Y’en a marre de certains élus

Posté par ippolito le 10 octobre 2014

3          3          3

L’élu UMP fustige le logement social… et vit dedans depuis vingt ans

Conseiller de Paris depuis des décennies, Patrick Trémège ne perd pas une occasion de critiquer la politique de la Ville en matière de logement social. Ce qui ne l’empêche pas de profiter du système : il occupe lui-même depuis 1993 un sympathique appartement de 90 m2, dans le XIIIe arrondissement de la capitale, appartenant au bailleur social 3F. Schizophrène…

Certains élus n’ont pas peur du paradoxe. Conseiller de Paris dans le XIIIe arrondissement et vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris, Patrick Trémège critique depuis des années la politique menée par l’exécutif socialiste en faveur du logement social.

En 2011, il interpellait Bertrand Delanoë en ces termes : « Votre programme habitat pour mon arrondissement n’est tourné que vers le logement social, alors que c’est déjà le deuxième arrondissement de Paris [en la matière], avec 36 % de logements sociaux. Vous n’aimez pas les classes moyennes, et vous le démontrez. » Quelques mois plus tard, il revenait à la charge, dans le Point : « A force de construire des logements sociaux, nos quartiers se paupérisent. »

Une vieille rengaine de la droite qui prend, dans la bouche de Patrick Trémège, une saveur particulière. D’après nos informations, ce consultant en entreprise, élu au Conseil de Paris en 1983, vit depuis vingt ans (!) dans un logement social de type PLI (financé par un prêt locatif intermédiaire) appartenant au bailleur social 3F.

Un sympathique appartement de 90 m2, avec parking et balconnet, face à un joli square et à deux pas de la Bibliothèque François-Mitterrand, qu’il occupe avec son épouse, directrice de cabinet au Sips 92, le syndicat interdépartemental qui gère les parcs sportifs de Puteaux et d’Antony (Hauts-de-Seine). Montant du loyer : 1 650 € par mois, charges et chauffage compris. Un prix tout doux eu égard aux tarifs pratiqués alentour dans le parc privé.

Contacté par Marianne, ce vieux briscard de la politique, passé par toutes les étiquettes à droite (UDF, Démocratie libérale, UMP) et sous tous les ors de la République (conseiller ministériel d’André Santini, député, conseiller régional d’Ile-de-France, adjoint au maire de Paris sous Jacques Chirac…), ne voit rien de choquant à sa situation : « Mes électeurs ont toujours su où j’habitais, ils m’ont toujours fait confiance. »

Lors de la bataille pour la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, dont Patrick Trémège portait haut les couleurs, avait pourtant été claire : aucun conseiller UMP élu ne pourra bénéficier d’un logement social. « Question de décence », avait justifié NKM à nos confrères de 20 minutes, en rappelant que 130 000 ménages parisiens étaient sur liste d’attente. Notre homme n’en a cure, il n’entend pas déménager. Sa préoccupation est ailleurs. « C’est Péchenard qui vous a renseignée sur moi ? » s’inquiète – à tort – ce filloniste. Frédéric Péchenard, ancien patron de la police nationale et actuel directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, à qui le camp Fillon prête visiblement de noirs desseins. La campagne à l’UMP est bel et bien lancée.

http://www.marianne.net/L-elu-UMP-fustige-le-logement-social-et-vit-dedans-depuis-vingt-ans-_a241875.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Bygmalion et des magouilles de l’UMP

Posté par ippolito le 1 juin 2014

3               3               3

Après l’affaire Bygmalion, Mediapart révèle que l’UMP aurait organisé des formations fantômes

Les affaires politico-financières se multiplient de façon vertigineuse. Après l’affaire des fausses factures de Bygmalion qui a abouti à la démission du président de l’UMP, Jean-François Copé, après l’affaire des détournements de fonds des sénateurs UMP, Mediapart révèle une troisième affaire : l’UMP aurait organisé des formations fantômes payées par des collectivités.

Plus de 500 000 euros de chiffres d’affaires par an

D’après Mediapart, « une association liée à l’UMP, l’Association nationale pour la démocratie locale (ANDL), chargée de former des bataillons d’élus locaux aux frais des collectivités, a pris l’habitude de gonfler artificiellement le nombre de présents à ses séances, pour mieux surfacturer aux conseils régionaux, généraux ou municipaux ».

Normalement, tout est très encadré : la loi oblige les assemblées territoriales à financer la formation des élus locaux et ces derniers ont la liberté de choisir leurs prestataires. C’est là qu’intervient l’Association nationale pour la démocratie locale (ANDL), la filiale « formation » de l’UMP dirigée par une proche de Jean-François Copé, la députée Michèle Tabarot. L’ANDL ? C’est une association dont le chiffre d’affaires est florissant : « 580 000 euros en 2011, puis 524 000 euros pour quelque 2 000 élus officiellement « coachés » en 2012″, détaille Mediapart.

Les élus ne viennent pas, mais l’ANDL encaisse quand même l’argent de la formation

D’après une source de Mediapart, depuis trois ans, l’ANDL aurait mis en place une astuce devenue « quasiment industrielle » : la facturation de formations à des élus absents. En clair, « l’ANDL vend une formation à telle ou telle collectivité pour un nombre élevé d’élus UMP, tout en sachant que certains n’y assisteront jamais. Complices, ces « absentéistes » signent quand même la feuille de présence, que l’ANDL est tenue de fournir aux services de la collectivité si elle veut encaisser l’intégralité du montant facturé », explique Mediapart.

Exemple de formations : « Tout savoir sur le budget »

Comment le système fonctionnait ? Mediapart a retrouvé la trace d’une formation intitulée « Tout savoir sur le budget » et qui s’est tenue en janvier 2011 à Laon (dans l’Aisne). Huit élus locaux étaient inscrits. Montant de la facture pour le conseil général de l’Aisne ? 3 997 euros, soit 571 euros par élu. Parmi ces élus, il y avait notamment Jérôme Lavrilleux, le directeur de cabinet de Jean-François Copé qui s’est illustré dans l’affaire Bygmalion.

Enfin, ça, c’était sur le papier. Car Lavrilleux, qui a signé la feuille d’émargement, n’est jamais venu à cette formation. Interrogé par Mediapart, il s’est justifié comme il a pu : « J’ai eu un empêchement professionnel, j’ai dû annuler le matin même. La formation était due de toutes façons, puisque je n’avais pas annulé dans les délais impartis ». Selon Mediapart, il aurait signé la feuille d’émargement plusieurs jours après ladite formation, ce qui pourrait être assimilé à un faux. S’agit-il d’un cas isolé ? Non, Mediapart a listé plusieurs formations fantômes où des élus étaient annoncés mais ne sont pas venus.

La justice a saisi des documents

Contactés par le site d’information, ni Michèle Tabarot ni le service communication de l’UMP n’ont souhaité répondre aux questions des journalistes. Il revient désormais à la justice de se pencher sur cette nouvelle affaire : dans le cadre de l’enquête préliminaire visant les comptes de l’UMP et ouverte pour « faux », « abus de biens sociaux » et « abus de confiance », des perquisitions ont déjà eu lieu dans les locaux de l’ANDL et des documents ont été saisis.

*** Source
- Mathilde Mathieu et Marine Turchi, « UMP : après les fausses factures, les formations fantômes », Mediapart, 29.05.2014

http://www.politique.net/2014053001-affaire-formations-fantomes-ump.htm

Publié dans Y'en a marre des scandales financiers | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des casseroles judiciaires de Nicolas Sarkozy

Posté par ippolito le 31 mai 2014

2               2               2

Les casseroles judiciaires de Nicolas Sarkozy

Bygmalion, Karachi, le financement libyen… le nom de Nicolas Sarkozy est associé à de nombreuses affaires politico-judiciaires. Tour d’horizon des ennuis judiciaires de l’ancien chef d’Etat.

L’ancien avocat passera-t-il de l’autre côté des prétoires? Depuis la fin de son immunité diplomatique, Nicolas Sarkozy a été cité dans plusieurs grands scandales politico-financiers. Dernier en date: l’affaire Bygmalion, du nom de cette boite de com’ qui aurait émis de fausses factures à la demande de l’UMP. Retour sur ces dossiers qui pourraient compliquer le retour de l’ancien président aux plus hautes fonctions.

L’affaire Bygmalion

La boite de com’ Bygmalion -créée par deux proches de Jean-François Copé- aurait fait à la demande de l’UMP des factures pour des meetings ou conventions politiques qui n’ont jamais eu lieu. Ces fausses factures ont pour la plupart été émise lors de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2012.

A quoi a donc servi cet argent s’il n’a pas été utilisé dans des meetings? Pour l’heure, deux hypothèses sont avancées: celle d’un enrichissement personnel de Jean-François Copé, ou la création d’une « caisse noire » à son intention, ou bien celle de frais de campagne déguisés pour Nicolas Sarkozy. Son plafond autorisé a en effet été largement dépassé.

Où en est l’enquête? Elle ne fait que commencer. Une enquête préliminaire a été ouverte le 5 mars mais pour l’heure aucune garde à vue ni mise en examen n’a eu lieu. Lundi, Jean-François Copé a porté plainte contre X en tant que président de l’UMP.

Le financement « libyen » de la campagne de 2007

Ce n’est pas la première fois que des soupçons pèsent sur les comptes de campagnes de Nicolas Sarkozy. Depuis avril 2013, les juges Serge Tournaire et René Grouman enquêtent sur un financement illégal de sa campagne de 2007 par l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Cette aide financière avoisinerait les 50 millions d’euros.

L’affaire a été révélée par Mediapart, qui avait publié en 2011 une note secrète. Celle-ci s’est avérée fausse, mais le sulfureux intermédiaire en armements Ziad Takkiedine affirme détenir des preuves…sans jamais les avoir fourni à la justice.

Où en est l’enquête? Les deux magistrats ont placé sur écoute l’ancien président ainsi que deux de ses anciens ministres de l’Intérieur, Claude Guéant et Brice Hortefeux. Sans obtenir d’informations sur cette enquête. Pour l’heure, les investigations se poursuivent.

L’affaire Bettencourt

Le juge Jean-Michel Gentil cherchait à savoir si Nicolas Sarkozy avait profité du fait que l’héritière de L’Oréal ne disposait plus de la totalité de son jugement pour lui soutirer d’importantes sommes d’argent. Celles-ci auraient notamment servi à financer illégalement sa campagne de 2007, dans des proportions largement supérieures à ce qui est autorisé par la loi.

Où en est l’enquête? Mis en examen pour abus de faiblesse, il a finalement bénéficié d’un non-lieu en octobre 2013. La cour de cassation a validé la quasi-totalité de la procédure en mars dernier: un procès pourront donc s’ouvrir très bientôt.

Trafic d’influence

Mais de cette affaire a accouché d’un nouveau dossier très gênant pour l’ancien chef d’Etat. Les conversations téléphoniques enregistrées dans le cadre de l’affaire libyenne ont révélé que Gilbert Azibert, avocat général près la Cour de cassation, renseigne directement le camp Sarkozy.

En effet, si l’ancien chef de l’Etat a été mis hors de cause, il avait lancé un pourvoi pour invalider la saisie de ses agendas privés et officiels. Pourquoi vouloir à tout prix récupérer ces agendas? Car ils ont leur importance dans l’affaire Tapie (voir ci-dessous).

Les conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat Me Thierry Herzog démontrent que les deux hommes sont particulièrement bien informés sur la procédure judiciaire en cours. Gênant. D’autant qu’en échange de ce service, l’avocat général aurait demandé un coup de pouce de Nicolas Sarkozy pour obtenir un poste de conseiller d’Etat à Monaco (qu’il n’a finalement pas eu).

Où en est l’enquête? Une information judiciaire pour trafic d’influence a été ouverte.

L’affaire Tapie

Dans cette affaire, les juges soupçonnent Nicolas Sarkozy d’avoir eu un rôle décisif dans l’arbitrage particulièrement favorable dont a bénéficié Bernard Tapie dans le contentieux qui l’oppose au Crédit Lyonnais depuis 1993. Au coeur de cette suspicion: le fait que Nicolas Sarkozy a rencontré au moins six fois l’homme d’affaires avant son élections en 2007 et à une douzaine de reprises une fois à l’Elysée. Les agendas privés et officiels de Nicolas Sarkozy en attestent.

Où en est l’enquête? Depuis un an et demi, les mises en examen pleuvent dans cette affaire mais Nicolas Sarkozy n’a jamais été auditionné. L’étau autour de l’ancien chef de l’Etat s’est cependant resserré d’un cran cette semaine: son ancien bras droit, Claude Guéant a été placé en garde à vue.

L’affaire Karachi

Le nom de Nicolas Sarkozy a aussi été évoqué dans le cadre du volet financier de l’enquête sur l’affaire Karachi. Une enquête a été ouverte pour déterminer si l’ancien président s’est rendu complice d’une violation du secret de l’instruction lors de la diffusion d’un communiqué par l’Elysée le 22 septembre 2011.

Ce texte affirmait que « s’agissant de l’affaire dite de Karachi, le nom du chef de l’Etat n’apparaît dans aucun des éléments du dossier ». Des familles de victimes avaient porté plainte pour « violation du secret de l’enquête et de l’instruction », et « violation du secret professionnel ». C’est donc bien en marge du dossier Karachi pour une question de procédure, plus que de fond, que Nicolas Sarkozy est inquiété.

Où en est l’enquête? Les juges ont demandé la saisine de la Cour de justice de la République (CJR) pour enquêter sur l’ancien Premier ministre Edouard Balladur et son ministre de la Défense, François Léotard. Leur position sur Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget et porte-parole de campagne d’Edouard Balladur, est plus floue: « il appartient à la CJR d’entendre Nicolas Sarkozy comme témoin assisté, en qualité de ministre du Budget », écrivent-ils. Autrement dit, les juges ne disent pas que la CJR est obligée de l’entendre.

Les sondages de l’Elysée

Dans un rapport publié en 2009, la Cour des comptes a épinglé la présidence de la République sur plusieurs sondages commandés par l’Elysée. Non seulement ces derniers n’ont pas été faits à la suite d’un appel d’offre, mais ils ne concernaient pas seulement la perception de l’action du chef de l’Etat. Un sondage portait par exemple sur la grossesse de Rachida Dati, un autre sur son mariage avec Carla Bruni ou sur les candidats probables du PS à la présidentielle.

Où en est l’enquête? Une enquête préliminaire a été ouverte après une plainte de l’association de lutte contre la corruption Anticor pour délit de « favoritisme » (car il n’y a pas eu d’appel d’offres) et « détournement de fonds » dans l’affaire des sondages de l’Elysée. Si cette plainte a été déposée « contre X », elle vise en réalité indirectement Nicolas Sarkozy et son entourage.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/les-casseroles-judiciaires-de-nicolas-sarkozy_1546897.html#qCZ8Zkb4i3vwVi5i.99

Publié dans Y'en a marre de Nicolas Sarkozy | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des Balkany

Posté par ippolito le 31 mai 2014

7              7              7

Les Balkany bientôt SDF ?

Au programme des juges : levée de l’immunité de Patrick Balkany et saisie des biens du couple.

Avec une caution de 1 million d’euros à verser avant la fin juin, la fête ne fait que commencer pour Isabelle Balkany. Et pour son mari, Patrick, qui pourrait très bien vite voir arrivée une demande levée de son immunité parlementaire sur le bureau de l’Assemblée. Les juges anticorruption Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon ont mis Isabelle en examen pour blanchiment de fraude fiscale, le 22 mai.

Ils envisagent, en prime, de saisir tous les biens du couple, pour garantir le paiement d’éventuelles amendes et pénalités. Une loi votée… sous Sarkozy leur en donne la possibilité. La splendide villa Pamplemousse, sise dans l’île antillaise de Saint-Martin, pourrait être la première victime de cette rafle judiciaire. Ce nid douillet était officiellement propriété d’une société du Liechtenstein. Mais les juges ont appris que le véritable propriétaire n’était autre qu’Isabelle Balkany.

Bienfaiteur persécuté

La saisie de Dar Guycy, le grandiose palais de Marrakech découvert par « Le Canard », où le couple a l’habitude d’aller se prélasser, sera peut être plus délicate. Cette propriété pour mégalos est censée appartenir à une société panaméenne.

En fait, les enquêteurs ont établi qu’elle avait été achetée, via une fiducie suisse, par un certain Jean-Pierre Aubry. Ancien directeur de cabinet de Patrick Balkany, Aubry est aujourd’hui directeur général de la Semarelp, la société d’économie mixte municipale chargée des chantiers immobiliers de Levallois.

Mis à son tour en examen, l’ami obligeant se trouve dans la seringue. Soit il balance les véritables propriétaires, soit il prend tout sur lui, et risque de se voir condamné lourdement pour blanchiment de fraude fiscale. Dans ce cas, notre homme devra aussi expliquer au tribunal sous le sabot de quel cheval il a trouvé les 5,5 millions d’euros nécessaires à l’achat du gourbi Dar Guycy…

Les magistrats sont également sur la piste d’un magot encore plus gros, planqué à Singapour. C’est ce trésor qui aurait permis à Patrick et Isabelle Balkany de mener, entre les Antilles, le Maroc et leur moulin de Giverny, l’incroyable train de vie qui a stupéfait les enquêteurs.

Reste à savoir de quelle poche provient ce bel argent Au cours de sa garde à vue, la Thénardier de Levallois n’a cessé de répéter, avec sa gouaille habituelle, qu’elle avait acheté la villa Pamplemousse avec l’héritage de ses riches parents. Mais les juges ne sont pas convaincus. Selon leurs premières recherches, le produit de cette succession a été dépensé très rapidement, et il ne suffit pas à expliquer l’opulence du couple.

A tout hasard, d’autres investigations ont été lancées. Aussi bien sur les marchés publics passés à la mairie de Levallois que sur les périples africains de Patrick Balkany, qui est soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire entre Areva et le président centrafricain dans le dossier uranium.

Avec un compteur Geiger et un détecteur de pognon…

http://resistanceinventerre.wordpress.com/2014/05/29/les-balkany-bientot-sdf/

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Jean François Copé

Posté par ippolito le 30 mai 2014

4               images C               4

Bygmalion : nouvelles charges contre Copé, « impliqué jusqu’au cou »

Alors que le bureau politique de l’UMP est parvenu à convaincre Jean-François Copé de quitter la présidence du parti, « Le Point » publie de nouvelles révélations.

Il y a eu les premières révélations du « Point » sur une affaire Bygmalion le 27 février. Puis celles de « Libération » le 15 mai dernier. Il y a eu les aveux de l’avocat de la société Bygmalion, Patrick Maisonneuve, lundi 26 mai à 17h. Puis ceux de Jérôme Lavrilleux le même jour à 19 heures. Mardi 27 mai, « Le Point » en remet une louche : l’hebdomadaire apporte de nouvelles précisions sur les ramifications entre Jean-François Copé, les « fausses factures » et la société de communication.

En creux, cette affirmation : Copé ne pouvait pas ne pas être au courant. Poussé à la démission ce matin par le bureau politique du principal parti d’opposition, « Le Point » affirme que le futur-ex-président de l’UMP est « impliqué jusqu’au cou dans le système Bygmalion [et] s’entête à nier l’évidence ».

Pas 11, mais 27 millions

Jérôme Lavrilleux, ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé, a nié toute malversation hier lors de sa confession sur BFMTV, même si « environ 11 millions d’euros de dépenses liées à la campagne [ont été] ventilées sur d’autres opérations », selon lui. Dans son édition à paraître le 28 mai « Le Point » parle d’une somme de 26,7 millions d’euros qui aurait été versée entre 2011 et 2012 par l’UMP à Event & Cie, filiale événementielle de Bygmalion.

Le magazine épluche les comptes de la société, détaillant les « 13 virements ». Il affirme que Jean-François Copé a menti lorsqu’il a contester avoir sponsorisé la start-up créée par deux de ses proches, Bastien Millot et Guy Alves. « En 2012, 95% des revenus d’Event [& Cie ont été] assurés par un seul et même client, l’UMP ! » argumente « Le Point ».

L’hebdomadaire estime par ailleurs que des « tarifs exorbitants » ont été versés à la société pour l’organisation d’événements, avec des prestations facturées en moyenne à 257.000 euros, dont de nombreuses « conventions bidon » – qui n’auraient, donc, jamais existé. Hier, Jérôme Lavrilleux a parlé de « dérapage sur le nombre – non pas sur la valeur – mais sur le nombre d’événements qui ont été organisés dans le cadre de cette campagne » nécessitant du coup de les facturer à l’UMP.

Un système de rétrocommissions complexe

Bygmalion ? « Un drôle d’alambic qui redistille l’argent touché par l’UMP » affirme le magazine, qui parle de « myriade de sous-traitants » permettant d’éparpiller les versements du parti pour les redistribuer en douce.

Il cite l’exemple d’une société, Léni, spécialisée dans le son et la vidéo, qui a empoché quatre millions d’euros pendant la campagne de Nicolas Sarkozy. Quatre millions, directement versés par la filiale événementielle de Bygmalion. Un certain Jo Alet, « sexagénaire haut en couleur » et déjà condamné à de la prison pour « escroquerie », aurait participé à la campagne de Nicolas Sarkozy pour la société Léni. S’il affirme ne jamais avoir été payé, sa compagne, elle aurait touché via sa société « 1,2 millions d’euros d’un mystérieux client ».

Jean-François Copé, bientôt cantonné à son mandat de député-maire de Meaux, serait actionnaire de la société Léni selon l’hebdomadaire, de même que l’UMP et homme d’affaire Charles Beigbeder, qui y a fait entrer son fonds d’investissement.

Le magazine détaille les interconnexions, les « sociétés éphémères » créés dans des paradis fiscaux. L’argent qui revient, qui repart, et qui permet parfois d’éviter que les magouilles se retrouvent sur la place publique. Comme lorsque Sébastien Borivent, chargé des finances de Bygmalion, quitte la société en 2012 aidé par le versement de 130.000 euros. « Le prix de son silence ? », s’interroge « Le Point ».

Copé savait

L’hebdomadaire l’admet : « Sans un décodeur, difficile [...] de s’y retrouver dans la nébuleuse Bygmalion. » Sur la fin de l’enquête, « Le Point » charge le président de l’UMP, et, pour l’occasion, renomme l’affaire « Copé-Bygmalion ».

Alors qu’il était ministre du Budget, Jean-François Copé aurait entretenu des liens avec Emmanuel Limido, banquier aux côtés duquel il aurait négocié la vente en 2007 d’un centre de conférence en France à des Qatariens. Une affaire qui « intéresse aujourd’hui les policiers chargés de l’enquête sur les comptes de l’UMP », selon « Le Point ».

D’autant que l’ex-conseiller de Jean-François Copé et actuel PDG de Bygmalion, aurait travaillé pour Emmanuel Limido. Ce dernier détiendrait 45% de la société au travers d’une SARL luxembourgeoise, et aurait créé un fonds d’investissement avec « le frère cadet » de Jean-François Copé. Bref, tout un petit monde interconnecté.

Au vu des relations étroites entre Jean-François Copé et les protagonistes de Bygmalion, « Le Point » affirme sans ambages que le président de l’UMP est « impliqué jusqu’au cou », et que « pour sauver sa tête », il aurait délibérément lâché son bras droit, Jérôme Lavrilleux.

Facile, en effet, de se dédouaner de toute responsabilité, lorsque ce sont les signatures de son directeur de cabinet qui apparaissent sur tous les « ordres de décaissement » du parti.

C.Q. – Le Nouvel Observateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140527.OBS8602/bygmalion-nouvelles-charges-contre-cope-implique-jusqu-au-cou.html

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des subventions aux partis politiques

Posté par ippolito le 30 mai 2014

1               1               1

100 MILLIONS D’EUROS DE SUBVENTIONS PUBLIQUES POUR LES PARTIS POLITIQUES

Les partis politiques sont fortement subventionnés. Quel est le montant des subventions publiques aux partis politiques ? En 2012, ils ont perçu plus de 100 millions d’euros de subventions publiques, ce qui représente plus de 39% des recettes des partis politiques.

Quel est le montant des subventions publiques octroyées aux partis politiques ?

100 millions au total en 2012 !

En 2012, le montant des financements publics pour l’ensemble des partis politiques s’élève à 65 millions d’euros. A ce chiffre s’ajoutent la somme des contributions des élus qui est de 35 millions d’euros. Ces deux sources de financement public représentent 49,2% des recettes des partis politiques qui se sont élevées en 2012 à 204 millions d’euros.*

Quelques chiffres

L’Etat subventionne le PS à hauteur de 22,9 millions d’euros, soit 36,1% du budget du PS.

L’Etat subventionne l’UMP à hauteur de 30,1 millions d’euros de subventions, soit 51,7% du budget de l’UMP.

L’Etat subventionne le Parti communiste français à hauteur de 3,3 millions d’euros de subventions, soit 51,7% du budget du PCF.

L’Etat subventionne le Modem à hauteur de 3,5 millions d’euros de subventions, soit 77,3% du budget du Modem.

Le PS reçoit 9 millions d’euros de cotisations de ses adhérents et l’UMP 1,5 millions d’euros.

*Source : LEGIFRANCE

http://www.contribuables.org/2014/05/28/100-millions-deuros-de-subventions-publiques-pour-les-partis-politiques/

Publié dans Y'en a marre des gaspillages de l'argent public, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

12345...11
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN