• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 23 juin 2013

Y’en a marre des banques et surtout de Bercy

Posté par ippolito le 23 juin 2013

Comment Bercy fait deux fois les poches des épargnants

Sur le conseil de Bercy, les banques font en sorte que les détenteurs de livrets d’épargne déclarent deux années d’intérêt. De quoi être imposé lourdement

Bercy fait feu de tout bois pour augmenter ses recettes. Avec l’aide des banques, au besoin, et à la grande surprise des contribuables concernés, dont la facture fiscale risque d’être salée en 2013. Il n’existe pas de statistique publique concernant le nombre d’épargnants touchés, mais ils sont sans doute plusieurs dizaines de milliers. 

De quoi s’agit-il ? Les livrets d’épargne, qui se sont beaucoup développés ces dernières années pouvaient faire l’objet, jusqu’aux revenus de 2012, de deux systèmes d’imposition, sur option : les intérêts perçus étaient soit soumis à un prélèvement libératoire (24% depuis le premier janvier 2012), soit soumis au barème de l’impôt.

 Cette deuxième option pouvait être intéressante en cas d’imposition marginale dans les tranches à 5,5 ou 14%. Ce qui concerne pas mal de monde, puisque, pour un couple avec deux enfants, le taux de 14% s’applique jusqu’à 88.070 euros de revenus annuels.

Un versement l’année suivante

Jusqu’au début de cette année, les banques avaient pour usage de capitaliser toute l’année les intérêts sur les livrets, puis de les verser le premier janvier de l’année suivante. Autrement dit, les intérêts capitalisés en 2011 ont été crédités le premier janvier 2012, et sont donc imposables avec les revenus de 2012.

Changement de décor cette année. Il n’est plus question de premier janvier. Les intérêts de 2012 ont été crédités dès le 31 décembre 2012, et doivent donc figurer dans la déclaration de revenus transmise récemment à l’administration. 

Autrement dit, au titre des revenus de 2012, les contribuables doivent déclarer les intérêts accumulés en 2011 (crédités le premier janvier 2012), et ceux de 2012. Deux années pour le prix d’une… pourrait-on dire. La facture peut être lourde, pour ceux qui perçoivent des montants significatifs. De quoi être imposé dans une tranche supérieure.

Une initiative des banques?

Interrogée, l’administration fiscale évoque une « initiative des banques ». Est-ce vraiment le cas ? Le fisc a lui même incité fortement les établissements financiers à changer de pratique. Ainsi, le bulletin officiel des finances publiques en date du 12 septembre 2012 donne aux établissements financiers la marche à suivre : 

certes, par principe, c’est la date de l’inscription des intérêts qui compte, mais ce n’est pas le cas quand ceux-ci sont capitalisés. C’est l’année de capitalisation qui est importante, et non la date à laquelle les revenus sont crédités, soulignent les fonctionnaires.

Conscients des conséquences d’un tel changement de pratique, ils autorisent à pratiquer la technique du quotient: il est possible d’intégrer seulement la moitié des revenus à la déclaration, puis de multiplier par deux l’impôt correspondant : cela évite le passage dans une tranche supérieure. Mais pas de quoi alléger vraiment la facture.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130611trib000769665/comment-bercy-fait-deux-fois-les-poches-des-epargnants.html

Publié dans Y'en a marre des banques, Y'en a marre des impôts et des taxes | Pas de Commentaire »

Y’en a marre des promesses de François Hollande et surtout de ses mensonges

Posté par ippolito le 23 juin 2013

Le miracle Hollande n’aura pas lieu

Pour Claire Gallois, depuis son élection, François Hollande a oublié ses promesses et retrouvé ses travers. Son « miracle économique » n’est qu’un mirage.

Déstabilisé par son statut revendiqué de « normal » et par la gouvernance d’un État, M. Hollande a fini par choisir la « pensée magique » comme arme suprême pour s’en sortir. L’Insee annonce encore le 20 juin que la courbe du chômage continuera sa hausse jusqu’à la fin de l’année, pour grimper à 10,7 %. 

Mais le président, de plus en plus réjoui, croit toujours qu’il pourra l’endiguer. Il ne réalise pas que le contrôle d’une courbe n’est pas son fort. Prenez celle de son poids : pendant sa campagne, il entreprend un régime impressionnant et nous l’interprétons comme la démonstration d’une volonté sans faille, un effort pour se dépouiller du superflu afin d’être prêt pour l’essentiel. 

Pourtant, à peine élu, Hollande est retourné à ses priorités gastronomiques. Depuis lors, il tente en vain de nous convaincre du bien-fondé de sa politique économique, comme dans l’émission Capital, sur M6, le 16 juin dernier :

  »Nous devons tous nous donner l’objectif de former rapidement et massivement les demandeurs d’emploi dans les secteurs qui sont en manque structurel de main-d’oeuvre qualifiée. » On croirait du La Palice dans le texte. À l’inverse, après son amaigrissement, sa parole était libre, convaincante. 

« Je n’aime pas les riches », mais je paye l’ISF

Jusqu’en 2011, François Hollande payait encore l’ISF. Stratégiquement, en 2012, pour un candidat socialiste, c’est un très mauvais point. Il y a donc remédié, comme chacun sait, par des ruses fiscales pour le moins discutables. 

Mais entre Strauss-Kahn, le candidat plébiscité avant ses frasques, et Sarkozy, soutenu par ses copains du CAC 40, Hollande a dû prendre le contre-pied. Déjà en 2006, il lançait, lors de l’émission À vous de juger sur France 2, son fameux « Je n’aime pas les riches ». Une façon maladroite de rappeler les fondamentaux du socialisme : défendre la veuve et l’orphelin, ainsi que les plus démunis. 

Rappelons pourtant que l’essentiel de son staff est composé de fortunes personnelles, est soutenu financièrement par des patrons milliardaires, et profite allègrement du pactole du cumul des mandats. Mais cachez-nous ce pognon que nous ne saurions voir, la vertu d’un parti est comme un cercueil, elle n’a pas de poches. 

Un axe racoleur, donc, que Hollande exploitera en stigmatisant les chefs d’entreprise, promettant de plafonner les salaires du public, d’encadrer ceux du privé, de taxer les hauts revenus, les droits de succession… et en maudissant la finance.

Fiscalité aberrante

Autant dire qu’il a visé la lune et raté la terre. Le pays est sur les genoux, et Hollande a montré son impuissance en reniant nombre de ses promesses ou en abandonnant les ouvriers de Florange, entre autres. Son « cap », c’est l’avenir. Le sien. 

Le 21 juin s’ouvrait en grande pompe la Conférence sociale, et les réunions de concertation sur la future réforme des retraites devraient débuter en juillet. Mais nous savons tous que Hollande ne fera rien de décisif concernant les 37 régimes spéciaux, dont celui des élus de l’Assemblée nationale, avant les municipales de 2014, la fuite des électeurs étant sa principale préoccupation, la fiscalité aberrante dont il les matraque, la dernière. 

François Hollande n’a pas encore tranché (il a horreur de cela) si le « miracle économique » qu’il promet ne risque pas de se transformer en mirage. Il s’accroche : oui, il va vaincre le chômage avant la fin de l’année. Il garde sous le pied « les contrats d’avenir » et table sur 100 000 signatures. 

Pourtant, en mai, 6 mois après leur lancement, ils n’ont trouvé que 20 000 preneurs. Il est fier de ses « contrats de génération » qui associent jeunes et seniors aux mêmes postes, oubliant qu’un bon nombre de seniors sont licenciés autour de leurs 50 ans. 

Quant aux « contrats aidés », un copier-coller de ceux qu’avait établis Sarkozy, on se souviendra qu’ils n’avaient fait que retarder l’entrée des jeunes dans l’ère du chômage. 

Nous n’aurons pas l’indécence de rappeler à Hollande qu’il y a plus de 5 millions d’inscrits à Pôle Emploi et que ses projets sur la réduction du chômage ne valent que par la louable intention qu’il y met. Question miracle, on aurait pu lui conseiller d’aller à Lourdes… Les grottes ayant rouvert après des crues boueuses…

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/claire-gallois/le-miracle-hollande-n-aura-pas-lieu-23-06-2013-1685014_1445.php

Publié dans Y'en a marre de François Hollande | Pas de Commentaire »

 

MesMots |
The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manger!...Manger!
| sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN