Y’en a marre du dérapage du déficit et surtout du gouvernement de Ayrault

Posté par ippolito le 29 juin 2013

Dérapages du déficit : «Malheureusement la Cour des comptes dit vrai», réagi Ayrault

Jean-Marc Ayrault a reconnu, ce jeudi, que la Cour des comptes avait raison de craindre un dérapage du déficit public en 2013, par rapport aux prévisions initiales du gouvernement.

Le Premier ministre reconnaît que la situation devrait être pire que prévu, et que les estimations de son gouvernement sont probablement erronées. 

Jean-Marc Ayrault a déclaré jeudi que, « malheureusement, du fait de l’absence de croissance », la Cour des comptes avait raison de craindre un dérapage du déficit public en 2013 par rapport aux prévisions.

 « Je pense que pour 2013, malheureusement, du fait de l’absence de croissance, ce que dit la Cour des comptes est vrai. Mais, à la fin de l’année, nous verrons », a déclaré à la presse le chef du gouvernement lors d’un déplacement à Fort-de-France.

L’Etat doit faire 28 milliards d’euros d’économies en 2014 et 2015

La Cour des comptes a averti jeudi le gouvernement que le déficit public risque de déraper en 2013. Si la croissance française était plus basse en 2013 que le taux de 0,1% prévu par le gouvernement, comme l’annoncent la Commission européenne, le FMI et l’Insee, « le déficit public effectif pourrait se situer entre 3,8 et 4,1% du PIB » en fin d’année au lieu des 3,7% espérés par l’exécutif, affirme la Cour des comptes dans son rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques.

Selon la Cour, l’Etat doit faire 28 milliards d’euros d’économies en 2014 et 2015 pour tenir ses engagements européens. Pour cela, la Cour préconise entre autre de désindexer de l’inflation les prestations sociales, les retraites et les salaires des fonctionnaires. 

Des mesures qui diminueraient de fait le pouvoir d’achat. Mais attention, avertissent les Sages, pas question d’augmenter encore les impôts, puisqu’ils sont déjà explosé, pour atteindre 45% du PIB.

http://www.rmc.fr/editorial/394260/derapages-du-deficit-malheureusement-la-cour-des-comptes-dit-vrai-reagi-ayrault/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre du chômages et de l’endettement des comptes sociaux

Posté par ippolito le 31 mai 2013

Le chômage ruine la Sécu
 
Au rythme actuel, Pôle emploi dénombrera un peu plus de 250 000 chômeurs supplémentaires d’ici à la fin de l’année.

Les répercussions de cette hausse du chômage ( voir Déficit de l’ Unedic pour 2013) pourraient se révéler calamiteuses pour les comptes sociaux ( Sécu, Assurance-chômage, etc.).

Un ancien grand patron de la Sécu résume l’équation: « 100 000 chômeurs de plus se traduisent par environ 1 milliard de cotisations en moins pour la Sécurité sociale. » En clair, les comptes sociaux pourraient connaître une nouvelle crise de tachycardie en 2013, avec 3 milliards de recettes en moins pour la Sécu.

Et ça ne risque pas de s’arranger. Selon l’ Observatoire français des conjonctures économiques ( OFCE, un satellite de Sciences-Po), avec 0,6% de croissance en 2014, il faudra s’attendre à des destructions d’emplois supplémentaires, donc à un nouveau record du chômage, qui pourrait culminer à plus de 3,5 millions d’inscrits à Pôle emploi.

Ces perspectives donnent carrément le vertige aux gestionnaires de l’ Assurance-chômage. Au début de l’année, leur boule de cristal prévoyait un déficit de 4,9 milliards pour 2013, ce qui devait porter la dette cumulée à 18,6 milliards. L’augmentation attendue du chômage risque de se traduire par une douloureuse supplémentaire de plus de 500 millions.

Le rendez-vous, prévu à l’automne, entre patrons et syndicats pour dégager d’autres recettes et tailler dans les allocations versées aux demandeurs d’emploi s’annonce donc sportif. Il faudra en effet purger le déficit de 2013 ( voir Déficit de la Sécu 2013) et anticiper les nouvelles catastrophes à l’horizon 2014.

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/le-chomage-ruine-la-secu/

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en à marre de la hausse du chomage et surtout des mensonges de notre gouvernement

Posté par ippolito le 26 mai 2013

Chômage : l’Unédic prévoit une hausse en 2013 et en 2014

François Hollande espère une inversion de la courbe à la fin de l’année ? Pas l’Unedic, qui n’y croit plus.

L’Unédic prévoit plus de 300.000 chômeurs de plus dans les deux prochaines années. 

L’Unédic indique jeudi 23 mai s’attendre à une poursuite de la hausse du nombre de chômeurs en 2013 et en 2014. L’organisme chargé de la gestion de l’assurance chômage s’attend aussi à un déficit de ses comptes de 4,8 milliards d’euros pour 2013 et de 5,6 milliards pour 2014.

Alors que François Hollande maintient son objectif de renverser la tendance avant la fin de l’année, l’organisme paritaire estime que, sur le reste de l’année 2013, la hausse du nombre d’inscrits en catégorie A (sans activité) se poursuivrait « à un rythme moindre » pour atteindre 3,3 millions d’inscrits en décembre, soit 178.700 inscrits de plus sur l’année. 

En 2014, la hausse continuerait, avec 128.700 inscrits supplémentaires en catégorie A.

Une croissance de -0,2% en 2013 et de +0,7% en 2014

L’Unédic maintient par ailleurs ses prévisions de déficit à 4,8 milliards d’euros fin 2013, portant sa dette à 18,5 milliards d’euros. Fin 2014, le déficit annuel pourrait atteindre 5,6 milliards d’euros et conduirait à une dette cumulée de 24,1 milliards d’euros.

Ces nouvelles prévisions se fondent sur des hypothèses de croissance révisées à la baisse et sur les règles actuelles d’indemnisation, renégociées en fin d’année pour s’appliquer en 2014. Sur la base du consensus des économistes, l’Unédic retient désormais un taux de croissance de -0,2% pour 2013, au lieu de 0,1%. Sa première projection pour 2014 est, elle, fondée sur une croissance de +0,7%.

Pour Sapin, la baisse du chômage « est à notre portée »

Malgré les prévisions sombres de l’organisme piloté par les partenaires sociaux, le gouvernement reste confiant. Le ministre du Travail Michel Sapin estime que ces estimations « confort(ent) l’analyse du gouvernement et son objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici la fin 2013 et au-delà ».

Le ministre retient que l’organisme gérant l’Assurance chômage « anticipe une stabilisation du nombre de demandeurs d’emploi en fin d’année », avec seulement 4.900 inscrits supplémentaires prévus au 4e trimestre (contre +99.200, +48.400 et +26.200 aux trois premiers trimestres).

Pour le ministre, l’Unédic fonde son calcul sur « une hypothèse de croissance inférieure à celle du Gouvernement (+0,7% contre +1,2%) et ne prend pas en compte tous les effets des politiques et réformes ». Une « inversion durable de la courbe du chômage est donc à notre portée », affirme Michel Sapin.

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130523.OBS0484/chomage-l-unedic-prevoit-une-hausse-en-2013-et-en-2014.html

Publié dans Y'en a marre de François Hollande, Y'en a marre de la crise, Y'en a marre de la pauvreté, Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre du chômage | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de Cahuzac et surtout des mensonges …

Posté par ippolito le 11 avril 2013

Cahuzac compare le mensonge sur son compte en Suisse à la promesse des 3% de déficit

Il s’interroge sur les «mensonges dignes» et les «mensonges indignes»…

Comment va Jérôme Cahuzac? A priori pas si mal, si l’on en croit les propos rapportés par Le Canard enchaîné ce mercredi.

L’ex-ministre du Budget, qui a provoqué un séisme la semaine dernière en avouant détenir un compte en Suisse, apparaît droit dans ses bottes et semble ne pas comprendre à quel point son mensonge devant l’Assemblée a choqué.

Il compare notamment ses franches dénégations devant les députés à propos de ce fameux compte suisse à la promesse d’atteindre 3% de déficit fin 2013 faite par François Hollande.

 «On me dit que j’ai menti sur ma situation personnelle. Cela veut dire quoi? Qu’il y aurait des mensonges indignes et d’autres qui seraient dignes? Quand on ment sur ordre, et pour des raisons politiques, à l’Assemblée, est-ce digne? A ce compte-là, j’ai menti devant l’Assemblée sur la possibilité de réaliser 3% de déficit en 2013», aurait-il expliqué.

Il compte redevenir député

Celui qui pense retrouver son siège de député avant la fin du mois d’avril lâche également à propos des parlementaires: «Si tous ceux qui ont menti à la représentation nationale devaient quitter l’hémicycle, il y en aurait des tonnes».

 Une pique qui devrait ravir les parlementaires qui, toutes tendances confondues, ne veulent pas revoir Jérôme Cahuzac dans l’hémicycle après son mensonge sur son compte en Suisse. Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, a confié tout faire pour convaincre l’ex-ministre de ne pas retrouver son mandat de député, comme il en a le droit après son départ du ministère.

Mais Jérôme Cahuzac ne l’entend pas de cette oreille: «ll n’y a que mes électeurs ou la justice qui peuvent me priver des bancs de l’Assemblée. 

Or je n’ai pas été battu et je n’ai pas été, pour l’heure, déclaré inéligible». Si cet amateur de boxe reste dans le même état d’esprit, l’ambiance promet d’être chaude à son retour dans l’hémicycle.

http://www.20minutes.fr/politique/1134817-20130410-cahuzac-compare-mensonge-compte-suisse-a-promesse-3-deficit

Publié dans Y'en a marre des mensonges, Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre que le déficit de l’état continue de se creuser

Posté par ippolito le 10 avril 2013

Le déficit de l’Etat se creuse en février, en cause : une conjoncture déprimée

Le ministère du Budget indique ce mardi que l’Etat voit son déficit budgétaire s’accentuer à 27,1 milliards d’euros à fin février.

Les recettes sont stables, les dépenses augmentent, résultat : le déficit budgétaire de la France s’accentue. Il atteint 27,1 milliards d’euros en février 2013 selon les données publiées ce 9 avril par le Ministère du Budget. C’est 2,9 milliards de plus que l’an dernier à la même période.

 Dans un communiqué, le ministère du Budget souligne que cet écart tient cependant pour l’essentiel à la perception, début 2012, de 2,6 milliards d’euros de recettes liée à l’attribution des licences de téléphonie mobile « 4G ».

Les dépenses de personnel augmentent

Pour le reste, il indique que l’évolution des dépenses, en hausse de 1,3% à 64,4 milliards d’euros sur les deux premiers mois de l’année, « est conforme à la prévision de dépenses de la loi de finances pour 2013″.

 Elle intègre une baisse de 7,3% de la charge de la dette de l’Etat, à 2,6 milliards, grâce à la faiblesse des taux de refinancement de la France. 

Les dépenses de personnel progressent de 0,4% à périmètre constant par rapport à 2012 et le prélèvement sur recettes au profit de l’Union européenne s’élève à 7,2 milliards au 28 février, soit un milliard de plus qu’un an plus tôt.

Moins de TVA perçue

Dans le même temps, les recettes ont diminué à 44,1 milliards contre 45,4 milliards un an plus tôt, et ce malgré la forte hausse des prélèvements prévue dans la loi de finances 2013. Les recettes fiscales nettes sont restées stables à périmètre constant, à 43,4 milliards. 

Les rentrées de TVA accusent un recul de 0,3%, à 24,6 milliards, qui témoigne de l’environnement difficile pour la consommation, et le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques a plongé de 18,1%.

+ 7,6% d’impôt sur le revenu

Mais l’impôt sur le revenu enregistre pour sa part un bond de 7,6% à 14,3 milliards. Le gouvernement prévoyait dans la loi de finances 2013 de ramener les déficits publics, dont le déficit budgétaire est la principale composante, à 3% du PIB en fin d’année, un objectif auquel il a renoncé en raison de la faiblesse de la croissance en ce début d’exercice.

Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d’euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012. La France est en discussions avec la Commission européenne sur les conditions d’un report de ses objectifs de déficits publics.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130409trib000758370/le-deficit-de-l-etat-se-creuse-en-fevrier-en-cause-une-conjoncture-deprimee.html

Publié dans Y'en a marre des déficits et de la dette | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de la taxe à 75%

Posté par ippolito le 2 avril 2013

75 % : un nouveau projet en peau de chagrin

Coup de com de génie durant la campagne, devenu un boulet lorsqu’il a fallu la mettre en œuvre, la taxe à 75 % sur les revenus au-dessus d’un million d’euros annuel revient dans l’actualité à la suite des annonces de François Hollande, jeudi 27 mars sur France 2. 

Malgré la censure du Conseil constitutionnel fin 2012, le chef de l’Etat a précisé qu’il comptait relancer l’idée de cette taxe. Mais avec quelques changements.

La première proposition de François Hollande, lancée à la télévision le 27 février 2012, avait parfaitement rempli son rôle : 

argument choc, elle avait surpris, relancé la campagne du candidat socialiste, et poussé Nicolas Sarkozy à la fustiger, devenant ainsi de fait le défenseur des plus riches. M. Hollande avait alors expliqué que durant quelques années, il comptait mettre en place une taxe spécifique, qui toucherait les trois quarts des revenus au-delà du million d’euros par an.

Mais la mise en œuvre de cette idée s’était révélée des plus complexes. Quid des artistes, des sportifs professionnels et des gens aux revenus très irréguliers ? Parle-t-on d’un million d’euros pour un foyer fiscal, ou pour un individu ? Comment éviter que le cumul de cet impôt et d’autres n’aboutisse à des taux « confiscatoires » ? Autant de questions que le gouvernement avait dû trancher, pour aboutir à une taxe de portée plus symbolique que réelle.

Cela n’avait pas suffi au Conseil constitutionnel qui a retoqué le texte, le 29 décembre, moins en fonction de son montant (même si les Sages l’ont évoqué) que de son mécanisme de calcul, fondé sur les revenus de chaque personne physique là où l’impôt sur le revenu est calculé sur chaque foyer. 

Coup dur pour François Hollande, qui perd un symbole, cette censure fait les affaires de nombreux autres : footballeurs, PDG et personnes concernées, évidemment, mais aussi une partie du gouvernement, qui se montrait plutôt sceptique sur cette idée.

Lire : La taxation des très hauts revenus vire au casse-tête

DES CONTRIBUABLES AUX ENTREPRISES

Mais le chef de l’Etat a tenu à relancer son projet. Et lors de son intervention télévisée du 27 mars, il a annoncé le dépôt prochain d’un nouveau texte instaurant une taxe exceptionnelle sur les hauts revenus. 

Avec une différence de taille : les 75 % ne seront plus payés en marge de l’impôt sur le revenu, mais par les entreprises. L’idée avancée par M. Hollande, et qui reste à préciser, est la suivante :

  »L’Assemblée générale des actionnaires sera consultée sur les rémunérations et, lorsqu’elles dépassent un million d’euros, l’entreprise aura une contribution à payer qui, toutes impositions confondues, atteindra 75 %. »

En clair, ce sera désormais à l’entreprise de payer la surtaxe, libre à elle ensuite de la répercuter ou non dans la rémunération de son salarié. Un changement dû à l’avis rendu par le Conseil d’Etat, consulté pour éviter une nouvelle censure, et qui avait évoqué soit une taxe d’un taux moindre (66 %), soit cette solution de passer par l’entreprise. 

Le changement est plus que cosmétique : il pousse de fait les entreprises à ne pas offrir de rémunérations trop élevées à leurs cadres dirigeants sous peine de devoir s’acquitter de lourdes taxes.

En outre on peut déduire des propos de M. Hollande que le taux de ladite taxe sera en fait de moins de 75 %, puisque c’est « toutes impositions confondues » qu’elle atteindra ce montant. La taxe devrait donc, en elle-même, être plutôt de 50 %, auxquels s’ajouteront les charges classiques sur le salaire, selon Les Echos.

UNE TAXE PLEINE DE « TROUS »

Le quotidien économique estime que le nombre de personnes touchées par cette taxe sera très réduit, de l’ordre du millier, très peu de personnes gagnant plus d’un million d’euros par an, en revenus salariés. 

Selon l’Insee, en 2007, le salaire moyen gagné par les 1 % de salariés les mieux payés était de 215 600 euros. On parle ici des 0,01 % les mieux rémunérés, soit quelques milliers de personnes tout au plus.

Or, la plupart des personnes gagnant très bien leur vie (l’Insee évoque les « plus aisés » pour ces personnes représentant 0,01 % de la population et qui gagnent plus de 687 000 euros par unité de consommation et par an) ne sont pas salariées, ou du moins ne tirent pas l’essentiel de leur revenu de leur seul salaire, mais de  revenus exceptionnels ou du patrimoine. Et cette fraction de leur revenu échappera à la future taxe « à 75 % ».

On ne connaît pas encore le détail des modalités d’application de la taxe, mais on peut aussi s’interroger sur les types de revenu qu’elle concernera : seulement les salaires ? Ou également les stock-options et autres actions gratuites ? Et les primes exceptionnelles, qui composent elles aussi souvent une bonne part des revenus des très hauts salaires ? 

De même, contrairement à une taxe adossée à l’impôt sur le revenu, une taxe touchant les entreprises ne concernera aucunement les professions libérales (médecins, avocats…), ni les acteurs rémunérés au cachet. 

Resteront des symboles, comme les footballeurs, salariés de leurs clubs le plus souvent. Ce sont donc les clubs qui devront prendre en charge ce surcoût, important, sans quoi il ne pourront s’offrir les joueurs les plus cotés.

Samuel Laurent

http://www.lemonde.fr/decryptages/article/2013/04/01/75-un-nouveau-projet-en-peau-de-chagrin_3151328_1668393.html

Publié dans Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

12345...33
 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN