Y’en a marre du coût des déplacements de François Hollande

Posté par ippolito le 1 novembre 2014

3          3          3

Un déplacement de Hollande en province coûte 41 000 euros et mobilise plus de 200 policiers et gendarmes

L’exercice est classique : en chute dans les sondages, le président doit « renouer » avec le peuple. Des déplacements en province sont alors organisés : dans les usines, dans les entreprises, aux contacts des élus locaux, des associations, avec, si possible, un bain de foule pour que les images soient reprises dans les journaux télévisés. François Hollande n’échappe pas à la règle : malgré un agenda international surchargé, il a prévu une série de déplacements en province dans ses prochaines semaines.Le dernier en date a eu lieu à Angoulême.

 

Et contrairement aux impressions données par les images des JT, ce ne sont pas de simples déplacements de terrain avec un président entouré par trois ou quatre gardes du corps. A Angoulême, pour trois heures sur place, « 200 à 300 fonctionnaires, gendarmes et policiers, ont été mobilisés pour éviter tout dérapage », explique Le Parisien. Des renforts ont même été acheminés de Bordeaux.

Une logistique particulièrement coûteuse :  « En France, en 2013, il a effectué 56 déplacements pour un coût de 2,3 millions d’euros, soit un coût moyen de 41 000 euros par déplacement », explique le député René Dosière, spécialisé dans le budget de l’Elysée.

41 000 euros et plus de 200 policiers pour un simple déplacement en province de trois heures ?

Oui, et le pire, c’est que Hollande a fait des efforts pour diminuer ces coûts. Car en 2011, les 77 déplacements de Nicolas Sarkozy avaient coûté… 9,7 millions d’euros, soit 126 000 euros par déplacement. Sans aucun effet sur les sondages.

*** Source
- Éric Hacquemand, « Le président bunkérisé à Angoulême », Le Parisien, 09.10.2014

http://www.politique.net/2014103002-cout-deplacement-en-province-hollande.htm

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre de Nicolas Sarkozy, Y'en a marre des gaspillages de l'argent public | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de l’explosion du déficit des collectivités locales

Posté par ippolito le 10 octobre 2014

1          1          1

Collectivités locales : leur déficit a explosé en un an

Le déficit des collectivités locales est passé de 3,7 milliards d’euros en 2012 à 9,2 mds en 2013, une hausse de l’endettement due notamment à des embauches et au recours à des emprunts, selon un rapport cité par Le Journal du dimanche.

Cet «état des finances locales» rédigé pour les ministères des Finances et de l’Intérieur, chargés de la réforme territoriale, montre que les dépenses des administrations publiques locales (communes, agglomérations, départements, régions…) ont augmenté de 3,4% alors que les recettes n’ont progressé que de 1%, selon le JDD.

Les rapporteurs écrivent que «les investissements se sont accrus, entraînant une augmentation de leur endettement. Parmi les causes avancées par le rapport, qui doit être rendu public d’ici fin octobre : la masse salariale a augmenté de 3,1% en 2013 après avoir déjà crû de 3,5% en 2012, en raison notamment de recrutements nouveaux.

Les dépenses d’investissement ont augmenté de 8,1% en 2013, «un taux jamais égalé depuis 2009» selon le journal. Les collectivités ont puisé dans leur épargne et ont eu recours à l’emprunt, dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat. Le trou dans les caisses des finances locales (9,2 mds en 2013) équivaut à 10% de l’ensemble des déficits publics, contre moins de 3% en 2012.

http://www.leparisien.fr/economie/collectivites-locales-leur-deficit-a-explose-en-un-an-05-10-2014-4189003.php

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y en a marre des hausses d’impôts

Posté par ippolito le 9 octobre 2014

5          5          5
75% des hausses impôts payées par les plus aisés

Le poids des mesures fiscales décidées en 2013 et 2014 a été supporté à 75% par les 20% des foyers les plus élevés, selon un document de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, cité par LeMonde.fr ce jeudi 9 octobre.

La facture aura donc été en grande partie payée par les hauts-revenus. 75% des hausses d’impôts décidées en 2013 et 2014 ont été absorbées par les 20% des ménages les plus aisés.

C’est ce que montre un document de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, révélé par LeMonde.fr, ce jeudi 9 octobre.

L’impact global de ces mesures décidées ces deux années s’élève à 8 milliards d’euros dont environ 6 milliards d’euros ont été supportés par les 20% des foyers français les plus riches.

L’abaissement du quotient familial impacte les plus aisés

On rappellera quelques-unes de ces mesures entrées en vigueur en 2013 et 2014: la refiscalisation des heures supplémentaires, la fiscalisation de la part des complémentaires santé payée par les employeurs, ou encore la réforme du quotient familial.

Cette dernière mesure a été entièrement supportée par les 20% des ménages les plus aisés.

Autre exemple: le gel du barème de l’impôt sur le revenu en 2013 a rapporté 3,2 milliards d’euros, dont 2,9 milliards proviennent des 10% des foyers les plus riches.

LeMonde.fr explique que ces données ont été transmises par la rapporteure générale du Budget, la députée PS Valérie Rabault, à l’ensemble de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, en vue de l’examen du Budget 2015.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/impots-les-trois-quarts-des-hausses-payees-par-les-plus-aises-839166.html

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la gestion scandaleuse des préfets

Posté par ippolito le 6 octobre 2014

4          images C          images C

LA GESTION SCANDALEUSE DES PRÉFETS

La Cour des comptes s’inquiète de la mauvaise gestion des préfets, et notamment des préfets “hors cadre”, dans référé publié ce mardi 23 septembre.

Dans un rapport accablant, la Cour des comptes dénonce la gestion scandaleuse des préfets, pointant du doigt le fait qu’il y a 2 fois plus de préfets qu’il n’y a de postes territoriaux à pourvoir. Ainsi, sur 250 préfets gérés par le ministère de l’Intérieur en 2013, 127 étaient affectés à un poste territorial, 37 étaient en position de détachement, 12 en disponibilité, 1 en dehors des cadres et surtout 75 “hors cadre”, alors qu’ils n’étaient que 44 en 1987, mais déjà 69 en 2005.

Qui sont ces préfets « hors cadre » qui inquiètent la Cour des comptes ?

Parmi ces préfets, on trouve des préfets en attente d’affectation ( et donc payés à ne rien faire), des préfets “exerçant des fonctions, en général pour plusieurs années, en dehors du ministère, mais restant payés par lui”, “des préfets exerçant des fonctions de responsabilité variées au ministère de l’Intérieur” et “certains préfets nommés en mission de service public”.

La Cour des comptes estime que la plupart des fonctions des préfets « hors cadre » pourraient être traitées par des bureaux et services de l’administration centrale. Ces fonctions ne répondent pas un besoin du service public, mais il faut bien que ces préfets justifient un minimum leurs rémunérations et on leur créé donc des postes de toute pièce…

“Ni le décret statutaire ni, depuis 2006, les lois de finances ne prévoient de limite au nombre de préfets en général, et donc à celui des préfets hors cadre en particulier”, souligne la Cour des comptes, qui remet également en cause la compétence de certains préfets. Nombre de préfets hors cadre “ne sont pas ou plus susceptibles d’exercer efficacement des fonctions de préfet territorial”, explique la Cour des comptes.

La Cour des comptes dénonce également la situation de la dizaine de préfets en mission de service public (PMSP), dont la plupart n’ont pas vocation à exercer en préfecture. D’après la Cour, qui préconise la suppression pure et simple des PMSP, il s’agit bien souvent d’une promotion ou d’un cadeau avant un départ à la retraite, permettant ainsi de bénéficier d’une pension de préfet.

Enfin, la Cour des comptes se montre sceptique quant à l’efficacité réelle des préfets, qui sont affectés pour des durées de plus en plus courtes ( 2 ans en moyenne). “Cette instabilité nuit à la continuité des politiques publiques et donc à leur efficacité, complexifie le partenariat entre État et collectivités territoriales [...] Elle va à l’encontre d’une évaluation sereine et objective des résultats obtenus par les intéressés, ajoute-t-elle. Il est ainsi illusoire d’asseoir une part variable de la rémunération, comme c’est le cas aujourd’hui, sur les résultats de certaines politiques de long terme, comme la sécurité publique ou l’emploi”, expliquent les magistrats de la Cour.

Face à la gestion scandaleuse des préfets, la Cour des comptes préconise de supprimer le corps de préfet.

source: acteurspublics.com

http://www.observatoiredessubventions.com/2014/la-gestion-scandaleuse-des-prefets/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de matraquer les retraités

Posté par ippolito le 5 octobre 2014

8          8          8

Impôts, CSG, pensions gelées… les retraités matraqués par le président Hollande

De réforme en réforme, de loi de finances en loi de finances, les retraités ont été mis sérieusement à contribution pour tenter de rééquilibrer les finances publiques depuis le début du mandat de François Hollande. Retour en arrière sur les principales mesures prises au cours des deux dernières années.

> Mise en place d’une nouvelle contribution de solidarité

Instituée par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, la Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) est entrée en vigueur le 1er avril 2013. Elle est prélevée sur les pensions de retraite versées par tous les régimes de retraite obligatoires – régimes de base et complémentaires – du privé comme du public mais également sur les rentes viagère versées à la sortie d’un produit d’épargne retraite : Perp, Préfon, Madelin. Son taux est de 0,3%. Elle vient s’ajouter à la CSG calculée au taux de 6,6% et à la CRDS de 0,5%. Au total, ce sont donc 7,4% qui sont désormais prélevées directement par les caisses de retraite au moment du versement des pensions.

> Fiscalisation de la majoration famille nombreuse

Jusqu’à présent, les majorations de pension accordées aux parents de 3 enfants et plus étaient exonérées d’impôt sur le revenu. Depuis l’imposition des revenus de 2013 – impôt à payer en 2014 – ces majorations sont soumises à l’impôt dans les mêmes conditions que les pensions de retraite proprement dites. Cette imposition concerne aussi bien les majorations versées par les différents régimes de base, que celles versées par les régimes complémentaires et ceux de la fonction publique.

> Suppression de la demi-part « personne isolée »

Jusqu’en 2009, les contribuables célibataires, veufs ou divorcés pouvaient bénéficier d’une demi-part supplémentaire après le « départ » de leur dernier enfant à charge sous la seule condition de ne pas vivre en couple. Plus de 4 millions de contribuables en bénéficiaient, parmi lesquels de nombreux retraités. A compter de l’imposition des revenus de 2009, une condition supplémentaire est venue durcir ce dispositif : le bénéfice de cette demi-part est désormais réservé aux personnes qui ont élevé seules l’enfant, en tant que parents isolés, pendant au moins 5 ans. A titre transitoire, ceux qui bénéficiaient de cette demi-part en 2008 et qui ne remplissaient pas cette condition supplémentaire ont continué à en profiter jusqu’à l’imposition des revenus de 2012, mais avec un plafond réduit au fil du temps (l’avantage maximum attaché à cette demi-part est progressivement passé de 855 euros à 120 euros).

> Report de la date de revalorisations de pensions d’avril à octobre … et gel des pensions

La loi de réforme des retraites du 20 janvier a décalé de 6 mois la date de revalorisation des pensions, la reportant du 1er avril au 1er octobre 2014. Aucune revalorisation n’est donc intervenue en avril dernier, sauf pour les retraités bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées ou de l’allocation supplémentaire d’invalidité (les deux composantes de l’ex-minimum vieillesse). Mais la loi de financement rectificative pour la sécurité sociale adoptée cet été a finalement gelé les pensions versées en 2014. Aucune revalorisation n’est donc intervenue au 1er octobre. Maigre consolation toutefois pour les retraités qui perçoivent des pensions de retraite inférieures à 1.200 euros par mois : ils devraient recevoir une prime de 40 euros début 2015.

> Modification des conditions d’application du taux réduit de CSG

Le dernier acte vient d’être donné avec le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 qui prévoit de modifier les conditions d’application du taux réduit de CSG (3,8 % contre 6,6 %). Jusqu’à présent réservé aux contribuables qui ne payent pas l’impôt sur le revenu, le bénéfice du taux réduit serait désormais subordonné à un seuil de revenus à ne pas dépasser (13 900 euros pour une personne seule). Ce nouveau critère pourrait également rendre imposable à la CASA certains contribuables qui bénéficiaient du taux réduit de CSG.

http://www.capital.fr/retraite/actualites/impots-csg-pensions-gelees-les-retraites-matraques-par-le-president-hollande-965867

Publié dans Y'en a marre de François Hollande | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des fraudes à la CAF

Posté par ippolito le 27 mai 2014

images V               images V               images V

Toujours plus de fraudes à la CAF détectées

Après avoir grimpé de 20% en 2012, les fraudes aux prestations familiales ont encore augmenté de plus de 16% en 2013, sur un an. Près de 21.000 cas ont détectés l’année dernière.

Si le gouvernement se félicitait, jeudi, de l’efficacité de son contrôle fiscal qui lui a permis de récupérer un milliard d’euros de plus en 2013, il devrait à nouveau se satisfaire de la hausse du nombre de fraudes aux prestations familiales détectées. Près de 21.000 cas ont été recensés l’année dernière, soit une progression de 16,5% par rapport à 2012, selon RTL. Une hausse qui fait suite à celle de 20% enregistrée il y a deux ans par rapport à 2011.

Pour le moment, le manque à gagner s’élève à plus de 141 millions d’euros. Un chiffre en hausse d’environ 19% par rapport à 2012 (contre +8% en 2012 par rapport à 2011). D’ordinaire, la Caisse d’allocations familiales récupère 90% de cette somme, soit près de 127 millions.

Les prestations les plus fraudées restent le RSA et les aides au logement, et notamment l’allocation de logement à caractère social, versée aux personnes à faibles ressources sans charge de famille.

Ces résultats sont encourageants pour la Caisse d’allocations familiales, mais ces 141 millions de fraudes sociales détectées restent faméliques au regard des quelque 64 milliards de prestations légales directes versées en 2012 par la CAF, dont 10 milliards pour le RSA et un peu plus de 16 milliards pour les aides au logement.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/05/23/20002-20140523ARTFIG00030-toujours-plus-de-fraudes-a-la-caf-detectees.php

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

12345...37
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN