• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 17 juin 2013

Y’en a marre de la hausse des cigarettes en juillet et surtout de la hausse de la TVA prévue en 2014

Posté par ippolito le 17 juin 2013

Cigarettes : la hausse de 20 centimes en juillet est confirmée

Le paquet de la marque la plus vendue va passer à 6,80 euros. Le prix du tabac à rouler augmentera de 40 centimes.

Le prix des cigarettes va augmenter de 20 centimes en juillet – AFP
C’est désormais certain : le prix des paquets de cigarettes augmentera bien de 20 centimes le mois prochain. Au terme d’ une négociation serrée avec les pouvoirs publics , les industriels du tabac ont transmis en fin de semaine dernière leurs listes de tarifs à Bercy, qui s’apprête à les valider. 

L’information du « Journal du dimanche » a été confirmée aux « Echos ». Le décret d’homologation des prix devrait donc paraître au cours des prochains jours au « Journal officiel ». La hausse effective des prix chez les buralistes interviendra au plus tard le 15 juillet, précise-t-on au sein du gouvernement.

La marque la plus vendue – Marlboro – passera ainsi de 6,60 euros à 6,80 euros. Les paquets les moins chers coûteront 6,30 euros au lieu de 6,10 euros. Le seuil psychologique des 7 euros, que les associations antitabac espéraient atteindre dès cet été afin de faire reculer la consommation, ne sera donc pas franchi tout de suite. Le prix des paquets de tabac à rouler, lui, sera relevé de 40 centimes.

Cette hausse de prix n’allait pas de soi. Certes, on savait depuis l’automne dernier que les taxes sur le tabac allaient augmenter le 1er juillet. C’était inscrit dans la loi de Finances pour 2013, qui prévoit un peu plus de 100 millions de recettes fiscales supplémentaires. 

Mais les fabricants n’étaient pas obligés de répercuter ce surcoût dans leurs prix. Certains étaient tentés de reporter la hausse à l’automne, quitte à rogner provisoirement sur leurs bénéfices, afin de ne pas trop pénaliser un marché qui recule déjà fortement (environ 8 % depuis le début de l’année).

Critique des antitabac

Cette éventualité a suscité la colère des associations de lutte contre le tabagisme et l’intervention du ministère de la Santé en faveur d’une hausse des prix dès juillet. 

En principe, les fabricants fixent librement leurs tarifs, que le gouvernement homologue, mais il s’agit en réalité d’une négociation avec les pouvoirs publics, dont l’opacité est critiquée par les antitabac.

La hausse des taxes sera donc bien intégralement répercutée le mois prochain, et toutes les marques augmenteront leurs prix. Pour le reste de l’année, rien n’est encore décidé. 

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a plaidé la semaine dernière pour une hausse de 30 à 40 centimes par paquet sur l’ensemble de l’année 2013, ce qui impliquerait un nouveau relèvement à l’automne. 

Une chose est certaine : les prix augmenteront bien à nouveau le 1er janvier 2014, car le taux normal de TVA passera de 19,6 % à 20 %.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202832002540-cigarettes-la-hausse-de-20-centimes-en-juillet-est-confirmee-576050.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des détournements de fonds publics de Claude Guéant

Posté par ippolito le 17 juin 2013

“Détournement de fonds publics pour Guéant ?
 
« J’ai beaucoup amassé« , confessait, sans rire, le 28 avril, Claude Guéant au Canard enchainé.

Guéant justifiait ainsi les sommes en liquide et les factures payées en espèces trouvées chez lui lors d’une double perquisition. On comprend mieux pourquoi, à la lecture des résultats de l’enquête administrative diligentée par Manuel Valls sur l’utilisation des frais d’enquête et de surveillance ( FES) au ministère de l’ Intérieur entre 2002 et 2004 ( voir 10 000 euros par mois de primes pour Guéant)

. En 49 pages ( et 41 témoignages), les 4 auteurs du rapport établissent, malgré l’ « absence d’archives détaillées« , que, de « mai 2002 à l’été 2004« , le directeur de cabinet de Sarkozy a touché pas moins de 260 000 euros. Soit 10 000 euros par mois. Heureux Guéant ! 

Cet argent, qui lui était transmis en liquide, était censé combler le trou laissé par les « primes de cabinet« , supprimées par Jospin à partir du 1er janvier 2002. Une opération « illégale » qui justifie la saisine du procureur de la République pour détournement de fonds publics.

Aucun autre membre du cabinet de Sarkozy n’a, semble-t-il, profité de cette manne. Les 2 anciennes conseillères du ministre de l’Intérieur, Rachida Dati et Chantal Jouanno, l’ont affirmé publiquement. Et d’autres membres de l’équipe Sarkozy l’ont confirmé au Canard enchainé.

Pour sa défense, Claude Guéant fait savoir aujourd’hui qu’il n’a personnellement pas touché le moindre fifrelin. Mais que, bonne âme, il refourguait l’argent aux poulets chargés de la protection de son bien-aimé ministre de l’ Intérieur. Lesdits poulets, pour le moment, refusent de parler. Une quasi-dénonciation…

L’enquête administrative établit, en effet, que « les personnels du Service de protection des hautes personnalités bénéficient, lorsqu’ils sont affectés à la protection d’un membre du gouvernement, de l’indemnité de sujétions particulières des personnels de cabinet« . En principe, donc, pas d’argent supplémentaire.

Cette même enquête met en lumière le rôle du directeur général de la police nationale, Michel Gaudin, le « banquier » de Guéant. Aujourd’hui directeur de cabinet de Sarkozy, il accepte de porter le chapeau. Interrogé par le Canard enchainé, il reconnaît avoir transmis une partie des frais d’enquête et de surveillance à son « ami Claude« . 

Et, en plus, « sans avoir reçu l’ordre de quiconque« . Même chanson que Guéant: « il fallait assurer la transition après la fin des primes de cabinet décidée par Jospin« .

Manque de pot, une telle pratique est strictement prohibée depuis la note n°98/062 de la Direction générale de la police nationale, comme l’a révélé « Le Canard » le 7 mai. « Ces crédits ne doivent pas être considérés comme permettant d’alimenter un régime indemnitaire« , écrivait, le 3 février 1998, l’auteur de cette note, un certain Claude Guéant. Pour s’être mis lui-même hors-la-loi, l’ex-ministre de l’ Intérieur va devoir se justifier devant un juge…

En attendant, cette affaire inquiète l’état-major de l’ UMP. Le 11 juin, lors de leur petit déjeuner hebdomadaire, tous les dirigeants présents se sont demandé si Sarkozy allait, lui aussi, devoir s’expliquer avec la justice. Fillon a sûrement un avis…

Article extrait du Canard enchaîné du  12/06/13

http://www.impots-economie.com/detournement-de-fonds-publics-pour-gueant/

Publié dans Y'en a marre des politiques | Pas de Commentaire »

Y’en a marre de travailler plus surtout pour gagner moins

Posté par ippolito le 17 juin 2013

Retraites – Rapport Moreau : travailler plus pour toucher moins

Le rapport Moreau manie les différents scénarios d’une réforme douloureuse. Jean-Marc Ayrault attend les retours des syndicats…

Jean-Marc Ayrault a bien pris soin de marquer la distance entre ce que le rapport Moreau sur les retraites propose et ce que le gouvernement décidera de faire, in fine, en septembre.

Comment ? En éloignant d’un pâté de maisons sa prise de parole et celle de Yannick Moreau… Ainsi, tandis qu’il prenait la parole dans la cour de Matignon, Yannick Moreau, elle, attendait les journalistes au dos de Matignon, rue de Babylone.

Une mise en scène assez drôle qui a obligé les journalistes à effectuer une petite marche… Pour éviter toute confusion entre le pouvoir de trancher et celui de proposer, les communicants de Matignon ont donc imaginé ce stratagème : éviter que, physiquement, le Premier ministre et madame Moreau se retrouvent dans la même pièce…

C’est par cette petite clownerie que s’engage la réforme des retraites avant la conférence sociale des 20 et 21 juin. La concertation avec les partenaires sociaux se poursuivra tout l’été. Puis le gouvernement (pour ne pas dire François Hollande en personne) prendra ses responsabilités. Pour préparer les esprits aux décisions difficiles, le rapport Moreau met donc sur la table plusieurs hypothèses.

Éviter l’écueil des retraites des fonctionnaires

Notons cependant qu’il évite d’aborder trop directement l’un des écueils de la réforme : l’inégalité entre les modes de calcul des retraites du privé (sur les 25 meilleures années, primes comprises) et de la fonction publique (les six derniers mois sans les primes). Il n’y consacre qu’une demi-page (page 132) sur un rapport qui en compte près de 200…

Très prudemment, Yannick Moreau et ses condisciples indiquent que la poursuite de la convergence des régimes privés et publics est « nécessaire » dans un objectif de « lisibilité », d’ »équité » et de « pilotage ». Mais pour ajouter aussitôt que les taux de remplacements sont similaires. Traduction : les retraites du privé et des fonctionnaires sont identiques, mais ce serait mieux de faire converger les régimes. Prudence, prudence…

Au ministère du Travail, on fait remarquer qu’à vouloir aligner les deux régimes (donc en intégrant les primes dans le calcul des pensions des fonctionnaires mais en calculant leur retraite sur plusieurs années), on risque d’introduire un déséquilibre au sein même de la fonction publique.

« Les professeurs ne touchent pas de primes, tandis que les fonctionnaires de Bercy perçoivent des primes importantes, notamment vers leur fin de carrière, relève-t-on au ministère du Travail.

Si bien que les retraites des profs évolueraient à la baisse, tandis que celles de Bercy grimperaient… Ce serait injuste. Nicolas Sarkozy avait perçu le problème en 2010 et il s’est bien gardé de tomber dans ce piège. Ne soyons pas plus bêtes que lui. »

Sept milliards d’euros à trouver pour le régime général

Yannick Moreau évalue à sept milliards d’euros en 2020 le besoin de financement afin de rééquilibrer le régime général et les régimes alignés. Elle propose donc de jouer sur le niveau des pensions en révisant à la baisse les avantages fiscaux des retraités, notamment les plus aisés. Les petites retraites (environ 1 000 euros, selon elle) ne seraient pas concernées.

« Le recours à l’augmentation des taux de cotisation doit être envisagé », peut-on lire dans son rapport. Cette augmentation porterait sur les salariés comme sur les entreprises. Mais elle aurait le désavantage de plomber la compétitivité des entreprises alors même que le gouvernement, à travers le CICE, a cherché à la restaurer. Donner d’une main pour reprendre de l’autre n’aurait guère de sens…

43 ou 44 ans de cotisations 

La sous-indexation des pensions aurait, quant à elle, des effets appréciables pour les finances publiques à court terme mais, politiquement, c’est la solution la plus difficile pour Hollande. Cependant, il est à noter que les partenaires sociaux l’ont décidé s’agissant des retraites complémentaires (Agirc-Arrco). Une information qui n’a pas échappé au chef de l’État. Il sera toujours temps de la rappeler aux syndicats si la concertation devient difficile…

Enfin, le rapport Moreau en vient à considérer l’allongement de la durée des cotisations, solution qui ne portera ses fruits qu’à long terme : porter celle-ci de 41,75 à 43 ans (pour la génération 1962), puis à 44 ans (pour la génération 1966). En combinant sous-indexation des pensions, hausse des cotisations, allongement de la durée des cotisations et réduction des avantages familiaux des retraites, le rapport Moreau propose différents scénarios.

De nouveaux critères de la pénibilité

François Hollande n’envisage la réforme des retraites qu’en y introduisant des contreparties sociales. La situation des femmes dont les carrières sont interrompues ou connaissent des retards sera prise en compte. De la même façon que les critères de la pénibilité seront affinés. Jusqu’ici, seuls l’invalidité, la maladie professionnelle ou l’accident du travail pouvaient permettre de partir plus tôt. 

Le ministère du Travail, en concertation avec les partenaires sociaux, met au point un système qui prendra en compte le travail de nuit, les heures postées, l’exposition au froid… Mais la pénibilité ne pourra entrer en ligne de compte que pour l’avenir. « Nous sommes incapables de reconstituer la pénibilité des carrières qui s’achèvent », prévient-on au ministère du Travail.

http://www.lepoint.fr/politique/retraites-rapport-moreau-travailler-plus-pour-toucher-moins-14-06-2013-1681087_20.php

Publié dans Y'en a marre de la baisse de notre pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN