapporté plus de 700 millions d’euros à l’Etat l’an dernier, les procès-verbaux dressés directement par les agents dans la rue rapportent moins à l’État. Au-delà de ceux établis pour conduite dangereuse, feu ou stop grillés, ligne blanche franchie ou circulation dans une voie de bus, les PV pour stationnement irrégulier ont rapporté à l’État 183 millions d’euros l’an dernier. Soit environ 500.000 euros par jour en moyenne.

Les petites infractions concernées

L’essentiel de ces verbalisations est le fait de la police nationale, compétente sur les zones urbaines, mais aussi des policiers municipaux et des simples agents verbalisateurs communaux, comme ceux de la ville de Paris, les ex-pervenches.

Alliance ne réprésente pas toute la police nationale, mais 38% des voix tout de même chez les gradés et les gardiens. Tous ses adhérents ne dressent pas de PV dans la rue et ceux qui sont amenés à le faire régulièrement ne vont pas forcément suivre la consigne syndicale de façon systématique.

Lors d’un précédent mouvement, d’une seule journée , le 9 septembre dernier, Alliance avait prévenu que seules les petites infractions, comme le stationnement ou l’oubli de son papillon d’assurance, seraient concernées.

Un PV de stationnement rapporte 14 euros à l’État

Sont exclus pour la nouvelle action qui démarre toutes les infractions graves, pouvant mettre la vie d’autrui en danger, comme le fait de griller un feu ostensiblement. De même, si un véhicule gêne le passage des véhicules prioritaires ou se trouve garé devant le bateau d’un particulier qui doit partir au travail, le propriétaire de l’engin sera verbalisé et l’enlèvement demandé.

Ainsi, quelques milliers de PV par jour pourraient ne plus être dressés. Selon Roland Ries, sénateur PS de Strasbourg et président du Groupement des autorités responsables des transports (GART), «chacun des 13 millions de procès-verbaux dressés annuellement pour stationnement non payé ou dépassé rapporte à l’État en moyenne 14 euros».

Un manque à gagner important

Mais le sénateur Ries apporte une précision d’importance: en matière de stationnement irrégulier, «92 % du produit des amendes est affecté… à son recouvrement.» Car il faut relancer les mauvais payeurs, ne serait-ce que pour signifier les majorations de retard, voire diligenter des procédures devant les tribunaux, sans réelle garantie de recouvrement à la clé.

Au final, l’opération d’Alliance fera indéniablement perdre un peu d’argent à l’Etat. Mais elle représente surtout une chance de réaliser une économie pour nombre de contrevenants.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/10/04/01016-20131004ARTFIG00384-greve-des-pv-jusqu-a-100000-euros-par-jour-en-moins.php

Publié dans Y'en a marre du prix des carburants | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la hausse des prix des carburants

Posté par ippolito le 3 septembre 2013

Essence : l’été 2013, un des plus chers de l’histoire

Les prix de l’été 2013 sont tout de même restés en-dessous des records de 2012. Mais la perspective d’une intervention en Syrie maintient la tension sur le marché pétrolier.

La facture d’essence a (encore) été salée cet été pour les Français. Le site Carbeo.com qui recense les prix des carburants affichés dans les stations-services a estimé qu’il était le deuxième plus cher de l’histoire pour le sans-plomb 95, après celui de 2012.

Les adeptes du gazole, soit près de 80% de la population, ont été davantage épargnés, l’été 2013 étant «seulement» le troisième plus cher, derrière 2012 et 2008.

Le litre de gazole a cette année coûté 1,359€ en moyenne contre 1,419€ l’an dernier. Une baisse de six centimes qui a sensiblement allégé la facture des vacanciers: pour un plein de 50 litres, cela représente une économie de cinq euros.

La différence est moins notable en ce qui concerne l’essence. Le SP95 était affiché à 1,557€ en moyenne contre 1,599€ l’année dernière, soit quatre centimes moins cher.

L’été, traditionnelle période de hausse

L’été constitue une période où traditionnellement les prix des carburants augmentent avant de se stabiliser, comme l’explique Franck Ibled, gérant de Carbeo. «Les grands départs en vacances induisent une surconsommation, notamment aux Etats-Unis.

Comme les cours sont sensibles aux stocks et que ces derniers baissent plus rapidement que d’habitude à cette époque de l’année, on constate un pic et les prix restent ensuite élevés.»

La hausse de cet été était donc prévisible et n’a pas surpris les spécialistes. «Le prix du baril de pétrole oscille entre 112 dollars et un peu moins de cent lorsqu’il est au plus bas, note Thomas Porcher, professeur à l’ESG Management School et spécialiste des carburants. Aujourd’hui, cette marge est normale.»

Elle devrait le rester, malgré les menaces d’une intervention en Syrie. «La Syrie ne représente que 0,2% de la production mondiale», souligne l’enseignant. Si les industries pétrolières venaient à être touchées, «il suffirait que les pays de l’OPEP augmentent leurs quotas» pour que la production mondiale reste à niveau.

Néanmoins, la peur constitue le principal facteur susceptible de faire monter le prix de l’or noir. «Nous sommes dans la même situation que lors des révoltes arabes, explique Thomas Porcher. Ce n’étaient pas de gros producteurs mais les spéculateurs redoutaient un embrasement de la région.» Quelques jours avant l’ouverture des débats au Congrès américain sur une éventuelle intervention, la menace est plus présente que jamais.

Par Géraldine Russell

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/02/20002-20130902ARTFIG00525-essence-l-ete-2013-un-des-plus-chers-de-l-histoire.php

Publié dans Y'en a marre du prix des carburants | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la forte hausse des prix des carburants depuis juillet

Posté par ippolito le 23 juillet 2013

Carburants : forte hausse des prix depuis début juillet

Plus 4,2 centimes pour le diesel, plus 5 centimes en moyenne pour le sans plomb.

Depuis le 1er juillet, le prix des carburants augmente en raison d’une hausse des cours du pétrole. Selon Carbeo, le site d’informations sur les stations-service et les prix des carburants en France, «après une accalmie sur les prix en juin, les premières hausses  eu lieu début juillet et se sont accentuées depuis trois semaines.»

En moyenne sur le territoire, le prix du gazole s’établit ce lundi à 1,377 € par litre. Le sans-plomb 95 est à 1,576 € par litre, tandis que le sans-plomb 98 a franchi le seuil symbolique de 1,60 € par litre, à 1,626 € ^par litre.

«Nos indicateurs montrent que cette hausse depuis le 1er juillet a été plus rapide sur les sept dernier jours, avec une hausse moyenne des prix des carburants en France de 2,5 centimes par litre cette dernière semaine», poursuit encore Carbeo.

Prix des carburants le 22 juillet

Source : Carbeo

Depuis le début du mois, les cours du pétrole sont aussi élevés qu’en février 2012. Au final, le prix du pétrole a progressé de près de 8% depuis le début du mois. Mais on est encore loin du record absolu établi en juillet 2008. A l’époque, le prix du baril dépassait 140 dollars.

http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/carburants-forte-hausse-des-prix-depuis-debut-juillet-22-07-2013-2999449.php

Publié dans Y'en a marre du prix des carburants | Pas de Commentaire »

Y’en a marre que le budget de l’automobiliste continue d’augmenter et de l’abaissement de son pouvoir d’achat

Posté par ippolito le 6 juin 2013

Les automobilistes français roulent moins et ça leur coûte plus cher

Le budget de l’automobiliste augmente alors qu’il roule moins, indique l’Automobile Club Association qui dénonce, au passage, le projet d’alignement des taxes du diesel sur celles de l’essence.

Selon cet instantané dressé par l’ACA, l’automobiliste français moyen qui a opté pour l’essence roule dans une Renault Clio neuve, a parcouru 8.751 km en 2012 soit 271 km de moins que l’année précédente.

Cet usage plus modéré a néanmoins entraîné des dépenses plus importante qu’en 2011. La facture totale s’élève en moyenne à 6.049 euros, soit une progression de 1,2% par rapport à 2011.

L’ACA n’évalue pas par hasard le budget moyen de l’automobiliste moyen en se basant sur une véhicule équipé d’un moteur essence. Ce n’est en en effet qu’à partir de 9.433 km que le même modèle diesel devient intéressant financièrement. En 2012, le prix du litre de SP95 a augmenté de 4,40 % (de 1,50 € à 1,57 €) soit plus de 2 fois l’inflation.

Des différences régionales non négligeables

Autre particularité de cette étude. Elle prend en compte les particularismes locaux. On apprend ainsi que c’est en PACA que le budget est le plus élevé. Il atteint 6.332 euros. Il est par contre le plus faible en Lorraine, avec 5.598 euros.

Le budget de l’automobiliste diesel en hausse de 4,4%

L’automobiliste diesel roule par contre dans une Peugeot 308. Son budget est nettement plus élevé puisqu’il frôle les 8.000 euros (7.991 euros), en progression de 4,4% par rapport à l’année précédente.

Il parcourt en moyenne 15.368 km. Le litre de gazole a quant à lui augmenté de 4,5 % en passant, d’une année sur l’autre, de 1,34 € à 1,40 €, soit plus de deux fois l’inflation.

L’ACA dresse également d’autres profils types comme celui de l’automobiliste qui roule en voiture low cost ou en voiture d’occasion. Le premier est équipé d’une Dacia Logan et dépense en moyenne 5.449 euros, soit un budget équivalent à 88% de celui qui roule en voiture française comparable.

Il parcourt 8.751 km, la même distance que celui qui roule en Clio d’occasion de 4 ans, mais dont le budget annuel est très inférieur : 2.787 euros, soit 54% de moins que celui qui a acheté un véhicule neuf.

La voiture, un produit de luxe ?

Didier Bollecker a dénoncé le poids considérable de la taxation dans le budget de l’automobiliste moyen: « 24% au minimum pour un véhicule de 4 ans et jusqu’à 75% du budget si l’on prend en compte les coûts d’exploitation d’un véhicule d’occasion ».

Selon le président de l’ACA, il n’y a pas de produit autant taxé que l’automobile en France. « Et pourtant, ce n’est pas un produit de luxe, mais une nécessité » pour tous les Français qui privilégie leur auto comme moyen de locomotion quotidien pour 70%.

Si l’on prend les taxes que paient l’automobiliste qui roule à l’essence, sur 100 euros, 33 euros concernent l’amortissement de la voiture, 29 euros le carburant, 12 euros le péage, 8 euros l’assurance, 8 euros l’entretien, 6 euros le garage du véhicule et 4 euros les frais financiers.

Face à cette hausse du budget, l’automobiliste aura tendance à rogner tous les postes. Il va tout d’abord moins rouler, davantage bricoler sa voiture, acheter des pièces de rechange sur internet…

Cela a d’autre part une conséquence sur le vieillissement du parc automobile français : supérieur à 8,2 ans. Du coup on vend moins de voitures et les constructeurs, font la tête…

Ne pas surtaxer le diesel

L’ACA a profité de l’occasion pour livrer une charge en règle contre l’alignement de la taxation du diesel sur celle de l’essence, un projet dans les cartons du gouvernement. Cette « petite manipulation », pour reprendre la terminologie employée, rapporterait 8,5 milliards d’euros à l’Etat, explique Didier Bollecker, dont 4 milliards d’euros prélevés sur les particuliers.

« Comme s’il fallait augmenter de 20 centimes les taxes pour diminuer les particules fines du diesel », renchérit Roger Braun, le directeur général pas très convaincu par l’effet d’une telle mesure sur la pollution du gazole dans un pays où dorénavant 60% des automobilistes ont choisi la motorisation diesel.

Cette augmentation correspond à une hausse de 15,3% du prix du gazole en période de pouvoir d’achat stagnant. Un risque qu’il ne faut donc pas prendre.

Pour l’ACA, la solution passe par un alignement des taxations, mais dans le sens inverse. Il faut aligner les taxes qui pèsent sur l’essence sur celles qui pèsent sur le diesel. « L’Etat redistribuerait 2 milliards de pouvoir d’achat ».

Un gain à tous les étages: pour les fans du diesel qui ne seront pas surtaxés, pour ceux qui roulent à l’essence et qui gagneraient ainsi du pouvoir d’achat, pour les constructeurs qui verraient ainsi leurs gammes à essence relancées et pour les raffineurs, la France important du diesel et exportant du SP 95.

« Et ce n’est pas une provocation », s’est justifié Didier Bollecker. Pas sûr qu’il soit pour autant entendu par le gouvernement.

http://www.challenges.fr/automobile/20130604.CHA0271/l-automobile-club-association-estime-le-budget-des-automobilistes-a-cru-de-1-2.html

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre du prix des carburants | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la réduction de l’avantage fiscal du gazole et surtout du prix des carburants et de la baisse de notre pouvoir d’achat

Posté par ippolito le 20 avril 2013

Diesel : un petit pas vers une réduction de l’avantage fiscal du gazole

Le comité pour la fiscalité écologique demande au gouvernement d’établir des scénarios de réduction de l’écart de fiscalité entre l’essence et le gazole.

Mettre progressivement fin à l’avantage fiscal du gazole, en raison de l’impact sur la santé du moteur diesel, sans trop pénaliser les conducteurs ni les entreprises :

le comité chargé de «verdir» la fiscalité a posé ce jeudi les termes de cette délicate équation en demandant que des scénarios soient mis sur la table d’ici juin.

L’avis adopté jeudi par le comité pour la fiscalité écologique, où siègent une quarantaine d’élus et représentants des associations, des entreprises et des syndicats, «placera en juin le gouvernement face à ses responsabilités», se sont réjouies les principales ONG membres du comité.

Abstention des agriculteurs, des patrons et des consommateurs

Dans cet avis, adopté à l’unanimité moins six abstentions (dont celles des représentants agricoles, du patronat et des consommateurs), le comité estime notamment que l’avantage fiscal du gazole ne se justifie plus au regard de l’impact sur la santé du moteur diesel.

Les vieux véhicules diesels sont pointés du doigt en raison de leur rôle dans la mauvaise qualité de l’air en ville alors que la France, en contentieux avec Bruxelles sur la question des particules, risque de lourdes amendes.

En conséquence, l’avis demande que soient établis des scénarios de réduction de l’écart de fiscalité entre l’essence et le gazole, ont indiqué plusieurs membres du comité. Ils devront être accompagnés d’une «évaluation complète des impacts» d’une telle réduction, notamment «sur les ménages et les entreprises», afin d’identifier d’éventuelles «mesures d’accompagnement», ont-ils précisé. L’impact sur la filière automobile fera l’objet d’une évaluation spécifique.

Au regard des exonérations supplémentaires dont bénéficient certains secteurs (pêche, transport routier, aviation, taxis…), qui s’élèveraient à plus de 3 Mds€ par an, le comité préconise aussi que soient étudiées des méthodes alternatives de soutien.

Un écart de 17 centimes entre gazole et essence

Le parc automobile français est composé à 60% de véhicules diesel (soit environ 17 millions) et l’écart de prix entre gazole et essence est de 17 centimes en France, contre 12 centimes en moyenne dans l’Union européenne.

Mais le diesel, à l’exception des véhicules les plus récents équipés de filtres (environ 4 millions), émet plus d’oxydes d’azote (NO2) et de particules fines, responsables de maladies respiratoires et cardio-vasculaires. Le diesel a été classé «cancérogène certain» par l’Organisation mondiale de la santé en juin 2012.

«Il y a aujourd’hui 40 000 décès prématurés chaque année liés à la pollution de l’atmosphère et une des raisons de la mauvaise qualité de l’air, dans les grandes villes notamment, c’est le problème du diesel et notamment des vieux véhicules, par exemple ceux d’avant 1997, d’avant 2000 qui polluent 30 fois plus que les récents», avait souligné Delphine Batho, la ministre de l’Ecologie, le 21 février.

http://www.leparisien.fr/environnement/diesel-un-petit-pas-vers-une-reduction-de-l-avantage-fiscal-du-gazole-18-04-2013-2738323.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat, Y'en a marre du prix des carburants | Pas de Commentaire »

1234
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN